Way of giants

Un court métrage d’animation réalisé en 2016 par Alois Di Leo.

Dans une forêt d’arbres gigantesques, Oquirá, une fillette indigène de six ans, défiera son destin et apprendra à comprendre le cycle de la vie.

Animation : Tiago Rovida & Henrique Lobato
Original Music by Tito La Rosa
Editing : Helena Maura & Alois Di Leo
Sound Design and Mix : Daniel Turini & Fernando Henna
Additional Music : Gustavo Monteiro

Plus d’infos sur le film, et/ou découvrir le making of, c’est par ici.

 

L’arbre dans le processus alchimique

Le manuscrit de Ripley est un parchemin extraordinaire de 6 mètres de long, qui décrit comment fabriquer la mythique pierre philosophale. Ce manuscrit renferme de nombreux symboles mystiques. La signification précise des icônes alchimiques n’est pas tout à fait connue, et il ne fait aucun doute que certaines de ces imageries sont délibérément mystérieuses.

Une arche surmontée de flammes jaillit des branches d’un arbre à feuilles d’or. Sous les branches se distinguent un soleil avec des plumes dans sa bouche et une lune avec des plumes à côté. Ils flanquent une silhouette de lézard à tête humaine qui pend des branches de l’arbre et tend la main à un garçon assis dans une auréole au sommet d’une vigne qui serpente autour du tronc d’arbre. La vigne est tenue par un homme et une femme nus, qui se tiennent à côté de l’arbre dans un bassin à tourelle à six côtés, chaque tourelle portant un alchimiste tenant un flacon en verre.

Georges Ripley, rouleau manuscrit alchimique, Angleterre, 1624.

Aujourd’hui, 23 rouleaux manuscrits attribués à Georges Ripley sont connus au Royaume-Uni et aux États-Unis. Les illustrations de ces manuscrits sont similaires, avec des variations pour quelques exemplaires. Celui-ci est l’unique exemplaire privé connu, vendu par Christie’s pour 584,750 £ [1][2].

The tree

« The tree » un court métrage d’animation réalisé par YANG Han et MALEK Basil. Il s’agit d’un film de fin d’études 2018 – Gobelins, l’école de l’image.

Dans un monde désertique, un vieil homme passe ses journées à recueillir des gouttes d’eau pour étancher la soif d’un arbre mort.

Musique : BESSET Serge – GOBELINS, l’école de l’image, Moïra Marguin.
Contact festivals : Miyu Distribution, Luce Grosjean.
Société de distribution : L’Agence du Court Métrage.

Le murmure de la forêt – Quand les arbres parlent

Un film réalisé en 2019 par Freddie Röckenhaus et Petra Höfer (87 minutes).
Diffusé sur Arte, le film est disponible en replay jusqu’au 17/03/2020.

On connaît de mieux en mieux « l’intelligence » des arbres et les étonnantes facultés qui leur ont permis, depuis des millénaires, de tisser entre eux un réseau dense de communication. Au cœur de la forêt, amis, ennemis, partenaires d’affaires et parents entretiennent ainsi une conversation silencieuse, restée longtemps insoupçonnée.

Par le biais notamment de leurs racines, qui occupent généralement deux fois plus d’espace que le feuillage, et du réseau fongique qui leur est associé, tous sont reliés entre eux. Véritables signaux chimiques, les molécules qu’ils échangent transmettent des minéraux et des informations leur permettant de se défendre contre des agressions, par exemple des parasites, ou de favoriser la croissance des jeunes arbres. C’est ainsi que les bouleaux transfèrent des sucres aux jeunes sapins qui manquent de lumière, et qu’à la mauvaise saison les conifères en envoient vers les branchus défeuillés. Cette passionnante exploration de l’évolution des forêts européennes détaille l’extraordinaire nature sociale des arbres, qui leur permet de pratiquer à un haut degré l’entraide et la coopération.