Platane de l’abbaye Notre Dame des Près, Valmont (Seine-Maritime)

La vie réserve bien des surprises : un jour Sisley m’avait transmis quelques anciens numéros de la feuille d’A.R.B.R.E.S. dans lesquels j’avais découvert qu’un passionné menait depuis quelques années déjà, un inventaire des séquoias géants disséminés sur notre territoire. Je m’étais alors dit que ce serait bien de se connaitre ; et il y a peu, Marc Meyer est entré en contact avec moi via le blog.

Incollable sur les séquoias géants, Marc s’intéresse aussi aux autres essences qu’il rencontre au cours des ses balades. Voici un platane d’orient qui orne la grande pelouse à l’entrée de l’abbaye Notre-Dames-des-Près située à Valmont. (clic les photos)

Comme les clichés étaient arrivés sans les mesures ni historique, j’ai pris contact avec les sœurs de l’abbaye, qui ont volontiers accepté de me fournir de plus amples renseignements. Un platane qui affiche une circonférence de 5,60m à 1m50 du sol.

“Ce platane orientalis, à feuilles d’érable, viendrait effectivement d’Orient, par le port de Dieppe, où accostaient les bateaux. D’autres seraient arrivés par le même chemin, et auraient été plantés dans la région. L’un d’eux aurait été planté à l’Abbaye du Bec Hellouin (il paraît qu’il a été abattu il y a quelques années). Le nôtre serait le dernier, planté par les moines cet arbre a quelques centaines d’années  (entre 250 et 350).” Lire la suite

Le platane de Bretenoux (Lot)

Julien est de retour après quelques mois d’absence, suivons-le encore une fois au Nord du Lot, et découvrons un des plus gros platanes du département recensé à ce jour, mais qui sait – l’avenir nous réservera peut-être quelques surprises…

“Voici un arbre que je voulais vous présenter depuis longtemps. Il s’agit du premier platane du Lot présenté sur le blog, il se situe à Bretenoux au nord du Lot à moins de 2 kilomètres à vol d’oiseau de la Corrèze et c’est par un après-midi d’hiver où le thermomètre dépasse difficilement le 0°c que mon père et moi lui avons rendu visite.” (clic les photos)

“Il mesure 6m12 de circonférence à 1m30 pour une hauteur de + de 30m, bon état sanitaire, il pousse dans des conditions idéales avec la rivière la Cère qui passe non loin et qui lui permet de ne pas trop souffrir des sécheresses, je lui donnerai donc un âge d’environ 100 ans, c’est le plus gros que je connaisse dans le Lot pour l’instant. “

“Le coin est convivial et en été les personnes doivent volontiers s’asseoir sur les bancs afin de bénéficier de l’ombre son feuillage. A surveiller pour plus tard…”

Merci pour cette découverte Julien, un platane de belle stature pour juste un siècle, et comme tu le soulignes, il doit offrir une ombre bien agréable pendant les mois brulants de l’été. Je suis sur la trace de quelques  gros platanes qu’on m’a signalé vers Catus, et aussi celui de la cour de la préfecture de Cahors. Le département abrite surement quelques très beaux spécimens dans les vallées, ou au coeur de petits villages…

Platanes hybrides, Issenheim (Haut-Rhin)

Place à Sisley pour un article sous le signe des platanes géants…

Par une chaude journée de fin juin, comme elles peuvent l’être assez intensément, dans la plaine du Rhin, nous nous rendîmes à Issenheim, un village non loin de Guebwiller, afin de retrouver deux individus comme on n’a peu l’habitude d’en voir.

Les arbres étant de réels phares – comme le sont ceux, pour guider l’explorateur près des côtes – la localisation fut sans difficulté. Quelques instants pour arriver sur une placette, où l’étonnement se fait grandissant au fur et à mesure de l’approche. Quand les deux sentinelles de verdure furent bien en vue, quel spectacle, que de constater cette effusion chlorophyllienne s’étaler devant nos yeux ahuris par tant de prestance et de volume. Dans le domaine des platanes, je n’irai pas jusqu’à dire, que ce fut une révélation, mais une forte gifle pour quelqu’un n’ayant pas encore observer auparavant de tels spécimens.

Hauts de leurs 38 mètres et possédant des circonférences de 5,05 et de 5,10 à 1,50m, il va s’en dire que la surprise fut de taille, au vue des mesures si convaincantes.

Probablement plantés pour marquer un évènement, rien de sûr, ils n’auraient pas moins de 200 et quelques années. Ce qui revient une fois de plus, à se rendre compte, de la forte vigueur avec laquelle croît un platane, quand son houppier peut utiliser le moindre espace disponible pour placer et laisser agir son feuillage. Je suis toujours fasciné par les hauteurs que peuvent prendre ce genre d’arbre en situation isolé, alors que d’autres se contenteront d’arriver à une taille plus réduite, pourquoi s’épuiser à prendre de l’ampleur quand on peut se satisfaire d’un houppier trapu et écourté.

