Accueil > Chênes de futaie > Le chêne de la Genevoivre, Belrupt (Vosges)

Le chêne de la Genevoivre, Belrupt (Vosges)

(Un article de Gilougarou, l’arpenteur des bois)

Bienvenue en forêt de Darney ! Cette forêt de plaine est la plus vaste des Vosges qui soit dévolue aux feuillus. Ici, vous ne trouverez pas d’épicéas ni de douglas gigantesques [1][2] . Ici, c’est le royaume des chênes ! (clic les photos)

J’ai tout d’abord rendu visite à un grand seigneur situé à la Genevoivre sur la commune de Belrupt. Depuis que le chêne des partisans est mort [3] , il semble qu’il ait pris la relève pour le titre de plus gros chêne de futaie des Vosges.

Entouré par un peuplement dense et déjà âgé, il m’a été difficile d’évaluer sa hauteur, mais elle dépasse largement les 30 mètres. Par contre, la circonférence n’a pas posé de soucis, et j’ai trouvé 5m80 à 1m30 ce qui indique un âge d’environ 400 ans.

J’avais trouvé sa trace grâce à un site de tourisme qui en fait d’ailleurs un bon portrait et je vous laisse le consulter pour y trouver sa localisation [4]. Il y est dit que le chêne est visible depuis la route : pas en été, car il y a trop de feuillage ! C’est un chêne réputé qui est indiqué sur les cartes Michelin. D’autres chênes y figurent sur la commune de Hennezel, et je me suis rendu sur les lieux mais sans résultat. A moins d’une erreur de ma part sur la localisation, ils ont disparus. Mais l’histoire ne s’arrête pas là.

J’avais trouvé la localisation d’un hêtre sur la carte IGN baptisé  “Hêtre le Gail” juste après Hennezel, mais là encore, plus de vieillard à écorce lisse et place nette faite pour la régénération naturelle. Mais juste à côté, par contre : bonne pioche !

Voici un survivant à la coupe de régénération qui endosse donc le rôle d’arbre remarquable de la forêt de Darney. Il affiche un bon 30 mètres de haut pour une circonférence de 4m60 à 1m30. Ce chêne qui pourrait avoir 200 à 250 ans tranche au milieu des jeunes pousses (autre exemple du genre : [5]). Mais que fait-il donc là ?

La raison de son maintient vient probablement de l’énorme balafre qui court de son pied jusqu’à son houppier. Je ne sais pas quelle est la cause de ce traumatisme qui pourrait bien écourter ses jours à l’image du chêne Jacques Chevalier en forêt de Tronçais [6], mais ça lui a paradoxalement sauvé la mise. Le prix de la grume face à un tel défaut doit sûrement avoir chuté fortement, du coup, cet arbre a échangé son intérêt économique au profit de son intérêt biologique en tant que réserve naturelle pour la faune locale.

La forêt de Darney est très étendue et je parie qu’elle renferme d’autres belles surprises arboricoles. Son exploration complète est donc encore à faire et j’ai hâte qu’un reporter vosgien se signale car ce département ne nous a encore livré que la partie émergé de son trésor sylvestre.

Catégories :Chênes de futaie
  1. Sisley
    15 janvier 2010 à 21:04

    Salut,

    Joli tir group sur ce coup l !!
    Le 1er est tout simplement magnifique, du vritable chne de collection !
    Et le deuxime, pour une surprise, il en fait une belle !

    Je pense que la blessure, peut-tre due une chute d’arbre qui serait venu glisser en frottant l’corce sur tout son long.
    Soit, lors d’un abbatage mal gr, soit lors d’un renversement naturel d’un congnre.

