Chêne à la Vierge, côte Saint-Auct, Elbeuf (Seine-Maritime)

Sur la côte Saint-Auct (l’un des plus beaux points de vues sur Elbeuf et ses environs) au bout de la rue Arthur Hulme, en s’enfonçant dans la forêt par le chemin pédestre, vous pourrez découvrir le Chêne à la Vierge.  L’association A.R.B.R.E.S. a élevé ce chêne au rang des arbres remarquables de France en 2003. (clic les photos)

cheneviergeelbeuf6.jpgchnelaviergeelbeuf2.jpg

Il s’agit d’un chêne pédonculé âgé entre 300 et 400 ans, une circonférence de 3,80 mètres à 1m de haut. Sur l’arbre est accrochée une petite niche contenant une statue de la Vierge.

cheneviergeelbeuf4.jpgcheneviergeelbeuf5.jpgcheneviergeelbeuf7.jpg

Voici une photo du chêne prise par Henri Gadeau de Kerville le 25 avril 1890, et pour comparer une photo en feuille prise en mai 2009 :

chêne à la vierge côte Saint Auct Elbeuf 25 avril 1890chnelaviergeelbeuf1.jpg

Pour réaliser cet article, j’ai dû utiliser plusieurs sources. Merci à Dulcicat qui a accepté de me prêter les photos du chêne qu’elle avait publié sur son blog [1], merci à Han van Meegeren qui m’a prêté la photo de la Vierge [2] qui depuis s’est vu recouvrir de grillage, et enfin des remerciements posthumes à Henri Gadeau de Kerville, un siècle plus tard son travail est inestimable.


Lire la suite

Chapelle Saint Joseph du Chêne, Villedieu-la-Blouère (Maine et Loire)

Et hop, on retourne dans le Maine et Loire, Gilles nous envoie un reportage sur le chêne chapelle de Villedieu la Blouère. Il s’agit d’un chêne sacré, un ancêtre vénérable : 14 mètres de hauteur, une circonférence de 9,30 mètres, et on présume son année de plantation au VIè siècle… Mais il est tellement protégé, qu’il est bien difficile de s’approcher au plus près.

« Le 24 août 1856, la jeune paroisse de Villedieu-la-Blouère rendit le culte à Saint-Joseph-du-Chêne, arbre millénaire au tronc monumental, évidé par le temps et au cœur duquel fut placé une statue de Saint Joseph, le Saint Patron des artisans de la commune. Le modeste autel fut remplacé par une chapelle inaugurée le 26 août 1859. Devant l’affluence de pèlerins, une seconde chapelle fut accolée à la première et consacrée en 1871. » [1]

« A l’entrée du village un panneau vante les mérites de celui-ci avec notamment une allusion au chêne qui aurait 16 mètres de circonférence à la base. Me rendant sur les lieux, j’ai bien vite vu que cette information était invérifiable, d’une part à cause de la grille autour, d’autre part à cause de la chapelle (évidemment!) mais aussi, et c’est plus surprenant, par le fait que la majeure partie du tronc visible de l’extérieur se trouve être une maçonnerie en béton imitation écorce de chêne. Y aurait-il tromperie ? » (clic les photos)

« Je ne le pense pas. Je crois surtout que ceci à été édifié en même temps que la chapelle pour protéger la zone morte du tronc initial qui contient la statue et pour rendre ainsi compte de l’aspect que devait avoir l’arbre du temps de sa splendeur. Du reste, c’est très bien réalisé car de loin on s’y méprendrait. » Lire la suite

Le chêne de la Ville Hervy, Plénée Jugon (Côtes d’Armor)

En Bretagne, nous l’avons vu [1], il existe bon nombre d’arbres dédiés à des saints ou à la vierge Marie. Dans les Côtes d’Armor, en la ville de Plénée-Jugon, au lieu-dit la Ville Hervy, se dresse un très vieux chêne  qui abrite une statue de la Vierge et un tronc à oboles. “Son écorce pleine de vie semble se refermer petit à petit sur la niche pour engloutir la statue.”

chenedelavillehervy1.jpg

Quel chêne ! Une stature incroyable pour cet ancêtre qui affiche une circonférence de 7,60 mètres. Sur ces clichés, on peut apercevoir toute la vigueur de cet arbre, regardez la taille des charpentières ; le tronc noueux et tordu, qui donne envie de grimper dessus…

chene-Plénée-Jugon-1chene-Plénée-Jugon-2

Un grand merci à Marylin, photographe de Plénée-Jugon, qui a accepté de me prêter ces photos ; plus tard si l’occasion se présente, elle nous en fera parvenir d’autres pour admirer ce prodige sous d’autres angles… Mais finalement, ce sera Philippe [2] qui nous dévoilera un peu plus ce vieux chêne dédié à la Vierge. Lire la suite

Chêne à la Vierge, forêt de La Guerche, Rannée (Ille-et-Vilaine)

La forêt celte est peuplée de korrigans et de poulpiquets, et les arbres latins étaient habités de dryades et de nymphes… De nos jours en Bretagne, certains arbres sont peuplés non plus de fées mais de petites statuettes de saints et/ou de la vierge Marie. Certains guérissent, d’autres aident les tout jeunes enfants à faire leurs premiers pas. Les arbres servent alors d’intercesseurs auprès de la divinité, par le truchement du saint personnage qui les habite.

