Tilleul de Sully, Masclat (Lot)

Avertis de la venue de la ministre de l’écologie à Sarlat-la-Canéda, nous avons fait le déplacement hier pour joindre nos voix à tous ceux qui refusent l’exploitation du gaz de schiste [1] sur nos territoires, ces explorations et exploitations extrêmement polluantes utilisent plusieurs centaines de produits toxiques et dangereux pour les hommes, mais aussi pour l’ensemble des écosystèmes. Nous ne sommes pas prêts à perdre nos paysages, notre eau, notre agriculture et notre santé pour satisfaire l’appétit de ces prédateurs !

En chemin, nous avons décidé de faire un détour par le petit village de Masclat.

Près du château se trouve un tilleul de Sully, photographié en feuilles par Patrick Cuvillier [2].

3,95 mètres de circonférence à 1,40m, pour une hauteur dépassant guère les 5 mètres. Aucune trace écrite ne permet de vérifier l’année de plantation, mais la mémoire des anciens la situe sous Henri IV, nous admettrons donc qu’il s’agit là d’un tilleul de Sully.

Lire la suite

Le tilleul de Sully de Cormaranche-en-Bugey (Ain)

Retrouvons à nouveau François qui nous avait dévoilé de très beaux arbres en Suisse [1][2], mais aussi de notre côté de la frontière où il avait déniché de fameux spécimens [3][4][5].

« Par définition, les « tilleuls de Sully » qu’on trouve en de nombreux endroits de France ne peuvent atteindre des dimensions phénoménales puisqu’ils n’ont « que » 400 ans d’âge environ. Ce sont donc encore de jeunes premiers qui ont plusieurs siècles de vie devant eux, à condition de faire l’objet de soins… et que l’évolution du climat ne leur joue pas de mauvais tour. Et ils n’en sont pas moins remarquables, tant comme témoins de l’histoire qu’en raison du choix souvent judicieux de leur implantation. » (clic les photos)

« Celui de Cormaranche, dans l’Ain, en est un bel exemple. Planté en 1601, conjointement à deux autres (l’un près de l’église) aujourd’hui disparus, pour célébrer le rattachement à la France du Bugey, qui dépendait jusqu’alors de la maison de Savoie, il se dresse de façon très spectaculaire et majestueuse sur la petite colline de Servoin, à côté d’une croix, dans un sol paraît-il ingrat, à la sortie N-NO du village, immédiatement derrière les dernières maisons. »

« Bien qu’il ait été atteint par la foudre en 1970, il ne manque pas de vigueur. Il fait l’objet de soins attentifs de la part des autorités communales, soucieuses de préserver la santé de ce beau sujet, rappel d’un moment clé de l’histoire de la région. »

« Il a ainsi été taillé en 2007 et 2009. La circonférence de son tronc mesure 507 cm à 130 cm du sol. Sa hauteur actuelle (décembre 2010) n’excède guère 15 m. »

IGN 3231 OT Ambérieu-en-Bugey, GPS 702.000 / 5092.650, altitude 865 m.

Merci pour cette nouvelle découverte François, il s’agit d’un très beau tilleul de Sully, bien mis en valeur sur cette petite butte l’arbre dévoile un houppier majestueux pour quatre siècles d’existence. Le haubanage et les élagages propres témoignent d’un entretien soigné pour ce tilleul historique.

Sur le site de la commune un article avec photos présentant le tilleul, à voir ici.


____

Mise à jour avec des photos en feuilles – novembre 2011 par François (clic).

Le tilleul de Saint-Sauveur-la-Sagne (Puy-de-Dôme)

Saint-Sauveur-la-Sagne possède un tilleul de Sullly, classé « Arbre Remarquable » par le Muséum d’Histoire Naturelle en 1997. L’arbre est situé tout près de l’église du XIIème siècle dont le chœur est classé à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques.

Circonférence de 5,20 mètres à 1,30m du sol, hauteur de 22 m, et un âge de 400 ans.

Merci à la mairie pour les données dendrologiques récentes, si vous avez besoin d’infos supplémentaires consultez le site de la communauté de communes du pays d’Arlanc, une page est dédiée à cette « perle touristique du Livradois », c’est ici.

Merci pour les photos Christine, un vrai plaisir de découvrir un tilleul de Sully pour lequel je n’avais aucune informations, un bel arbre équilibré et en bonne santé, sur les premières photos on distingue sa base très large avec un enracinement puissant.

« La Mère Castor » un chouette blog où elle dépose mots & photos, faites un tour, c’est ici.

Finalement le monde est petit… L’an passé Paul avait sollicité Christine pour l’élaboration de son article « Mon pote, le micocoulier », il lui fallait des clichés de souches d’arbres témoignant de cette pratique ancestrale qui consiste à faire pousser des fourches en plein champs…

Le tilleul du prieuré de Saint-Nizier, Saint-Martin-d’Uriage (Isère)

Et si on retournait explorer l’Isère avec François ?

