Archive

Archive for the ‘Utopiste, Anarchie ?’ Category

Ce que veulent les anarchistes

21 janvier 2008 26 commentaires

.

.

Les anarchistes sont partisans d’une société organisée d’une manière beaucoup plus rationnelle et logique que la jungle capitaliste ou les dictatures marxistes-léninistes. Nous voulons construire une société libre sans classes ni États, sans patries ni frontières dont les buts sont les suivants :

.

Appel du comité central de la garde nationale aux électeurs parisiens, le 25 mars 1871 :

.

  • L’émancipation des individus, leur libération en tant qu’êtres autonomes, libres de leurs choix, lucides, critiques et responsables ;
  • L’égalité sociale, économique et politique de tous les individus (quelque soit l’age, le sexe, la couleur..) dont les conséquence sont la fin des classes sociales, des divisions entre les « normaux » et les « déviants » ;
  • La liberté de création, seule garantie réelle contre l’uniformisation, telle qu’on peut l’observer dans la Chine maoïste ou dans nos sociétés de consommation de masse infantillisante ;
  • La justice, qui découle de l’égalité, ces principes étant incompatibles avec l’existence d’institutions répressives tant judiciaires que policières ou militaires ;
  • L’éducation libertaire et permanente, permettant cet épanouissement le plus complet possible de l’individu et non son adaptation soumise au système productiviste d’aujourd’hui ; la condition en est l’égalité, dès la naissance, des moyens de développement, c’est à dire d’éducation et d’instruction, dans tous les domaines de la science, de l’industrie et des arts
  • L’organisation sociale sur les bases de la libre fédération des producteurs et des consommateurs (autogestion) ; la démocratie directe, non pas électorale et parlementaire mais communale et fédéraliste : pas de mandat en blanc, la coordination des affaires sociales par des délégués élus pour des mandats précis et révocables à tout moment ;
  • Une économie tournée vers la satisfaction des besoins et non vers le profit, c’est la consommation qui doit orienter la production et non l’inverse ;
  • La possession collective ou individuelle des moyens de production et de distribution en excluant toute possibilité pour certains de vivre en exploitant le travail des autres ;
  • L’abolition du salariat, de toutes les institutions étatiques ou autres qui permettent et maintiennent l’exploitation de l’homme par l’homme ; le salariat est le processus par lequel les détenteurs des moyens de production et de consommation indemnisent ceux qui n’ont que leur force de travail à louer, l’abolir c’est casser ce rapport exploiteurs/exploités ;
  • Le partage égalitaire des tâches d’intérêt général, l’absence des divisions entre manuels et intellectuels ou entre éboueurs et  » jeunes cadres dynamiques » ;
  • L’écologie non seulement pour préserver notre environnement mais pour promouvoir un développement de l’humanité basé sur la qualité de la vie ;
  • La libre union des individus ou des populations selon leurs convenances ou leurs affinités
  • La liberté d’expression, c’est à dire le droit absolu pour tout individu d’exprimer ses opinions, par oral, par écrit ou à travers tout autre média ; la liberté des uns s’arrêtant là où commence celle des autres ;
  • La libre circulation des individus, l’abolition des frontières, avec l’instauration d’une nouvelle citoyenneté : le fait de s’installer, de vivre dans une commune donnant droit à l’entière participation aux prises de décisions concernant l’ensemble de la vie politique, sociale, économique et culturelle.

« La lutte est comme un cercle, elle peut se commencer à n’importe quel point,
mais ne se termine jamais. » (sous-commandant Marcos)
____

Et si on continuait en musique ? petite compilation de chants libertaires.

Les ogres de Barback & les Hurlements de Léo : Grand-mère :

Collectif d’artistes sur une scène anarchiste : Bella Ciao :

Le grand Léo Ferré : les anarchistes :

L’inoubliable Boris Vian : le déserteur :

Reprise des Béruriers noirs par Les ogres de Barback & HDL : Salut à toi :

François Béranger toujours d’actualité : magouille blues :

Les Amis de ta femme : Anarchie vaincra

Troïka : le chant des partisans

Keny Arkana et son rap lucide & conscient : l’Ordre Mondial :

François Béranger - photo Annie Le Lann

François Béranger chez nous en Bourgogne, début des années 80 (photo de ma maman).

Une p’tite dernière, Ma Fleur, François Béranger :


___

Quelques textes sur les élections et le droit d’abstention…

« Voter, c’est abdiquer ; nommer un ou plusieurs maîtres pour une période courte ou longue, c’est renoncer à sa propre souveraineté. Qu’il devienne monarque absolu, prince constitutionnel ou simplement mandataire muni d’une petite part de royauté, le candidat que vous portez au trône ou au fauteuil sera votre supérieur. Vous nommez des hommes qui sont au-dessus des lois, puisqu’ils se chargent de les rédiger et que leur mission est de vous faire obéir.

Voter, c’est être dupe ; c’est croire que des hommes comme vous acquerront soudain, au tintement d’une sonnette, la vertu de tout savoir et de tout comprendre. Vos mandataires ayant à légiférer sur toutes choses, des allumettes aux vaisseaux de guerre, de l’échenillage des arbres à l’extermination des peuplades rouges ou noires, il vous semble que leur intelligence grandisse en raison même de l’immensité de la tâche. L’histoire vous enseigne que le contraire a lieu. Le pouvoir a toujours affolé, le parlotage a toujours abêti. Dans les assemblées souveraines, la médiocrité prévaut fatalement.

