L’orme bicentenaire de Tauriac (Lot)

Lorsqu’avec Julien & Nathalie, nous nous étions lancé sur la piste de l’orme bicentenaire de Sérignac [1], nous avions découvert un arbre fortement élagué en bien mauvais état, et je fus un peu déçu car j’espérais enfin vous présenter un digne représentant lotois.

Mais c’était sans compter sur la persévérance de Julien ! En mars, il avait découvert une photo sépia sur le net présentant un autre orme âgé de plus de 200 ans ; intrigué par l’âge avancé, il s’est rendu avec son père au village de Tauriac afin de démêler cette histoire.

« Sur cette photo, on ne peut pas vraiment dire que cet arbre est remarquable et qu’il a 250 ans. C’est donc peu convaincu que nous y sommes allés mon père et moi-même. Et là agréable surprise la photo vite oubliée, l’arbre dévoile toute sa splendeur en direct (d’où l’intérêt de mettre toujours quelqu’un à côté des arbres pour se donner une échelle). Un orme de 4m64 de circonférence, bicentenaire et en bonne santé qui plus est, c’est bien rare de nos jours ! »

« La frustration de l’orme de Sérignac (il n’a peut-être pas dit son dernier mot…) est évacuée, l’orme de Tauriac est arrivé. Comme l’autre, ses grosses branches ont été taillés il y a quelque années (la hauteur d’origine était bien plus importante), mais il semble bien reparti et en bonne santé. Cet orme se situe sur la place centrale du village à côté de l’église. J’enverrai un mail à la mairie car je ne suis pas sûr que cet orme soit apprécié à sa juste valeur et peut-être ne savent-ils pas que ces arbres sont rares, j’espère qu’ils en prendront soin. »

« Tu vois le Lot recèle encore de beaux spécimens inconnus à ce jour, j’espère que ça te donnera l’envie de chercher encore ce chêne millénaire. »

Merci beaucoup pour cette superbe découverte Julien, voici un orme de village vigoureux comme on aimerait en croiser plus souvent, et comme tu le rappelles : avec lui oublié la déception de Sérignac. Un port élégant et harmonieux, un tronc magnifique et impressionnant, et ce vieil orme semble être en parfaite santé. Souhaitons-lui une longue vie !

Décidément le département nous réserve bien des surprises, ça me motive encore plus pour le recensement, et on finira bien par dénicher ce chêne antique caché des regards ! J’ai également écrit à la mairie de Tauriac, afin d’en apprendre plus sur son histoire et peut-être même obtenir de vieux clichés, mais sans succès jusqu’à présent. (à suivre…)

Tauriac se situe au Nord du Lot dans une des boucles de la Dordogne, juste à quelques kilomètres du gouffre de Padirac, n’hésitez pas à lui rendre visite si vous êtes dans le coin.

Glycine centenaire, Cahors (Lot)

Lors de sa virée dans le Cher, Gilles avait déniché un tilleul imposant [1], mais également deux belles glycines qui encadraient un portail. S’il existe de très vieux spécimens disséminés sur l’ensemble du territoire, peu d’entre elles sont présentes sur le net, et pourtant ce serait passionnant de les découvrir.

A Cahors, dans le vieux quartier des Badernes se trouve une glycine classée plus que centenaire, elle orne la façade d’une maison et dévoile des dimensions spectaculaires.

19 mètres d’envergure et monte jusqu’à couvrir la terrasse du 1er étage.

Un tronc magnifique d’environ 2,10m de circonférence à 1,20m de haut.

Une des plus belles glycines qu’il m’ait été donné de contempler, la floraison printanière vient de débuter mais est peu abondante suite à la taille effectuée cet hiver. Par contre l’an passé, cette glycine a fleurit trois fois dans l’année (printemps, été, automne), ce qui démontre une très grande vigueur pour son grand âge.

Localisation Glycine de Cahors - clic pour agrandirPour la retrouver, il suffit d’emprunter la rue Nationale jusqu’à la place de la Bourse, vous ne pourrez la rater au-dessus de l’enseigne de la brocante.

Maintenant que la catégorie est créée, j’espère que d’autres se dévoileront !

Transhumance dans le Lot

Pour la première fois de ma vie, j’ai accompagné la transhumance des brebis, organisée par l’Association foncière pastorale de Luzech et Labastide-du-Vert et l’Association Transhumance en Quercy. Si le rassemblement de cheptels provenant de différents élevages a beau être très répandu dans les zones de montagne, cela reste exceptionnel dans le Lot. La transhumance, c’est désormais une fête dans le Lot qui marque le début des beaux jours, et le retour des moutons chargés de lutter contre les incendies en partant à la reconquête de paysages qui n’étaient plus pâturés. Car les troupeaux sont de formidables machines à débroussailler les parcelles. Et l’environnement sort gagnant de cette action : la présence des moutons favorise la biodiversité, en maintenant les prairies ouvertes, et donc la faune et la flore de ces milieux.

Halte à Nuzéjouls

Outre le fait que les paysages étaient superbes ; quel bonheur de marcher derrière le troupeau, de rencontrer les éleveurs et les gens du coin, et de discuter terroir !

Quelques photos de cette journée ensoleillée (crédit photos Conseil Général)

C’était vraiment une belle journée, j’y retournerai l’an prochain ! Lire la suite

L’orme bicentenaire de Sérignac (Lot)

Dans une vieille revue, Julien a retrouvé la trace d’un vieil orme dans le Lot, peut-être le plus ancien encore vivant ? Localisé à la frontière avec le Lot-et-Garonne, c’est un endroit du département où je ne me suis jamais rendu, mais comme c’est tout proche d’un studio d’Antenne d’Oc (la radio associative du coin), je leur ai demandé un coup de main, et très rapidement un reportage est arrivé.

