Accueil > Chênes de Sully > Le chêne de Sully de Sazeirat, Arrènes (Creuse)

Le chêne de Sully de Sazeirat, Arrènes (Creuse)

Tout vient à point à qui sait attendre… Un adage qui pourrait s’appliquer au reportage qui suit. L’an dernier je découvrais un chêne fabuleux au fil de mes explorations sur internet, malheureusement ne connaissant personne près d’Arrènes dans la Creuse, il me fut impossible de dénicher un reporter pour nous le présenter. C’est alors qu’au début du mois de mars, je découvre un article détaillé avec de nombreuses photos, j’ai contacté l’auteur qui a accepté avec enthousiasme de me prêter ses clichés et autorisé à traduire son article.

« Lorsque vous avez vécu dans la même zone pendant un certain temps (13 ans dans mon cas), vous pensez tout connaitre sur les curiosités à voir dans la localité. Quand un ami m’a dit qu’il avait été voir un grand chêne à seulement 15 km d’ici, j’étais tellement surpris que je me suis arrangé avec lui pour aller le voir dès le lendemain. »

« Nous avons garé la voiture sur la route et parcouru le reste à pieds en une dizaine de minutes en longeant les arbres. Soudain, nous nous sommes trouvés face à un immense chêne niché dans cette vallée protégée. Je m’attendais à quelque chose d’impressionnant, mais je n’étais pas préparé au choc. Il est le type d’arbre qui vous attire comme un aimant, et je ne pu pas résister à l’envie de poser mes mains sur ce tronc profondément sillonné. »

« Le photographier n’a pas été facile : vous prenez quelques pas de recul pour essayer de capturer la propagation colossale des membres puissants, mais il est encore trop grand… vous prenez un bon nombre de pas de plus en arrière et ce n’est toujours pas assez loin. C’est lorsque je fus à la limite d’une zone marécageuse près du Rau de Moulard (le ruisseau qui coule près de l’arbre) que je pu enfin le capturer dans toute sa majesté. »

« En rentrant je me suis lancé sur internet pour découvrir l’histoire de cet arbre. Rapidement, j’ai découvert que ce chêne est connu pour être un arbre de Sully. »

« Il a une circonférence impressionnante de 7,10 mètres, l’arbre semble être en assez bonne santé malgré la perte d’un membre inférieur énorme, probablement en décembre 1999, lorsque nous eûmes des vents approchant les 140km/h. Cette branche n’a pas été déblayée et sa présence ajoute au charme du site, mais vous avertit également de la vulnérabilité de ce géant. La rupture de la branche a mis en évidence un intérieur creux [1] et en décomposition qui, je pense, dans certaines décennie à venir conduira à la chute de l’arbre. »

« Sur le côté opposé à la cicatrice, jaillit une charpentière encore plus imposante, presque la taille d’un arbre en pleine maturité. Il me semble qu’elle nécessiterait un besoin urgent d’étayage et de soutien pour l’empêcher de rompre à son tour. Si cela se produisait, ce serait certainement un coup fatal à l’un de ces derniers vétérans. »

L’arbre est situé à proximité du château de Sazeirat sur la commune d’Arrênes (23210) à l’extrémité ouest de la Creuse. À vol d’oiseau, il est situé à quelques 100 mètres de la route D914 qui relie Laurière et Marsac. Notez qu’il n’est pas indiqué à partir de la route. De la D914 à environ 1 km à l’ouest de Marsac prendre la route D48 vers Arrènes. Après plusieurs centaines de mètres il ya un virage avec une croix de métal debout au bord du chemin sur le côté droit de la route à la limite du champ (si vous arrivez au château de Sazeirat vous êtes allés trop loin !). Garer la voiture ici et descendez le long de la voie bordée d’arbres sur environ 850 mètres, traverser le ruisseau sur un petit pont de bois. Montez vers la colline après le ruisseau, un chemin bifurque vers la gauche avec un panneau pour le « Gros Chêne ». L’arbre se trouve à environ 100 mètres et est difficile à manquer !

L’article original (écrit en anglais) est à découvrir sur le blog de Mickael, par ici.

