Les arbres surréalistes du Codex Seraphinianus

À la fin des années 70, Luigi Serafini – un artiste italien – rédige le Codex seraphinianus. Il s’agit d’une sorte d’encyclopédie d’un monde totalement imaginaire composée de onze chapitres traitant de la nature, d’humanoïdes, de minéraux, de mathématiques, d’architecture et d’écriture.

Dans la section botanique, certaines planches traitent d’arbres fabuleux.

Ces dessins surréalistes semblent décrire un monde fantastique en parallèle avec le nôtre. Le texte est écrit dans une langue imaginaire, avec une écriture inconnue inventée par l’auteur lui-même, et qui est sans doute indéchiffrable.

Je reste totalement fasciné par le monde délirant de Luigi Serafini.

L’ouvrage n’est pas évident à trouver d’occasion et souvent à un prix prohibitif. Toutefois, j’ai pu dénicher un scan complet sur le net, à voir ici (pdf 371 pages).

Forêt des druides

Norma est un opéra en deux actes de Vincenzo Bellini.

L’action se déroule en Gaule transalpine occupée par les Romains, vers l’an 50 avant J.-C. La druidesse Norma a eu deux enfants de son amant Pollione, proconsul romain en Gaule. Mais ce dernier l’a déjà oubliée et ne songe désormais qu’à la jeune novice Adalgisa, qu’il rêve d’emmener à Rome. Venue demander conseil à Norma, Adagilsa dévoile à la prêtresse le nom de son amant : effroi d’Adalgisa qui découvre, horrifiée, le mensonge de Pollione, et stupeur de Norma, qui ne contient plus sa rage : pourra-t-elle vivre ? devra t-elle tuer ou épargner les fils de Pollione ? En renonçant à Pollione, Adalgisa croit pouvoir panser le mal, mais rien n’y fera ; après avoir accusé et menacé de mort le père de ses enfants, Norma se sacrifiera elle-même en montant au bûcher, suivie d’un Pollione conscient de ses actes et subitement atteint par la grâce. (Résumé tiré du site Opéra Online – tout l’univers de l’art lyrique).

Théâtre Royal Italien. Forêt des druides dans l’Opéra de Norma par Mr. Ferri : [estampe] / Lithographie de Thierry Frères (1835). Conservée à la bibliothèque-musée de l’Opéra Garnier, rattachée au département musique de la Bibliothèque nationale de France.

Bellini, Norma, acte I « Casta diva », interprêté par Maria Callas, Orchestra del Teatro alla Scala di Milano & Coro del Teatro alla Scala di Milano, 1954.

La Forêt sacrée des Druides. Au milieu, le chêne d’Irminsul au pied duquel on voit la pierre des druides servant d’autel. Au loin, des collines boisées. Il fait nuit ; des feux lointains transparaissent à travers la forêt. (Indications scéniques originales de Felice Romani – l’auteur du livret).

« Casta Diva, che inargenti… »

« Chaste Déesse, qui argente
Ces arbres antiques et sacrés,
Vers nous tourne ton beau visage,
Sans nuages et sans voile,
(Le chœur répète les mêmes paroles)
Tempère, de ces cœurs ardents,
Tempère encore le zèle audacieux,
Répands sur la terre, cette paix,
Que tu fais régner dans le ciel. »

L’arbre habité des Médicis

Cette plateforme sur un chêne majestueux a été construite par Francesco de la famille des Médicis dans le parc de la Villa di Pratolino en Toscane.

Il y avait deux rampes étagées qui encerclaient l’arbre sur les côtés opposés, conduisant à une plate-forme d’un diamètre de huit mètres, qui était ornée d’une table en marbre, de sièges et de fontaines. Il ne subsiste aujourd’hui plus une seule trace de cet arbre dans le parc.

Stefano Di Bella, Vues de la villa de Pratolino, 1653, conservée au Met Museum. Lire la suite

Tony Ruth – Equity Series

Une série de dessins de Tony Ruth, créé à l’origine pour le rapport Design in Tech 2019 et présentée à nouveau dans le rapport CX 2020.

Tony Ruth - GivingTree_1

1. L’inégalité signifie un accès inégal aux opportunités, comme être né du mauvais côté de l’arbre.

Tony Ruth - GivingTree_2

2. L’égalité, c’est essayer de concilier l’équité en donnant une solution égale aux deux.

Tony Ruth - GivingTree_3

3. L’équité signifie savoir qu’il existe une solution adaptée à chaque individu.

Tony Ruth - GivingTree_4

4. La justice signifie travailler pour corriger le système lui-même – par exemple : lutter contre le racisme systémique.

Des dessins inspirés par le travail de Shel Silverstein pour l’arbre généreux.

En decouvrir plus sur le travail de Tony Ruth, visitez Business Town Tumblr.

Confinement

« Forest quarantine », Jaymin Beck, Australia 2012.

Heureusement, le son n’est pas confiné.

Le confinement ça a du bon, ecoutez de la musique, lisez, pensez à vous, à nous tous, à la planète et comment on serait heureux de vivre, ensemble, en paix. Trois longs morceaux « I’m lust over like a Willow Tree ».

 

Fat Freddy’s Drop – Ernie, Paris, Nuits Zébrées, décembre 2005.

Fat Freddy’s Drop – Midnight marauders, Paris, Nuits Zébrées, décembre 2005.

Fat Freddy’s Drop, Roady, Paris, Nuits Zébrées, décembre 2005.