Accueil > Chênes « aux longs bras » > Chêne Saint Louis, Saint Maurice sur Dargoire (Rhône)

Chêne Saint Louis, Saint Maurice sur Dargoire (Rhône)

Une nouvelle contribution de madame Dulac [1], un chêne pédonculé « à longs bras » exceptionnel de plusieurs siècles, situé sur la commune de Saint Maurice sur Dargoire dans le Rhône. Jusqu’au XIè siècle, Saint-Maurice-sur-Dargoire s’appelait Chassenas (du latin Chassenatis) qui signifie : lieu planté de chênes. (clic les photos)

Une circonférence de 5,80 mètres et une hauteur de 25 mètres, vraiment une superbe ramure, et ses charpentières qui descendent effleurer le sol, de l’harmonie dans l’air…

Assurément un chêne splendide, qui n’est pas sans me rappeler le chêne de la Bélonie dans le Tarn, tous deux voient leurs charpentières s’abaisser jusqu’au sol, dans ces cas-là je vois un arbre en pleine méditation, communiant avec la terre…

Ce chêne se trouve à 30 km au sud-ouest de Lyon, dans le village se rendre au lieu dit “le chêne” ou “le Layer”, cet arbre magnifique se trouve au milieu du champ en contrebas. Par contre, il est dans une propriété privée, et souvent les vaches en sont gardiennes, et il s’avère difficile à ce moment là d’aller lui faire la causette.

Merci encore pour le partage, ce chêne est vraiment magique ! Madame Dulac explore la France à la recherche de lieux sacrés : menhirs, dolmens, églises, cathédrales, sources, arbres, fontaines sacrées… Faites donc un tour, son blog est vraiment bien rempli, et avec de belles photos ; la balade commence ici.

A ne pas confondre avec le chêne Saint Louis en forêt de Tronçais, ici.
____

Mise à jour septembre 2010, Alex s’est rendu au pied de ce vieux chêne .

« En arpentant les routes sinueuses qui mènent doucement vers les terres lointaines et ensoleillées du sud, j’ai fait, toujours en compagnie d’Antoine, la rencontre d’un magnifique chêne. Trônant comme un roi au milieu d’un vert pâturage, ses longues branches trainant nonchalamment sur le sol, voici le Chêne Saint Louis de Saint Maurice sur Dargoire. »

« Il est ici à sa place, au milieu de sa cour bovine, et offre au regard des passants son port majestueux, l’ensemble composant un tableau pittoresque autant que paisible. »

« Il mesure 5m75 de tour et se porte aussi bien que le permettent son grand age et les aléas de l’existence qui ne l’ont pas épargné ces derniers temps. »

« Il a en effet été victime d’un incendie criminel, « un feu allumé par des brutes » comme aurait sans doutes dit Henri Gadeau de Kerville, qui a rongé l’intérieur de son tronc déjà creusé par les ans sans vraisemblablement mettre sa vie en péril. »

« Pour le trouver, rendez vous en contrebas du village, au lieu dit le layer, et profitez alors à votre guise du spectacle qui s’offre à vos yeux. »

____

Contact avec un Chêne, une étrange journée dans le vent.

