Toute cette beauté qui nous entoure

« Plus le temps passe, plus je suis émerveillé par la beauté et par le miracle que constitue cette graine que l’on plante et qui éclos. C’est un émerveillement sans cesse renouvelé, et pour moi c’est cela le divin. Mon église, c’est toute cette beauté qui m’entoure. »

« On a désappris à s’émerveiller, on a désappris complétement l’enchantement, il faut aujourd’hui se ré-enchanter personnellement et puis ré-enchanter le monde par son propre enchantement et à ce moment là, on s’apercevra que la vie est sacrée. »

« Les arbres et le vent se délectent de la mélodie qu’ensemble ils enfantent… »

« Sachez que la création ne nous appartient pas mais que nous sommes ses enfants. Gardez-vous de toute arrogance car les arbres et toutes les créatures sont également enfants de la création. Et si vous prélevez de la vie pour votre vie, ayez de la gratitude. Sachez établir la mesure de toute chose, avec humilité et compassion… »

« Il nous faudra bien répondre à notre véritable vocation, qui n’est pas de produire et de consommer sans fin, mais d’aimer, d’admirer et de prendre soin de la vie sous toutes ses formes. »

« La planète terre est à ce jour la seule oasis de vie que nous connaissons au sein d’un immense désert sidéral. En prendre soin, respecter son intégrité physique et biologique, tirer parti de ses ressources avec modération, y instaurer la paix et la solidarité entre les humains, dans le respect de toute forme de vie, est le projet le plus réaliste, le plus magnifique qui soit. »

Citations choisies de Pierre Rabhi – agriculteur, écrivain et penseur français d’origine algérienne, pionnier de l’agroécologie et inventeur des concepts « d’oasis en tous lieux » et de « sobriété heureuse ». Il défend un mode de société plus respectueux de l’homme et de la terre et soutient le développement de pratiques agricoles respectueuses de l’environnement et préservant les ressources naturelles.
_____

A visiter : le blog de Pierre Rabhi, et les sites internet : Colibris –  Terre & Humanisme.

Sur le blog, le film de Coline Serreau « Solutions locales pour un désordre local ».

Planter des arbres…

« Je lui dit que, dans trente ans, ces dix mille chênes seraient magnifiques.
Il me répondit très simplement que, si Dieu lui prêtait vie, dans trente ans, il en aurait planté tellement d’autres que ces dix mille seraient comme une goutte d’eau dans la mer… »
(Jean GionoL’Homme qui plantait des arbres)

Un dessin de Benjamin Flao réalisé pour une création scénique à partir du texte de Jean Giono, avec Clothilde Durieux (musique, chant, lecture) et Pierre Tallaron (mise en scène).
____

Le texte de Giono a été adapté en film d’animation par Frédéric Back, à voir sur le blog ici.

Dans la forêt

.
« Si un homme marche dans la forêt par amour pour elle pendant la moitié du jour, il risque fort d’être considéré comme un tire-au-flanc ; mais s’il passe toute sa journée à spéculer, à raser cette forêt et à rendre la terre chauve avant l’heure, on le tiendra pour un citoyen industrieux et entreprenant. »

Henry David Thoreau, tiré de son pamphlet anticapitaliste « La vie sans principe ».

Auteur américain majeur du 19è siécle, il publia en 1854 un livre clé de la littérature américaine « Walden », où délivre ses réflexions sur une vie simple menée loin de la société, dans les bois et suite à sa « révolte solitaire ». En 1849, il publie « La Désobéissance civile », dans lequel il avance l’idée d’une résistance individuelle à un gouvernement jugé injuste (considéré comme à l’origine du concept contemporain de « non-violence »).
____

L’illustration choisie est une peinture de Tink, beaucoup d’autres à découvrir sur son blog.