Accueil > Revue de presse > L’argent ne se mange pas…

L’argent ne se mange pas…

L’argent ne se mange pas © Janez Potočnik (Commissaire européen en charge de l’environnement), Revue du Programme des Nations Unies pour l’environnement – 09/2010.

« Quand le dernier arbre aura été abattu, la dernière rivière empoisonnée et le dernier poisson péché, alors l’homme s’apercevra que l’argent ne se mange pas. »

La biodiversité est à la base de notre alimentation et nous protège contre les inondations, les tempêtes et les autres phénomènes naturels. La nature nous offre de l’eau potable, de l’air pur et des médicaments; et notre patrimoine naturel porte en lui un héritage inestimable de valeurs esthétiques, spirituelles et culturelles.

La recherche commence à montrer l’ampleur des pertes économiques cumulées résultant de l’appauvrissement de la biodiversité et de la dégradation des services écosystémiques. Chaque année, la perte de biodiversité coûte des milliards à l’économie mondiale, détruisant l’économie ainsi que les perspectives commerciales et les possibilités de lutte contre la pauvreté. Selon l’Étude internationale sur l’économie des écosystèmes et de la biodiversité, d’ici à 2050, ces pertes pourraient représenter l’équivalent de 7 % de la consommation annuelle mondiale.

Pourtant, le rapport de l’Étude destiné aux entreprises, publié le 13 juillet 2010, montre en quoi la biodiversité constitue une opportunité commerciale importante pour un marché valant entre 1 500 et 4 600 milliards d’euros d’ici à 2050. Il établit que la disparition des forêts fait perdre plus d’argent à l’économie mondiale que la crise financière actuelle. Le coût annuel des pertes de forêts se chiffre entre 2 400 et 6 000 milliards d’euros, estimation obtenue en additionnant la valeur des services que les forêts nous offrent, tels que l’approvisionnement en eau potable et l’absorption du dioxyde de carbone.

Tous ces éléments vont dans le même sens : nous ne pouvons pas persévérer dans cette voie. Nous avons besoin d’un nouveau modèle économique qui prendra en compte la nouvelle réalité de la crise financière et de l’environnement. Nous devons faire plus avec moins et nous avons besoin d’intégrer des préoccupations à la fois environnementales et financières dans l’élaboration de politiques efficaces. Il est logique d’avoir une croissance verte et ce, non seulement parce que le développement durable est bon pour l’environnement, mais aussi parce qu’il profite à l’économie.

Allier croissance économique et protection de l’environnement est plus qu’une simple option : c’est un devoir. Nous devons faire de l’utilisation efficace de nos ressources l’une de nos priorités absolues et elle doit se refléter dans notre consommation d’énergie, notre utilisation des ressources naturelles (biodiversité, qualité de l’air et de l’eau) et dans de nouveaux domaines tels que la gestion des déchets. Une intégration horizontale dans toutes les autres politiques comme l’agriculture, la pêche, les transports, l’énergie, la politique industrielle et économique est également nécessaire. Tels sont les objectifs de la Commission européenne pour 2011 à travers la Feuille de route pour une Europe efficace dans l’utilisation des ressources.

L’Union européenne (UE) s’est fermement engagée à enrayer l’appauvrissement de la diversité biologique. Nous espérons voir un engagement similaire à l’échelle mondiale lors de la conférence de Nagoya, une occasion de mettre en place une stratégie mondiale pour mettre un terme à la perte de biodiversité et convenir d’objectifs communs. En mars 2010, les dirigeants européens ont convenu d’une nouvelle vision à long terme et d’un objectif mondial à moyen terme pour la biodiversité dans l’Union européenne, effectifs cette année au terme des objectifs actuels. Le nouvel objectif est « d’enrayer la perte de biodiversité et la dégradation des services écosystémiques dans l’Union européenne d’ici à 2020 et d’assurer leur rétablissement dans la mesure du possible tout en renforçant la contribution de l’Union européenne à la prévention de la perte de biodiversité à l’échelle de la planète ». La prochaine étape pour la Commission européenne sera de planifier plus avant en proposant d’ici à la fin de cette année ou au début de l’année prochaine une politique de l’Union européenne post-2010 pour la biodiversité.

« On est tous dans le même bateau » est l’intitulé de la campagne de sensibilisation lancée par la Commission européenne. Ce n’est que si nous, gouvernements, ONG, citoyens, tout le monde, travaillons ensemble que nous aurons une chance de sauver non seulement un nombre considérable d’espèces menacées mais aussi de mettre un terme à la perte financière énorme que le déclin de la biodiversité peut causer. Tous les secteurs politiques doivent tenir compte des préoccupations environnementales : cela signifie que les ministres de l’environnement doivent commencer à parler de finances et que les ministres des finances doivent commencer à prendre l’environnement bien plus au sérieux qu’auparavant.

Gardons en tête la prophétie des indiens Cree et n’attendons pas qu’il soit trop tard pour découvrir que l’argent ne se mange pas. C’est maintenant qu’il faut agir si nous voulons sauver les espèces et les écosystèmes et bâtir une croissance économique durable pour faire en sorte que les générations futures profitent de la même planète que nous.
____

L’illustration de Horst Haitzinger est parue en 1998 dans le livre « Haitzinger Highlights ».