Tout autour du petit village de Saint Maurice sur Dargoire, un tunnel aqueduc Romain souterrain se tourne et  retourne telle une route sinueuse de montagne.En tout, 17 kms de tunnel ancien se cache sous terre, autour du village, sous des champs et des pâturages. La campagne entière est un gigantesque vestige archéologique ; le vestige est intact, mais non visible.
Un jour venteux d’automne, je suis allé à Saint Maurice pour une randonnée à travers cette campagne.
Des gros chênes sont éparpillés ici et là; leurs racines sont nourries par le passé. Un de ces chênes est exceptionnel.
L’arbre est seul dans son champ ; il est gigantesque, sombre et mystérieux, et comme un sorte de marqueur de délimitation, ou un point sur le paysage… ou un endroit de rencontre …
Aujourd’hui, j’étais là justement pour rencontrer l’arbre.
Lentement, je me suis approché.
De longues branches musclées descendaient jusqu’au sol, elles creusaient sous terre et disparaissaient… pour re-émerger quelques mètres plus loin, avant de remonter verticalement, et dramatiquement, vers le ciel. Je  pouvais distinguer sept ‘membres’ de ce genre au total. L’arbre ne semblait pas vraiment debout … mais avait plutôt l’air de s’affaisser sur ces étranges membres. Et depuis l’endroit où je me trouvais, l’arbre sombre ressemblait à une créature somnolente et épuisée…vivant oui, mais en agonie.
Ces branches longues et tordues allaient un jour prendre racine, et éventuellement se détacher de l’arbre ; seraient-elles alors toujours la même entité : et resteraient-elles un seul et unique esprit ?
Je me rapprochais davantage, sautais la barrière de barbelés, et prudemment (car il y avait du bétail, et surtout un taureau massif) je me suis rendu au pied de L’ARBRE.
Enfin, j’étais devant le chêne imposant, fascinant. L’arbre était captivant… et… aussi très vieux. Mais au juste, quel âge avait-il ?
Probablement 500 ans… voir plus ?
Cependant, ce spécimen était sans doute seulement à mi-chemin de sa vie… car ces monstres peuvent vivre jusqu’à mille ans, et au delà.
Imagine, mille ans. Combien d’orages, de nuits venteuses, d’été torrides…  combien de fermiers de pères en fils … y a t-il en mille ans ?
Il y a mille ans Saint Maurice était connu comme ‘L’endroit des Chênes’. Je me demandais depuis combien de temps de tels arbres poussaient sur ces terres? Bien avant que les Romains aient creusé leur tunnel, certainement…  encore mille ans avant ça, et encore, bien avant… les chênes, de l’espèce Quercus rubor (chêne blanc) étaient ici en profusion, et avaient toujours été.
Autrefois, ces champs et prairies fertiles avaient été exploités par les Celtes, durant l’âge de fer, des siècles avant leur Romanisation.
Ces chênes, au moins les plus imposants, avaient dû être choisis par des Druides (d’ailleurs, le nom Latin ‘Quercus’ veut dire ‘Kaer-Quez’, venant de l’ancien mot Celte, et le nom Gaulois était ‘Déru’, qui veut dire ‘Druide’).

Des chênes comme ceux-ci avaient été sélectionnés et vénérés pour leur grandeur, leur force, et leur résistance. Résistants au vent, résistant à la sécheresse, résistant à l’hiver… et même résistant au passage du temps.Ils nourrissaient la sagesse des Druides, ils étaient leur symbole religieux représentant La Vie, tandis que pour nous, ces arbres sont aujourd’hui symboliques des Druides.Pendant combien de temps je suis resté au pied de cet arbre étonnant..? Je ne sais pas… mais soudainement, j’ai vu le taureau qui marchait directement vers moi.J’ai grimpé, pour me réfugier rapidement, sur une des grosses branches latérales, et en quelques secondes j’étais perché à cinq mètres de hauteur… je me suis assis dans une sorte de large cuvette, au milieu de l’arbre, comme si j’étais dans la paume d’une main de Gulliver !A cette hauteur, j’étais désormais tranquille, dans mon refuge et à l’abri du vent, entouré par des branches massives, telles des troncs.
J’ai regardé vers le haut ; des grandes branches s’entrelaçaient avec des  plus petites, et grimpaient à vingt mètres de hauteur  ou même plus. Tous ces « bras » de bois se bataillaient avec le vent, se frappaient, se fracassaient et s’emmêlaient. A chaque rafale, des milliers de feuilles d’automne se perdaient à jamais.
Et le colosse entier se balançait en harmonie avec le vent. L’arbre semblait danser ; tantôt il grinçait, tantôt il gémissait et parfois même, il semblait chuchoter…
Étrange, mais pour un instant, le vent et l’arbre et les champs archéologiques et le ciel en mouvement, semblaient n’être qu’Un… tel un unique écosystème, une biosphère, un seul organisme. Juste Un Seul.
Ainsi est la Nature… et nous ne la comprendrons jamais pleinement. Nous essayons, car c’est notre fonctionnement ; notre esprit cartésien,  nos jugements, nos calculs et pensées sont seulement un minuscule fragment de ce qu’elle est, et nous a donné. Mais bien des choses nous échappent… L’arbre fantastique se balance tranquillement avec le tout… et il a vécu là, avachi depuis cinq siècles, complètement inconscient de nos petits passages éphémères; mais encore, qui sait ?…
Une lueur ambrée a percé les nuages, et le vent s’est arrêté ; J’ai regardé parterre, le troupeau était parti… et avait même, disparu. Il avait quitté le champ ; J’avais été distrait… et il me semblait qu’un énorme laps de temps s’était écoulé.
Je suis descendu de l’arbre « Druidique » juste à temps pour voir cette lueur éclairer un épais tapis de mousse émeraude couvrant une vieille branche… L’arbre ancien, sans le savoir, abritait un fascinant micro-système sur sa « peau ».
Oui ; à coté de nos passages éphémères, ce remarquable chêne n’était rien d’autre que magique… et d’avoir été en harmonie quasi-surnaturelle avec cet arbre gigantesque juste un instant (peu importe la durée de cet ‘instant’), m’avait fait voir cet arbre différemment, et sous une autre perspective.

