Allée de séquoias, château de Clelles, Triève (Isère)

Et hop, d’un bond traversons la France d’Ouest en Est et rejoignons François en Isère.

« Il s’agit d’une allée de 14 séquoias giganteum, qui forme l’entrée d’un ancien château dans le Trièves (région géographique du sud de l’Isère), dans le village de Clelles (au pied du Mont Aiguille) dès l’arrivée au village quand on vient depuis la route nationale. »

« Aujourd’hui, ce château, ou plutôt cette maison forte (ou seigneuriale, au choix) a été ré-aménagée en appartements (pour le corps de logis principal) et maisons individuelles (pour les anciens bâtiments d’intendance). L’accès à ces séquoias est donc dans une propriété privée mais à l’accès plutôt libre dans la mesure où l’on est correct et que l’on s’annonce à quelqu’un en arrivant. »

« Pour les circonférences (mesurée à 1.50 m du sol) voici la liste en prenant comme référence la photo suivante qui montre cette allée depuis la route d’arrivée. »

« rangée de droite : 4.10 – 3.60 – 3.70 – 4.20 – 3.50 – 4.00 – 2.10 – 4.50
(soit 8 arbres, dont le septième est plus petit que les autres…??) »

« rangée de gauche : 4.70 – 4.50 – 3.90 – souche – 3.90 – 5.00 – 4.90
(soit 6 arbres, et une souche de grosse dimension sans pourriture au centre). »

« La photo 3 montre l’allée depuis le côté du château (le bon repère est la souche qui se voit sur les 2 clichés). La photo 4 est également prise du côté château. »

« Les 6 cimes des séquoias, mesurés à 37 mètres pour le plus haut d’entre eux. »

« A côté du deuxième arbre dans la rangée de gauche, il y avait un morceau de tronc, d’environ 1 mètre de hauteur, qui m’a semblé être un bout de l’arbre coupé dans cette même rangée. Les cernes se voyaient assez correctement et le comptage m’a donné environ 100 cernes sur un premier rayon (mais le décompte vers le diamètre extérieur n’était pas très sûr) et 110 cernes sur un deuxième rayon (mieux sûr des derniers cernes vers l’extérieur du tronc). J’en déduis, d’après leurs diamètres assez petit, et d’après ce comptage des cernes, un âge de 110 ans probables pour cette allée. Le décompte sur la souche n’était vraiment pas facile à faire et je n’ai pas pu y arriver. »

Merci pour cette nouvelle découverte iséroise François. S’il existe des alignements d’arbres magnifiques, ceux de séquoias sont assurément les plus impressionnants, quel gigantisme et quel effet d’optique à l’entrée du domaine ! Jusqu’à présent, une seule allée de séquoias s’était montrée sur le blog [1], j’espère donc que cet article incitera d’autres reporters à nous en dévoiler d’autres qui marquent si fortement les paysages…

Quelques alignements remarquables à découvrir sur le blog :

Alignement d’eucalyptus, Piana (Corse) ;
Allée des Mûriers, Montpellier (Hérault) ;
Alignement de tilleuls, Tanlay (Yonne) ;
La levée du port, alignement de platanes bicentenaires, Thoissey (Ain) ;
L’allée des géants de La Bletterie, Saint-Nicolas-des-Biefs (Allier) ;

Sequoias géants, Annecy (Haute-Savoie)

Accompagnons Sisley pour une virée sur les rives du lac d’Annecy ; « souvenirs de l’été dernier, ce fut pendant le même séjour que je découvris le bouleau et les cèdres [1].

