Accueil > Pins > Les pins sylvestres de Hanau (Moselle)

Les pins sylvestres de Hanau (Moselle)

A l’ouest du pays de Bitche dans la réserve naturelle des rochers et tourbières se trouve l’étang de Hanau et autour s’étendent de vastes lieux recouverts de tourbières et de chênaies-hêtraies à pins.

« En fait c’est l’un des territoires les plus riches en zones humides des Vosges du Nord. Et dans ce fond de vallée tourbeux et gréseux vivent des individus assez hors du commun ! Ce sont les fameux pins sylvestres dont il existe plusieurs variétés dans le secteur : celui dit de Hanau, de Wangenbourg et de Hagueneau. Ils sont appelés les pins nobles et ce n’est pas pour rien, il suffit de regarder les photos, une silhouette ravissante, un tronc long et droit où les premières branches débutent vers 15-20 m. Et un grain plutôt fin pour un résineux, en effet ils poussent plus lentement par ici, mais leur rusticité comble largement cette déficience et en fait de véritables adaptations de la nature. En France les derniers peuplement non plantés de grande densité commencent justement en cette zone et se tire jusqu’à l’est de la Pologne et bien encore. Mais chaque zone géographique possède quasiment une autre forme ou sous-espèce, car des fois il suffit d’un paramètre changeant pour que des critères morphologiques diffèrent. » (clic pour agrandir)

« Je vais vous présenter quelques spécimens à 200 m de l’étang, il s’agit d’une parcelle protégée qui date du milieu du XIXe siècle et les plus grands pins atteignent ici de belles hauteurs, 29-33 m pour le plus gros et jusqu’à 39 m pour le plus grand. »

« En circonférence j’en ai vu plusieurs entre 2,70 et 2,85 m et l’individu le plus remarqué a 3,03 m, c’est un arbre évoluant entre les myrtilles, hêtres, sorbiers et chênes. De ce fait la foret est vraiment homogène et les vieux arbres sont très présent. A un endroit, on voit même des pins de Weymouth, derniers témoins des vieilles pratiques de plantations. »

« Le grand malheur a été vers 1870-1930 où l’on l’a exploité au maximum et désormais à part ça-et-là disséminé, on ne trouve plus de très gros pins comme d’antan. Actuellement ce grand territoire fait l’objet d’une concertation en vue de la classer en parc naturel national, je pense sincèrement que c’est mérité car les espaces boisés de la sorte sont relativement préservés et il y a aussi toutes les aulnaies, friches et rochers. »

Pour en savoir plus, visitez le site du Parc Naturel Régional des Vosges du nord, ici.

Merci pour la découverte de ce joli coin de nature, effectivement l’écorce parait plus fine et ils montent dignement vers le ciel, des pins nobles…! Il semble y avoir une belle biodiversité et une chouette ambiance près de cet étang ; un jour il faudra que je prenne du temps pour m’en aller explorer l’Alsace…

Catégories :Pins
  1. Sisley
    8 juin 2009 à 21:57

    Étonnant le sylvestre, tantôt sur un clocher, une muraille, une autre fois immense dans la futaie, puis trapu sur les hauteurs rocailleuses !

    Je pense qu’il y aura d’autre entrevues avec ce prodigieux pin étant donné la diversité qu’il nous offre.

  2. 9 juin 2009 à 09:53

    Un arbre pionnier qui sait s’adapter à toute situation…
    de nouvelles découvertes à venir… cool !

  3. gilougarou
    10 juin 2009 à 22:48

    Ils sont vertigineux ces pins!
    J’adore les vues en contre-plongées qui nous font suivre la rectitude des troncs pour découvrir tout la haut de si beaux houppiers. J’ai rarement vu des pins avec des troncs aussi bien élagués. Belle découverte. Les feuillus sont plus fins mais tout aussi élancés : quelle forêt magnifique.

  4. Sisley
    5 octobre 2010 à 18:10

    « La pinède sur tourbe,

    La pinède sur tourbe, que l’on trouve uniquement dans le pays de Bitche, est un milieu relictuel de la période post glaciaire. Le pin sylvestre(Pinus sylvestris) y est présent sous forme d’un écotype remarquable appelé pin de Hanau.

    Ce milieu à caractère nettement continental est unique en France. Son aire naturelle se trouve dans les pays de l’Est (Pologne, Biélorussie). Ce milieu correspond au stade d’évolution terminal des tourbières à sphaignes (Sphagnum sp.).

    L’espèce caractéristique de son sous-bois est la myrtille des marais (Vaccinium uliginosum).

    On y trouve également le bouleau pubescent, la bourdaine (Frangula dodonei ou Frangula alnus) et des sphaignes entre autres mousses.

    Les espèces animales remarquables sont le gobemouche noir (Ficedula hypoleuca) et la martre des pins (Martes martes). C’est dans ce milieu que vivait, il y a encore 50 ans, le Grand Tétras. »

  5. 5 octobre 2010 à 20:04

    Merci pour ce complément d’informations Sisley !

  1. 7 juin 2010 à 21:57
  2. 26 novembre 2010 à 12:23

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s