Accueil > Poiriers > Le poirier du château de Vardes, Neuf-Marché (Seine-Maritime)

Le poirier du château de Vardes, Neuf-Marché (Seine-Maritime)

Retrouvons Sébastien pour une nouvelle découverte de taille en Normandie !

« Ton article sur le poirier magique tombe bien ! Au mois de mai, j’en ai trouvé un… »

« La recherche de fruitiers anciens est passionnante. Plus on en trouve, plus on en apprend sur eux, et plus on a envie de les protéger. Le poirier est une des espèces les plus attrayantes parmi les fruitiers, notamment grâce à sa longévité. Il est couramment admis qu’il peut vivre de 200 à 300 ans et d’autres sources indiquent des âges plus avancés. Alors quand un plan de randonné [1] évoque un spécimen de 400 ans à Neuf-Marché, on est forcément intrigué. Le voyage s’imposa donc pour vérifier. »

« Une fois sur place, l’émerveillement est total. L’arbre se situe au milieu d’un herbage avec point de vue sur un château du XVIIème siècle, un paysage tout simplement magnifique. »

« De plus près, on se rend compte que la croissance de cette arbre est fortement ralentie depuis plusieurs années. En effet, le tronc est complètement creux [2][3] et présente de nombreux bourrelets. Les branches charpentières ont disparu [4]. L’écorce, largement fissurée sur les branches, l’est beaucoup moins sur le tronc. Le troupeau de bovin est probablement à l’origine de ce polissage. »

« L’histoire de ce poirier est certainement liée à celle de la ferme de Vardes toute proche. »

« Il ne serait probablement plus vivant aujourd’hui s’il n’avait pas fait l’objet de certaines attentions. Un muret soutenant ce vieillard et un cerclage métallique ajoute du charme à cet arbre singulier. Il est à noter que ce cerclage usé par le temps ne joue aujourd’hui plus qu’un rôle purement esthétique car il ne fait pas le tour complet. L’arbre a-t-il réussit à se libérer en gonflant son torse ? »

« C’est marrant de voir comment ce poirier cherche à ne faire plus qu’un avec le minéral. »

« Les petites poires rondes en formation [5] suggèrent que l’on a affaire à une ancienne variété de poire. L’arbre est donc très certainement greffé et il faudrait revenir en période de maturité pour l’identifier précisément. »

« Arrive le moment de dérouler le ruban gradué, et là, stupéfaction : on arrive à 6,18 m de circonférence à 1,30 m du sol. »

« Si vous rendez visite à ce poirier, n’hésitez pas à faire un détour par le village voisin (Bézancourt). La toponymie d’un hameau me faisait rêver, et j’espérais y trouver 4 hêtres monumentaux. Même si cela ne se réalisa pas, je fus satisfait d’y trouver un houx à l’allure élancé [6], mesurant 1,47 m de circonférence à 1,60 m du sol (la mesure à 1,30 m n’était pas précise à cause du lierre). »

Ça alors, quelle trouvaille exceptionnelle ! Merci pour ce nouveau reportage Sébastien, ce vieux poirier est une pure merveille, je suis sûr qu’il va ravir tous les amateurs de vieux fruitiers. Délabré par les ans, la circonférence du tronc témoigne d’un âge largement avancé, certainement un des plus vieux poirier de France. C’est assez incroyable de voir tous les soins qui lui ont été apportés afin de l’aider à traverser les siècles ; si le cerclage est assez courant, c’est la première fois que je vois un mur anti-chute maçonné spécialement pour un vieil arbre. Bravo à tous ceux qui se sont succédés au chevet de ce vénérable poirier.

Catégories :Poiriers
  1. 15 août 2011 à 16:57

    Souvenir, j’y suis allé avec Alexis, Bertrand et Vincent , le trio des arborophyles de Normandie. D’ailleurs un peu plus ici de notre histoire arboré

    A bientôt
    Jérôme

  2. 15 août 2011 à 17:13

    Chez nous il y a des arbres qui bouffent aussi avec les années des clotures, des poulies de corde a linge …

    Bref les arbres que tu as vues sont vraiment magnifques

  3. 15 août 2011 à 17:17

    Coucou,

    galerie photo d’arbres avaleurs de pancartes, rambardes, clôtures…
    https://krapooarboricole.wordpress.com/2008/02/05/la-hulotte/

    à bientôt

  4. Damien
    15 août 2011 à 19:44

    Quel vénérable poirier !
    Un authentique survivant, aidé en cela par des gens soucieux de le préserver.
    Merci pour cette jolie balade aux limites de notre chère terre Normande, une sacrée trouvaille c’est sûr !

    • 16 août 2011 à 23:02

      Salut Damien,

      un fruitier qui a largement dépassé les limites de son espèce,
      un arbre unique… la Normandie est véritablement un paradis pour la retraite des vieux ligneux !

  5. julien
    15 août 2011 à 19:54

    Ouah, quel beau poirier !
    C’est un grand-père poirier qui se repose sur sa canne.

  6. martine
    15 août 2011 à 20:25

    Un très beau vieillard, merci beaucoup!

