Archive

Archive for the ‘Cerisiers’ Category

Merisier, forêt du Buchholz, Sarreguemines (Moselle)

15 octobre 2010 10 commentaires

Suivons Sisley dans la forêt du Buchholz [1][2] qui n’a pas encore dévoilé tous ses secrets.

« J’ai dû en parler à plusieurs reprises et c’est vrai que depuis ces fois, nous n’avons toujours pas pu admirer de merisier(s) dans nos galeries. C’est pourquoi en possédant un exemplaire dans ma malle depuis quelques années, je me dois de vous le présenter et de ce fait nous nous rendrons une fois de plus dans la forêt du Buchholz jouxtant celle du Freiwald et située entre Neufgrange, Rémelfing et Sarreguemines, lieux où nous avons déjà pu observer maints spécimens remarquables. »

« Comme a mon habitude, je vadrouillais en sous-bois quand je fis la rencontre fortuite d’un merisier de bonne condition, il devait faire dans les 1,80 m de tour et présentait quelques symptômes d’affaiblissement du collet. M’étant arrêté là, ce fut seulement des mois plus tard qu’en revenant par ce chemin, je remarquais une silhouette inconnue, comment j’avais pu louper ce second merisier distant de l’autre d’à peine 20 m ! »

« Je dois dire que j’en ai fait des km dans les bois depuis des années et même si je ne faisais pas particulièrement attention à cette essence, il m’est très peu arriver d’en voir de gros spécimens, car étant une espèce de longévité moyenne (80-120 ans) et appréciée dans la sylviculture de bois noble, il devenait difficile d’en croiser régulièrement. »

« Celui-ci se distingue d’autres par son importante hauteur (> 27 m), son long fut dégagé, sa droiture et une circonférence de 1,88 m, mais certainement davantage depuis deux-ans et demi. En effet si dans certains secteurs on peut trouver des sujets avec des diamètres de 50-60 cm pour 50 à 80 ans, c’est en fait le seuil d’exploitation et quand bien même ils le dépassent, il devient rare d’aller au delà de 70-80 cm, c’est pourquoi je pense que celui-ci à entièrement sa place ici. »

« C’est une essence formidable, je fus sidéré par la lumière réverbérée par son tronc lors de cette matinée hivernale et tout autant par l’éclat albâtre de sa floraison, à ce moment il se distinguais très nettement des cimes avoisinantes ! »

« Dans ce massif je pu encore faire une autre rencontre assez semblable, l’individu en question a les mêmes dimensions, mais les clichés ne donnèrent rien. »

Prunus avium en station forestière, document à consulter ici (8 pages en .pdf).

Lire la suite…

Catégories :Cerisiers

Le vieux cerisier de Villers-Ecalles (Seine-Maritime)

27 avril 2010 6 commentaires

Continuons en Normandie avec Sébastien [1][2], et retournons dans le village de Villers-Ecalles où un vieux fruitier attendait tranquillement de se dévoiler.

“Un village qui ne manque pas de charme ! “Avec monsieur le maire (propriétaire du terrain), j’ai pris quelques photos et les mesures de ce cerisier qui laisse rêveur.”

“Il y a quelques années l’arbre était encore très vigoureux mais depuis peu, quelques signes de fragilité semblent apparaitre. L’arbre est donc très vieux mais son âge reste inconnu. Le point de greffe se trouve au niveau du sol. Il semble bien que la variété de ce cerisier soit ancienne. Les cerises seraient de bonne qualité, mais le noyau est assez gros.”

“La circonférence à 1,50 m est de 4,19 m : je n’en connais pas de plus gros.”

“Je tiens à remercier le maire qui s’est rendu disponible, et surtout à le féliciter pour tout ce qu’il fait pour le bon développement de sa commune.”

Merci pour cette découverte extraordinaire Sébastien,  un cerisier magnifique, quel tronc splendide ! et puis il s’agit du plus gros cerisier recensé jusqu’à présent sur le blog [3]. C’est l’ami Sisley qui va être content de découvrir un tel fruitier ! Décidément, la Normandie se révèle vraiment comme un endroit rêvé pour la retraite des vieux ligneux…

Catégories :Cerisiers

Cerisier, église Saint Urcisse, Cahors (Lot)

25 juin 2009 5 commentaires

Dans les vieux quartiers de Cahors existe une vieille église paroissale datant du XIIè siècle, fermée au public car devenue dangereuse avec le temps. Accolé se trouve l’ancien presbytère, transformé depuis quelques années en restaurant, avec une des terrasses les plus agréables de la ville. En fait, c’est le cerisier et son ombre généreuse qui donne tout le charme à ce lieu.

Ses dimensions : 2,20 mètres de circonférence à 1,30m, pour 10 mètres de hauteur ; pas si vieux que ça mais un charme fou ! Et il faut s’imaginer les chaleurs accablantes que l’on subit par ici l’été, alors vous comprendrez combien son ombrage est salutaire.

Un tronc splendide, une écorce craquelée avec de belles couleurs ; et enfin la mousse qui le recouvre donne un petit air de faërie. De l’affection pour cet arbre car j’ai passé plusieurs mois à travailler dans ce restaurant, et tous les jours nous mangions et prenions nos pauses sous sa ramure fantastique. Il est devenu un bon copain avec le temps…

Pour aller à sa rencontre, retrouvez l’église Saint Urcisse dans le quartier des Badernes, le cerisier se trouve dans la cour du restaurant Food & Beverage, arrêtez-vous – la table est bonne et l’ambiance est sympa !
.

Sisley a découvert plusieurs cerisiers bien plus âgés en Moselle, voir par ici.

Catégories :Cerisiers, Exploration du Lot

Le val des cerisiers, Behren-lès-Forbach (Moselle)

30 avril 2009 6 commentaires

Sisley nous emmène encore sur la trace des vieux fruitiers.

Cette fois-ci partons avec lui découvrir des vieux cerisiers dans un ancien verger en bordure du village de Behren-lès-Forbach en Moselle : “c’est parallèlement à une route que va se dérouler cette histoire, tout d’abord en l’empruntant à plusieurs reprises, je n’ai pas eu le déclic et c’est vers la fin août je remarque en contre-bas un arbre intéressant, pensant à du poirier je note l’info pour revenir en février dernier.” (clic les photos)

“Et à ma grande surprise il y a bel et bien un poirier greffé (C: 2,50 m), mais celui remarqué est un cerisier domestique qui à première vue n’est pas tout seul ! Trois magnifiques spécimens alignés sur une centaine de mètres.”

“Je passe aux mesures conventionnelles et pour un début c’est assez fort, le  cerisier 1 donne 2,92 m et environ 12 m ; puis le cerisier 2 en crescendo affiche 3,33 à 1,3 m pour 13-14 m et le dernier finit d’étonner avec 3,55 m à 1,3 et une dizaine de mètres !”

“Ces exemplaires peuvent se trouver dans une tranche d’âge située entre 80 et 110 ans, ce qui pour cette espèce n’est pas rien. Un des trois est apparemment en fin de vie, le tronc se fend, les quelques branches restantes finissent de tomber ou sécher, quoi qu’il en soit, la réponse est peut-être dans le fait qu’ils ont été greffés et ainsi leurs longévité est un peu plus faible que les merisiers. Je m’y suis pris un peu tard pour les clichés en floraison et du coup c’est déjà dépassé à cause des pluies. Éphémère moment dans une si belle saison !” Lire la suite…

Catégories :Cerisiers