Le parc du château de Mantelon, Denée (Maine-et-Loire)

(Un article de Gilougarou, l’arpenteur des bois)

Ce parc est connu des passionnés du monde des arbres grâce à ses peupliers noirs qui sont classés et référencés par l’association A.R.B.R.E.S. et que l’on trouve au pied de l’orangerie du château de Mantelon. Cela faisait longtemps que je désirais m’y rendre, et ce fut chose faite par une après-midi glaciale. Pas l’idéal, mais la prévision météo m’avait indiqué une belle journée lorsque j’avais pris mes rendez-vous. (clic les photos).

Guidé par madame Anne de Perthuis qui m’a courageusement accompagné même lorsque la pluie verglaçante a commencé à tomber, j’ai tout d’abord découvert l’arbre qui figure sur tous les ouvrages ou sites dédiés à ce lieu et qui revêt, en quelque sorte, le rôle d’emblème. Il affiche une circonférence de 5m70 (à 1m30 comme tous les arbres qui suivent) et une hauteur d’environ 30 mètres. Sa silhouette équilibrée au milieu de ce parc étendu a tendance à le rendre moins impressionnant qu’il n’est en réalité, mais il s’agit bel et bien d’un géant.

Mais il n’est pas le seul peuplier noir remarquable de ce lieu. S’il sort du lot, c’est par son port sans défaut et son état sanitaire parfait. En contrebas, le long du Louet, deux autres peupliers nous attendaient avec des circonférences tout aussi imposantes : 5m40 et 5m90.

C’est un magnifique tir groupé qui contenterait n’importe quel amoureux de la nature. Le portrait ne s’arrête cependant pas là. Lire la suite

Chêne du parc du château de Chambiers, Durtal (Maine-et-Loire)

« La réserve des arbres remarquables semble n’avoir pas de fin. Alors que je croisais les mots clés sur internet afin de remettre la main sur un chêne que j’avais découvert auparavant, un autre spécimen c’est révélé. Comment donc, voilà un chêne de 400 ans au sein d’une propriété d’exception et qui n’attendait qu’une occasion pour se révéler chez krapo ! J’ai donc fais chauffer la boîte à mails pour prendre rendez-vous et madame Anne Crouan [1] m’a très aimablement ouvert ses portes et laissé profiter du spectacle par un bel après-midi ensoleillé. »

chenechambiers10.jpg

« Ce chêne est étonnant par deux aspects. D’une part, il étale très largement sa frondaison d’une vingtaine de mètres de haut sur 30 à 35 mètres d’envergure, formant ainsi une magnifique demi-sphère de feuillage. D’autre part, l’ensemble de ses branches forme un bouquet qui émerge d’un fût très court qui n’excède pas 2 ou 3 mètres de haut ce qui lui confère une silhouette très particulière. »

chenechambiers4.jpgchenechambiers6.jpgchenechambiers5.jpg

« Sa circonférence à 1 mètre de haut est de 5m50 ce qui semblerait m’indiquer un âge inférieur à celui qui est annoncé sur le site. J’interroge donc mon interlocutrice qui me dit qu’elle tient cette information d’une personne appartenant à la société nationale d’horticulture venue exprès pour répertorier ce chêne. Son estimation situe l’arbre entre 350 et 400 ans, je me rangerai donc humblement derrière l’avis de ce spécialiste. »

chenechambiers1.jpgchenechambiers9.jpg

« Certaines branches tendent vers le sol et sont de ce fait étayées afin de faciliter l’entretien et l’accès autour d’elles. On se trouve ainsi sous une magnifique tonnelle naturelle dont l’état sanitaire semble très bon, malgré quelques grosses branches basses coupées de part et d’autre du tronc d’où émergent des champignons. En tout cas, on ne peut que remercier les générations de propriétaires qui ont permis à ce chêne de laisser libre court à sa croissance car il n’est rien de plus beau à mon sens qu’un arbre au port libre et sans entraves. Enfin, on peut aussi trouver dans le parc un beau pin de 3m60 à 1m30 pour 16 mètres de haut ainsi qu’un bouquet et un alignement de jolis cèdres qui ne demandent qu’à vieillir et s’embellir. »

localisation chene Chambiers (clic pour agrandir)Un chouette découverte que ce chêne Gilles, merci pour toutes ces photos. Comme toi, j’adore lorsqu’ils jaillissent ainsi en bouquet avec de multiples branches ; cela me rappelle d’ailleurs les chênes séculaires de Murs [2], des arbres de toute beauté. Effectivement, l’estimation de l’âge semble un peu optimiste, mais nous ne sommes que des amateurs, et nous l’avons déjà vu, les chênes réservent parfois bien des surprises… Ce qui de toute façon, n’enlève rien à la majesté de ce quercus. Durtal se situe à 35km au Nord-Est d’Angers, le château de Chambiers est 5km au Sud à l’entrée de la forêt de Chambiers.

Chêne de l’Abbaye de l’Escaladieu, Bonnemazon (Hautes-Pyrénées)

Après nous avoir fait découvrir un chêne liège impressionnant en Gironde [1], Francis nous emmène à la rencontre d’un chêne pyrénéen splendide.

Le chêne se cache dans l’enceinte de l’ancienne Abbaye cistercienne de l’Escaladieu située à Bonnemazon dans les Hautes Pyrénées ; un arbre magnifique, bon centenaire, véritable pièce maitresse du parc. (clic les photos)

“Le bougre mesure 6,04 mètres de circonférence pour 30 mètres de haut, pour l’échelle : le personnage au pied du vénérable cistercien mesure 1,70m.”

Merci pour la découverte de ce très beau quercus Francis, de très belles proportions, en parfait état sanitaire et qui a encore du temps devant lui ; je comprends maintenant pourquoi tu avais intitulé ton mail “nouveau monstre caché”. Il doit vraiment offrir un spectacle saisissant, et se montre  comme le digne doyen de ce parc arboré. D’ailleurs son port me rappelle un peu le chêne au Grandchamp en Finistère [2].