Accueil > Mésopotamie > L’arbre d’Eridou – Le Kiskanu

L’arbre d’Eridou – Le Kiskanu

Quelques précisions pour compléter l’article sur les arbres au Proche-Orient ancien [1].

« Nous ne donnerions pas ce morceau s’il n’avait pas été de mode en ces dernières années de le regarder comme un prototype des descriptions de l’Éden ou de l’Arbre de Vie. Il s’agit tout simplement d’un arbre sacré qui croît près du temple d’Eridou et dont les rameaux possèdent des vertus magiques. »

« La ville d’Eridou joue un rôle prépondérant dans les formules magiques. Siège du culte d’Ea, le magicien des dieux, elle possède son incantation spéciale. C’est l’incantation d’Eridou.
Il y a aussi l’arbre sacré d’Eridou, et c’est le kiskanu dont les vertus thérapeutiques seront attestées. On voit qu’il y avait plusieurs sortes de kiskanu : le blanc, le noir, le brun. Le lieu saint est l’emplacement du sanctuaire, comme dans la cosmogonie chaldéenne. »

Arbre Eridou 1 - Choix de textes religieux assyro-babyloniens - E. DhormeArbre Eridou 2 - Choix de textes religieux assyro-babyloniens - E. Dhorme

Choix de textes religieux assyro-babyloniens – Edouard Dhorme, 1881 [2].
____

L’arbre Kiskanu

Le moment de ce passage du « lieu sacré » image du microcosme à un Arbre cosmique, conçu en même temps comme « habitation » de la divinité, est admirablement conservé dans une incantation babylonienne que les orientalistes ont souvent traduite :
« Dans Eridu a poussé un Kiskanu noir, en un lieu saint il a été créé ; Son éclat est celui du lapis-lazuli brillant, il s’étend vers Vapsu. C’est le déambulatoire d’Ea dans l’opulente Eridu, Sa résidence est un lieu de repos pour Bau… »

L’arbre Kiskanu présente tous les caractères de l’arbre cosmique : il se trouve à Eridu, donc dans un « centre du monde » ; dans un endroit sacré, c’est-à-dire dans le centre du réel ; il ressemble par sa splendeur au lapis-lazuli, symbole cosmique par excellence ; il s’étend en direction de l’océan qui encercle et soutient le monde (faut-il comprendre que cet arbre s’étend en direction de l’Océan avec le bout de ses branches, c’est-à-dire que cet arbre est un « arbre renversé » comme le sont d’habitude les arbres cosmiques ?) ; il est la demeure du dieu de la fertilité et des sciences civilisatrices (arts, agriculture, arts de l’écriture, etc.) ; il est l’endroit de repos de la mère d’Ea, la déesse Bau, divinité de l’abondance, des troupeaux et de l’agriculture.

Kiskanu peut être considéré comme l’un des prototypes de l’« arbre sacré » babylonien, dont la fréquence dans l’iconographie de l’ancien Orient est significative. Que l’«arbre sacré» que l’on rencontre dans ces régions signifie plus qu’un simple « culte de l’arbre », qu’il ait un sens cosmologique bien précis, la position qu’il occupe dans l’espace iconographique le prouve abondamment. L’arbre est presque toujours accompagné de symboles, d’emblèmes ou de figures héraldiques qui en précisent et complètent la valeur cosmologique. […]

Aucun des emblèmes qui accompagnent l’arbre ne peut être interprété dans un sens naturiste, et ceci pour la simple raison que, dans la conception mésopotamienne, la « Nature » était elle-même tout autre chose que dans l’expérience et dans la conception modernes. Il suffit de nous rappeler, par exemple, qu’aucun être ni aucune action significative n’acquiert son efficacité – pour les Mésopotamiens comme pour l’homme archaïque en général – que dans la mesure où la chose a un prototype céleste et où l’action répète un geste cosmologique primordial.

Mircea Eliade – Traité d’histoire des religions, p.278-279.

Catégories :Mésopotamie
  1. Y@nick
    11 février 2014 à 13:31

    Salut l’ami.
    Je te souhaite un bon retour.
    Je m’interroge sur ce Kiskanu noir à l’éclat de lapis-lazuli ! Le lapis étant plutôt bleu. Une pierre aux nombreuses propriétés. Symbole d’amour et d’amitié, pierre de méditation. C’était également la pierre que Vermeer réduisait en poudre pour obtenir son fameux bleu.
    C’est reparti et l’on voyage déjà.
    Merci

  2. 15 février 2014 à 16:48

    Quelle belle surprise de retrouver le Krapo !
    Bon retour
    Sophie

  3. martine
    15 février 2014 à 19:14

    Une immense joie de voir le blog revivre.

  4. 18 février 2014 à 18:38

    A propos de Mircea Eliade as-tu vu l’adaptation de « L’homme sans âge » adapté par Coppola ? Tim Roth y est génial. Le film n’a pas eu beaucoup de succès mais moi j’ai adoré. Mais bon je suis un inconditionnel de Coppola.

  5. Francis
    20 février 2014 à 20:13

    Content de te voir de retour!

  6. mauron
    23 janvier 2015 à 18:02

    magique! merci pour ce site et ce superbe travail!

    • 7 février 2015 à 09:36

      Bien content que ces textes liés à d’anciennes civilisations intéresse du monde !

  1. 11 février 2014 à 12:33
  2. 20 février 2014 à 18:36
  3. 3 avril 2014 à 22:57

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s