L’if millénaire de Saint-Ursin (Manche)

Continuons de fêter les 1000 articles du blog avec un taxus baccata, si je vous ai présenté de beaux spécimens en provenance de Bretagne [1][2][3], il est dans l’ordre des choses de clore en apothéose avec un if normand, car cette région possède la plus grande concentration d’ifs multi-séculaires, et en abrite même quelques-uns ayant dépassé le millénaire [5][6].

Lors d’une virée dans la Manche, Sébastien s’est arrêté en chemin pour retrouver plusieurs arbres signalés comme remarquables, et c’est au cœur du village de Saint-Ursin que plus majestueux de tous s’est révélé. Ce vénérable taxus serait âgé de plus de 1000 ans et présente la particularité d’avoir développé des racines adventives. Suspecté d’avoir été en fin de vie tout au long du XXème siècle où il montrait des signes de dépérissement, l’if connait un évident regain de vitalité depuis son amputation d’une grosse branche par une tempête en février 1990. C’est à compter de cette époque qu’il fait l’objet de tous les soins de l’autorité municipale en vue de sa préservation en tant que principal garant de l’identité territoriale.

« L’if a été labellisé arbre remarquable par l’association ARBRES [7], ce qui n’a rien d’étonnant quand on observe de près cet arbre millénaire. Les racines qui se sont formées sur le tronc sont une pure merveille. Pour un arbre femelle, il n’avait pas beaucoup de fruits. Cet ancêtre parait en bonne santé et il lui reste probablement de très nombreuses années devant lui. »

« Sa circonférence à 1,30 m est de 10,18 m, ce qui semble confirmer son âge estimé. »

Merci pour les photos de cet if millénaire Sébastien, quel plaisir d’accueillir ce patriarche sur le blog ! Durement touché par la tempête de 1990, l’if a perdu une grosse charpentière et une partie de sa circonférence, mais il semblerait que cet évènement lui ait donné un second souffle, le voilà parti pour de nombreux siècles. J’avais entendu parler de ses racines adventives, mais de les voir sur tes clichés, c’est saisissant et magnifique !
____

• Extraits de la fiche d’inventaire du patrimoine culturel immatériel de Saint-Ursin :

L’if de Saint-Ursin est aujourd’hui investi en tant que principal garant de l’identité d’un territoire ayant perdu, non seulement son statut de commune en 1973, mais aussi son seul commerce au cours de la décennie 1970 et son  école élémentaire en 1987. A ce titre la valorisation de l’arbre participe d’un acte de résistance, impulsé par le Maire avec le soutien de ses administrés, pour assurer la pérennité d’une collectivité locale, préserver les prérogatives de son statut de commune associée, et maintenir une vie dans cette campagne affectée par la déprise rurale de la seconde moitié du XXème siècle.

L’église paroissiale de Saint-Ursin est pour sa majeure partie datée du XVIIIème siècle à l’exception du porche des XIème  – XIIème siècles. L’édifice contient un tabernacle, un retable du maître-autel et une toile (baptême de saint Augustin par saint Ambroise) constituant un ensemble classé au titre des Monuments Historiques.

On note également dans cette église plusieurs statues non classées, dont une de saint Ursin à laquelle s’associe un rituel de guérison des convulsions liées aux vers intestinaux.
Bien que l’existence de ce rituel de guérison n’ait en apparence aucun rapport direct avec la présence de l’if millénaire, on ne saurait exclure toute relation dans la mesure où furent décelés en de nombreux autres lieux, à des fins évangélisatrices, des stratégies  de redirection vers les églises d’anciens cultes païens originellement tournés vers les arbres. D’autre part, des témoignages recueillis à Saint-Ursin indiquent que les pèlerins,  après avoir accompli le rituel auprès de la statue  dans l’église, envoient parfois discrètement leur enfant malade se lover dans un creux de l’arbre. Ces derniers éléments expliquent pourquoi l’église et l’if de Saint-Ursin peuvent être considérés du point de vue du patrimoine culturel immatériel comme parties constituantes d’un même ensemble.

Lire la suite

L’if millénaire de Saint-Maudez (Côtes d’Armor)

Afin de fêter comme il se doit le cap des 1000 articles sur le blog, je me suis mis en quête d’arbres antiques s’approchant ou ayant dépassé les 1000 ans. Finalement, peu de ligneux atteignent cet âge canonique sur notre territoire, c’est donc tout naturellement que je me suis tourné vers les ifs, des arbres d’une extrême longévité, et chargés d’un symbolisme puissant, notamment en Normandie et en Bretagne où ils veillent sereinement sur les morts.

