Accueil > Chênes de futaie > Chêne Jacques Chevalier, forêt de Tronçais (Allier)

Chêne Jacques Chevalier, forêt de Tronçais (Allier)

La Grande Confrérie des doyens de la forêt de Tronçais a la tristesse de vous informer de la perte d’un de ses plus valeureux membres. En effet, la tempête de février a eu raison de notre ami, le chêne Jacques Chevalier dont le profil était si caractéristique avec ses deux branches maîtresses. (clic les photos)

Après ce triste hiver 2008-2009, il ne reste de lui qu’un tronc tout droit en forme de chandelle de 4m80 de circonférence à 1m30 et un tas de branche à son pied qui s’étire sur 15 à 20 mètres de long jusqu’au fond du ruisseau forestier qui le borde.

Son long cycle de plus de 300 ans s’achève donc maintenant par sa dernière étape : le retour à la terre, et la fabrication d’humus pour les générations à venir.

On peut se donner une idée de ce à quoi il ressemblait au temps de sa splendeur ce dessin datant de 1950 [1]. Sinon, rendez-vous sur l’excellent site de notre ami Laurent, vous pourrez le découvrir avant sa chute, voir ici. Et on constate qu’il était en effet bien malade. Il n’était pas encore creux mais sa hauteur très importante ne laissait pas le loisir de posséder des défauts dans la cuirasse.

Merci pour la notice nécrologique Gilles, un vieux chêne tombé à terre après tant d’années, mais c’est le cycle de la vie… Il libère de la lumière nécessaire à la croissance de nombreux végétaux, il va aussi offrir un abri à toute une faune. Ainsi, d’autres chênes reprendront le flambeau et continueront de veiller sereinement sur la forêt.

“La forêt c’est la nature avant l’homme, la nature non encore “civilisée” – je veux dire domestiquée, canalisée, souvent hélas ! gaspillée, pour nos besoins. La vie dans la forêt est la plus saine qui soit, pour le corps et pour l’âme, et elle nous affranchit des artifices dont la vie en société a fait pour nous une nature qui a supplanté la nature.”

“Voilà pourquoi, si grandiose que soit la montagne, j’estime qu’un arbre est plus beau qu’elle. Il me donne la mesure du beau, la mesure de l’être même, et les dimensions absolues du mouvement.”

(Extrait du livre de Jacques Chevalier, la forêt de Tronçais)

Catégories :Chênes de futaie
  1. Sisley
    6 juin 2009 à 14:15

    Dommage !!

    Un bel arbre est tombé. Je pense qu’il avait quelques soucis mécaniques au niveau de l’embranchement de la fourche. Enfin, tout n’est pas perdu, espérons que les pics et hiboux en profitent comme logis !

  2. Aimé Le Lann
    7 juin 2009 à 12:07

    C’est toujours douloureux de voir les arbres souffrir. De voir ses branches à ses pieds entrain d’agoniser souffre-t-il ? Oh ! tristesse, tristesse !

    Aimé

  3. 9 juin 2009 à 14:10

    Quand les cycles sylvigénétiques peuvent avoir lieu, c’est très bien. Une très belle chandelle qui va ravir de nombreuses espèces… De même que le volis.

  4. Sisley
    28 août 2010 à 10:39

    Pour ceux qui souhaitent le voir dans ses années de gloire, c’est par ici :

    http://www.amis-troncais.org/chevalier.html

  5. 28 août 2010 à 11:36

    Très belle page internet, merci Sisley.

  6. 29 août 2010 à 16:53

    Merci pour le lien Sisley !

    Normalement, Sébastien devrait bientôt nous présenter les derniers chênes de Tronçais qui ne sont pas encore sur le blog, les affaires reprennent !

  1. 7 juin 2010 à 22:26
  2. 7 juin 2010 à 23:56
  3. 10 juin 2010 à 14:12
  4. 29 septembre 2010 à 10:05
  5. 13 juin 2011 à 14:58
  6. 17 mai 2016 à 22:43

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s