« Bon, je suis allée photographier l’orme de Sérignac, hier. Le temps était très moche, le ciel blanc, donc les images sont… ce qu’elles sont. » (clic les photos)

« Ce bel arbre est dans la cour d’une ferme, mais le massacre m’a fait frémir… L’arbre a été taillé très sévèrement, c’est le moins qu’on puisse dire. J’en ai eu mal rien qu’en le regardant. Il mesure 4,10 m de circonférence (à environ 1,80 de hauteur). Le paysan m’a dit qu’à l’époque, il y en avait plusieurs sur la ferme, mais aucun aussi gros, ni aussi vieux. »

« Tous sont morts. Celui-là a été sauvé par J.C. Perraud un professeur de chimie, et il m’a confirmé que le gars n’avait pas voulu donner ‘la formule’ pour contrer la graphiose. Il serait seulement venu trois fois pour traiter. L’arbre a aussi été foudroyé, on en voit la trace au milieu du tronc. Sinon, j’ai demandé au paysan si je pouvais revenir plus tard dans la saison, genre début de l’été, pour reprendre des photos. Pas de problème de ce côté là, si l’arbre ne meurt pas à la suite de la taille… »

Merci pour le reportage Nathalie, c’est super sympa à toi d’avoir accepté de devenir reporter arboricole pour nous présenter le plus vieil orme du département. Sauvé de la graphiose il y a une dizaine d’année, j’espère qu’il se remettra de cette taille sévère dans les mois à venir, et que nous pourrons contempler un feuillage abondant cet été… Mais je crains que cet orme ne soit déjà trop lourdement atteint dans son intégrité.

Pour en apprendre plus sur la graphiose, consultez cette notice ici (6 pages en .pdf). Lire la suite

Le platane de Bretenoux (Lot)

Julien est de retour après quelques mois d’absence, suivons-le encore une fois au Nord du Lot, et découvrons un des plus gros platanes du département recensé à ce jour, mais qui sait – l’avenir nous réservera peut-être quelques surprises…

“Voici un arbre que je voulais vous présenter depuis longtemps. Il s’agit du premier platane du Lot présenté sur le blog, il se situe à Bretenoux au nord du Lot à moins de 2 kilomètres à vol d’oiseau de la Corrèze et c’est par un après-midi d’hiver où le thermomètre dépasse difficilement le 0°c que mon père et moi lui avons rendu visite.” (clic les photos)

“Il mesure 6m12 de circonférence à 1m30 pour une hauteur de + de 30m, bon état sanitaire, il pousse dans des conditions idéales avec la rivière la Cère qui passe non loin et qui lui permet de ne pas trop souffrir des sécheresses, je lui donnerai donc un âge d’environ 100 ans, c’est le plus gros que je connaisse dans le Lot pour l’instant. “

“Le coin est convivial et en été les personnes doivent volontiers s’asseoir sur les bancs afin de bénéficier de l’ombre son feuillage. A surveiller pour plus tard…”

Merci pour cette découverte Julien, un platane de belle stature pour juste un siècle, et comme tu le soulignes, il doit offrir une ombre bien agréable pendant les mois brulants de l’été. Je suis sur la trace de quelques  gros platanes qu’on m’a signalé vers Catus, et aussi celui de la cour de la préfecture de Cahors. Le département abrite surement quelques très beaux spécimens dans les vallées, ou au coeur de petits villages…

L’if du château de Mordesson (Lot)

Réaliser un inventaire des vieux arbres dans le Lot réserve bien des surprises. Quelques découvertes surprenantes et d’intérêt national, comme le chêne de Pech-Merle [1], le tilleul de Paramelle [2], le pin parasol  de Cahors [3], ou ce lierre plus que centenaire à Vers [4], et même des forêts magiques…

Averti par Julien de la présence d’un if ‘millénaire’ au Nord du département ; ma curiosité piquée au vif, je décide de me mettre activement à sa recherche. L’ancêtre aurait planté ses racines dans l’enceinte du château de Mordesson, quelques kilomètres à l’Est de Rignac. Ne connaissant personne sur ce canton, je contacte l’association Racines installée toute proche et qui contribue à la mise en valeur et à la gestion du patrimoine naturel, culturel et bâti ; mais également l’étude de l’environnement, de l’archéologie, et de l’histoire du canton.

Le président de l’association me répond rapidement, et rendez-vous est pris avec le propriétaire des lieux pour venir à la rencontre du fameux if dans la semaine.

ifmordesson3.jpgifmordesson1.jpg

Une circonférence de 7,70 mètres à 1,30m de haut, avec un tronc  qui a encore toute son intégrité, et une frondaison splendide et vigoureuse. Quelle bonne surprise de trouver par ici un if de cet âge, sans aucun doute multi-séculaire, cet arbre s’approche tranquillement du millénaire..! Certainement un des plus vieux arbres du département.

Merci à l’association Racines, c’est vraiment sympa d’avoir accepté de vous déplacer et de réaliser ce reportage, car cet if séculaire est un des joyaux du patrimoine naturel du département. Petit à petit, le territoire se dévoile pour notre plus grand plaisir.

ifsculairedemordesson3.jpgifsculairedemordesson2.jpgifsculairedemordesson1.jpg

Installé au coeur d’une propriété privée, cet arbre ne peut malheureusement se visiter, mais le propriétaire m’a transmis les 3 clichés ci-dessus afin de mieux le découvrir. Lire la suite