« Beaucoup plus répandue est la conviction que les âmes des morts viennent hanter les arbres (…) il faudrait rajouter les nombreuses histoires de revenants peuplant les arbres des cimetières qui sont, en Bretagne, le noyau vital de la bourgade. En Armor, on croyait naguère que les Ifs, qui sont les arbres de la mort, ne doivent figurer qu’en un seul exemplaire dans les cimetières, car ils poussent leurs racines dans la bouche de tous les morts qui y sont enterrés. » (Jacques Brosse – Dictionnaire des arbres)

Dans l’enclos paroissial de l’église de Saint-Maudez se dresse un if monumental. Un patriarche millénaire découvert dans les livres mais pour lequel je n’avais que peu d’informations, j’ai donc contacté la mairie afin de solliciter leur aide, et très rapidement plusieurs mails sont arrivés avec des photos de l’ancêtre et des données dendrologique récentes.

Dans un courrier reçu en Mairie en juin 2010 il est écrit : « L’if près de l’église fait partie du patrimoine arboré le plus remarquable sur le département. Cet arbre est intéressant de part ses dimensions et son âge exceptionnel. » Plus loin : « L’expert a mis en avant que l’arbre pourrait être au minimum millénaire. Il s’agit d’un des plus vieux ifs français ».

« Une hauteur de 11 mètres, une circonférence de 8,30 mètres (à 1,30 m du sol), une envergure de 18 mètres, pour un âge estimé à 1000 ans, et une bonne espérance de vie. »

« Deux fois, depuis mon arrivée dans la commune, il a été soigneusement élagué par un spécialiste.  La commune possède une collection d’une quinzaine de variétés de taxus. »

Merci à Michel Audinet, conseiller municipal du village de Saint-Maudez, qui a accepté avec un vif plaisir de réunir pour nous les photos & les infos qu’il possédait sur ce monument naturel.

Lire la suite

If millénaire, Yvignac-la-Tour (Côtes d’Armor)

Depuis la création du blog, quelques arbres emblématiques de la Bretagne se sont dévoilés, mais pour l’instant aucun reporter ne s’est manifesté pour cette vaste région si richement arborée, et pourtant il y aurait de quoi réaliser de superbes reportages [1]… Du coup, je mène l’enquête à distance avec les données collectées, et j’envoie des courriers aux mairies et/ou à des particuliers habitant non loin des arbres recherchés.

A Yvignac-la-Tour, petit village des Côtes d’Armor se tiendrait un des plus vieux taxus de Bretagne. Contactée, la mairie d’Yvignac m’a répondu par l’intermédiaire d’Yves Gérault qui m’a transmis des photos et un texte sur l’histoire de l’if, et m’a aussi mis en relation avec Daniel Coulombel qui a réalisé de nouvelles photos, et une mesure de circonférence.

Et vous le verrez à eux deux, il nous dressent un portrait passionnant de cet arbre creux, dont la vieille histoire se confond avec celle de la commune depuis quasiment un millénaire.

 

  • L’if du millénaire (texte de Daniel Coulombel)

« Selon certains historiens, if, en gaulois aurait pu être à l’origine du nom de notre commune : If = ivos … Eyvignac … Yvignac … Yvignac-la-Tour ? »

« Quoi qu’il en soit, nous avons notre if célèbre, près de l’église. Qui fut le premier : l’if ou l’église ? Fut-il planté sur le site d’une chapelle bâtie là au VIIème siècle, ou lors de la transformation de la chapelle en église paroissiale au XIème siècle ? Nous n’affirmerons pas quel est l’âge de notre if ; on dit qu’il est millénaire, c’est plus simple… »

« Mesurée à 1 mètre du sol, sa circonférence est bien de 8,50 mètres. »

Lire la suite

L’if du château de Mordesson (Lot)

Réaliser un inventaire des vieux arbres dans le Lot réserve bien des surprises. Quelques découvertes surprenantes et d’intérêt national, comme le chêne de Pech-Merle [1], le tilleul de Paramelle [2], le pin parasol  de Cahors [3], ou ce lierre plus que centenaire à Vers [4], et même des forêts magiques…

Averti par Julien de la présence d’un if ‘millénaire’ au Nord du département ; ma curiosité piquée au vif, je décide de me mettre activement à sa recherche. L’ancêtre aurait planté ses racines dans l’enceinte du château de Mordesson, quelques kilomètres à l’Est de Rignac. Ne connaissant personne sur ce canton, je contacte l’association Racines installée toute proche et qui contribue à la mise en valeur et à la gestion du patrimoine naturel, culturel et bâti ; mais également l’étude de l’environnement, de l’archéologie, et de l’histoire du canton.

