Poirier commun et Orme champêtre, Freckenfeld & Minfeld (Allemagne)

Après toutes les beautés affichées récemment sur le blog, c’est au tour de Sisley de surenchérir, en dévoilant de précieux spécimens du monde végétal.

“C’est en consultant l’an dernier, des archives allemandes, que j’ai découvert un arbre loin d’être anodin. Et le deuxième me fut indiqué par mon frère qui passé devant, constata de suite, l’importance de la trouvaille.  Après ceux de Mainzweiler [1], l’article dans lequel j’avais promis de dévoiler un autre colosse, il ne me reste plus qu’à vous faire une visite guidée des lieux. Avant toute chose, il nous est indispensable de franchir une petite frontière, puis arrivé sur le territoire allemand, reste à parcourir les derniers kilomètres en traversant une série de bourgades rustiques, qui sur une même ligne forment des villages rues. Arrivé à Freckenfeld, on cherche le cimetière, puis une fois dans la rue, il devient immanquable de tomber nez à nez avec l’un des plus gros fruitiers du pays !” (clic les photos)

p5.jpgp2.jpg

“Et malgré cela, c’est à un arbre plutôt discret qu’on a à faire. On sent que le poids de l’âge se fait sentir sur lui, tant son tronc creux et morcelé tient tant bien que mal contre la gravité. Des estimations le fixent entre 150 et 225 ans, ce qui en ferait un exemplaire d’une remarquabilité à toutes épreuves. Sa circonférence en laissera plus d’un abasourdi, 1,2,3,4-…,10,20,30,..40 m. Et oui, 4,40 m de tour, il vient donc détrôner notre fier poirier de Marange-Zondrange [2], qui de par ses dimensions, avait déjà un certain titre.”

p1.jpgp3.jpg

“D’aspect général, c’est un fruitier de taille modeste, 9 m et quelques de hauteur, une floraison satisfaisante et ne semble pas être affecté plus que ça, si ce n’est le début de sénescence, dans lequel il se trouve. J’aurai tendance, à le surnommer, le poirier napoléon, vous comprendrez sans doute pourquoi !” Lire la suite

Poirier domestique et saule blanc, Thal-Drulingen (Bas-Rhin)

D’Alsace en en Alsace, les découvertes sont multiples et variées, et pour vous démontrer à nouveau la capacité arborée que détient ce terroir, suivons donc l’ami Sisley à Thal-Drulingen, un beau petit coin de campagne.

“Il y a quelques années déjà, mon frère qui participait à une visite sur le thème de la flore des prairies, m’a montré un beau spécimen fruitier. Le temps a passé et un jour l’idée me vint d’aller explorer ces lieux, tout d’abord, je crus n’avoir pas assez marché vers l’Est et puis au bout de trois, quatre haies contournées, j’aperçus cette silhouette si familière par ici. Au fur et à mesure que j’approchais, il n’y avait plus de place pour le doute. Un bon vieux poirier de pâture au port légèrement trapu.” (clic les photos)

“J’étais bien devant l’individu dont on m’avait parlé auparavant. Un tour régulier de 2,92 m à 1,20 m, une hauteur supérieure à 11 m pour une existence dépassant certainement le siècle. Un arbre qui ne laisse pas indifférent, car malgré de petites branches brisées et une ancienne coupe sur une plus forte section, il semble toujours garder autant de prestance.”

“Profitant du soleil couchant pour guider mes pas dans cette campagne en éveil, je décidais de poursuivre dans les environs, des murs de haies bloquaient l’horizon et du coup la surprise ne pouvait qu’être plus forte en débouchant sur d’autres parcelles. Je ne réussis guère à trouver un exemplaire de la même trempe, mais alors que je ré-empruntais le chemin du retour, mon regard se figea sur une masse compacte en aval d’un coteau. “

“Aussitôt l’entrain remonta et les 200 m de distance n’en parurent que 10. De loin, j’avais une petite idée, mais une fois devant, ce fut la surprise. Un magnifique trogne de saule, à la forme du tronc légèrement évasée et ayant depuis reconstitué un large houppier.”

