Le parc du Domaine de Windeck, Ottrot (Bas-Rhin)

Retournons visiter l’Est de la France, mais une fois n’est pas coutume ce ne sera pas en compagnie de Sisley, mais de Wim, un néerlandais passionné par les arbres et qui participe activement à l’enrichissement de la base de donnée du site Monumental trees [1].

« Je tiens à vous faire part de l’existence d’un très beau jardin, dans la municipalité d’Ottrott près d’Obernai en Alsace. En mai, j’ai rendu visite à des amis Strasbourgeois qui connaissent ma passion pour les arbres. Ils m’ont conduit dans le parc d’un château, disant qu’ils y avaient vu quelques beaux spécimens. Tout d’abord je ne les ai pas pris au sérieux, car je n’avais jamais rien lu sur ​​ce lieu. Mais j’ai été vraiment surpris en découvrant le parc. »

« Le parc compte quelques très gros sequoias. Le plus massif d’entre eux, aurait une hauteur de 43 mètres de haut et un diamètre de 4 mètres. Un sacré bonhomme ! Comme le signale la plaque [2], il est l’un des 5 plus beaux de France. »

Le séquoia a été mesuré par Marc Meyer [3] : 10 mètres tout rond à 1,30m (en 2010).

« L’autre belle découverte de la journée fut un très beau tilleul argenté. »

« Pas pu le mesurer, mais il frôle les 30 mètres de haut et affiche une belle circonférence. »

Lire la suite

Le château de la Ménardière à Mazière-en-Gâtine (Deux-Sèvres)

Et si on retournait en Gâtine dans les pas de Yanick ?

« Dernier article de la série tir à l’arc du Lutin le vendredi soir, à moins que j’en ai oublié un. Et pourtant, c’est le premier que j’ai repéré l’année dernière lors de ces soirées découvertes. »

« Difficile en effet de ne pas repérer ce séquoia tant on peut l’apercevoir de loin. C’est dans le parc du château de la Ménardière à Mazières-en-Gâtine (aujourd’hui une maison de retraite propriété du Conseil Général) que se trouve ce beau séquoia d’une circonférence de 7m tout rond et d’une hauteur que j’évalue à 25-30m n’ayant pas assez de recul et le terrain n’étant pas plat pour le mesurer à la croix de bucheron. »

« Plus bas dans une jungle de lauriers, pousse aussi un sapin que j’ai eu le plus grand mal à photographier. Ici encore moins de recul, de plus je n’avais pas mon trépied et j’ai utilisé la méthode de Gilles pour le frêne de l’île Coton [1] en attachant mon appareil à une branche. »

« Sur le coup, je ne lui avais pas trop attaché d’importance n’étant pas très familier de cette essence. C’est en voyant les article de François que mon regard a changé et que je me suis dit qu’il serait bien de le présenter avec le séquoia. J’y suis donc retourné ce matin faire une photo de loin où on le voit avec le séquoia et le château. Sa circonférence est de 5m et pour sa hauteur, toujours le même problème de recul. Sur la photo il est à même hauteur que son compagnon, mais il est en contrebas de 4 à 5 m de celui-ci. »

« Un séquoia plus petit se trouve dans le parc, sa circonférence est de 5m tout rond. [2

« Sans compter quelques beaux platanes, chênes, érables, cèdre et frênes. »

Lire la suite

Le cimetière de Joué, Valanjou (Maine-et-Loire)

« Frappons le fer tant qu’il est chaud, chronique du jour en forme de discours funèbre. »

« Avis à tous les maires de France, il y a là quelques arbres à liquider. »

« En hommage au séquoia du cimetière de Martigné-Briand [1], j’aimerais vous présenter deux de ses frères qui poussent à moins de 15 kilomètres de là. Leur implantation n’est pas sans rappeler ceux du cimetière de Saumur [2]… Tiens donc encore un cimetière… »

« On a voulu nous faire croire que la présence de celui de Martigné était une erreur, alors étudions de près, l’architecture paysagère que l’on peut observer à Valanjou. »

« On y trouve dès l’entrée les deux fringants séquoias géants qui mesurent 5m10 et 5m20 (pour le plus haut) à 1m30 du sol. Vous noterez la similitude morphologique extraordinaire entre tous ces séquoias que je viens de citer (un pur hasard, bien sûr, pas du tout l’engouement qu’à suscité cette espèce au 19e siècle, ben voyons…). »

« Ils encadrent le portail d’entrée et démarrent toute une allée centrale bordée de cyprès dont le plus gros présente une circonférence de 1m90. Cette allée se termine par deux ifs. Il s’agit donc là d’un ensemble homogène encadré aux extrémités par deux essences différentes : la plus imposante, voire royale au départ et la plus discrète à l’arrivée… Un autre hasard sans doute. »

Lire la suite

Château du Petit Chêne, Mazière en Gâtine (Deux-Sèvres)

« Voici une de mes découvertes du vendredi soir. Ces soirées où Yann tirant à l’arc pendant une heure, j’en profite comme dirait Sébastien pour sortir mon détecteur à arbres colosses. »