    (A ce que je vois, tu as vraiment bien explor les Vosges cet Et ! Que de merveilles, nous rvles encore ces contres ?: )

  2. 16 janvier 2010 à 00:27

    bonne nuit
    krapo
    un coucou en cette nuite
    t’espre en forme
    amiti

  3. Sisley
    16 janvier 2010 à 00:27

    Ça sort un peu du contexte, mais ça va en intéresser quelques uns :

    une vidéo, où l’on assiste à un cours de morphologie et architecture végétale pour un spécialiste de l’Inra de Monptellier :
    http://diffusiondessavoirs.uomlr.fr/balado/?cat=10

    et le texte qui retranscrit le cours :
    https://krapooarboricole.files.wordpress.com/2010/01/cours-architecture-et-morphologie-vegetale.pdf

    (c’est sûr que ça fait beaucoup d’infos d’un coup, il vaut mieux les voir en plusieurs fois. ça vaut le coup, de comprendre un peu les différents fonctionnements. )

  4. 16 janvier 2010 à 12:57

    Salut Gilles,

    Pénétrons la voute d’ombre de nos grandes sylves…

    Tout comme Sisley, je suis ravi par la découverte du premier chêne, un fier gaillard bien droit et en parfaite santé, digne représentant des futaies vosgiennes. Le second chêne, quoi que plus jeune et abimé, reste néanmoins un joli spécimen !

    Merci pour les liens Sisley, je prendrais le temps de visionner tout ça.

  5. 18 janvier 2010 à 08:02

    Et oui, Sisley, mes explorations vosgiennes ont t trs fournies cet t, mais celles que je fais en ce moment ne le sont pas moins : rien de tel que l’hiver pour dplumer les haies et dcouvrir les vnrables qui se cachaient derrire😉
    A ce propos, c’est toujours un peu frustrant de visiter une futaie en t, car on ne peut pas bien voir toute la splendeur des arbres.
    Par contre, sous la vote de feuillage, on se sent l’abri de l’excitation du monde extrieur et c’est sympa.

  6. 18 janvier 2010 à 10:05

    J’aime les arbres et j’adore me balader en fort. Originaire des Alpes, cela me manque beaucoup. Un arbre reprsente pour moi les racines de l’humanit et j’ai tendance pleurer quand je les vois se faire draciner.
    Merci pour les photos, manque plus que les odeurs des feuilles mortes et des champignons. J’adore… bizous Mireille.

  7. 18 janvier 2010 à 10:07

    Vivent les Alpes et leurs forts en automne, hiver ou t, elles sont belles et me font rver. Mireille

  8. 18 janvier 2010 à 11:23

    Bienvenue dans la forêt Mireille !

    Enchanté de te procurer du plaisir à la vision de ces arbres.
    Par contre, il s’agit ici d’un chêne vosgien et non des Alpes.
    Pour voir les arbres de ces départements montagnards, je t’invite à consulter la liste des arbres remarquables et à cliquer sur les liens qui correspondent aux départements qui t’intéressent : https://krapooarboricole.wordpress.com/liste-des-arbres-venerables/
    A bientôt🙂

  9. 26 octobre 2011 à 10:17

    La « balafre » de ce chêne situé à la sortie de Hennezel a été occasionnée par la foudre depuis l’exploitation des autres feuillus de sa génération… Resté seul à cet endroit parmi la régénération naturelle et culminant à 30 m de haut il a joué le rôle de para-tonnerre… Il est toujours là et j’espère pour encore bien longtemps… De magnifiques sujets existent dans nos contrées sauvages, je peux vous en faire découvrir… Bravo pour votre site, il est à consulter; à regarder, à admirer, et à méditer…

  10. 26 octobre 2011 à 12:57

    merci Pierre pour cette précision. Ca fait plaisir de recueillir les commentaires de régionaux qui viennent ainsi enrichir les articles.
    Pour ce qui est de l´ ajout de nouveaux arbres vas y fais toi plaisir. Nous les accueillerons les bras ouverts.

  11. 29 octobre 2011 à 09:49

    Bonjour Pierre,

    je me joins à Gilles pour te remercier de ces précisions, et comme lui je t’invite à participer au blog, si tu souhaites nous présenter de « magnifiques sujets » de ta connaissance, sois le bienvenu !

    à bientôt

  1. 7 juin 2010 à 22:29
  2. 10 juin 2010 à 14:11
  3. 15 juin 2010 à 13:30

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s