Merci d’avoir accepté de partager avec nous ton article Mickael. Quel chêne fantastique !

Un vrai colosse au port fabuleux soutenu par un tronc massif, et que dire de cet enracinement puissant ! Un très beau chêne digne des livres de contes, qui mériterait un peu d’attention comme tu le soulignes afin de l’aider à vieillir plus sereinement. Et puis, il s’agit d’un chêne de Sully, et si beaucoup de tilleuls de cette période sont parvenus jusqu’à nous, ne subsistent que peu de chênes. C’est un véritable patrimoine d’exception, à protéger et à conserver.

Catégories :Chênes de Sully
  1. 11 avril 2011 à 15:03

    Vous aimez les arbres remarquables, le Pays Ouest Creuse en recèle quelques un ! Proche du Chêne de Sazeirat, se trouve le Tilleul du Rhet, spécimen de plus de 300ans avec une circonférence de 9m, une pierre qui servait à faire le cidre est prise dans les racines.

    Le chêne remarquable d’Azérables, vieux de 450 ans et large de 6,7m, son écorce montre un étrange drapé de plis, il est situé près du stade ainsi que le chêne de Saint Germain Beaupré, vieux de 400 ans, il présente une circonférence de 6,3m, il est situé face à la mairie.

    Après le Tilleul du Rhet, vous apprécierez le Tilleul du Mas Saint Jean à Saint Sulpice le Dunois, c’est le tilleul de la chapelle âgé de 600ans, il mesure 7,2 m de circonférence, selon la tradition Jeanne d’Arc serait venue prier dans cette chapelle. (https://krapooarboricole.wordpress.com/2008/12/13/veux-tilleul-chapelle-mas-saint-jean-creuse/)

    A côté du village de Puy-Guillon sur la commune de Fresselines, se trouvent les derniers ormes de la Creuse. Ce site a inspiré les nombreux peintres impressionnistes venus dans la vallée. A l’entrée du village de la Chaise Gonnot découvrez un superbe tilleul.

    Pas très loin à Villard, vous avez un Charme remarquable, au lieu-dit Chambourtrette, solidement ancré aux côtés d’une vingtaine d’autres, ce charme de 300 ans constitue une charmille de toute beauté.

    « Lo cou dau dignou » entre Teillablond et les Aires, sur la commune de Naillat, vous y découvrirez un houx exceptionnel à 6 pieds, c’est-à-dire 10m de haut.

    Source : http://www.inspirez-vos-vacances-en-creuse.fr/article50.html

  2. Yanick
    11 avril 2011 à 15:45

    Le tilleul du Rhet se trouve au lieu-dit « Malval ».
    Il y a aussi un autre Tilleul à la Chaise Gonnot non loin de Puy Guillon.
    En Haute Vienne, un autre à Bersac sur Rivalier et les Gingkos de la gare de St Sulpice Laurière.
    En tout cas très heureux de découvrir enfin ce chêne sur le blog. La 1ère photo dans la brume est superbe. En voilà une autre:

  3. 11 avril 2011 à 22:42

    Sous sa Voute Séculaire , Chêne Ecorce le Temps ,
    Haut Gardien de l’Antan , il est Branche d’une Voie ,
    Dans ce Coeur vit l’Esprit , Clef des Songes d’Hiers.
    Celle de Mère Fleur ses Veines , Il à l’âme des Géants ,
    Sa Stature Imposante Rayonne loin à la Ronde ,
    En Esprit Arbre s’éveille à la Source d’un Printemps ,
    Coule à l’Hors en Lisière , l’Aurifère en Son Monde ,
    Sur ses Grandes Charpentières , va la Sève sous Bois ,
    Etaler quatre Feuilles , suivre les Veines en Hâlant ,
    Apporter son Couvert , à la Table d’un Roi.
    NéO~

  4. Sisley
    12 avril 2011 à 15:35

    Superbe chêne de clairière, dommage pour la grosse charpentière, mais faut dire que le poids d’une telle branche n’a pas aidé.

    De belles photos et un article bien sympa, le cliché ds la brume est pas mal.