Catégories :Revue de presse
  1. 26 novembre 2011 à 22:01

    D’autres illustrations de Haitzinger à découvrir par ici :
    http://one1more2time3.wordpress.com/2010/11/20/horst-haitzinger/

  2. 26 novembre 2011 à 22:02

    Ca commence a urger et c’est tout les pays qui doivent y voir

  3. 26 novembre 2011 à 22:14

    Merci de nous rappeler que ne nous sommes que de passage sur cette terre, et qu’il faut savoir la transmettre en meilleurs santé qu’elle ne l’est maintenant. Comment faire comprendre au monde ? Une planète en mauvaise santé écologique, c’est nous qui sommes en mauvaise santé. Alors que faire ?

    J’ai toujours dis que l’écologie était liée à l’économie, comme le social ne vas pas sans un bon environnement. Préservons la nature, et nous irons de mieux en mieux.

    Merci pour ses messages des indiens .
    En voici d’autres http://www.syti.net/MessageIndiens.html

     » « Nous le savons: la terre n’appartient pas à l’homme, c’est l’homme qui appartient à la terre. Nous le savons: toutes choses sont liées. Tout ce qui arrive à la terre arrive aux fils de la terre.

    L’homme n’a pas tissé la toile de la vie, il n’est qu’un fil de tissu. Tout ce qu’il fait à la toile, il le fait à lui-même. »

    Seattle, chef indien Suquamish »
    —————–
    « Le Lakota était empli de compassion et d’amour pour la nature, et son attachement grandissait avec l’âge. (…) C’est pourquoi les vieux Indiens se tenaient à même le sol plutôt que de rester séparés des forces de vie. S’asseoir ou s’allonger ainsi leur permettait de penser plus profondément, de sentir plus vivement. Ils contemplaient alors avec une plus grande clarté les mystères de la vie et se sentaient plus proches de toutes les forces vivantes qui les entouraient.

    Le vieux Lakota était un sage. Il savait que le coeur de l’homme éloigné de la nature devient dur. Il savait que l’oubli du respect dû à tout ce qui pousse et à ce qui vit amène également à ne plus respecter l’homme. Aussi maintenait-il les jeunes sous la douce influence de la nature. »

    Standing Bear, chef Lakota (Sioux)

    ——————–

    « Nous voyons la main du Grand Esprit dans presque tout: le soleil, la lune, les arbres, le vent et les montagnes; parfois nous l’approchons par leur intermédiaire. (…) Nous croyons en l’Etre Suprême, d’une foi bien plus forte que celle de bien des Blancs qui nous ont traité de païens… Les Indiens vivant près de la nature et du Maître de la nature ne vivent pas d’ans l’obscurité.

    Saviez-vous que les arbres parlent? Ils le font pourtant ! Ils se parlent entre eux et vous parleront si vous écoutez. L’ennui avec les Blancs, c’est qu’ils n’écoutent pas ! Ils n’ont jamais écouté les Indiens, aussi je suppose qu’ils n’écouteront pas non plus les autres voix de la nature. Pourtant, les arbres m’ont beaucoup appris: tantôt sur le temps, tantôt sur les animaux, tantôt sur le Grand Esprit. »

    Tatanga Mani (ou Walking Buffalo), indien Stoney (Canada)
    ————————

    etc….

  4. 27 novembre 2011 à 14:10

    « Et les lauréats 2011 des Prix Pinocchio du développement durable sont… »
    http://www.prix-pinocchio.org/index.php

    Prix Pinocchio : les cancres du développement durable
    http://ecologie.blog.lemonde.fr/2011/11/17/prix-pinochio-les-bonnets-danes-du-developpement-durable/

  5. 27 novembre 2011 à 15:38

    Un nouvel outil informatif et interactif sur l’état des lieux des énergies renouvelables à travers le monde « The green race »

    http://www.the-green-race.com/fr/accueil.html

  6. Damien
    29 novembre 2011 à 16:19

    J’adore cette phrase qui résume tout :

    « Quand le dernier arbre aura été abattu, la dernière rivière empoisonnée et le dernier poisson péché, alors l’homme s’apercevra que l’argent ne se mange pas. »

    Mais on continue quand même, et de plus belle.
    Qu’est ce qu’on est (censuré) !

  7. Thierry
    27 janvier 2012 à 05:15

    A l’heure actuelle l’homme a pour la première fois de l’histoire, la capacité de satisfaire des besoins alimentaires de toute la planète.
    25.000 personnes meurent de faim chaque jour, pourquoi ? Parce-que les lobby de l’agro-alimentaire se préoccupent en priorité de leurs intérêts financier.

    Allez donc lire l’article suivant qui fait un excellent résumé de la situation.

    http://www.alterinfo.net/La-famine-mondiale_a19444.html

  8. 18 septembre 2012 à 00:36

    Pas en rapport avec l’article, mais il fallait que vous voyez ça :

    (à partir du troisième quart de la page, l’alignement de platanes !…)
    http://allo-olivier.com/Forums/viewtopic.php?id=580&p=8

    Quel personne doit-on être pour pratiquer un tel carnage..

  1. No trackbacks yet.

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s