Archive

Archive for the ‘Germains’ Category

Le chêne de Donar – Donareiche

4 novembre 2010 3 commentaires

Le chêne de Donar (Donareiche) était un arbre légendaire, un chêne sacré de la tribu des Chattes, et un site païen important pour les peuples germaniques. Bien que de nombreux chênes aient été nommés Donareiche, le plus significatif d’entre eux est sans conteste le chêne abattu par Saint-Boniface au huitième siècle.

L’arbre se situait près du village de Geismar (aujourd’hui Fritzlar) dans le nord de la Hesse, et a été le point principal de la vénération de la divinité germanique connue parmi les tribus germanique occidentales des Chattes et par la plupart des autres tribus germaniques comme « Donar » (haut-allemand : Donner = tonnerre), en vieil anglais Thunor, et pour les Germains du Nord comme Thor. Il a été délibérément abattu en 723 et symbolise le début de la christianisation des tribus païennes du nord de l’Allemagne.

En 723, le missionnaire Saint-Boniface, apôtre des Allemands, arriva dans la région pour convertir les tribus germaniques du Nord au christianisme. Il venait d’être en contact avec Charles Martel, qui avait confirmé l’engagement des Francs à la mission en Thuringe et en Hesse. Avec le soutien militaire de l’empire des Francs, Boniface a abattu le chêne sacré pour affirmer la supériorité du Dieu des chrétiens sur Donar et les peuples attachés à la religion germanique archaïque. Dans l’hagiographie de Boniface, Willibald, rapporte que le grand chêne a été abattu par un grand coup de vent, comme par miracle, alors que le saint n’avait asséné qu’un seul coup de hache. Comme Donar (Thor) n’a pas répondu en lançant un éclair, les populations locales assemblées ont alors accepté d’être baptisées.

Le bois de ce chêne a été utilisé pour construire une chapelle dédiée à Saint Pierre à Fritzlar.

Dans l’iconographie dédiée à Boniface, l’abattage du chêne est l’un des symboles les plus importants pour le saint, et de nombreuses cartes de prière l’illustrent avec une hache, parfois avec son pied sur la souche d’arbre ; la scène telle qu’elle a été représenté, dans toute sa pathétique a été un modèle pour les tableaux historiques du XIXe siècle.

« La scène qui représente Boniface abattant le chêne consacré à Donar est sans doute l’une des plus théâtrales : au premier plan, le saint s’apprête à asséner un coup violent ; derrière lui, un prêtre païen fait de grands gestes pour tenter de l’en empêcher, craignant la colère de Donar, de même que les personnes en arrière-plan qui fuient, saisies d’effroi. Sur une pierre gît un bélier que le prêtre avait sans doute l’intention de sacrifier. Pour l’occasion festive, le chêne a été décoré de guirlandes. Bien entendu, point de colère de la part de Donar, à la grande surprise des Frisons, car il est aussi le dieu de la foudre. C’est par de telles actions spectaculaires que Boniface ouvre les populations au christianisme ; après cette époque, les divinités germaniques et les lieux de culte entrent dans l’histoire… »
(Uwe A. Oster – Les dieux impuissants des Germains)
____

« La vénération pour les bois sacrés paraît avoir tenu la première place dans la religion des anciens Germains, et, selon Grimm, le principal de leurs arbres sacrés était le chêne. Il paraît avoir été spécialement consacré au dieu du tonnerre, Donar ou Thunar, l’équivalent du Norrois Thor ; un chêne sacré, près de Geismar, en Hesse, que Boniface abattit au VIIIè siècle, avait chez les païens le nom de chêne de Jupiter (robur Jovis), ce qui serait en vieil Allemand Donares eih, « le chêne de Donar ». Le mot anglais pour jeudi, Thursday, le jour de Thunar, qui n’est qu’une traduction du latin aies Jovis, montre que le dieu teutonique du tonnerre, Donar, Thunar, Thor, était identifié avec le dieu du tonnerre italien, Jupiter. Ainsi, chez les anciens Teutons, comme chez les Grecs et les Latins, le dieu du chêne était aussi le dieu du tonnerre. On le regardait, en outre, comme la grande puissance de la fertilité, qui envoyait la pluie et faisait porter des récoltes à la terre ; car Adam de Brème nous dit que « Thor règne dans l’air ; c’est lui qui règle le tonnerre et l’éclair, le vent et la pluie, le beau temps et les récoltes. » Sous ces rapports, donc, le dieu teutonique du tonnerre ressemblait à ses contreparties du midi, Zeus et Jupiter. »
(James Frazer, Le rameau d’or – le dieu aryen du chêne et du tonnerre)

Catégories :Germains

Irminsul, l’arbre du monde des Saxons

18 novembre 2009 8 commentaires

Dans la mythologie des Saxons existe un arbre-monde que l’on peut rapprocher d’Yggdrasil. Ce pilier du monde qu’est Irminsul était soit un arbre géant, ou peut-être une énorme colonne. À la fois symbole de la résistance du paganisme saxon et lieu de réunion des Païens qui lui apportaient une offrande après chaque victoire, Irminsul fut coupé ou abattu en 772 sur l’ordre du roi des Francs. Charlemagne se moquait des croyances païennes des Saxons selon laquelle Irminsul empêchait le ciel de leur tomber sur la tête.