“La mesure parla d’elle-même : à 0,5 m la circonférence atteignait 5,72 m et à 1,30 m, arrivait à 6,29 m. Un arbre vraiment singulier, car avec une taille moyenne d’environ 11 m, il représente un cas de vieux têtard redevenu sauvage, il peut probablement avoir plus de cent ans. J’ai trouvé une singularité derrière le tronc, un monticule de vieux bois décomposé, comme de la fine sciure, jonchait l’endroit. Ne mettant pas tout de suite rendu compte du phénomène, ce n’est qu’après que j’ai vu l’ouverture d’une tanière dans la base de l’arbre. Pour l’agrandir, l’animal aurait évidé la cavité, créant ainsi cette petite décharge.”

“C’est pour l’instant l’un des plus gros saules argentés que j’ai pu observer.”

Génial ! Merci pour ces deux découvertes Sisley, encore une fois tu nous a déniché un vieux poirier avec une allure de dandy pour un centenaire… Mais c’est le gros saule qui a le plus retenu mon attention, quel bel arbre ! Un ancien têtard à n’en pas douter, redevenu sauvage il offre aujourd’hui un beau spectacle au bord de ce petit chemin. Son tronc est vraiment bluffant, de même que le houppier reconstitué ; cependant il semble bien éprouvé par le temps avec quelques charpentières brisées, souhaitons-lui longue vie ! Lire la suite

Poiriers forestiers Neufgrange, Woustviller (Moselle)

Retournons en Moselle, et avec Sisley découvrons des poiriers forestiers.

• “Alors que j’arpentais le milieu en quête d’alisiers, j’ai fait une singulière découverte : un poirier sauvage au centre de pins, chênes et hêtres. De par sa hauteur, il rivalise presque avec ses voisins, je dirai qu’il à dans les 15-17 m, ce qui est presque un maximum en futaie et pour sa circonférence le ruban m’indiqua 1,35 m. Une lecture sur tronc d’aliser torminal, présent dans la même forêt et ayant un diamètre de 10 cm inférieure m’a indiquée 80 ans.”

p1a.jpgp1c.jpgp1b.jpg

“Ces deux espèces on pas de caractéristiques en commun et ayant évoluées dans le même biotope, il me semble juste d’estimer son âge entre 85 et 105. Je suis revenu, le voir en fleur, c’est toujours assez impressionnant, cette explosion florale à l’ éclat blanchâtre au milieu de toute cette palette de vert !” (clic les photos)

• “Direction une autre forêt à 15 minutes de marche vers le Village de Remelfing. C’est alors qu’après une douzaine d’année, que j’ai re-découvert ce poirier du sentier botanique. Un arbre somptueux, tant par sa droiture, que par son port épuré. D’une taille, d’environ 16,5 m et un tour de 1,35 m, il vient se classer premier dans mon mini concours.”

p2c.jpgp2a.jpgp2d.jpg

“Poussant en concurrence avec de vieux chênes et charmes, il à réussi au fil des décennies à se frayer une belle ouverture à la lumière, si utile pour cette espèce héliophile. Un fait, me pose toutefois problème, au début de l’automne, j’ai remarqué que son tronc était marqué pour l’abattage, j’ai alors effacé au mieux les traces, encerclé l’aire à la base de son tronc avec des branches, et comme un panneau identifiant est cloué dessus depuis 16 ans, j’espère qu’il sera épargné. (j’essayerai d’en faire plus, car on ne sait jamais). Lire la suite

Vieux poiriers, Altwiller (Moselle)

Pour l’un de ses derniers reportages sur ses terres, Francis nous emmène  cette fois-ci à la frontière Alsaco-Mosellane non loin d’Altwiller, à la recherche d’un poirier découvert en photo sur internet. (clic les photos)

“Arrivé dans le secteur, je constate la présence d’un vieux peuplement de fruitiers, tout particulièrement de poiriers. Je reconnais très vite celui que j’avais pu observer sur la photo, mais il n’est pas si imposant que ses compères qui lui tiennent compagnie.  Un peu plus loin, en me dirigeant vers Vibersviller, je prend un chemin agricole rejoignant la forêt, et là sur la droite un beau poirier de 11m de hauteur pour 3m68 de circonférence.”