Voter c’est évoquer la trahison. Sans doute, les votants croient à l’honnêteté de ceux auxquels ils accordent leurs suffrages – et peut-être ont-il raison le premier jour, quand les candidats sont encore dans la ferveur du premier amour. Mais chaque jour a son lendemain. Dès que le milieu change, l’homme change avec lui. Aujourd’hui, le candidat s’incline devant vous, et peut-être trop bas ; demain, il se redressera et peut-être trop haut. Il mendiait les votes, il vous donnera des ordres. L’ouvrier, devenu contre-maître, peut-il rester ce qu’il était avant d’avoir obtenu la faveur du patron ? Le fougueux démocrate n’apprend-il pas à courber l’échine quand le banquier daigne l’inviter à son bureau, quand les valets des rois lui font l’honneur de l’entretenir dans les antichambres ? L’atmosphère de ces corps législatifs est malsain à respirer, vous envoyez vos mandataires dans un milieu de corruption ; ne vous étonnez pas s’ils en sortent corrompus.

N’abdiquez donc pas, ne remettez donc pas vos destinées à des hommes forcément incapables et à des traîtres futurs. Ne votez pas ! Au lieu de confier vos intérêts à d’autres, défendez-les vous-mêmes ; au lieu de prendre des avocats pour proposer un mode d’action futur, agissez ! Les occasions ne manquent pas aux hommes de bon vouloir. Rejeter sur les autres la responsabilité de sa conduite, c’est manquer de vaillance. »

(Elisée Reclus en septembre 1885)
____

« […] Entre ses voleurs et ses bourreaux, il a des préférences, et il vote pour les plus rapaces et les plus féroces. Il a voté hier, il votera demain, il votera toujours. Les moutons vont à l’abattoir. Ils ne se disent rien, eux, et ils n’espèrent rien. Mais du moins ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera, et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que les bêtes, plus moutonnier que les moutons, l’électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des Révolutions pour conquérir ce droit. Ô bon électeur, inexprimable imbécile, pauvre hère, si, au lieu de te laisser prendre aux rengaines absurdes que te débitent chaque matin, pour un sou, les journaux grands ou petits, bleus ou noirs, blancs ou rouges, et qui sont payés pour avoir ta peau ; si, au lieu de croire aux chimériques flatteries dont on caresse ta vanité, dont on entoure ta lamentable souveraineté en guenilles, si, au lieu de t’arrêter, éternel badaud, devant les lourdes duperies des programmes ; si tu lisais parfois, au coin du feu, Schopenhauer et Max Nordau, deux philosophes qui en savent long sur tes maîtres et sur toi, peut-être apprendrais-tu des choses étonnantes et utiles. Peut-être aussi, après les avoir lus, serais-tu moins empressé à revêtir ton air grave et ta belle redingote, à courir ensuite vers les urnes homicides où, quelque nom que tu mettes, tu mets d’avance le nom de ton plus mortel ennemi. Ils te diraient, en connaisseurs d’humanité, que la politique est un abominable mensonge, que tout y est à l’envers du bon sens, de la justice et du droit, et que tu n’as rien à y voir, toi dont le compte est réglé au grand livre des destinées humaines.

Rêve après cela, si tu veux, des paradis de lumières et de parfums, des fraternités impossibles, des bonheurs irréels. C’est bon de rêver, et cela calme la souffrance. Mais ne mêle jamais l’homme à ton rêve, car là où est l’homme, là est la douleur, la haine et le meurtre. Surtout, souviens-toi que l’homme qui sollicite tes suffrages est, de ce fait, un malhonnête homme, parce qu’en échange de la situation et de la fortune où tu le pousses, il te promet un tas de choses merveilleuses qu’il ne te donnera pas et qu’il n’est pas d’ailleurs, en son pouvoir de te donner. L’homme que tu élèves ne représente ni ta misère, ni tes aspirations, ni rien de toi ; il ne représente que ses propres passions et ses propres intérêts, lesquels sont contraires aux tiens. Pour te réconforter et ranimer des espérances qui seraient vite déçues, ne va pas t’imaginer que le spectacle navrant auquel tu assistes aujourd’hui est particulier à une époque ou à un régime, et que cela passera. Toutes les époques se valent, et aussi tous les régimes, c’est-à-dire qu’ils ne valent rien. Donc, rentre chez toi, bonhomme, et fais la grève du suffrage universel. Tu n’as rien à y perdre, je t’en réponds ; et cela pourra t’amuser quelque temps. Sur le seuil de ta porte, fermée aux quémandeurs d’aumônes politiques, tu regarderas défiler la bagarre, en fumant silencieusement ta pipe.

Et s’il existe, en un endroit ignoré, un honnête homme capable de te gouverner et de t’aimer, ne le regrette pas. Il serait trop jaloux de sa dignité pour se mêler à la lutte fangeuse des partis, trop fier pour tenir de toi un mandat que tu n’accordes jamais qu’à l’audace cynique, à l’insulte et au mensonge.

Je te l’ai dit, bonhomme, rentre chez toi et fais la grève. »

(Octave Mirbeau, La grève des électeurs – 1888)
____

Lire l’article de Paul en intégralité sur son blog, c’est par ici.

Catégories :Utopiste, Anarchie ?