L’état général semblait à premier abord, ne présenter aucun signes alarmant, toutefois l’ensemble de la ramure montrait des signes d’une légère sécheresse, chose qui pour le cas du platane, ne présente pas des risques de premier degré, et la présence d’une lucane cerf-volant femelle, laisse à penser que des zones de bois nécrosés sont présentes dans les hautes parties de l’arbre. [1]

Le plus vieil individu français (p.d’orient), à Fervaques, aurait plus de 530 ans pour environ 13 m de tour et les plus grand dépasseraient les 45 m. Lire la suite

Platane du parc du Fresne, Savennières (Maine-et-Loire)

Gilles nous emmène à la rencontre du fameux platane de Savennières.

“Voici la plus vaste tonnelle de l’Anjou.  20 à 25 mètres de haut, Un feuillage qui couvre une surface de 40 mètres de diamètre soit environ 1300m² ! Il faut dire qu’il triche, ce platane, car il possède trois troncs dont chacun peut faire figure d’arbre remarquable. Alors que dire de l’ensemble ?” (clic les photos)

“Il s’agirait en fait de deux sujets distincts. Le plus imposant possède un tronc double qui mesure une quinzaine de mètres au sol et se dédouble à environ 1m30. A cette hauteur, l’ensemble présente 12m60 de circonférence et on trouve 6m60 et 7m90 pour les deux troncs. Le plus gros possède une charpentière quasi horizontale qui, de part son volume, pourrait aisément faire office de quatrième tronc.”

“Le deuxième arbre mesure 6m70 à 1m30 ce qui est déjà en soi impressionnant.”

“le parc du Fresne occupe un emplacement qui appartenait au fief de la Guerche, manoir seigneurial connu depuis le XIIe siècle. Mais en l’absence de document suffisamment explicite, l’âge des platanes n’a pu être précisément déterminé. Toutefois, si l’on compare les dimensions indiquées ci-dessus à celles des plus gros arbres de France, on peut faire un rapprochement avec le platane de Santenay (Yonne) planté sous Henri IV (1599). Pour le moins, ces arbres peuvent avoir été plantés au XVIIIe siècle, période de son introduction dans les parcs.” (selon le panneau que j’ai trouvé sur place) Lire la suite

Platane sphère, Simandres (Rhône)

Reçu cette semaine un courrier en provenance de l’Angleterre avec une photo du tilleul de Réaumont ; mais également celle d’un platane avec une forme sphérique étonnante situé à Simandres, sa malformation est le résultat d’une blessure provoquée par un cheval.

Merci pour la découverte de ce platane hallucinant Rob, c’est vraiment incroyable de voir comment la croissance a été perturbée sur cet arbre. Rob est enseignant en préhistoire et collabore à la revue ‘Cumbria Magazine’, faites un tour sur son site, c’est par ici.

« La croissance régulière en épaissseur des troncs est parfois perturbée. Il se produit alors, localement des proliférations ou excroissances comparables à d’énormes verrues : ce sont les loupes ou les broussins.
Les causes de ces déformations sont multiples. Certaines espèces, tels le platane, ont une propension à former ces anomalies. Mais, le plus souvent un traumatisme en est la cause. Quand une blessure affecte un tronc, les manchons générateurs à l’origine de la croissance en épaisseur, proches de la surface et souvent mal protégés, répondent en produisant des tissus cicatriciels qui se développent parfois en loupe. »

Robert Boudu, Arbres Souverains, p-109.

Le Roi Platane, Saint-Guilhem-le-Désert (Hérault)

Décidément Yanick nous emmène toujours vers des arbres renommés [1][2][3] ce coup-ci partons découvrir le Roi Platane, cet arbre fabuleux qui ombrage la place de la Liberté de Saint-Guilhem-le-Désert. (clic les photos)

“Grâce aux livres de Georges Feterman [4] cet arbre est très connu. Ayant profité des eaux fraîches des gorges de l’Hérault par une chaude journée d’Août, Je rendis donc visite à ce vénérable platane qui je savais, trônait non loin de là. Et je ne fus pas déçu, car tel un roi, il siège au centre de la place de ce magnifique village. Après m’être désaltéré à une des terrasses installées sous sa ramure je lui ai donc pris ses mesures.”

“Six mètres douze à un mètre trente de haut et une hauteur d’environ vingt mètres. On voit que la commune est fière de son platane et en prend soin. Ses branches maîtresses ont été haubanées car un champignon menace leur solidité. Nul doute qu’il plonge ses racines jusqu’à la fontaine qui lui tient compagnie.”

Pour la petite anecdote, “Lors de la crue de 1907, un âne avait été attaché au platane. La force de la crue détacha l’âne et l’entraîna dans l’abbaye (ouverte pour évacuer l’eau). L’âne se retrouva assis sur le maître autel au fond de l’abside mais fut sauvé des eaux !” Lire la suite