Accueil > De la poèsie > Ouvre ton écorce, arbre

Ouvre ton écorce, arbre

Ouvre ton écorce, arbre,
Prends-moi dans ton écorce…

Les jours ont passé un par un,
Les jours ont passé deux par deux,
Nous nous sommes nourris d’amour,
Et de souffrance et de deuil.

M’ont déjà fatigué
Les jours amples ou étroits,
M’ont déjà fatigué
Coupables et innocents,
M’ont déjà fatigué
Cette légère tristesse
Et ces malheureuses nostalgies.
Alors, ouvre ton écorce, arbre,
Prends-moi dans ton écorce !

Prends-moi dans ton écorce,
En ce siècle sans fleurs ;
Je vais me fondre en toi
Comme un petit printemps,
Comme un chagrin secret,
Au fond de tes feuilles,
Je brillerai même triste
Et entrerai dans un profond sommeil.

Et que les vents viennent,
M’arrachent de tes mains,
Moi, je m’éveillerai, mon arbre,
Nous tonnerons ensemble.

Moi, je serai poussé avec toi,
Moi, je me courberai avec toi,
Et de l’emprise des vents
Je me délivrerai avec toi.

Et une nuit secrète,
Quand tous dormiront,
Je te répéterai des paroles magiques ;
Nous irons tout doucement
Nous nous lèverons en tapinois
Et rendrons insomniaque
Celle qui dort.

Dans son rêve,
Un arbre ensorcelé
Prendra forme humaine ;
Il soufflera tout bas,
Et d’une langue humaine,
Comme une merveilleuse légende,
Il lui confiera
Un immense amour perdu,
Et une infinie nostalgie.
____

Razmig Tavoian (poète arménien) –  Traduction par Louise Kiffer.

« Marisol’s Dream » Scherer & Ouporov 2005 – Jenkins Johnson Gallery, New York City.

Catégories :De la poèsie
  1. 2 janvier 2012 à 13:48

    Bonjour Christophe , bel Année Hors du Temps ,
    Tout mes Voeux au Vivant , bel Année en Etoffe.
    Pour une Foi je fais Court , laisse là en Echo ,
    Juste un Songe au Krapo , A l’Ecorce noue Autour.
    ~
    NéO~
    ~
    Amitié à la Ronde🙂

  2. 2 janvier 2012 à 14:23

    Magnifique poeme
    un jour peut etre l’arbre ouvrira son écorce quand nous apprendrons a le respecter

  3. Jacques-olivier
    3 janvier 2012 à 11:24

    L’arbre à la peau douce
    Et qui sait y poser l’oreille
    Peu parfois sous la mousse
    Entendre des murmures sans pareil

    Des bruissements de vents
    Pour qui sait ralentir son cœur
    S’imissent lentement
    Touchant en profondeur …

    Le battement de la sève s’écoule
    C’est comme une rivière
    Ferme tes yeux d’enfant
    Tu peux nager, fier

    Vibrant avec ces fibres
    Je me sens révélé
    Merci à l’arbre qui sait si bien vivre
    De m’apprendre mes vérités

    Bonne année à tous et toutes !

    • 6 janvier 2012 à 18:23

      Merci d’avoir posé ces mots Jacques-Olivier,

      tous mes vœux de bonheur et de prospérité.

  4. 4 janvier 2012 à 21:50

    Eh! Venez voir cet arbre là : http://histoiresdarbres.canalblog.com/archives/2012/01/02/23144449.html
    C’est formidable.

  5. Anais
    5 janvier 2012 à 06:21

    Meilleurs voeux pour 2012 …

  6. 6 janvier 2012 à 18:22

    Tous mes voeux Anaïs,

    puissent les consciences s’éveiller en cette année charnière…

  1. No trackbacks yet.

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s