Chêne à la Grange, Chez Jally, Saint-Etienne-des-Champs (Puy-de-Dôme)

Et si on repartait en Auvergne avec Jerem ? La route de ses vacances l’a conduit jusqu’à Saint-Étienne-des-Champs, et à quelques kilomètre de là, au lieu-dit « Chez Jally », la rencontre a lieu avec le fameux chêne « encastré »dans une vieille grange en pierre.

Labellisé arbre remarquable par l’association A.R.B.R.E.S. en 2001, ce chêne est vraiment fantastique ! Pas de mesures de circonférence de ce vieux bonhomme usé par les ans, mais il semble avoir quelques siècles au compteur… Je m’interroge, pour quelle raison a-t-on construit cette grange en laissant ce chêne ? Il aurait été plus simple de décaler la bâtisse de quelques mètres, mais peut-être cet arbre était-il bien plus aux yeux des habitants du hameau… A moins que ce chêne ait finalement embrassé le mur avec le temps ?

Le chêne encastré se situe a quelques kilomètres de Saint-Étienne-des-Champs chez un propriétaire sympathique qui a l’habitude des visites. Pour s’y rendre, il faut suivre une petite route en direction du hameau « Chez Jally », le monsieur te contera qu’un gros tilleul s’est effondré il y a peu, le tronc mort est visible dans un champs.

Merci pour cette découverte Jerem, car il s’agit vraiment d’un chêne unique !

Chêne et peuplier noir, Petit-Rorbach, Nelling (Moselle)

Sisley nous emmène en direction de Petit-Rohrbach , annexe du village de Nelling en Moselle ; au bout d’une route sans issue, siège en baron des lieux, un beau chêne pédonculé, qui avec ses 6,25 m de tour, ses 17 m de hauteur et ses quatre ou cinq siècles accueille merveilleusement le pèlerin qui vient vers la chapelle. (clic les photos)

“Remarquons cependant, qu’il n’en s’est pas sorti sans encombre, il a subit une vilaine taille il y a une vingtaine d’année et à été recouvert d’un enduit ‘esthétique’ et soit-disant protecteur, mais cela n’a guère empêché les insectes voulant en savoir un peu plus.”

“Cela dit, son état général n’est pas mauvais. Et pour un endroit pareil, l’arbre à tout à fait sa place, une indication précise qu’il daterait du XIII ou XIVe siècle, un peu fort comme estimation, mais qu’est-ce qu’un siècle dans ce cas de figure !” Lire la suite

Chêne têtard, La Tourlandry, hameau de la Rigaudière (Maine-et-Loire)

Bien que Gilles nous ait fait découvrir de beaux arbres, je me suis rendu compte qu’il venait de s’installer récemment en Anjou. Et comme je sentais qu’il était désireux d’aller rencontrer de vieux arbres, je lui ai fait passer une petite liste…

“Direction La Tourlandry, hameau de La Rigaudière. C’est un endroit que l’on trouve tout au bout d’une petite route qui serpente le long d’une colline. Et tout à coup on se sent petit face à la masse ligneuse qui se love au fond du vallon. Voilà des siècles qu’il grossit bien à l’abri des regards de la civilisation.” (clic)

“C’est un bon gros chêne taillé en têtard depuis des générations qui a fourni on ne sait combien de stères pour réchauffer les longues soirées d’hiver.”

“Un spécimen qui en impose quand on est en sa présence, de près plus que de loin car même s’il ne mesure que 12 mètres de haut, il a un tour de tronc de 6m70 à 1m30 ou 6m10 à l’endroit le plus étroit.” Lire la suite

Chênes centenaires, Cappel (Moselle)

D’un pas de géant, passons de la Gironde à la Moselle, Sisley nous propose de visiter la commune de Cappel et de découvrir les deux chênes centenaires.

“Réaction en chênes, deux sujets capturés sur la pellicule et qui viennent chacun d’un milieu différent. Le premier est un champêtre de forte ampleur, près de 24 m de largeur, cotoyé de longue date par les villageois et enfants, un arbre populaire en quelque sorte,”

Ce chêne pédonculé se situe près du terrain de foot de Cappel, les mensurations de ce  villageois : circonférence : 3,8 m, hauteur > 24 m, âge: > 170 ans.
____

“Alors que le deuxième est un vrai forestier, un chêne sessile qui a grandi dans un sous bois, vécu dans une futaie et a survécu à la coupe…

“il se retrouve dominant les jeunes hêtres et chênes de quelques dizaines d’années et devient du coup un très ancien de 3,80 m de circonférence et de 26 mètres de haut.” Lire la suite

Chêne de l’église, Cheillé (Indre et Loire)

Depuis près de deux siècles dans le petit village de Cheillé en Indre-et-Loire,  un chêne a pris racine dans le mur de l’église ! Un arbre découvert dans le livre de R. Bourdu “Arbres de mémoire“, depuis je cherche des photos de cette alliance entre l’arbre et la pierre. C’est en parcourant un excellent blog sur la Touraine que je découvre les photos qui suivent, Christian accepte sans hésitation de me les prêter.

Vous pouvez apercevoir le chêne sur la droite de l’église, et si vous cliquez pour agrandir, vous découvrirez que cet arbre file tout droit dans le mur, incroyable !

Vraiment étonnant car il n’y a aucune trace du chêne à l’intérieur de l’église ; 12 mètres de haut et la ramure fait 15 mètres de large, pour l’instant il manque des mesures de circonférence, mais ça viendra…

Merci pour les photos Christian, je suis content d’admirer enfin ce prodige de dame nature, jusqu’à présent je n’en avais vu que des miniatures. Forcément il a toute sa place ici, dans la forêt avec tous les autres arbres qui se font remarquer…
Christian publie un chouette blog sur la Touraine, 41 communes sont présentées avec photos du patrimoine bâti, archéologique ou naturel ; faites donc un tour, c’est par ici.


____

Trouvé un article de la Nouvelle République qui évoque ce chêne, où deux anciens du village racontent l’histoire à Claire Damon. Lire la suite

Parc municipal, Courcelles-Chaussy (Moselle)

Après nous avoir présenté le parc d’Urville à Pont à Chaussy à l’automne, Sisley nous emmène découvrir le parc de la commune de Courcelles-Chaussy.

“Un petit parc de quelques hectares, mais de vieux et beaux sujets par ci par là. En se baladant au fil des chemins on aperçoit des frênes, pins, ifs, trois vieux cornouillers et de l’autre côté du petit étang un mince bosquet qui passe presque inaperçu.”

“Mais au fur et à mesure qu’on s’y approche le doute s’évapore : devant un ancien autel un vieux chêne au large tronc qui laisse passer la lumière à travers de son bois ,

“et accompagné d’un frêne greffé qui ainsi garde une base assez ventrue et pas très loin un arbre qui éveille moins l’attention se laisse identifié comme un marronnier rouge de belles dimensions.” Lire la suite