Colombie, une « guerilla » contre la déforestation

Amazonie : d’anciens FARC lancent une « guérilla » contre la déforestation ! © Yohan Demeure – SciencePost, 24 août 2019.

Depuis maintenant trois ans, les FARC ont signé un accord de paix avec le gouvernement colombien après des décennies de conflit. Cependant, certains anciens guérilleros se remobilisent depuis peu afin de préserver la forêt en danger.

  • Des guerriers de l’environnement

Les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) représentaient la principale guérilla communiste impliquée dans le conflit armé colombien, ayant débuté dans les années 1960. Cette période de conflit s’est soldée par un accord de paix en 2016 mais certains anciens FARC ont trouvé un autre combat à mener. Comme l’indique la BBC dans une publication du 21 août 2019, d’anciens FARC ont décidé de se remobiliser pour la cause environnementale.

La chaîne britannique a interrogé Albeiro Suarez, ayant passé presque trois décennies à se battre aux côtés des FARC. Ce dernier a expliqué que l’exploitation illégale de la foret a explosé après la signature de l’accord de paix. Selon les chiffres officiels, celle-ci aurait plus que doublé en à peine trois ans ! Dans la région d’Uribe, Albeiro Suarez vit dans la jungle amazonienne avec une centaine d’autres ex-FARC ainsi que leur famille. L’objectif ? Surveiller et protéger la forêt.

  • Une mobilisation sérieuse

Albeiro Suarez a expliqué que la mobilisation ne concernait pas seulement la présence d’anciens combattants. En effet, chaque activité illégale est dénoncée et les militants participent à des activités destinées à réhabiliter la foret. En effet, des campagnes de reforestation sont régulièrement organisées. Le porte-parole de ce nouveau mouvement a également fait part de son rêve. Ce dernier espère qu’un jour, la région d’Uribe soit à même de développer l’éco-tourisme. La perspective de créer une coopérative sociale permettant à la population de participer activement à la protection de la forêt serait très appréciable selon lui.

Cette information fait écho à la catastrophe touchant actuellement l’Amazonie du côté brésilien. Depuis plusieurs semaines, de très nombreux incendies ravagent la forêt. Pas moins de 2 500 nouveaux départs de feu ont été recensés ces derniers jours par l’Institut national de recherche spatiale (INPE). Le président brésilien Jair Bolsonaro, à qui l’on impute la responsabilité d’une telle situation, vient d’autoriser l’armée à se mobiliser pour combattre les incendies.
____

Former FARC rebels become eco-warriors to stop the deforestation in the Amazon © BBC 21 août 2019

Former Farc rebels in Colombia, who spent decades fighting the government over land and power, have reinvented themselves as eco-warriors protecting the Amazon rainforest from illegal logging.
According to the government, deforestation in the Colombian Amazon rose by 60% between 2015 and 2018.
The rainforest had been a no-go area during the conflict, but illegal logging has soared since a peace deal in 2016.

Video produced by Trystan Young, with Sophie Eastaugh, Ly Huong and Marcelo Molano in Colombia.

La branche de cerisier

Étudiez l’art de la poésie. C’est une honte pour un samouraï de n’avoir aucune sensibilité ni aptitude dans ce domaine. (Code de conduite du clan Odawara Hôjô)

Un puissant daimyô voyageait avec sa suite. Il s’arrêta en chemin dans le manoir de l’un de ses vassaux. Il fut, bien sûr, reçu avec tous les honneurs. Après une copieuse collation agrémentée du meilleur saké, le seigneur fit le tour du jardin. Il contempla les cerisiers en fleurs mais fut surtout impressionné par la subtile harmonie qui se dégageait des lieux. Il n’y avait aucune faute de goût. Il complimenta le maître du manoir pour un tel raffinement mais celui-ci répondit :

– Sire je n’ai aucun mérite. C’est une femme qui s’occupe du jardin.

Le daimyô félicita donc la femme et prit plaisir à converser avec elle sur les principes de la composition florale, le sens du rythme, les proportions le vide et le plein, la symbolique, enfin, sur tout ce qui préside aux règles d’un art aussi délicat.

Yoshitsune & Benkei - Yoshitoshi Tsukioka

Au moment de partir le seigneur salua ses hôtes et demanda la permission de couper une branche de cerisier pour décorer son palanquée. Le mari s’inclina et escorte son suzerain jusqu’à l’arbre en fleur mais la femme les rattrapa.  Elle s’interposa entre le daimyô et le cerisier.
– Je vous en prie, Messire, ne coupez pas la branche !
– Et pourquoi donc ?! demanda le seigneur, l’oeil noir, visiblement courroucé. Toute la cour était interloquée. Quel affront ! Ce refus était inimaginable, cette offense impardonnable ! L’atmosphère était soudain devenue irrespirable, la tension insupportable. Le vassal fut pris d’une angoisse vertigineuse, il se voyait déjà en disgrâce, obligé de se faire hara-kiri.

La femme ouvrit enfin la bouche pour faire fleurir ce poème sur ses lèvres :

Si vous retirez

la branche du cerisier

Où donc se posera

Le rossignol pour chanter

Quand le printemps reviendra !

Le Daimyô,  avec un sourire, fit demi tour. Un vent parfumé vint rafraîchir le jardin. La joute était finie. La femme du samouraï avait désarçonné son seigneur. Bon prince, il quitta le manoir en récitant ces vers.

L’année suivante, au printemps, le suzerain fit parvenir un cadeau à la gardienne du jardin. C’était un kakémono où un artiste célèbre avait peint une branche de cerisier en fleur et calligraphié son poème.

______

Contes des sages samouraïs, Pascal Fauliot, pp. 77-80.

Yoshitsune et Benkei regardent les fleurs de cerisier (1885), une estampe de Yoshitoshi Tsukioka, le dernier grand maître – et l’un des plus grands génies innovateurs et créatifs – des estampes japonaises Ukiyo-e.

Cercles forestiers mystérieux, Nichinan – Miyazaki, Japon

Deux cercles forestiers mystérieux ont récemment été repérés dans la préfecture de Miyazaki au Japon. Visibles uniquement du ciel, ils sont composés exclusivement d’arbres Sugi (cèdre du Japon).

Les théoriciens du complot seront déçus d’apprendre qu’il existe une explication pratique pour l’apparition de ces formes sylvestres :  il s’agit du résultat d’une expérience scientifique menée depuis presque 50 ans.

D’après la documentation (Pdf) du ministère japonais de l’Agriculture, des Forêts et des Pêcheries, en 1973, une zone proche de la ville de Nichinan a été désignée «foresterie expérimentale» et l’une des expériences visait à essayer de mesurer l’effet de l’espacement des arbres sur croissance. L’expérience a été réalisée en plantant des arbres par incréments radiaux de 10 degrés, formant 10 cercles concentriques de différents diamètres.

tree-crop-circles-half-century-miyazaki-japan-4-5c1b55876c1d2__700

La forme concave suggère que les cercles extérieurs de moindre densité favorisent une croissance plus rapide, la taille de l’arbre devenant de plus en plus petite à mesure que la densité augmente. Plus d’espace équivaut à moins de concurrence pour des ressources telles que l’eau et le soleil, il est donc plus facile pour ces arbres extérieurs de devenir plus gros et plus forts, tandis que ceux de l’intérieur se battent entre eux. La différence de hauteur entre les plus petits arbres du centre et les plus grands de l’anneau extérieur dépassait 5 mètres. Lire la suite