Accueil > Cèdres, Châtaigniers, Chênes isolés, Houx, Séquoias > Virée arboricole en Indre-et-Loire

Virée arboricole en Indre-et-Loire

Retournons avec Christian en Indre-et-Loire, car bien qu’il ne soit pas dendrologue, il pense au blog à chaque fois qu’il croise un arbre historique ou répertorié comme arbre remarquable. Et comme il vient de découvrir un site internet qui tient à jour une banque de données concernant les arbres remarquables de son département [1], les reportages seront dorénavant complets.

  • Les chênes de Saint-Antoine-du-Rocher.

deux chênes pédonculés situés à La Borde sur la commune de Saint-Antoine-du-Rocher.

Mesurés en 2001, leurs troncs affichaient tous deux 6,25 mètres de circonférence à 1 mètre du sol, c’est étonnant cette similitude (le deuxième chêne est malade).

  • Le châtaignier de la Championnière à Veigné.

Mesuré en 2004, son tronc avait une circonférence de 8,50 mètres à 1,30 mètre du sol. Un vieux châtaignier au tronc vrillé dont l’âge est estimé à 300 ans.

  • Chêne pédonculé de Montifray à Beaumont-la-Ronce.

Mesuré en 2003 : 20 mètres de haut et son tronc avait 4,90 mètres de circonférence.

  • Châtaignier au 51 de la rue de Charentais à Truyes.

Ses mesures en 2003 : 18 m de hauteur, 25m d’envergure, 6,20m de circ à 1,30 m du sol.

  • Le séquoia géant du jardin public René Boylesve à Descartes,

Ce séquoia à la réputation d’être le plus haut (46 m en 2002) et le plus large (circonférence du tronc 8,80 m à 1 m du sol en 2002) de Touraine.

  • Cèdre du Liban à Pocé-sur-Cisse

Ce cèdre du Liban avait, en 2004, un tronc de 7,45 mètres de circonférence.

  • Peuplier noir situé près de la plage de Savonnière (sur le Cher).

En 2004, son tronc avait une circonférence de 6,75 mètres.

  • Le houx de la maison de retraite de Tours – Saint-Symphorien.

Un houx qui présentait en 2004 une circonférence de 1,60m pour 12m de hauteur.

Merci pour toutes ces photos Christian ! C’est génial de pouvoir découvrir d’un coup tous ces arbres remarquables, une belle diversité qui donne envie d’aller se promener en Touraine. D’ailleurs si vous planifiez un séjour dans ce département, visitez le blog de Christian car il y répertorie le patrimoine (religieux, bâtit, archéologique, naturel…) de 277 communes de Touraine, nul doute que vous trouverez toutes les informations dont vous avez besoin pour organiser votre voyage. Faites un tour, c’est par ici.

Pour finir, de vieux troncs conservés au milieu d’un champ.

  1. 25 mai 2010 à 13:52

    Belle balade! Merci.
    Certains clichés sont de toute beauté.
    Châtaignier au 51 de la rue de Charentais à Truyes : Tu parles de la circ et elle n’y est pas ? Oubli ?

  2. 25 mai 2010 à 14:07

    Salut Gilles,

    merci pour la coquille, et hop c’est corrigé !

    sympa cette petite virée en Indre-et-Loire, non ?

  3. Sisley
    25 mai 2010 à 14:15

    Les photos et les arbres sont supers !!!

    C’est net, droit et sans bavure. Christian, vient certainement de se faire une place dans les reporters habitués du blog. J’aime bien le châtaignier de la Championnière et le cèdre. Pour le houx, j’ai bien peur que ce soit une fusion de brins, mais le département en possède quelques uns, donc….

    Le site des arbres d’Indre-et-Loire est également intéressant.
    Par exemple une belle bourdaine et de chouettes amandiers :

    http://www.shot37.org/arbresremarquables/declarbre.htm

  4. 25 mai 2010 à 14:23

    vi j’ai vu…
    une sacrée mine d’infos pour les chercheurs d’arbres !

  5. Stphane Grenoble
    25 mai 2010 à 23:39

    Sur la toute premire photo le chne malade a l’air encore vert….
    L’lagage qu’il a subi a t-il t cause de ce dprissement ou bien a t-il t une tentative pour y remdier?
    Le champ en arrire plan semble avoir t labourer ou dsherber. Y’a t-il un lien avec la maladie de l’arbre?
    Des rponses permettraient de mieux comprendre le dprissement du sujet.
    L’autre chne est en tous cas magnifique.
    J’aime beaucoup le chtaignier en bord de rue, rare dans cet tat prs d’une route.
    Le squoia a, contrairement son voisin en bonne sant en arrire plan gauche, la cime qui se dessche. C’est trs courant en France. Des sujets trs jeunes sont touchs par ce phnomne qui finit gnralement par condamner l’arbre. Je cherche m renseigner pour comprendre d’o cela provient et comment ventuellement lutter contre.
    Le cdre rsiste mieux et celui-ci est magnifique.
    Le houx est bien compos de deux brins mais n’en demeure pas moins un bel exemplaire….
    Les trois vieux chtaigniers sont certes en grande descente de cime, il n’empche qu’il est ais avec cet arbre de reformer un nouveau sujet partir des rejets qu’il y a quasiment toujours au pied du vieux tronc.
    Ces arbres mourants, si on les abat donne de vigoureuses cpes malgr leur apparence affaibli au dpart, on peut les considrer comme potentiellement immortels.
    Conserver les vieux troncs est une question de choix, ceux-ci tant trs beaux et leur bois ne se dcomposant que lentement….

  6. 26 mai 2010 à 01:34

    Salut,

    comme je l’ai souligné Christian n’est pas dendrologue, mais en explorateur averti de la Touraine il nous aide dans l’inventaire (il n’y aura surement pas de précisions supplémentaires). L’an passé, mon grand-père avait déniché un châtaignier encore plus imposant en bord de route :
    https://krapooarboricole.wordpress.com/2009/01/08/chene-au-grandchamp-scaer-finistere/

    Pour les séquoias, peut-être un début de réponse ?
    « Lack of available iron makes needles turn yellow every summer, especially on new growth – apply iron sulfate or chelated iron. (It’s normal for oldest leaves to turn yellow, then brown, and then drop in late summer and early fall; it is normal for short twigs to brown and fall also.) »
    Western Garden Book (Sunset 1995)

    mais Marc peut surement t’en dire plus :
    http://www.sequoias.eu/
    https://krapooarboricole.wordpress.com/2010/03/17/platane-de-labbaye-notre-dame-des-pres-valmont-seine-maritime/

    J’aime bien les trois vieux champêtres, épargnés alors qu’ils prennent de la place et ne rapportent surement plus guère de castagnes. C’est si rare que l’on conserve les vieilles carcasses usées par le temps pourtant si utiles aux écosystèmes (comme à Kerseoch où on a abattu 25 des châtaigniers millénaires), et j’imagine que l’agriculteur a de l’affection pour eux, peut-être même rappellent-ils un bout de l’histoire de la famille ?

  7. guerin
    11 juin 2010 à 22:02

    il y a e, indre et loire le chêne de Cheillé, près d’azay le rideau, il a poussé dans le mur de l’église………et il fait 15 à 17 mètres de haut

  8. 11 juin 2010 à 22:28
  1. 6 juin 2010 à 18:34
  2. 10 juin 2010 à 16:59
  3. 14 juin 2010 à 13:58
  4. 4 août 2010 à 11:51
  5. 2 septembre 2010 à 09:31

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s