Accueil > Exploration du Lot, Ormes > L’orme bicentenaire de Tauriac (Lot)

L’orme bicentenaire de Tauriac (Lot)

Lorsqu’avec Julien & Nathalie, nous nous étions lancé sur la piste de l’orme bicentenaire de Sérignac [1], nous avions découvert un arbre fortement élagué en bien mauvais état, et je fus un peu déçu car j’espérais enfin vous présenter un digne représentant lotois.

Mais c’était sans compter sur la persévérance de Julien ! En mars, il avait découvert une photo sépia sur le net présentant un autre orme âgé de plus de 200 ans ; intrigué par l’âge avancé, il s’est rendu avec son père au village de Tauriac afin de démêler cette histoire.

« Sur cette photo, on ne peut pas vraiment dire que cet arbre est remarquable et qu’il a 250 ans. C’est donc peu convaincu que nous y sommes allés mon père et moi-même. Et là agréable surprise la photo vite oubliée, l’arbre dévoile toute sa splendeur en direct (d’où l’intérêt de mettre toujours quelqu’un à côté des arbres pour se donner une échelle). Un orme de 4m64 de circonférence, bicentenaire et en bonne santé qui plus est, c’est bien rare de nos jours ! »

« La frustration de l’orme de Sérignac (il n’a peut-être pas dit son dernier mot…) est évacuée, l’orme de Tauriac est arrivé. Comme l’autre, ses grosses branches ont été taillés il y a quelque années (la hauteur d’origine était bien plus importante), mais il semble bien reparti et en bonne santé. Cet orme se situe sur la place centrale du village à côté de l’église. J’enverrai un mail à la mairie car je ne suis pas sûr que cet orme soit apprécié à sa juste valeur et peut-être ne savent-ils pas que ces arbres sont rares, j’espère qu’ils en prendront soin. »

« Tu vois le Lot recèle encore de beaux spécimens inconnus à ce jour, j’espère que ça te donnera l’envie de chercher encore ce chêne millénaire. »

Merci beaucoup pour cette superbe découverte Julien, voici un orme de village vigoureux comme on aimerait en croiser plus souvent, et comme tu le rappelles : avec lui oublié la déception de Sérignac. Un port élégant et harmonieux, un tronc magnifique et impressionnant, et ce vieil orme semble être en parfaite santé. Souhaitons-lui une longue vie !

Décidément le département nous réserve bien des surprises, ça me motive encore plus pour le recensement, et on finira bien par dénicher ce chêne antique caché des regards ! J’ai également écrit à la mairie de Tauriac, afin d’en apprendre plus sur son histoire et peut-être même obtenir de vieux clichés, mais sans succès jusqu’à présent. (à suivre…)

Tauriac se situe au Nord du Lot dans une des boucles de la Dordogne, juste à quelques kilomètres du gouffre de Padirac, n’hésitez pas à lui rendre visite si vous êtes dans le coin.

Catégories :Exploration du Lot, Ormes
  1. 3 août 2010 à 01:47

    Note : je me suis permis de publier la photo sépia car la page où elle apparaissait est dorénavant disparue [1], et à l’époque il n’y avait aucune mention de l’auteur ni de restriction d’utilisation, alors si jamais le photographe passe par là…

  2. Yanick
    3 août 2010 à 12:34

    Nous voilà donc enfin repartis pour une nouvelle série de reportages avec une découverte de 1er choix.
    Bravo Julien.
    Vraiment un très bel Orme.
    Le truc qui me gêne avec les arbres au cœur des villages, c’est de voir le peu d’espace non-goudronné ou non-bétonné à leur pied. En plus ici on a l’impression qu’il est au centre d’un rond point ou d’un parking. Je me demande si ces conditions sont vraiment les meilleurs pour son système racinaire ?
    Je pense à la talle de Celles sur Belle et à l’if de Bressuire quand je vois ça, et ça ne me rassure pas vraiment pour son avenir.