“Je continue avec ma série de tilleuls en Isère… Celui-là se trouve à Saint-Nizier sur la commune de Saint-Martin-d’Uriage. Il est planté juste à côté d’un prieuré du XVIIème siècle, très bien restauré et aménagé. Cela signifie que le tilleul lui aussi bénéficie de ces bons soins et il apparaît en très bonne forme (pour le néophyte que je suis). Nous y sommes allés hier, avec Françoise ma femme, malgré le mauvais temps et la pluie.” (clic les photos)

“Le coteau d’Uriage est un endroit très agréable à visiter car les maisons qui sont là sont très jolies, et leurs terrains attenants sont très bien aménagés et entretenus. Cela rend la balade dans ces hameaux tout à fait charmante. C’est grâce à cet état des choses que l’on trouve, auprès de ce prieuré et de ce tilleul, une atmosphère vraiment accueillante, et si soignée que l’on se sentirait presque chez soi ! L’arbre a subi une taille courte, qui laisse bien voir son tronc et sa ramure. Il est bien équilibré et donne le sentiment d’être solide. Mesuré à 1.30 de hauteur, sa circonférence fait 5.60 mètres. Cette mesure englobe  l’espèce d’excroissance – boursoufflure que l’on voit sur la partie droite de son tronc (entre Françoise et le lierre grimpant), dont je ne sais pas expliquer de quoi il s’agit.”

“L’aménagement du terrain est superbe, et semble être parfait pour que l’arbre continue de vivre le plus paisiblement possible. La hauteur estimée doit être de 10 mètres, mais les branches qui vont pousser ensuite lui donneront quelques mètres supplémentaires. Lire la suite

Tilleul de Sully, Gérardmer (Vosges)

« Voici un arbre très connu. Tous ceux qui se rendent aux sports d’hiver, ou au festival du film fantastique de Gérardmer n’ont pas manqué de le remarquer trônant au milieu d’une des grandes places éponyme de la ville. » (clic les photos)

« Un tilleul de 4 siècles qui en impose car contrairement à bon nombre de ses homologues de Sully, il possède un fût assez haut. Qu’on en juge plutôt : sa circonférence à 1m30 est de 6m40, son tronc s’élève sur 6 ou 7 mètres et sa hauteur totale est voisine de 20 mètres. »

« Le tilleul est répertorié par l’association A.R.B.R.E.S. et on comprend pourquoi. Il est très bien mis en valeur et entretenu par la municipalité. Même si son tronc est creux, je gage qu’il prodiguera encore pendant longtemps son ombrage pour les touristes qui fréquentent le kiosque voisin où j’ai pu me procurer une carte des environs qui m’a mis sur la piste d’autres arbres de tout premier plan… »

Merci pour les photos Gilles, effectivement c’est un arbre connu qui figure dans quelques livres, mais il était quasi impossible d’en trouver des clichés sur le net, voilà qui est chose faite ! Un port harmonieux pour un vieux tilleul urbain, malgré tout il semble en bonne santé et a sûrement de nombreuses décennies devant lui. Une carte magique qui t’a mis sur la piste d’autres vieux arbres vosgiens..? Vivement la suite… Lire la suite

Tilleul de Sully, Saint-Sauves-d’Auvergne (Puy-de-Dôme)

Cet été rencontre avec Jerem, un ami de Sisley, qui se propose de partager avec nous toutes ses découvertes arboricoles de l’été… On va se régaler !

Commençons par un tilleul de Sully découvert dans le village de Saint-Sauves-d’Auvergne au coeur du Parc naturel régional des Volcans d’Auvergne. (clic les photos)

Un bon vieux tilleul qui affiche une circonférence de 5,50 mètres à 1m30. Une mesure qui ne traduit pas son âge, en regardant bien la carte postale, on se rend compte que le tilleul a perdu une charpentière et une partie du tronc au cours du XXè siècle.

Merci pour la découverte de ce tilleul Jerem, j’en avais connaissance mais comme souvent il était impossible de trouver des photos en grande taille de l’ancien. Un beau tilleul au ventre creux comme je les aime, et puis c’est toujours intéressant de pouvoir comparer les différences entre tous ces tilleuls de Sully, même époque de plantations mais avec des terroirs différents chaque arbre est devenu “unique”.

A bientôt pour de nouvelles aventures…

Tilleuls de Sully en Corrèze

D’après toutes mes notes, la Corrèze recèlerait une dizaine de Tilleuls de Sully (ministre sous Henri IV), sur une carte ça dessine une boucle, alors j’ai eu envie d’aller les rencontrer et comparer leurs différences. Après tout, ils ont été plantés à la même époque et dans les mêmes terroirs… J’ai mis un max de photos, car il s’agit du 200ème article « arbres coup de cœur », alors ça se fête !

Direction Maussac-bourg en Haute-Corrèze, car ce tout petit village de 400 habitants abriterait un beau tilleul de Sully sur la place de l’église. (clic pour agrandir)

Le tronc est entièrement creux, et il est possible de passer à travers. Une circonférence de 6,10 mètres à 1,40m et une hauteur de 9 mètres ; ce qui lui donne une allure assez ramassée, mais il garde encore un charme indéniable.

A 3 kilomètres au nord de Maussac-bourg se trouve le village de Maussac-gare, dans lequel vous pourrez admirer deux magnifiques séquoias de 130 ans, et à 4 kilomètres à l’ouest se trouve le Gros Hêtre de Combressol [1].


____

Perdu au cœur de forêts domaniales à 830 mètres d’altitude, le charmant village de Bonnefond abrite lui aussi un tilleul de Sully sur la place de l’église.

Rencontre agréable, le tilleul trône majestueusement devant l’église, lui aussi entouré d’un petit mur de pierre sur lequel il fait bon s’asseoir et profiter de l’ombre fraîche.

Une circonférence de 6,40 mètres à 1,50m pour une dizaine de mètres de hauteur. Son tronc est entièrement creux et comme celui de Maussac, il peut être traversé de part en part. Le tronc a été comblé avec des pierres et du ciment sur un mètre de haut. Je l’aime bien celui-là, il s’insère parfaitement dans le décors, et son allure ‘rondouillette’ lui confère une certaine ‘douceur’ malgré ses 400 ans et les trous dans sa carcasse. Lire la suite