« Au mois d’avril je suis parti explorer les environs du château du Petit Chêne [1]. Le nom n’était certes pas très encourageant, j’aurais préféré « le château du gros chêne ». Mais je partais malgré tout optimiste. J’avais repéré de loin quelques frondaisons encourageantes. »

« Je suis arrivé par une allée forestière qui mène à un parking, et je repère déjà des frênes d’une hauteur peu commune. Le site se visite à pied car il comprend un golf départemental [2], le château chambres d’hôtes et restaurant ainsi qu’une ferme privée. »

« Me dirigeant vers le château j’aperçois un beau cèdre près d’une chapelle, le château et un énorme bouquet de platanes majestueux au fond de la prairie qui s’étend à ses pieds. »

« Le spectacle est superbe, ces arbres font 42m de haut et le plus gros arrive à 4,85m de circonférence. Arrivé entre leur pieds, j’avais l’impression d’être au milieu d’un troupeaux de pachydermes prêts à m’écraser. »

« Le parc compte aussi des érables negundo, des charmes et un magnolia à floraison printanière qui à retenu mon attention. Je n’ai pas pu définir sa variété, mais sa circonférence au plus creux est de 2,70m me semble déjà pas mal pour un magnolia asiatique. Sa floraison commençait déjà à passer mais son petit frère en retard lui redonnait un peu de couleur. »

« Le gérant du restaurant me dirigea vers la ferme où se trouvait un beau séquoia. Effectivement contre le mur des anciennes écuries du château je trouvais un sempervirens [3] à trois tronc. Le soleil en pleine poire, je me promis de revenir lui tirer le portait plus tard. »

« Ce qui fut fait dès potron-minet par un beau matin de septembre. Les 3 compères font respectivement 2,10m 2,30m et 3,20m à 1,30m. Le tout pour 5.74m au plus creux sous le départ des 3 troncs et la hauteur est de 27m. »

Lire la suite

Le séquoia du cimetière de Martigné-Briand (Maine-et-Loire)

Je viens d’être contacté par Thérèse qui nous avait cordialement transmis les photos anciennes du village de Saint-George-sur-Layon où apparaissait le vernis du Japon [1], mais cette fois-ci il s’agit d’un appel au secours pour sauver un séquoia centenaire menacé d’abattage sur la commune de Martigné-Briand, en Maine-et-Loire.

« Le problème se situe dans la commune où je demeure. Le Maire a décidé de faire abattre un séquoia magnifique qui pousse dans le cimetière. Un arbre centenaire, situé dans le périmètre d’un monument historique, et domine le terrain de façon majestueuse. Il faut faire quelque chose pour arranger le cimetière, mais est ce au prix de la destruction de ce magnifique sujet ? Une pétition circule dans la commune pour préserver cette identité visuelle du paysage de Martigné-Briand, mais, j’ai bien peur que les fossoyeurs d’arbres n’en tiennent pas compte. »

« Je suis presque « heureuse » de la décision du conseil municipal car, les habitants de la commune redécouvrent leur patrimoine arboré et, chacun va faire, en dehors des périodes de Toussaint, un petit tour au pied du « maître » des lieux. La supplique, qui a été depuis enlevée par un anonyme, avait été posée par une main tout aussi anonyme ! Je regrette de ne pas avoir eu l’idée moi même . Le texte est simple et convient tout à fait au contexte. »

« Il fait 5 m 10 de circonférence à 1 m 30 du sol. L’année de plantation me pose problème. Je n’ai pas encore trouvé quelqu’un qui puisse me donner la date à 20 ans près. Sur des photos du début du siècle dernier, il semble déjà avoir une certaine hauteur… »
____

Extrait d’un article paru dans Ouest France le 2 novembre 2010 :

A Martigné-Briand, l’abattage d’un séquoia de 150 ans, situé à l’intérieur du cimetière, suscite la polémique. Le conseil municipal projette de réaménager les allées du cimetière pour le rendre plus accessible. Des habitants s’opposent au projet et une pétition circule. « Cela va forcément transformer le cimetière, redoute Catherine Schreiber, conseillère municipale. Le projet est pharaonique par rapport à l’endroit ! » Le maire René Clémot estime que ce projet est nécessaire, et qu’il n’a pas besoin d’autorisations «pour couper un arbre».
____

Un massacre s’est déjà opéré dans le cimetière :

« Il y avait quatre ifs dans le cimetière de Martigné Briand,
situés dans l’enceinte d’une tombe privée, ils ont été scalpés, sans avis préalable. »

Les ifs veillent sur les âmes des morts, les couper revient à nier la mémoire des anciens.
____

Pétition en ligne pour sauver le séquoia :
http://www.petitionduweb.com/sauvons_le_sequoia_de_Martigne_briand-8516.html

____

Marc Meyer a consacré une page au séquoia de Martigné-Briand sur son site, voir ici.

Un article réalisé par Jérôme Hutin avec coupures de presse à voir ici.
____

Le séquoia a été abattu le matin du 23 février 2011.

Séquoia géant, promenade Paul Déroulède, Guebwiller (Haut-Rhin)

Incursion avec Sisley dans notre chère Alsace, afin de retrouver un arbre très particulier !

