Des photos sur feuilles d’arbre

Binh Danh est devenu un artiste d’importance nationale aux États-Unis avec un travail qui explore son héritage vietnamien et la mémoire collective de la guerre. Sa technique incorpore son invention du procédé d’impression à la chlorophylle, dans lequel des images photographiques apparaissent incrustées dans les feuilles par l’action de la photosynthèse.

Dans la série « Immortalité, les vestiges de la guerre du Vietnam et des États-Unis », il a enregistré les images de la guerre sur des plantes tropicales. Cette idée d’expérimenter la photosynthèse lui est venue après avoir observé comment l’herbe changeait de couleur sous un tuyau laissé sur la pelouse.

« Dans mon travail, la photosynthèse est utilisée pour enregistrer des images sur des feuilles en utilisant uniquement de la chlorophylle et de la lumière : source de vie des plantes et, par conséquent, de la Terre. Les feuilles sont ensuite coulées dans de la résine, comme des échantillons biologiques pour des études scientifiques. »

« Ce processus traite de l’idée de transmigration élémentaire : la décomposition et la composition de la matière en d’autres formes. Les images de guerre font partie des feuilles et vivent à l’intérieur et à l’extérieur d’elles. Les feuilles expriment le continuum de la guerre. Ils contiennent les résidus de la guerre du Vietnam: bombes, sang, sueur, larmes et métaux. Les morts ont été incorporés dans le paysage du Vietnam pendant les cycles de naissance, de vie et de mort; par le recyclage et la transformation des matériaux, et la création de nouveaux matériaux. Comme la matière n’est ni créée ni détruite, mais seulement transformée, les vestiges de la guerre du Vietnam et des États-Unis vivent à jamais dans le paysage vietnamien. »
____

Hiro Chiba, une artiste japonaise s’est à son tour emparée de cette technique « secrète » d’impression solaire sur feuilles d’arbres.

« Et le résultat est vraiment étonnant, avec une dimension symbolique d’actualité par son caractère écologique mais également cette réappropriation du temps long. On croirait à s’y méprendre à de l’impression monochrome par projection d’encre. Mais non, ces images sont 100% naturelles, sans traitement chimique ou ajout de pigments, excepté pour la patine de préservation. »

« Quand on questionne Hiro, on réalise pourtant que l’aspect technique n’est qu’une des dimensions de son travail. Il y a bien plus à découvrir selon elle. Tout d’abord, les irrégularités naturelles des feuilles modifient légèrement l’image, un peu à la manière dont les souvenirs se fixent dans notre mémoire. « J’ai peur d’oublier, car la mémoire forme ce que je suis. Ces œuvres sont comme une projection de ma mémoire. Une porte ouverte vers un souvenir précis » nous dit-elle. Toutes les images imprimées ont donc été prises par l’artiste à un moment de sa vie où elle a décidé que cet instant précis deviendrait un souvenir impérissable. »

« Mais cette démarche n’est pas juste personnelle. Hiro estime que ces « portes d’entrée » vers les souvenirs peuvent être empruntées également par d’autres. Il suffit de regarder attentivement et se laisser porter par son imaginaire. L’impression sur feuille n’étant pas toujours parfaitement claire, chacun peut combler les manques par sa propre imagination et former une nouvelle image parfaite dans notre cerveau. Par cette création de l’esprit, Hiro invite le curieux a lui même explorer ses souvenirs. Elle estime d’ailleurs qu’un grand mal de notre temps, c’est que l’humanité a perdu le sens du temps long. Aujourd’hui, on produit des milliards de photographies chaque jour, publiées en temps réel sur les réseaux sociaux, sans vraiment toujours donner du sens à ces clichés. Recherche de popularité, modes éphémères, course au « like » et culte de la personnalité nous éloignent du « sens » des évènements qui composent notre courte vie. Par l’éloge de la lenteur, la symbiose avec la nature et sa créativité, Hiro semble vouloir redonner du sens aux instants capturés dans le temps, au moins pour ses propres souvenirs. » […]

L’intégralité de l’article avec interview de Hiro Chiba est à retrouver sur le site Japanization : « Une japonaise imprime ses photos sur des feuilles d’arbre grâce au soleil ». (Merci D.K.)
____

Cette technique d’impression grâce au soleil rappelle les anthotypes.

3 réflexions sur “Des photos sur feuilles d’arbre

  1. Let the Sun Do the Work with Chlorophyll Prints

    In need of a break from your photography routine? Experiments are the best intermissions from your ordinary workflow, and what better way to do so with some alternative photographic printing techniques? I found a special yet inexpensive way to conduct an experiment by making my very own leaf photographs through the chlorophyll printing technique.

    https://www.lomography.com/magazine/294016-let-the-sun-do-the-work-with-chlorophyl-prints

  2. « The beauty, simplicity, and ephemerality of chlorophyll printing seems just about right during these many months of lockdown, when time is all we have. Arranging these figurative images within the restrictive confines of the leaf’s shape serves as a metaphor, offering just one interpretation of a life- that no matter how oddly shaped or seemingly marred– it remains within the subjective confines of a perfect kind of beauty. »

    Winter Light II, 2019 (Chlorophyll print 2020 1/1)

    http://www.dhbloomfield.com/new-page-1

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s