Et tout cela, c’est ce que sont les chênes « Druidiques ». Et c’était également autrefois, ce qu’ils étaient aux yeux de beaucoup.
____

Textes et photo de Rob Hope, un ami anglais qui aime les arbres.

  1. Sisley
    19 décembre 2008 à 21:39

    Grandiose.
    C’est vrai qu’il a un air de celui de la Bélonie.
    Il fait donc partie de cette variété de chênes à longs bras.

  2. 19 décembre 2008 à 22:48

    Salut Sisley,

    vraiment un beau chêne,
    je savais bien que tu passerais lui rendre visite…

    à bientôt et bonnes fêtes !

  3. 20 décembre 2008 à 10:13

    Majestueux ce chêne !

    Bon samedi Krapo
    Bonnes préparations pour les fêtes
    Bises scoutes!

  4. 20 décembre 2008 à 10:15

    Bonjour Osee,

    sa majesté le chêne… oui tu as raison, il s’agit certainement d’un arbre-roi,
    c’est vraiment un très bel arbre, si je passe vers Lyon un jour, je m’arrêterais !

    Bon week-end et bonne fête de nouvelle année

  5. 20 décembre 2008 à 10:28

    Je suis allé faire un tour sur le site de Madame Dulac. Amateur de vieilles pierres et de beaux arbres j’y ai trouvé vraiment de belles choses. La seule question que je me pose c’est de savoir s’il est vraiment indispensable de faire référence aux forces cosmiques, au surnaturel, à l’énergie terrestre et à toute cette mystique… pour apprécier la grandeur d’un lieu, la beauté d’une forêt… En ce qui me concerne la réponse est non. Je comprends que certaines personnes aient besoin sans cesse de ce recours au surnaturel mais j’avoue que le discours « mystique » sous-jacent me « gratte » un peu ! Les croyances de nos ancêtres ainsi que celles d’autres peuples de la terre sont intéressantes à adopter, mais on n’est pas obligé de les adopter.
    Contentons-nous du « naturel » et défendons le bec et ongle contre les prédateurs qui rêvent de le bétonner ! Ceci dit sans méchanceté bien sur… d’ailleurs je continuerai à aller sur ce site !
    Au fait… ce chêne est vraiment magnifique. Je t’enverrai d’ici peu un châtaignier vénérable de l’Ain et un tilleul encore plus ancien de Slovénie… Bonnes fêtes de fin d’année : c’est bientôt le solstice !

  6. 20 décembre 2008 à 12:31

    Salut Paul,

    vraiment un chêne terrible… j’aime beaucoup ce qu’il dégage…

    Les références aux forces cosmiques… volontairement, j’ai choisi de ne pas aborder le sujet (il faut laisser à chacun le soin de ressentir certains lieux). Tout ceci, un peu comme la religion, est une affaire toute personnelle…
    Les sensibilités de certains peuvent leur faire entrevoir d’autres vérités…

    Tous mes vœux pour l’année nouvelle

  7. 20 décembre 2008 à 22:20

    Superbe chêne en effet.