« Alors que je me rendais en ville depuis Sevrier par la piste cyclable, une énorme forme sombre attira mon attention sur ma gauche, un petit coup d’œil et ce fut deux beaux sequoiadendrons qui se dressaient majestueusement le long de la chaussée. A première vue un doublé de choix ! Je n’irai pas jusqu’à dire que ça ma fortement étonné, étant donné la forte présence de résineux d’ornements, mais ces deux là furent une surprise de choix. »

« L’emplacement n’est pas le plus charmant, car situés à côté du parking à poubelles et au bord d’une route passante, cela enlève un peu de prestige aux lieux. Mais quand mon décamètre me signala 6,85 m pour le premier et 7,10 m de tour pour le deuxième, je fus satisfait de ma trouvaille ! Pour ce qui est de la hauteur ces individus avoisinent la barre des 26 m et pourraient avoir dépassé les 120 ans. »

« Le tronc de l’arbre n°2 possède une forme évasée singulière, dans le genre de celui du parc d’Obernai [2], certainement que l’endroit d’origine faisait partie d’une ancienne promenade ou une extrémité d’un parc arboré.

« Les rivages et alentours du lac recèlent de sequoias plantés au début du XXe et aussi un bon nombre mis en terre lors des périodes fastes vers 1870-1890. Donc ce coin de la haute France n’a pas dit son dernier mot et j’en sais quelque chose….(!!) »

« Voilà c’est un petit article, les mots ne me sont pas venus aussi aisément que d’habitude, peut-être que la morne pluie qui tombe par ici n’y est pas innocente. »

Merci Sisley – petit article certes, mais deux centenaires de belle stature malgré tout ! Bon c’est sûr on aura du mal à rivaliser avec Gilles qui nous a sorti un individu de plus de 11 mètres de tour en Maine-et-Loire [3], et je crois qu’il faudra sortir de nos contrées et traverser l’Océan Atlantique pour trouver bien plus gros et encore plus haut… [4][5]. Des arbres toujours aussi impressionnants lorsqu’on se retrouve à leur pied, bien que la plupart qu’on croise chez nous n’ont guère plus de 140 ans. Ce sont les générations suivantes qui s’extasieront devant des spécimens devenus adultes et géants… prenons-en soin !

Grâce à l’inventaire mené par Marc, découvrez les séquoias de France et d’Europe, par ici.

Virée arboricole en Indre-et-Loire

Retournons avec Christian en Indre-et-Loire, car bien qu’il ne soit pas dendrologue, il pense au blog à chaque fois qu’il croise un arbre historique ou répertorié comme arbre remarquable. Et comme il vient de découvrir un site internet qui tient à jour une banque de données concernant les arbres remarquables de son département [1], les reportages seront dorénavant complets.

  • Les chênes de Saint-Antoine-du-Rocher.

deux chênes pédonculés situés à La Borde sur la commune de Saint-Antoine-du-Rocher.

Mesurés en 2001, leurs troncs affichaient tous deux 6,25 mètres de circonférence à 1 mètre du sol, c’est étonnant cette similitude (le deuxième chêne est malade).

  • Le châtaignier de la Championnière à Veigné.

Mesuré en 2004, son tronc avait une circonférence de 8,50 mètres à 1,30 mètre du sol. Un vieux châtaignier au tronc vrillé dont l’âge est estimé à 300 ans. Lire la suite

De beaux séquoias alsaciens

Décidément l’Alsace n’aura bientôt plus de secrets pour nous. Suivons Denis, un passionné arboricole, à la rencontre des plus gros séquoias de sa région.

“Voici quelques photos des séquoias dont je t’ai parlé. Il y en a 3 en particulier qui m’ont bien plu. J’en ai trouvé plus de 200 en Alsace et je ne désespère pas d’en voir de plus gros encore. Histoire de donner une échelle de comparaison, je mesure 1,63m.”

  • Séquoia d’Orbey – Parc Lefébure (rue du Faudé 68370 Orbey)

“D’après la mairie, ce séquoia serait âgé de 120 ans.”

