Le Gros Chêne de Fénétrange (Moselle)

Et hop ! On retourne dans l’Est, guidé par Francis découvrons un chêne forestier renommé situé sur la commune de Fénétrange en Moselle.

“Cela faisait quelques temps qu’il me titillait celui là, donc je décide de me lancer à sa recherche, qui d’ailleurs n’est pas très compliqué car il est indiqué, non pas sur la route mais sur le chemin forestier à une centaines de mètres après celle-ci. Ce quercus – appelé Gros chêne – est très impressionnant, tout comme les deux spécimens que j’avais pu précédemment observer sur la commune de Loudrefing à quelques kilomètres de là [1].”

“Il fait 30 mètres de hauteur pour 5,30m de tour de taille. Magnifique faut l’avouer. Cependant je pense que cet arbre serait considéré comme un arbre juvénile par nos ancêtres gaulois qui peuplaient nos contrées jadis, eux ont dû en voir de bien plus imposants. Qu’est-ce que j’aimerais voir une forêt, ne serait-ce qu’une petite parcelle, avec que des arbres de cette envergure majestueuse…”

“Ce n’est pas finit, et oui parce qu’un chêne peut en cacher un autre… Sur le retour, en passant devant la maison forestière, je décide de m’arrêter pour consulter le garde forestier en partance pour la retraite qui connaît sa forêt sur le bout des doigts. De là, il m’indique un autre chêne, non répertorié sur les cartes, situé au bord du chemin forestier. Il est vrai que ce chêne mérite aussi qu’on s’y intéresse, et pour cause, sa circonférence atteint les 4,55m. Le forestier m’a avoué que ce chêne est splendide (surtout d’un point de vue sylvicole) et que si un jour il voyait qu’il dépérissait pour x raison – il l’abattrait.”

“Malheureusement pour ce dernier je n’ai pas pu réaliser de photos où on peut l’admirer dans son ensemble, il passe presque inaperçu, car il est bien cerné par les buissons. Mais le forestier m’a également indiqué un autre chêne à 5 troncs (rare paraît-il) que je vais essayer de localiser cette semaine.” Lire la suite

Chêne Saint-Etienne, forêt de St Palais, Méry-ès-Bois (Cher)

Gilles vient de rentrer de vacances avec sa besace remplie de belles découvertes arboricoles, commençons par un groupe de chênes forestiers découverts sur la commune de Méry-ès-Bois dans le département du Cher.

“J’aimerais débuter la liste des arbres du département du Cher par un chêne Roi disparu mais dont l’héritage orne encore de nos jours la forêt de Saint Palais située le long de la D940 menant de Bourges à Gien . Ce chêne de 435 ans fut abattu en 1995 suite à un impact de foudre datant de 1993.
Je ne vous conterais pas ici sa magnifique histoire. Pour la connaître, il suffit d’aller consulter ce site [1] ; afin de le contempler, visitez donc le site du vigneron qui a acheté son bois [2]. Mais intéressons nous plutôt aux arbres bien vivants.”

“Pour trouver le lieu, c’est facile car le chêne Saint-Étienne figure aussi bien sur les cartes Michelin et IGN. Et quand on se rend sur place on découvre au bord de la parcelle dont la régénération est tout juste terminée un bouquet de chênes forestiers magnifiques de plus de 30 mètres de haut.” (clic les photos pour agrandir)

“Le premier au tronc courbé est le plus imposant. Son tronc mesure 5m30 de circonférence à 1m30 et possède des contreforts racinaires très prononcés. Le long de son fût, on observe de nombreux rejets sortis suite à l’exploitation de la parcelle ce qui semble avoir eut pour effet de dégarnir quelque peu son houppier.”

“Quand bien même, son allure en impose et le rend très reconnaissable.”
Lire la suite

De vieux chênes, Loudrefing (Moselle)

Continuons à explorer la Moselle, mais ce coup-ci avec Francis – un pote à Sisley – qui vient de découvrir deux beaux chênes forestiers non loin de chez lui.

“Le premier chêne se situe dans la forêt communale de Loudrefing, à quelques mètres à gauche du chemin forestier de Rorbach-lès-Dieuze en venant de Loudrefing. L’arbre est tout simplement monumental, il inspire le respect. C’est bien le premier de ce calibre que j’ai la chance de croiser, pourtant je me balade souvent dans les forêts du coin !”

“Ses mensurations sont impressionnantes ; + 25 mètres de hauteur pour 5,30 m de circonférence. J’ai très peu d’informations sur ce joyau forestier, j’ai tenté de contacter la mairie par courriel pour avoir des renseignements sur sa hauteur exacte par exemple, si il y a des légendes sur cette arbre où encore la signification de cette croix de Lorraine gravée sur la base du tronc (acte patriotique après la fin de la Seconde Guerre Mondiale ?).”

“En tout cas, merci aux différents gestionnaires qui ce sont succédés au fil des temps, pour avoir su conserver un tel chêne et permettre au générations futures telles que la notre de pouvoir encore admirer un tel arbre ! Il fait office de rescapé, car au 17 et 18ème siècles les Salines Royales tournaient à plein régime dans le coin, et avaient donc une forte demande en bois…! Les forêts locales en on certainement souffert.”
____

“Le deuxième chêne est toujours situé sur la commune de Loudrefing, mais il faut aller jusqu’à Mittersheim (4 petit km plus loin) pour y accéder plus facilement.”