“Le fruitier à l’air en bon état et j’ai l’impression que le propriétaire en prend soin.”

“Même pas 100 mètres plus loin, encore un autre poirier avec un point de greffe bien marqué. Celui-ci ne dépasse guère les 8 mètres de hauteur et fait 3,64 mètres en-dessous du point de greffe, et 3,02 mètres au-dessus.”

“Je n’ai remarqué que très peu de pommiers, cerisiers où encore pruniers. Les poiriers encore présents, pour la plupart isolés en plein champ, sont souvent des reliquats d’anciens vergers. Le secteur présente pas mal de vieux poiriers de ce genre, qui dépassent les 3m de circonférence. Altwiller se situe juste à coté de Honskirch, là où se localise le chêne à l’allure atypique [1].”

Que de vieux fruitiers dans cette région, merci pour la découverte de ces poiriers Francis. Ce ne sont pas les plus âgés présentés, mais ils ont quand même fière allure ! J’espère obtenir bientôt quelques pistes à explorer pour le département du Gard, car j’ai rencontré par mail la personne chargée de l’inventaire… Lire la suite

Saule marsault, Neufgrange (Moselle)

L’infatigable Sisley nous emmène à nouveau sur ses terres, une petite ballade locale aux abords des étangs du Bruhl à Neufgrange. Partons avec lui à la découverte d’un gros saule marsault, et finissons par une aubépine et un poirier.

“Il y a de ça quelques mois, j’avais pour idée d’aller voir un arbre visible de ma fenêtre au lointain. Arrivé sur place je constate que le poirier en question est élégant mais c’est sur un saule marsault que je reste fixé ! Un hasard miraculeux que j’ai du emprunté un passage hors sentier, car perdu dans cette broussaille, le saule n’est pas du tout visible.

“En me rapprochant je réalise que notre sujet est hors norme, un tour de 2,75 m à 1,20 m, une taille de plus de 10-11 m et pour ce qui est de l’age, probablement 70 ans passés. Il a une écorce très prononcée et abrite encore des vestiges d’une vieille cabane. Un spécimen assez insolite qui à le mérite d’avoir la palme du saule pour l’instant ! ”

“J’ai toujours l’habitude de les voir en tant qu’arbustes ou petits arbres, alors que là, il a eut tout loisir de s’épanouir librement.” Lire la suite

De vieux fruitiers, Ebring – Théding (Moselle)

Sisley nous emmène dans sa contrée faite de vergers et de haies fournies ; pour y retrouver deux beaux cormiers, un poirier séculaire et un groupe d’aubépines…

“Tout d’abord, se rendre dans l’impasse de la chapelle à Ebring, et là admirer un sorbier domestique de plus de 130 ans, qui avec un tour de 2,32 m et une hauteur de 15 m fait partie des rares qui ont atteint pareilles dimensions dans la région.”

“C’est un arbre bien en forme, qui à l’automne venue fait des heureux quand ses fruits viennent à blettir ! Au milieu des noyers, mirabelliers et pommier il est un peu comme la curiosité du coin.”

“La suite est dans le village voisin de Théding, où un poirier commun vit au 10 rue d’Ebring, il est visible de la route. Un bel arbre de 2,64 m de circonférence/ 11-12 m de hauteur et probablement 110 ans passés.”

“Il est le modèle type des vieux fruitiers qui composaient les vergers des maisons d’époque qui avaient toutes un plan conforme (basse cour, potager, verger et des fois une culture de chanvre à textile).”

“Et pour une surprise allons dans la dernière rue à gauche direction Folkling, où dans la grosse haie au bout se dresse un individu particulier. Il est situé en contrebas de la route principale en plein dans la brousse, entre frênes, aubépines et clématites.”

“Voilà donc le cormier des cormiers, un spécimen de 3,03 m de circonférence, et de 16 m de hauteur et environ 150 ans passés.” Lire la suite