    Sur la première image, j’aurais presque l’impression de voir un être immense, légèrement voûté, dont les bras traînent un peu sur le sol, sans doute en raison de la fatigue accumulée au fils des ans…

  8. 20 décembre 2008 à 23:22

    Salut Patrick,

    toi aussi tu vois un personnage un peu fatigué par les ans…
    mais quelle allure ! il y a de la noblesse qui se dégage de lui,
    dans un sens je dirais que c’est un chêne sacré, dans les temps anciens, nul doute que les sages ou les poètes l’auraient désigné comme oraculaire…

    Tous mes vœux pour cette nouvelle année

  9. cheyenne
    21 décembre 2008 à 14:21

    …magnifique! en voilà encore un que j’aimerais rencontrer…

    juste un petit mot pour Paul, tout ce que tu décris, force cosmique, énergie terrestre … ne me semble pas faire parti du surnaturel, mais bel et bien du « naturel »… il est des choses subtiles que l’humain de notre temps commence à peine à redécouvrir, et lorsque je suis près d’un si bel arbre, près d’un dolmen ou menhir ou encore dans une cathédrale, je ressens cette force qui fait la grandeur de ce lieu… les courants telluriques ne sont pas un mythe, encore moins la force qui lie et régit chaque molécule de cette planète (et du cosmos) tout cela dépend de l’échelle à laquelle tu te places,

    … mais bien sûr nul besoin de « consciensiser » de trop, quand c’est beau, c’est beau !

  10. Aimé Le Lann
    25 décembre 2008 à 18:18

    Une merveille d’équilibre, on dirait de l’intelligence à l’état pur; il s’est confectionné des béquilles naturellement …
    Que la nature est belle !
    Mes meilleures pensées à tous
    Aimé qui écoute la musique de leur vie…
    J’espère qu’ils entendent la mienne de temps en temps tous ces arbres !

  11. 25 décembre 2008 à 18:30

    Bonjour papi,

    tu as vu ce chêne fantastique ?
    merci de ton commentaire sympathique,
    et oui, ils doivent entendre la musique de nos vies,

    Tous mes vœux pour la nouvelle année grand-père,

  12. 25 décembre 2008 à 23:10

    …superbe ce chêne.

    Je profite de ma présence sur ce blog joliment arboricole pour te souhaiter un bon ***JOYEUX NOEL***

    @micalement
    ~Bonsai~

  13. 26 décembre 2008 à 13:16

    Salut l’ami Bonsai,

    tous mes vœux t’accompagnent pour cette nouvelle année,
    tu laisses un commentaire et voilà qu’il neige, tout est blanc,
    comme un petit air du Québec, merci pour le cadeau !

    A bientôt

  14. Sisley
    28 septembre 2010 à 19:10

    Je m’en souvenais à peine de celui-ci ! Quelle merveille !
    Fort dommage que des incendiaires courent ça et là.
    Je leur mettrai volontiers au contact de la chaleur dégagé d’un feu, ils comprendraient vite quelle misère ils provoquent !

    – – – – – _ —

    Très beau récit de Rob, la rencontre surnaturelle avec le chêne aux entrelacs quasi-animal.

  15. 10 avril 2011 à 17:00

    c’est bizar mais je suis allée sur un autre site mais l’on m’a dit que se chene avait 1450 ans
    alors quel age a-t-il vraiment?
    réponder moi vite et je vous en remercie d’avance.

  16. 10 avril 2011 à 18:18

    Bonjour Manon,

    peu de chênes dépassent les 1000 ans sur notre territoire, et celui-ci bien que majestueux et de belles proportions, ne peut au mieux qu’avoir le tiers de l’âge que l’on t’a indiqué…

  17. Touille
    17 février 2013 à 19:44

    Bonjour, je vis à St Maurice depuis toujours, et je voulais vous donner des nouvelles du Chêne : il est bien abîmé, il en manque aujourd’hui un gros morceau. Je n’ai pas de photo. Merci de l’avoir fait partager sur votre site, j’en suis ravie. Bonne continuation.

  18. Manon Bouchut
    24 avril 2013 à 11:49

    Je faisait un exposé sur ce chêne et grâce à vas information j’ai eue un 19,5 !
    Je vous remercie de tout cœur .

  19. JPM
    18 août 2016 à 19:02

    Le Chêne fut …. il ne passera pas l’été en qqes années son état s’est dégradé et à présent ses feuilles ont toutes jaunies …

  1. 8 juin 2010 à 14:40
  2. 8 juin 2010 à 15:18
  3. 11 juin 2010 à 14:54
  4. 29 septembre 2010 à 11:43
  5. 20 janvier 2011 à 11:13
  6. 30 mai 2011 à 13:30
  7. 23 avril 2016 à 15:16

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s