“Ce chêne est un peu moins impressionnant que son cousin. Il doit faire plus de 20 mètres de hauteur et sa circonférence atteint 4,50m, ce qui n’est pas négligeable.” Lire la suite

Chêne Jacques Chevalier, forêt de Tronçais (Allier)

La Grande Confrérie des doyens de la forêt de Tronçais a la tristesse de vous informer de la perte d’un de ses plus valeureux membres. En effet, la tempête de février a eu raison de notre ami, le chêne Jacques Chevalier dont le profil était si caractéristique avec ses deux branches maîtresses. (clic les photos)

Après ce triste hiver 2008-2009, il ne reste de lui qu’un tronc tout droit en forme de chandelle de 4m80 de circonférence à 1m30 et un tas de branche à son pied qui s’étire sur 15 à 20 mètres de long jusqu’au fond du ruisseau forestier qui le borde.

Son long cycle de plus de 300 ans s’achève donc maintenant par sa dernière étape : le retour à la terre, et la fabrication d’humus pour les générations à venir.

On peut se donner une idée de ce à quoi il ressemblait au temps de sa splendeur ce dessin datant de 1950 [1]. Sinon, rendez-vous sur l’excellent site de notre ami Laurent, vous pourrez le découvrir avant sa chute, voir ici. Et on constate qu’il était en effet bien malade. Il n’était pas encore creux mais sa hauteur très importante ne laissait pas le loisir de posséder des défauts dans la cuirasse. Lire la suite

Le chêne du Roi, forêt de Bride, Château Voué (Moselle)

Avec la série de chênes que nous venons de dévoiler, Sisley a donc tout naturellement surenchéri en pédonculé ! Il s’est rendu près de Château Voué sur la trace d’un vieux chêne.

« Arrivé dans le village, je constate qu’il y a de belles ruines d’un château médiéval où la nature a repris le dessus – et après quelques pas je distingue au loin un chemin menant au bois, je m’y engage et je commence à chercher. Malgré les quelques indications, je finis par tourner en rond, décidant de remonter vers la lisière je tombe par le plus simple des hasards sur un couple dont le monsieur est propriétaire d’une parcelle, il me demande ce qui m’amène ici et je lui rétorque que j’ai eu vent d’un beau chêne, dit du roi, siégeant non loin. A ces mots il me propose de m’y conduire et après quelques minutes il me signale le reste du chemin et s’en va. Je n’étais pas passé loin en fait ! »

« Le long d’un ruisseau je me dirige vers une ancienne chênaie, quelques mètres parcourus et là j’entre littéralement dans un endroit où l’ambiance est autre, c’est un mélange de silence de cathédrale et de présence séculaire pesante ! De beaux vieux chênes s’offrent à ma vision et je comprend de suite que j’ai atteint le but de la balade. »

« A la droite du ruisseau, j’aperçois enfin le maître des lieux, un superbe arbre dans toute sa splendeur se tient là dans une sorte de zone semi-inondée. A premier regard, il a vraiment de la prestance et cela explique son nom, le chêne du roi de la forêt de Bride. D’après l’histoire Louis XIV en voyage dans le pays du sel, se serait reposé à son pied par une chaude après-midi d’été ! »

« Pour les dimensions il n’y a rien de banal : 5,53 m de tour, une hauteur de 35 m, un tronc élancé avec une frondaison royale et à priori un âge avoisinant les quatre siècles ! »

« Il est avec les autres chênes pédonculés du périmètre [12] issu des vieilles futaies peuplant le domaine. De plus avec des telles mesures il a probablement atteint les limites en forêt et même si l’eau quasi permanente lui a donné un coup de pouce, il est une véritable relique des ces époques où circuler dans ces contrées devait avoir un côté magique. Ce fut vraiment un après-midi fort en émotions, la découverte des environs, la rencontre du chasseur et enfin l’arrivée dans le sanctuaire. » Lire la suite

Chênes centenaires, Cappel (Moselle)

D’un pas de géant, passons de la Gironde à la Moselle, Sisley nous propose de visiter la commune de Cappel et de découvrir les deux chênes centenaires.

“Réaction en chênes, deux sujets capturés sur la pellicule et qui viennent chacun d’un milieu différent. Le premier est un champêtre de forte ampleur, près de 24 m de largeur, cotoyé de longue date par les villageois et enfants, un arbre populaire en quelque sorte,”

Ce chêne pédonculé se situe près du terrain de foot de Cappel, les mensurations de ce  villageois : circonférence : 3,8 m, hauteur > 24 m, âge: > 170 ans.
____

“Alors que le deuxième est un vrai forestier, un chêne sessile qui a grandi dans un sous bois, vécu dans une futaie et a survécu à la coupe…

“il se retrouve dominant les jeunes hêtres et chênes de quelques dizaines d’années et devient du coup un très ancien de 3,80 m de circonférence et de 26 mètres de haut.” Lire la suite