    Merci Yannick, ton lien est magnifique, un chêne qui attire apparemment les visiteurs, malgré son côté secret.

    • Yanick
      12 avril 2011 à 22:06

      Salut Sisley,
      Je suppose que tu étais en plein repérage avec les floraisons. Les poiriers c’est déjà passé, les pommiers c’est la fin et les cormiers ne vont pas tarder.
      Je viens de tomber sur une curiosité ce soir, je pense que c’est un cerisier tardif ou un cerisier à grappe, mais je ne suis pas sûr à 100%; les fruits sont déjà bien formés, de couleur rouge sombre, les feuilles et les extrémités des rameaux sont plutôt pourpres comme pour le cerisier de virginie. Ce qui m’étonne c’est qu’il n’est pas dans un parc mais seul en pleine campagne en bord de route. Je vais faire des photos et t’envoyer tout ça si tu peux m’aider à l’identifié.

  5. vincent
    12 avril 2011 à 21:00

    superbe chêne aux allures imposantes. Bravo!

  6. 16 avril 2011 à 17:04

    Il me plait vraiment.
    Quel charme.
    Ce genre d’individus, je lui rendrais bien visite tous les jours!

  7. Damien
    4 juin 2011 à 21:45

    Un monument à lui tout seul, mais comment peut-on laisser dépérir de telles merveilles ?? Comme le fait justement remarquer l’auteur, une seconde charpentière cassée et c’est la survie de l’arbre entier qui est compromise.
    Soutenons-le ! (dans tous les sens du terme !)

  8. 25 avril 2012 à 19:20

    Bonjour,

    Je suis tombée sur cet article, car je suis en bataille pour que le maire de mon village épargne un Sully au bord de la route, mort certes, mais le tronc est vraiment intéressant. 8M de circonférence. Avez-vous pu contacté la commune pour voir si il y a moyen de prendre soin de cet arbre ? Et l’association a.r.b.r.e.s. ?
    http://www.arbres.org/
    En effet, ce serait dommage de le laisser s’endommager !! merci en tous cas

  9. Gérard Laplace
    1 août 2012 à 22:12

    Oui, la présentation initiale du chêne de Sazeirat laisse planer un doute sur les causes de la chute de la charpentière. Rien d’imputable à la tempête de 99, c’est à la fin de l’été 2003 qu’elle est tombée, juste après la canicule! Cordialement GL

  10. Gilles
    7 décembre 2013 à 19:01

    Un chêne a disparu lors de la tempête : le chêne de Clovis situé au Theil, situé seul eu sommet d’une colline. Arpentant le champ pour l’atteindre, on était surpris de l’impression de gigantisme au fur et à mesure qu’on s’approchait. Ce chêne pédonculé était admirablement équilibré, la perfection, chacune de ses branches étant épaisses somme des chênes plus que centenaires. Il n’a pas résisté à la tempête, mais un arbre plus jeune de la même souche existe non loin dans le village d’en dessous… et d’après certains autochtones, d’autres chênes encore plus impressionnants existent dans la forêt alentour, connus de très peu de personnes.

    • Gerard Laplace
      9 décembre 2013 à 18:44

      Ou se situe le chêne de Clovis? Au theil, mais la commune?

    • 21 mars 2014 à 13:12

      Du chêne de Clovis il doit rester le tronc déplacé en bord de champ, non loin du Theil… Il suffit de demander à un habitant qui indiquera facilement le chemin.

  11. 15 septembre 2016 à 05:12

    What i do not realize is in fact how you are not really much more smartly-liked than you may be right now. You’re very intelligent. You recognize therefore significantly relating to this topic, produced me for my part imagine it from numerous varied angles. Its like men and women don’t seem to be interested unless it’s something to accomplish with Girl gaga! Your individual stuffs outstanding. All the time maintain it up!

  12. 3 octobre 2016 à 07:06

    Putting your marriage first means things like deliberately setting apart time for the two of you, whether it’s a weekly date or dinner alone a couple of nights per week (feed the children early).

  1. No trackbacks yet.

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s