Vieux tilleul, Le Bastit (Lot)

“C’est un tilleul découvert par hasard l’été dernier. Sur la route du départ pour les vacances mon père m’a dit sur la route qu’il y avait la cime d’un arbre qui dépassait près de l’église et qu’il faudrait aller voir sur le chemin du retour.”

“Nous nous y sommes arrêtés sur le retour, je ne m’attendais pas à grand chose de bien exceptionnel mais je dois dire que j’ai été agréablement surpris lors du premier regard. Le Bastit est un petit village du causse qui compte une centaine d’habitants et possède donc un beau tilleul à côté de son église, je n’avais pas d’appareil photo la première fois que je l’ai vu, je suis donc retourné le voir ce dimanche. (clic les photos)”

“Son tronc a une circonférence de 6m à 1m30 pour une hauteur de 20 m environ. Le tilleul est en bonne santé et ne semble pas creux, je ne connais pas son âge (est-ce un tilleul de Sully, de la liberté, de la Révolution, ou bien entre ces deux périodes ?).”

“Un phénomène qui n’est peut-être pas bizarre mais je ne saurais l’expliquer. La partie du tronc qui est couverte de mousse n’est pas exposée au nord, et l’autre parte qui l’est ne présente que très peu de mousse, mais ne dit-on pas que la mousse pousse au nord ?”

Localisation tilleul Le BastitMerci pour la découverte de ce tilleul Julien. Décidément, le Lot nous réserve de belles surprises arborées, et je ne m’attendais pas à découvrir un gros tilleul à cet endroit du Causse. Moins imposant que celui de Paramelle [1] mais néanmoins superbe ! Un tronc imposant en parfaite santé, de belles charpentières qui lui confèrent un port princier. (Le Bastit se trouve sur la D807 entre Labastide-Murat et Gramat). Lire la suite

Le vieux chêne d’Aynac (Lot)

Julien s’est rendu dimanche dernier à Aynac auprès d’un vieux chêne sénescent.

“Ce vieux bonhomme se situe sur une butte qui est visible depuis la route qui mène à Figeac. Il est isolé ce qui explique les dégradations qu’il a subi à cause des impacts de foudre, on peut aussi observer des galeries de capricornes.” (clic les photos)

“Son âge exact n’est pas connu mais je le situerais vers 400 ans, je vais essayer d’avoir une date précise auprès de la mairie. Il a une circonférence de 6,06 mètres à 1m30 du sol et une hauteur assez modeste d’environ 11 mètres, ce qui peut être expliqué par le fait de sa situation isolée, et visiblement la nature ne l’a pas épargnée comme beaucoup d’autres de ses congénères ; il me fait un peu penser à celui de la fontaine de Girgoulet [1] et les deux carcasses me semblent assez contemporaines.”

“Pour allez le voir il faut emprunter la petite route qui monte vers les habitations qui sont en rénovation, sur le bord du chemin on peut observer des petites pierres empilées qui mènent jusqu’au chêne, ce qui rajoute du mystère au lieu. Sur quelques photos on peut observer au fond le château d’Aynac avec un objectif futur : le séquoia.”

Merci pour la découverte de ce vieux quercus Julien, un âge avancé et un état de santé général inquiétant… C’est un vieux chêne en fin de vie qui doit ravir les insectes et les oiseaux du quartier. A priori sa situation ne le rend pas dangereux pour les voitures, j’espère que la municipalité le laissera debout jusqu’à la fin de ses jours.

Le cèdre du Château de Mercuès (Lot)

A quelques kilomètres au Nord de Cahors, se dresse un castel sur un piton rocheux. Construit au XIIè siècle par les Evêques de Cahors, le Château de Mercuès était une redoutable forteresse ; c’était en quelque sorte la sentinelle avancée de la cité pendant les temps troublés du Moyen-Âge. (clic les photos)

Le parc attenant d’un hectare est assez arboré, et offre un superbe point de vue sur la vallée du Lot [1]. Sur la droite du château se dresse un cèdre du Liban planté en 1782 [2].

Véritable monument naturel, l’arbre est visible de tous les côtés du parc.

