The Chesnut Tree – 커다란 꿀밤나무 아래서

Un court-métrage d’animation réalisé par Hyun-min Lee en 2007.

Animation traditionnelle (crayon et papier) avec un fond musical de Frédéric Chopin.

Une jeune fille revisite ses souvenirs d’enfance avec sa mère sous un châtaignier.

Le film a été nominé pour deux prix aux Annie Awards de 2007 [1].

Hyun-min Lee est une artiste de Corée du Sud. Elle est un yoohakseng (étudiants partis à l’étranger qui sont venus aux États-Unis en 2000). Elle a obtenu un diplôme en peinture de la Wesleyan University et une maîtrise en animation du California Institute of the Arts. Elle aime travailler dans tous les domaines de l’animation, mais son travail se concentre principalement sur des techniques traditionnelles à la main. Hyun-min réside actuellement dans la région de Los Angeles, et a été animatrice 2D sur le film de Disney, La Princesse et la grenouille.

Trees

Court-métrage d’animation (14 minutes) réalisé par Neil Horne & Rita Grewatsch en 2008.

Ce court-métrage est dédié à tous les arbres du monde qui sont en train de disparaître à un rythme effréné sur toute la surface de la terre, à la fois dans les villes mais aussi en zones rurales, un processus qui menace toutes les formes de vie terrestres. Un film dédié à leur beauté et leur richesse, et pour leurs qualités merveilleuses qu’ils apportent à l’existence.

La musique du film est la sonate pour piano n°31 de Ludwig van Beethoven.
____

Découvrez le travail « expérimental » de Neil Norne sur son blog.

Beneath the Rubber Tree

Un court métrage d’animation (3’40 ») réalisé par Hanna S. Abi-Hanna en 2008.

« Beneath the Rubber Tree » (sous le figuier)  est un film sur le souvenir et la redécouverte. Il s’articule autour de la liaison forte entre un petit garçon et sa grand-mère âgée. Les aléas de la vie les séparent, et le garçon doit quitter la maison. Puis après une décennie d’absence, notre petit garçon, maintenant devenu adulte, revient dans sa ville d’enfance et découvre que sa grand mère s’en est allée, et que la parfaite petite ville de ses souvenirs d’enfant s’est transformée en une vilaine ville de banlieue.

Mais au milieu de cette tragédie – et avec l’aide de l’esprit de sa grand mère – il redécouvre son âme d’enfant, et apprend à se défaire de la culpabilité d’avoir autrefois quitté la maison.

Hanna S. Abi-Hanna dévoile dessins et storyboards sur son blog et sur son site.

Le silence sous l’écorce

Court métrage d’animation réalisé par Joanna Lurie en 2009.
11 minutes, 35mm, Couleur, 1 : 85, Dolby SRD, Visa n°118 651.

Coproduction Sens Fiction – Lardux Films avec le soutien du CNC Aide sélective, de la région Poitou Charentes, du Département de la Charente, de la Procirep et de l’Angoa.

Réveillé en pleine nuit par un violent incident, un jeune esprit séquoia quitte son arbre endommagé pour se laisser séduire par la beauté de la neige. Il déambule au cœur de la grande forêt et rencontre sur son passage la petite Anouk, esprit d’un arbre voisin. Anouk et Papane errent dans la forêt, vagabondent de flocon en flocon. Enfin, curieux de connaître le goût de la neige, Papane avale un flocon. Se produit alors un phénomène mystérieux : à la manière d’une goutte d’encre dans un verre d’eau, le flocon forme une petite tâche étoilée qui se dissout et se répand dans son corps. La couleur rouge de sa robe se mélange un instant à la blancheur de la neige, puis la neige se dilue et la robe retrouve peu à peu sa teinte initiale. Comme si le corps était transparent, le phénomène est visible de l’extérieur.

Fascinés par cette étrange découverte, les deux enfants renouvèlent l’expérience : ils gobent les flocons à la volée, font d’énormes boules de plus en plus grosses qu’ils avalent goulûment, dévorent la neige de la forêt. Ébahis par l’artifice provoqué par la neige, ils sombrent peu à peu dans un état d’ivresse et d’euphorie.

Et c’est alors qu’un étrange flocon, tout aussi léger et virevoltant que les autres, traverse la cime des arbres. Le flocon lumineux, éclaire d’une lueur douce les troncs qu’il longe lentement. Papane, subjugué par sa beauté, le gobe sur le champ. Mais une fois englouti, le flocon ne se résorbe pas : le garçon brille comme une luciole dans la nuit.

Avec toute la naïveté et l’insouciance propres aux enfants, Anouk et Papane sont totalement émerveillés devant l’étrange phénomène. Mais peu à peu, l’enchantement et l’euphorie laisse place à la crainte et l’appréhension. Anouk et Papane vont errer entre la peur du devenir et la tentation d’un dernier flocon…si séduisant.
Lire la suite

Feria de Ceniza – Vancouver Film School

Un court métrage d’animation (3’50 ») réalisé par Naoki Araiza Tokumasu en 2009 à la Vancouver Film School, il s’agit du deuxième film de cette école présenté sur le blog [1].

Naoki Araiza tient un blog sur lequel vous pourrez découvrir dessins & photos, par ici.

(Feria de Ceniza « foire des cendres » fait référence à un poème de F. García Lorca1910)