  7. 15 août 2011 à 23:19

    A fleur de Chant , le Fruit d’une Vie ,
    Repose à l’Hors au Gré des Soins ,
    Chacun ayant pour Vieil Ami ,
    Une Attention pour son Prochain .
    ~
    Le Vieux Muret , tout de Souvenirs ,
    D’un Patriarche à sut Porter ,
    Quelques Années , pour y Cueillir ,
    Entre les Marches , son Amitié.
    ~
    D’un Beau Verger , l’Arbre est Souverain ,
    Ses Cernes Content , Temps de Légendes ,
    L’Aïeul sous vents , garde en l’Airain ,
    La Couronne d’Hors ,d’ une Belle Offrande.
    ~
    Lentement s’en vont prendre Racines ,
    Les Liens d’une Onde au Coeur des verts ,
    De son Vivant , l’Ancien s’échine ,
    A Garder Sève pour l’Aurifère.
    ~
    NéO~

    Magique Sébastien😉

  8. 16 août 2011 à 01:49

    Toujours autant de plaisir à me promener ici.
    Merci de nous avoir trouvé ce merveilleux poirier……
    Pati

    • 16 août 2011 à 23:06

      Salut Pati,

      trop content de savoir que tu continues à t’émerveiller par ici…

  9. Alexis
    16 août 2011 à 13:32

    Un arbre magnifique, bravo et merci pour la découverte…
    Je suis impressionné par sa taille.
    Celui que j’avais visité en compagnie de Jérôme, Bertrand et Vincent se trouve quant à lui à Varengeville sur mer, mais c’est vrai qu’il existe une similitude de forme entre les deux arbres.🙂

  10. Seb
    16 août 2011 à 18:53

    J’aime bien le houx de Bézancourt car il permet d’imaginer l’allure du houx du Conihout-de-Jumièges (76) qui lui a disparu.
    http://jumieges.free.fr/houx.html
    Ce dernier fut observé par Gadeau de Kerville (le 4 mai 1891 | 1,43 m |12,50 m |entre 70 et 130 ans.)

    • 16 août 2011 à 23:05

      Merci pour le lien Seb,

      j’ai en stock un houx gigantesque, manque quelques photos… mais j’ai des relevés de circonférence sur plusieurs décennies. Bientôt, j’espère pouvoir vous le présenter…

  11. 16 août 2011 à 20:39

    Tout bonnement superbe !!! Un grand merci pour cette trouvaille !

    J’étais déjà étonné en voyant le titre de l’article et je dois dire que l’arbre présenté m’a littéralement sidéré………..

    Tu viens tout simplement de passer la barre encore un cran plus haut, je vais bientôt devoir jeter l’éponge😉 …

    Pour les 4 siècles je ne saurai dire, mais une chose est sûre c’est qu’il est largement inscrit dans la liste des fruitiers vénérables !

  12. 16 août 2011 à 22:59

    Salut Sisley,

    je me doutais bien que ce poirier t’enchanterait !

    ah si on pouvait obtenir des précisions sur son historique…

    400 ans je ne sais – mais plusieurs siècles au compteur, c’est certain !

  13. tyty la ficelle
    16 août 2011 à 23:13

    Magnifique découverte et je suis toujours aussi enchanté de faire un tour dans ta forêt Krapo. Tu as des amis qui sont magiques. Ils sont doués pour nous donner de quoi rêver.
    Celui qui a construit le mur près du poirier a eu une super bonne idée..

    Encore d’autres s’il vous plait, amis des arbres.

  14. 16 août 2011 à 23:34

    Salut Tity,

    bien content de te lire par ici et de savoir que t’éclates toujours à arpenter ce blog, même si mon nouveau boulot m’accapare beaucoup d’heures sur la semaine, je continuerai à publier – il y tant à découvrir !!

    à bientôt

  15. 17 août 2011 à 11:33

    Une chanson des Ogres de Barback – Les arbres malades (merci Alex)
    .

  16. Yannick
    18 août 2011 à 08:02

    Superbe poirier! On voit qu’avec peu de chose, on peut parfois prolonger la vie d’un vénérable, à ce sujet j’ai quelques regret concernant un vieux cormier qui s’est effondré qui ne demandait qu’une béquille…
    En passant un grand merci à toi krapo, et aux autres contributeurs du blog qui m’ont permis de jolies visites d’arbres en Corse (hêtre de la bergerie de Tatarella, extraordinaire, châtaigniers de Zonza….).

  17. vincent
    17 septembre 2011 à 11:25

    Superbe poirier bravo pour la découverte. Malheureusement il semble que cet arbre est arrivé au terme de sa vie.

  18. 20 septembre 2011 à 13:35

    Bonjour Vincent,

    content de te relire par ici, c’est effectivement un poirier fantastique ! Certes bien âgé il arrive au bout du chemin, mais il se pourrait qu’il dure encore quelques décennies… Souhaitons-lui longue vie !

  19. stachou
    23 mars 2012 à 19:37

    C’est la comtesse de Vardes qui a fait construire le mur pour soutenir le poirier.

  20. 24 novembre 2012 à 20:48

    Il existe une carte postale ancienne de cet arbre sur le site cartolis
    http://www.cartolis.org/result_simple.php?tri=&deb=21&np=21&typ_search=2&ns=3&ma=0&x=18&y=10

    • 26 novembre 2012 à 20:30

      J’ai une autre carte avec la mention: Poirier géant mesurant 5m75 de circonférence à 1m75 du sol.
      Mais pas de date. Probablement début XXème.

  1. 20 avril 2016 à 20:46

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s