Impossible de prendre une mesure exacte, 1/3 du tronc du cèdre est venu s’appuyer contre la muraille, mais d’après mes estimations 6 mètres de circonférence à 1,50m de haut. Lire la suite

Chênes de Preniac, Saint-Pantaléon (Lot)

Averti par Julien de la présence de deux chênes à Prienac sur la commune de Saint-Pantaléon, non loin de celui de Bouyx [1], je suis donc parti en exploration hier avec un bon copain dans le Quercy blanc. Le temps était pluvieux avec beaucoup de vent, désolé pour la piètre qualité des photos, mais j’y retournerais.

Deux chênes installés côte-à-côte veillent sereinement sur les lieux… (clic les photos)

Renforcé par la compagnie du plus jeune à ses côtés, le patriarche impressionne par sa forte présence. Une circonférence de ‘seulement’ 4,65 mètres à 1,50m de haut, (7,70m au sol) pour une hauteur d’environ 15 mètres. Une belle stature, mais la perte de deux charpentières côté Est semble l’avoir fragilisé, il devient creux et est attaqué par un champignon.

Juste à ses côtés se tient un individu plus jeune qui lui ressemble fortement.

Une circonférence de 3,20m et un parfait état sanitaire. Si ces deux chênes peuvent paraitre petits au regards d’autres chênes présentés dans des terroirs différents, ils ont déjà un âge bien avancé ; cela se remarque aisément à la profondeur de l’écorce et à leur état général éprouvé par les caprices du temps. Lire la suite

Chêne du Bouyx, Saint-Pantaléon (Lot)

Voici un chêne qu’un ami m’avait décrit cet été, mais allez savoir pourquoi nous n’avions jamais trouvé le temps d’y aller ensemble. Mais comme c’était dimanche, nous avions tout notre temps, alors en rentrant de chez une amie, nous avons fait un petit détour jusqu’à Saint-Pantaléon à la limite Sud-Ouest du département.

Partiellement caché par du lierre et d’autres végétaux, c’est sa ramure élevée qui s’est d’abord offerte à nous, de grandes charpentières qui ont déjà subit quelques tailles et laissent monter vers le ciel des branches jeunes et droites. Un fût puissant avec une écorce craquelée traduisant un âge avancé, mais le tronc commence à pourrir à la base ce qui l’amènera surement à se creuser dans les années à venir.

Une circonférence de 4,80 mètres à 1,50m, pour une hauteur d’environ 20 mètres.

Un très gros chêne pour le Quercy blanc, en grattant un peu les feuilles au sol, on se rend compte que le plateau calcaire est là, juste sous nos pieds. Un quercus dont les racines expertes ont réussit à trouver la faille jusqu’aux eaux souterraines. Lire la suite

Chêne des Bézengues, Labastide-du-Haut-Mont (Lot)

Et hop, on retourne explorer le Nord du département avec Julien [1][2][3].

“Nous sommes toujours dans la partie Nord-Est du Lot qui est plutôt semi-montagneuse, ce chêne se situe à une altitude de 690 mètres environ, et nous sommes à moins de 2 km du Cantal tout proche.” (clic les photos)

“Ce chêne présente une circonférence de 4m40 à 1m30 et une hauteur d’environ 29 m. Pas de trace de foudre, le chêne paraît en bonne santé malgré quelques branches mortes.”

“Je n’ai pas d’idée précise sur son âge, il se situe à l’orée d’un petit bois, il a failli disparaître il y a quelques années, en effet certaines personnes voulaient l’abattre mais d’autres personnes ont avancé des arguments pour qu’il ne soit pas abattu, la preuve en est il est toujours là ! Il n’est pas facile à trouver, j’ai eu recours à l’aide d’une personne pour le dénicher.”

“Alors, en prenant la route qui va de Labastide-du-Haut-Mont à Latronquière, il y a un petit hameau qui se nomme les Bézengues, il faut prendre le chemin forestier qui se situe un peu avant, il faut continuer sur environ 400 mètres, orientez votre regard sur la droite et vous aurez une belle vue de ce chêne, vous pouvez l’approcher en ouvrant la barrière (ne pas oublier de la refermer).”

Merci pour la découverte de ce chêne Julien, de belle hauteur avec un port pas courant par ici. Sa petite circonférence et le bon état de sa ramure traduisent un jeune âge, mais qui sait, par ici on a parfois bien des surprises… En tout cas, il s’agit d’un individu en bonne santé, plein de promesses pour les décennies à venir, à surveiller !