“30 mètres de hauteur, et une circonférence de 9,10m à 1,30m du sol.” (7,98 m à 1,50 m)

  • Le séquoia de Lapoutroie (le long de la D415, 68650 Lapoutroie)

lapoutroie2.jpglapoutroie3.jpglapoutroie4.jpg

“Age inconnu / hauteur: 40m / circonférence: 10,60m (à 1,30m du sol)”

“Ce séquoia est très endommagé. Il y a quelques années une petite entreprise s’est construite à proximité et s’est pourvue d’une canalisation en eau. Malheureusement les travaux ont “soit disant nécessité” de couper une partie des racines de cet arbre particulièrement imposant. La bêtise de l’homme ne semble pas avoir de limites…” Lire la suite

Parc municipal d’Obernai (Bas-Rhin)

Sisley nous propose une visite d’un parc arboré (2-3 ha) situé non loin du centre ville d’Obernai, une petite ville du piémont vosgien.

“M’engageant au dessus d’une petite passerelle, puis traversant quelques allées en flânant, je fus enfin dans la ligne droite menant au spécimen notable des environs, aucun besoin de s’en rapprocher pour être sûr de savoir à qui j’avais à faire, un grand exemplaire de séquoia géant, qui au bas mot s’élançait au-delà des 36 m. Mais le clou du spectacle fut d’observer sa forte base, un tronc conique d’un tour de 7,16 m.” (clic les photos)

“Cette bonne croissance est certainement explicable, du fait l’humidité régnante dans le couvert environnant et la présence d’un petit cours d’eau, coulant à son pied.Tout comme la plupart de ses semblables, ce séquoiadendron fut planté peu après les années 1850, donnant ainsi un bel âge supérieur à 150 ans.”

En repassant quelques mois plus tard, Sisley poursuivit plus avant son exploration du parc : “cette fois ci, je fis preuve d’un peu plus de rigueur, car en avançant dans les sentiers, je remarquai un nouvel arbre, digne d’intérêt, un beau chêne pédonculé au port fastigié,

la circonférence s’approchait des 4,25 m et la taille des 22 m, un arbre dont la plantation peut probablement remonter au début de la deuxième moitié du XIXe siècle.” Lire la suite

Le séquoia du château de la Belle-Poule, Les Ponts-de-Cé (Maine-et-Loire)

Gilles nous emmène découvrir le séquoia géant du château de la Belle-Poule.

“Voici le géant de l’Anjou, le plus haut, le plus gros. Avec ses 11m70 à 1m30, il est même plus volumineux que les châtaigniers de Neuillé [1] et de Mouliherne [2] qui étaient pourtant déjà bien impressionnants. Sa hauteur serait voisine de 40 mètres. Il s’agit de l’un des tous premiers séquoias géants introduits en France en 1853.”

squoia2.jpgsquoia3.jpg

“Sur cette prairie humide au cœur du lit majeur de la Loire, il semble avoir trouvé les conditions idéales pour son développement entre l’apport régulier en eau, le sol limoneux riche et le climat toujours doux dû au couloir de vent du large. C’est fou de se dire que le plus gros arbre remarquable du Maine-et-Loire est aussi l’un des plus jeunes.”

squoia5.jpgsquoiachateau.jpg

“C’est un sentiment de démesure lorsqu’on s’approche. Une présence impressionnante et pesante. Et quel parfum, lorsque l’on pénètre sous ses branches qui viennent presque effleurer le sol. L’odeur de résine est puissante même par cette journée glacée du cœur de l’hiver. Son état sanitaire est parfait et il possède une forme presque conique, indiquant que l’arbre est encore dans une phase ‘juvénile’ de son existence. J’ai dit ‘presque’ car certaines branches semblent se développer pour former de nouvelles cimes et ramifications comme on peut en observer sur certains vieux sujets de Californie.”

“On trouve d’autres séquoias dans ce parc. De l’autre côté du château, le long de la petite route, voici un bosquet de séquoias sempervirens au pied desquels on a le sentiment de pénétrer une petite forêt primaire. Leur hauteur dépasse les 35m et les trois plus gros pieds présentent 4m20, 4m50 et encore 4m20 à 1m30 en haut de talus. Au fond du parc, il y a un hêtre pourpre au port élégant de 3m30 à 1m30. Lire la suite