Pendant longtemps j’ai recherché de bons documents sur Irminsul, l’arbre-monde des Saxons. Bien souvent cet arbre n’était que peu décrit, juste quelques lignes pour l’évoquer…  (ou alors tout plein d’absurdités débitées par des partis politiques d’extrême droite). Mais c’était sans compter sur ma persévérance ! Trouvé une étude universitaire richement documentée, que je vous invite à lire si vous vous souhaitez approfondir ce mythe.

Patrick Guelpa est spécialiste de la littérature islandaise et maître de Conférences habilité à l’université Charles de Gaulle, Lille. (Notes et bibliographie en fin d’article)

Introduction

Qui étaient les Saxons ? En fait, les Saxons ne sont pas les Saxons ! Les descendants des Saxons de l’Histoire ne sont pas les Saxons d’aujourd’hui, les habitants du Land de Saxe (Sachsen). Ce sont les habitants du Land de Basse-Saxe (Niedersachsen). Donc les Saxons qui nous intéressent ici sont les ancêtres des habitants de la Basse-Saxe.

La destruction de l'Irminsul par Charlemagne par Heinrich Leutemann.1882Irminsul, mot qui se retrouve en vieux-saxon et en vieux-haut-allemand, signifie « énorme colonne ». Il se rencontre dans les annales franques à propos de la campagne de Charlemagne contre les Saxons en 772, année où l’empereur s’empara de la forteresse d’Eresburg et la détruisit.

Irminsul, Sanctuaire des Saxons païens ; détruite lors de la campagne de Charlemagne de 772 contre les Saxons après la prise de l’Eresburg. L’Irminsul avait la forme d’un tronc d’arbre qui ressemblait à une colonne et représentait sans doute la colonne cosmique qui soutient la voûte céleste. [1]

C’est Ptolémée d’Alexandrie qui mentionne les Saxons pour la première fois vers 150 Ap. J.-C. et il les situe « sur la nuque de la péninsule des Cimbres » [2], qui pourrait être la partie occidentale du Holstein. [3]

Ils ne constituent pas une tribu, mais leur nom « s’applique à des compagnonnages comparables au comitatus du temps de Tacite. Les auteurs classiques parlent des Saxons en des termes qui évoquent pour nous les manières des Vikings. Les Saxons étaient des pirates qui infestaient la Mer du Nord et la Manche ; pour se protéger contre eux, les Romains ont dû créer le litus saxonicum « littoral saxon »), que précisément l’on peut comparer au système de défense institué par Charlemagne, quelques siècles plus tard, contre les incursions des vikings. » [4] Alors que dans le cas des Francs on est dans l’impossibilité de dire si leur nom provient de leur arme (la framée) ou bien si le nom de l’arme est à l’origine du nom de la tribu, pour les Saxons, il semble que l’arme soit l’éponyme. [5]
On peut fixer grosso modo les limites du territoire des Saxons à l’époque de Charlemagne : entre le Vie et le Xe siècle, les Saxons occupent une vaste portion de la Germanie entre l’Elbe et le Rhin allant jusqu’au centre des Pays-Bas.

Irminsul, l’Arbre du Monde des Saxons ?

On a voulu voir dans le premier élément du mot, Irmin-, le nom d’un dieu germanique, Hirmin ou Irmin vénéré par la peuplade des Herminones dont nous parle Tacite (Cf Germania, chapitre 2) et correspondant au germanique *Thvaz (vieux-haut-allemand Z/w/vieil-islandais Tyr), mais la philologie rend nettement plus probable l’interprétation d’« énorme colonne ». [6] Les (H)erminones, à en croire Jan de Vries, auraient « certainement joué un rôle considérable […] dans la création du peuple saxon. » [7]. Adam de Brème, archevêque de Hambourg et responsable de la christianisation du Nord, écrit vers 1080 à propos du grand temple païen d’Uppsala, en Suède :

Près de ce temple se trouve un arbre gigantesque qui étend largement ses branches ; il est toujours vert, tant en hiver qu’en été. Personne ne sait quelle sorte d’arbre c’est. [8]

L’image de l’Arbre du Monde en milieu germanique réapparaît en Scandinavie dans la mythologie nordique avec Yggdrasill, le frêne cosmique et dans le sud de la Germanie chez les Saxons, dont Widukind nous dit qu’une colonne en l’honneur de Mars a été érigée pour célébrer la victoire sur les Thuringiens. [9]
On sait que l’Arbre cosmique de la mythologie nordique, Yggdrasill, est un frêne (Edda en prose de Snorri Sturluson : Gylfaginning chap. 19 et 47, Edda Poétique : Grimnismâl 29-30, Vôluspà 47), mais on a pensé aussi à un if [10] ou à un chêne (cf. Adam de Brème [11]). Le chêne symbolisait aussi la religion païenne des anciens Germains du continent, donc des Saxons, et il est fort probable qu’Irminsul ait été un chêne, vu que Simek parle du

chêne abattu au début du Ville siècle à Geismar par le missionnaire Saint Boniface [la scène se passe en 723 ; ce chêne, consacré à Donar = Thôrr, se trouvait dans les environs de Geismar, près de Fritzlar [12], en Hesse et à mi-chemin entre Fulda et Paderborn ] et qui était désigné sous le vocable de rubor Jovis (chêne de Jupiter = Thôrr). On suppose qu’il était consacré à Thôrr. Autrement, le chêne chez les anciens Germains n’était nullement l’ «arbre sacré » ainsi que des ethnologues modernes ont voulu le faire croire ; [13] Lire la suite…

Catégories :Germains