  3. 3 août 2010 à 14:07

    Salut Yanick,

    je comprends bien ce que tu dis à propos du bitume, et du peu de place qu’on laisse aux arbres en ville. Le truc qui me rassure un peu, c’est que Tauriac est un village de 364 habitants ; et qu’en dehors de la période estivale la place est peu remplie.
    J’ai écrit à la mairie afin d’en apprendre plus, mais aussi pour voir si on ne peut le mettre un peu plus en valeur, en lui laissant plus de place par exemple…

    Mais de toute façon, cela n’enlève rien à la beauté de cet orme, un très bel arbre resté discret pendant longtemps, mais qui mérite de se faire connaitre.

  4. julien46
    3 août 2010 à 19:36

    Merci Yanick ! J’espère que tu nous présentera bientôt le châtaignier dont tu parlais dernièrement.
    Il faudrait effectivement que la mairie le mette plus en valeur, si je me souviens bien il y avait les restes d’une ancienne affiche accrochée et au moins une pointe enfoncée dans le tronc.

    • Yanick
      3 août 2010 à 20:18

      Le châtaignier la Talle de celles sur Belle est déjà sur le blog:
      https://krapooarboricole.wordpress.com/2008/11/17/la-talle-a-teurtous-celle-sur-belle-deux-sevres/
      En fait on s’en rend pas bien compte sur les photos, mais il est en plein milieu d’une patte d’oie. Je pense que tant qu’il y passait des charrettes tirées par des chevaux ça ne lui posait pas de problème, mais qu’à partir du moment où tout ça a été goudronné et que les voitures, camions et tracteurs on commencé à défiler, son déclin s’est accéléré.

      Par contre l’if de Bressuire n’est pas encore sur le blog, mais rassure toi tu le découvriras très bientôt !!!!

  5. Sisley
    3 août 2010 à 20:29

    Un orme de choix, si je ne m’abuse !!

    Il a beau avoir été élagué, raccourci de par sa zone de croissance, il n’en garde pas moins, une certaine grandeur.
    La taille peut éventuellement s’expliquer de par le fait, que certains sujet exposés à la graphiose furent gérés de la sorte afin de freiner la maladie ?!

    Son espace vital est certes réduit, cela ne doit pas trop poser de problèmes si un nappe est captable par ses racines. Mais en cas de sècheresse, un risque d’épuisement à la longue n’est pas à exclure.
    C’est bien d’avoir planté des vivaces au pied, l’évaporation du sol s’en voit atténuée.

  6. 4 août 2010 à 12:51

    Salut Sisley,

    je me suis enflammé dans mon commentaire, mais c’est véritablement une belle découverte, je ne pensais pas qu’on en trouverait un semblable, qui plus est sur une place de village. Ça me laisse rêveur, et je me dit qu’il y aura surement d’autres surprises dans le département… (robinier, cournouiller, genévrier, chêne..?)

  7. Sisley
    4 août 2010 à 16:10

    Tu ne t’es pas enflammer pour rien en tout cas.

    Rien qu’à lire cornouiller(s), genévrier(s) ça me fait rêver !!

  8. 4 août 2010 à 16:40

    il y aurait un vieux cornouiller sur la causse de Gramat, bon on m’a donné l’info au cours d’un apéro, mais l’arbre ferait plus de 3,80m de circ. Quand aux genévriers, ils sont si présents par ici qu’on devrait finir par en trouver, pas aussi balèzes que ceux de Francis, mais de bons centenaires doivent se cacher…

  9. julien46
    4 août 2010 à 18:04

    Un cornouiller de 3m80 !!!
    Si c’est vrai c’est exceptionnnel.
    Si t’as un lieu précis je peux m’y rendre pour vérifier.

  10. BRUSTON Joël
    8 juin 2015 à 00:46

    Je possède un Orme qui a dejà plusieurs années (une vingtaine environ), et cette année ses feuilles sont devenues collantes et cette « colle » pleuvait sans arrêt. Du coup j’ai coupé toutes les branches et n’ai conservé que le tronc. Je n »ai pas trouvé les signes de la maladie indiqués sur les branches et au droit des découpe.
    Y aurait-il un moyen de le sauver?
    Merci de bien vouloir me répondre.
    Cordialement

  1. 29 novembre 2011 à 17:40

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s