L’arbre à alphabet

Cette illustration extraite d’un manuel scolaire destiné à l’instruction de jeunes moniales du couvent des Pénitentes de Fribourg, est une invitation pour ces jeunes élèves du XVe siècle à découvrir l’apprentissage de l’alphabet.

La métaphore du savoir prend volontiers au Moyen Âge la forme d’un arbre. Le premier savoir intellectuel à acquérir étant l’alphabet, l’image de l’arbre à alphabet est-elle naturellement venue à l’idée des pédagogues médiévaux, surtout quand ils sont aussi prédicateurs, comme c’est le cas de Geiler von Kaysersberg : car prêcher, c’est planter un arbre, disent ses confrères…

Au pied de cet arbre, où les lettres sont accrochées aux branches comme des pommes, les élèves étudient avec leur maître. Ce dernier montre du doigt la lettre a, donnant le sens de lecture (dans celui des aiguilles d’une montre), le d, comme dominus (maître en latin), touche son chapeau, désignant sa profession ; la lettre maîtresse est le m, initiale de la Vierge Marie, les trois dernières lettres, x, y, z, n’ont pas droit à une branche pour elles toutes seules, mais chacune a un surgeon : les lettres dites « grecques » ne sont pas classées sur le même plan que les autres. C’est pourquoi elles apparaissent à part, à la fin de l’alphabet seulement.

Opuscule de Geiler von Kaysersberg. Gravure, Ulm, J. Zainer, 1490 (1ère édition 1489). BnF, Imprimés, C46159 © Bibliothèque nationale de France.

5 réflexions sur “L’arbre à alphabet

  1. Ping : Index : symboles, mythes, textes divers – Krapo arboricole

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s