Dans la forêt de la Guerche (Koad Gwerc’h) en Ille et Vilaine, sur la commune de Rannée, se cache le Chêne à la Vierge, arbre au pied duquel un prêtre réfractaire avait l’habitude de prononcer la messe pendant la période révolutionnaire. (clic les photos)

photos1232064321499.jpeg

La légende raconte qu’en 1792, une troupe républicaine poursuivant ce prêtre trouva une jeune fille priant au pied de ce chêne. Refusant de divulguer la cachette du recteur, elle fut fusillée au pied de l’arbre. (clic les miniatures ci-dessous)

photos1232064354486.jpegphotos1232064435798.jpegphotos1232064291490.jpegphotos1232065795450.jpeg

La croyance populaire reconnaît à cet arbre des pouvoirs miraculeux, et de très nombreuses statuettes et ex-votos sont apposés sur le tronc, dans de petites niches.

Il existe en Bretagne bon nombre d’arbres dédiés aux saints ou à la Vierge : le chêne de Be er Sant à Camors (Morbihan), le chêne du presbytère à Caro (Morbihan), la tombe à la fille en forêt de Teillay (Ile et Vilaine), le châtaignier de la chapelle Sainte Philomène à Merdrignac (Côtes d’Armor)… Ces croyances populaires ne se limitent pas qu’à la Bretagne ; mais se retrouvent dans toute la France, voire dans toute l’Europe.

Je me suis fait prêter cette superbe série de photos par un blogueur sympa qui s’était longuement intéressé aux croyances populaires bretonnes, faites un tour, par ici.

Le chêne de Saint Gengoulph, Hallering (Moselle)

L’hiver s’installe, alors Sisley fouille pour nous ses archives, et sort de sa malle un arbre légendaire. Le beau chêne d’Hallering dit de Saint Gengoulph. (clic les photos)

La légende : St Gengoulph planta son bâton ici, au dessus d’une source, et avec le temps le bâton est devenu un imposant chêne qui domine la petite source située en contre bas. Le chêne est à moitié mort et creux du tronc, cela lui confère un aspect tout à fait spécial.

Ses dimensions : circonférence de 4,78 m ; hauteur de 16 m ; et un âge > à 200 ans.

Il se trouve à mi chemin sur la D 103h entre Hallering et Zimming. En fouillant pour en apprendre un peu plus sur ce Saint, voici ce que j’ai trouvé :

“Parti évangéliser les Saxons et les Frisons des pays du Nord, Gengoulph, connétable de France sous le règne de Pépin-le-Bref, laissait à Varennes sa jeune et charmante épouse Ganéa. Hélas, celle-ci esseulée prit de nombreux amants ; Gengoulph le sut, abandonna la guerre, donna ses terres aux pauvres et se retira comme ermite en un lieu que l’on suppose être Vaux-la-Douce. Sur sa tombe, de nombreux miracles éclatèrent et le culte du saint se diffusa. La sagesse populaire attribua à saint Gengoulph l’irruption de sources merveilleuses dont l’eau se pétrifiait et rendait inerte le bras plongé de l’épouse infidèle, prouvant ainsi l’adultère”. Lire la suite

Chêne Lou bielh cassou, Saint-Vincent-de-Paul (Landes)

Un chêne dont j’entends parler depuis fort longtemps, un arbre légendaire sous lequel un saint homme venait faire paître ses chèvres alors enfant. Hélas comme bien souvent, je n’ai pas le temps de me déplacer jusqu’à lui. Mais au cours de mes balades sur le web, je découvre des photos sur un blog sympa, je contacte l’auteur et c’est avec son aimable autorisation que je les publie aujourd’hui. (clic pour agrandir)

chêne de St Vincent de Paul 1

chêne de St Vincent de Paul 2Ce chêne se situe à Saint Vincent de Paul (7 km au nord-est de Dax), son âge est estimé à 800 ans et sa circonférence est de 12,50 mètres. Un pépère bien abimé, son tronc a été rempli et refaçonné avec du béton. Installé à quelques mètres de la maison natale de Saint Vincent de Paul, nul doute que cette proximité lui a valu la bienveillance des villageois depuis fort longtemps…
.

Carte postale début des années 1900

Merci pour le prêt des photos Dan. Allez donc faire un tour sur son blog, il y a des tableaux et plein de belles photos à découvrir, c’est par ici.

Quelques éléments linguistiques tirés du dictionnaire gascon-français de l’abbé Vincent Foix. Lire la suite