Diamond nights – Beth Moon

Notre relation avec la nature a toujours joué un rôle important le travail de Beth Moon.

Cette série lui a été inspirée par deux études scientifiques fascinantes qui relient la croissance des arbres avec le mouvement céleste et les cycles astraux.

La plupart des lieux choisis étaient vraiment sauvages, éloignés de la civilisation et de la pollution lumineuse dans l’hémisphère Sud de l’Afrique au Botswana, en Namibie et en Afrique du Sud. Des baobabs puissants et excentriques, ainsi que des Kakerbooms surréalistes sont en vedette dans ce travail, intitulé d’après les constellations nommées par les Grecs.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Des chercheurs de l’Université d’Edimbourg ont montré que les arbres poussent plus vite lorsque des niveaux élevés de rayonnement cosmique atteignent la surface de la Terre, ils ont conclu que les effets du rayonnement cosmique affecte la croissance des arbres encore plus que la température annuelle ou les précipitations. Un chercheur de renommée, Lawrence Edwards, a constaté que les bourgeons des arbres changeaient de forme et de taille rythmiquement, selon des cycles réguliers tout au long de l’hiver, en corrélation directement à la lune et des planètes. Le chêne par exemple, semble changer avec Mars, le hêtre avec Saturne et le Bouleau avec Vénus. Curieusement, Edwards a également constaté que les lignes électriques aériennes perturbent cette influence planétaire.

Comme David Milarch l’explique dans le livre, The man who planted trees, « Les arbres sont des capteurs solaires. La plupart des gens associent cela avec l’énergie du soleil. Mais le soleil n’est qu’une étoile, et il y a des milliards d’étoiles qui influent sur la Terre avec leur rayonnement. Je crois que les énergies à l’intérieur de la Terre sont transmutées et transmises dans le cosmos par les arbres, de sorte que les arbres sont comme des antennes, émetteurs et récepteurs des énergies de la Terre et des énergies stellaires ».

Notes techniques :

La majorité de ces photographies ont été prises pendant des nuits sans lune, prises avec un objectif grand angle et d’ISO 3200 – 6400. La Voie Lactée, le ruban d’étoiles qui s’étend à l’horizon brûle vivement dans certaines des images. Des expositions jusqu’à 30 secondes ont autorisé assez de lumière à entrer dans la lentille sans mouvement notable d’étoiles. Chaque emplacement a exigé beaucoup d’expérimentations et différentes techniques d’éclairage. Parfois, une courte rafale de lumière diffuse à partir d’une lampe de poche était suffisante – ou une lumière combinée de plusieurs lampes de poche a été utilisé pour un éclat naturel plus doux.

_____

Une série de photos de Beth Moon sur les arbres vénérables, à découvrir sur LensCulture.

10 réflexions sur “Diamond nights – Beth Moon

  1. martine

    Un article très intéressant et des photos sublimes.
    Merci de nous les faire connaître.
    Merci d´être toujours là.

  2. FilleEnPapier

    Des idées vraiment intéressantes sont évoquées ici. J’aimerais beaucoup faire des recherches plus approfondies à ce sujet… Et puis les photos sont sublimes!

  3. Bonsoir…,
    Ravi de voir ce blog de nouveau bouger malgré…,
    J’aurais encore beaucoup moins de scrupules à sortir une 50 aine ou 500 arbres remarquables (non encore référencés) pousser sur mon blog / site,
    Une belle soirée,
    David Onvqf,

  4. Ping : Diamond nights – Beth Moon - Blog NSellier RSS

  5. Ping : Le trésor du baobab | Krapo arboricole

  6. Ping : Archive | Blog de Nicolas Sellier - RSS

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s