« Alors que mon frère découvrait la ville de Guebwiller, il tomba un jour sur une singularité dotée d’un volume très peu commun : un séquoia géant avec des traits plus qu’énormes. »

« Sa base en laisse peu indifférent et cela pour bien des raisons, premièrement car elle est composée d’une excroissance insolite, je n’ai pas la cause, il se pourrait que ce soit dû à une ancienne blessure (ou un autre phénomène), peut-on appeler ça une loupe de séquoia ? »

« Deuxièmement car selon les dimensions que voici, circonférence au sol = 13 m / à 0,3-0,4 m = 11,40 m / à 1,50 m = 7,50 m / et 6,69 m à 2,20 m du sol, tout est dit !! »

« Ce spécimen haut de 36 m pour 120 années et quelques d’ancienneté à tous les critères pour entrer dans la galerie des résineux d’exception, certes sa protubérance en est pour beaucoup mais un tel phénomène n’est pas courant. »

« Dans l’agglomération il existe une quantité impressionnante de vieux séquoias géants, beaucoup datent de l’époque de gloire où les familles des riches industriels les plantaient systématiquement. Je pense qu’il en viendra encore une paire sur le blog, car mis à part ces derniers, de très beaux arbres vivent à Guebwiller, une certaine partie est présentée dans le livre des arbres remarquables du Haut-Rhin [1]. »

« Je pense entre autre à des essences peu répandues et à d’autres qui le sont plus mais présentant de fortes dimensions et également le mélange des deux… »

Merci pour cette découverte plus que stupéfiante en séquoia Sisley ! Je suis complètement bluffé par cette « loupe » énorme, un phénomène peu courant sur cette essence, non mais quelle démesure ce séquoiadendron alsacien !

Allée de séquoias, château de Clelles, Triève (Isère)

Et hop, d’un bond traversons la France d’Ouest en Est et rejoignons François en Isère.

« Il s’agit d’une allée de 14 séquoias giganteum, qui forme l’entrée d’un ancien château dans le Trièves (région géographique du sud de l’Isère), dans le village de Clelles (au pied du Mont Aiguille) dès l’arrivée au village quand on vient depuis la route nationale. »

« Aujourd’hui, ce château, ou plutôt cette maison forte (ou seigneuriale, au choix) a été ré-aménagée en appartements (pour le corps de logis principal) et maisons individuelles (pour les anciens bâtiments d’intendance). L’accès à ces séquoias est donc dans une propriété privée mais à l’accès plutôt libre dans la mesure où l’on est correct et que l’on s’annonce à quelqu’un en arrivant. »

« Pour les circonférences (mesurée à 1.50 m du sol) voici la liste en prenant comme référence la photo suivante qui montre cette allée depuis la route d’arrivée. »

« rangée de droite : 4.10 – 3.60 – 3.70 – 4.20 – 3.50 – 4.00 – 2.10 – 4.50
(soit 8 arbres, dont le septième est plus petit que les autres…??) »

« rangée de gauche : 4.70 – 4.50 – 3.90 – souche – 3.90 – 5.00 – 4.90
(soit 6 arbres, et une souche de grosse dimension sans pourriture au centre). »

« La photo 3 montre l’allée depuis le côté du château (le bon repère est la souche qui se voit sur les 2 clichés). La photo 4 est également prise du côté château. »

« Les 6 cimes des séquoias, mesurés à 37 mètres pour le plus haut d’entre eux. »

« A côté du deuxième arbre dans la rangée de gauche, il y avait un morceau de tronc, d’environ 1 mètre de hauteur, qui m’a semblé être un bout de l’arbre coupé dans cette même rangée. Les cernes se voyaient assez correctement et le comptage m’a donné environ 100 cernes sur un premier rayon (mais le décompte vers le diamètre extérieur n’était pas très sûr) et 110 cernes sur un deuxième rayon (mieux sûr des derniers cernes vers l’extérieur du tronc). J’en déduis, d’après leurs diamètres assez petit, et d’après ce comptage des cernes, un âge de 110 ans probables pour cette allée. Le décompte sur la souche n’était vraiment pas facile à faire et je n’ai pas pu y arriver. »

Merci pour cette nouvelle découverte iséroise François. S’il existe des alignements d’arbres magnifiques, ceux de séquoias sont assurément les plus impressionnants, quel gigantisme et quel effet d’optique à l’entrée du domaine ! Jusqu’à présent, une seule allée de séquoias s’était montrée sur le blog [1], j’espère donc que cet article incitera d’autres reporters à nous en dévoiler d’autres qui marquent si fortement les paysages…

Quelques alignements remarquables à découvrir sur le blog :

Alignement d’eucalyptus, Piana (Corse) ;
Allée des Mûriers, Montpellier (Hérault) ;
Alignement de tilleuls, Tanlay (Yonne) ;
La levée du port, alignement de platanes bicentenaires, Thoissey (Ain) ;
L’allée des géants de La Bletterie, Saint-Nicolas-des-Biefs (Allier) ;