Le président de l’association me répond rapidement, et rendez-vous est pris avec le propriétaire des lieux pour venir à la rencontre du fameux if dans la semaine.

ifmordesson3.jpgifmordesson1.jpg

Une circonférence de 7,70 mètres à 1,30m de haut, avec un tronc  qui a encore toute son intégrité, et une frondaison splendide et vigoureuse. Quelle bonne surprise de trouver par ici un if de cet âge, sans aucun doute multi-séculaire, cet arbre s’approche tranquillement du millénaire..! Certainement un des plus vieux arbres du département.

Merci à l’association Racines, c’est vraiment sympa d’avoir accepté de vous déplacer et de réaliser ce reportage, car cet if séculaire est un des joyaux du patrimoine naturel du département. Petit à petit, le territoire se dévoile pour notre plus grand plaisir.

ifsculairedemordesson3.jpgifsculairedemordesson2.jpgifsculairedemordesson1.jpg

Installé au coeur d’une propriété privée, cet arbre ne peut malheureusement se visiter, mais le propriétaire m’a transmis les 3 clichés ci-dessus afin de mieux le découvrir. Lire la suite

L’If millénaire de Vigeois (Corrèze)

En Corrèze, au centre du village de Vigeois se trouve un if millénaire, un arbre fantastique décrit par des amis, et cela faisait longtemps que je souhaitais lui rendre une petite visite : ce fut le clou de mon excursion dans ce département.

Car si la Normandie et la Bretagne abritent de nombreux ifs millénaires dans l’enceinte des cimetières, il en existe peu de ce gabarit dans le Sud de la France. Indiqué par un panneau dans le centre du village, il ne me fut pas difficile de trouver le vénérable ancêtre.

J’ai de loin aperçu sa fantastique ramure, un vert profond et un feuillage très dense qui ne laisse pas passer la lumière. Coincé dans le mur d’enceinte de l’école, le tronc ne se dévoile qu’en s’approchant, et quel tronc ! (clic les photos)

En fait, pas de tronc véritable mais des ramifications de branches vraiment de toute beauté. Bien difficile à mesurer en raison de la proximité du mur, je fais donc confiance à l’association A.R.B.R.E.S. qui lui a décerné le label “arbre remarquable” en 2000, ses mensurations : 10 mètres de circonférence à la base et 14 mètres de hauteur.

Les branches énormes offrent un espace dégagé à l’intérieur à environ 1,50 mètres de haut par rapport au sol de la cour, cachette privilégiée des enfants qui se plaisent à jouer aux robinsons dans cette forteresse millénaire. Pas assez de recul pour photographier cet espace où plusieurs adultes peuvent se tenir debout, le bois y est patiné et ressemble presque à des rochers d’où sortiraient de petits végétaux… une caverne magique ! Lire la suite

L’if millénaire d’Estry (Calvados)

En consultant le travail d’Henri Gadeau de Kerville sur les arbres de Normandie [1], ce qui saute aux yeux c’est le nombre impressionnant de vieux ifs veillant sur les cimetières. Un siècle plus tard, que reste-il de ces ancêtres – gardiens des âmes et de l’autre-monde ?

Contact est pris avec la municipalité d’Estry, afin d’avoir des nouvelles et des photo de ce vieil arbre ; et c’est avec enthousiasme qu’ils m’ont répondu. (clic les photos)

“Nous avons mesuré l’if d’estry et nous avons obtenu 11,55 m de circonférence à 1 m de hauteur. Nous n’avons pas encore d’informations sur cet arbre. Notre conseil municipal prévoit de le labelliser en septembre.”

“Entre temps, nous commençons des recherches. Nous pourrons vous transmettre ce que nous trouverons. Les estimations sur son âge vont de 1000 à 1600 ans. Il s’agit à coup sûr de l’un des plus vieux arbres de France.”

Merci pour le partage Gaël, effectivement cet if fait partie du cercle fermé des arbres français ayant dépassé le millénaire ; quel tronc étonnant et encore plein de vigueur, un fier gardien, témoin de la lente succession des génération de l’homme. N’hésitez pas à me faire parvenir des précisions sur son histoire, d’autres clichés, ou des nouvelles de la labellisation.

Mise à jour, une amie s’est rendue auprès de cet if vénérable (clic les photos) :

Merci pour la série de photos Booguie, visitez donc son blog, c’est par ici.

Lire la suite