Accueil > Pins > Le pin des sorcières de Kaiserslautern, Rheinland-Pfalz (Allemagne)

Le pin des sorcières de Kaiserslautern, Rheinland-Pfalz (Allemagne)

Filons outre-Rhin avec Sisley à la rencontre d’un pin sylvestre d’exception.

« Ça faisait longtemps que je n’ai plus envoyé d’article présentant un arbre que j’ai découvert et pour y remédier, je vous emmène faire un petit crochet par une forêt des Vosges du nord, du côté allemand. Alors que je feuilletais un livre sur les arbres remarquables d’Allemagne [1], je m’arrêtai sur un spécimen très caractéristique, par la suite, revenant de Francfort avec mon frère on en profita pour quitter la route principale et rendre une petite visite surprise à un individu nommé localement le « pin des sorcières », un magnifique pin sylvestre. »

« Une fois sur place, ce fut difficile de s’y retrouver, car le plan m’aidant, n’était pas tout à fait en correspondance avec un panneau indicateur à l’entrée du sentier. C’est après une demie heure de vadrouille, qu’on pu enfin distinguer un énorme houppier dépassant de la ligne du chemin. Je pensais qu’on s’était carrément trompé de direction ou même pire que l’arbre en question n’existait plus, alors quand on le vit nettement, la joie fut au rendez-vous ! »

« J’avais de par le passé pu admirer de très grand pins en Moselle-Est, mais aucun ne possédait une fourche et un volume tel que celui qui va être présenté. Ce qui sautait aux yeux c’était une imposante trace que la foudre avait laissé sur le tronc comme une entaille s’étirant sur plusieurs mètres et présentant une profondeur rarement observée. Mais heureusement ce dommage ne semble pas avoir nuit à la vitalité du pin. »

« La base de l’arbre fait penser à un double tronc sorti d’une seule souche, mais tout compte fait, il est beaucoup plus probable que ce ne soit qu’un seul et même individu. »

« Pour ce qui est des dimensions, je ne vous cacherai pas mon étonnement en voyant s’arrêter mon ruban sur ce chiffre : 5,10 m de tour pour l’ensemble du tronc et 3,75 m pour la circonférence en bas de l’axe de la fourche le plus gros. »

« La hauteur fut estimé entre 25 et 30 m, ce qui est plutôt commun dans ces forêts, mais une telle circonférence en fait l’un ou le plus large du pays voir même du continent, car on en trouve des fois en cépée avec des belles dimensions, mais avec un tronc unique je doute qu’on dépasse souvent les 5 m. En Écosse il en existe un de 6,09 m, mais je ne connais pas la structure du tronc… »

« Il est commun d’en voir possédant des diamètres allant de 50 cm à 75 cm, plus rares, de 80 cm à 1 m et épisodiques, ceux supérieurs à 1 m, car malgré tout, c’est une essence largement exploitée pour du bois de tranchage et en voir un ayant un diamètre de 1,62 m, nous montre à quel point un arbre de ce rang est une chose remarquable. Il doit certainement son salut à sa constitution, n’intéressant pas les exploitants ; l’origine de son appellation ne m’en apprend guère plus, ce pourrait-il que tels les chênes des sorcières [2], on lui attribua des rites de sabbat ? »

« On voit la plupart du temps des gros chênes, tilleuls, saules blancs, peupliers noirs et séquoias géants, mais c’est une toute autre paire de manches que de dénicher un pin sylvestre pouvant rivaliser… C’est pourquoi je suis content qu’il aille rejoindre nos galeries et ainsi servir de référent. »

« Comme je l’avais mentionné il y a quelques années, cette essence est originaire de l’Est de l’Europe et vit aussi dans les montagnes telles que les Pyrénées, Alpes, Vosges. Ceux qu’on verra en plaine seront systématiquement issus de plantations ou de par la proximité de peuplements. Son statut de pionnier fait en sorte qu’il possède un fort potentiel à coloniser des terrains qui sont pour d’autres espèces plutôt difficile à investir. »

« Il est estimé entre 250 et 350 ans, un très bel âge quand on sait que l’espèce dépasse rarement ce cap. »

« Il existe de nombreux arbres indiqués sur la carte, ils possèdent tous la mention de « Naturdenkmal », curiosités naturelles et sont indiqués par un symbole en dessin d’arbre.(points noirs). Ils ne sont pas tous forcément dits remarquables, ce sont des spécimens sortant néanmoins de l’ordinaire par rapport à l’environnement dans lequel ils vivent. Celui présenté dans l’article se trouve au Sud-Est de la ville. »

Encore une fois un très bel article pour un arbre qui l’est tout autant, merci Sisley !

Un pin sylvestre élevé avec une circonférence de plus de 5 mètres… Ce pinus âgé de plus de deux siècles vient rivaliser en taille avec les autres essences présentes sur le blog, mais également en esthétique : c’est un très bel arbre, une curiosité naturelle qui l’aura fait se remarquer auprès de nos amis allemands. Le fait qu’il soit fourchu et qu’il ait survécu la foudre aura certainement suffit à façonner une légende au siècle dernier…

Un arbre qui servira de référence, mais cela risque d’être difficile de trouver mieux à l’avenir…

Catégories :Pins
  1. 18 novembre 2011 à 12:56

    J’avais jamais vue un arbre frappé par la foudre .. ou ne je n’ai jamais remarquer ..
    mais avec tes articles, ca donne envie de regarder les caractéristiques des arbres que l’ont rencontre sur notre route

  2. 18 novembre 2011 à 13:21

    ben dis donc Sisley. Tu n´as pas ton pareil pour repousser les limites sur des essences dites secondaires. Je suis, encore maintenant, systématiquement ému lorsque je croise un chêne de 5m, ce qui est finalement assez courant, alors j´imabine bien ton émotion face à un pin de ce calibre!

  3. Yanick
    18 novembre 2011 à 13:36

    Décidément, Sisley se fait rare mais quand il se montre, il sait nous surprendre à chaque fois. Un pin vraiment hors du commun dont voici une autre photo trouvée sur Panoramio:

    La trace laissée par la foudre est vraiment impressionnante. Étonnant qu’il ait su y résister.

  4. 18 novembre 2011 à 19:07

    Et oui, dès que je peux repousser les limites, je m’en prive pas !!😉

    C’est vrai qu’une telle entaille de par la foudre, c’est pas banal, surtout quand on connaît l’inflammabilité de la résine. Je pense qu’il avait suffisamment de ressources pour parer l’incident.

    Prochainement on retournera dans le monde des feuillus et là aussi je compte bien placer la barre haute….

  5. Seb
    18 novembre 2011 à 20:44

    Merci Sisley. J’espère bien qu’on découvrira d’autres pins aussi intéressants en France. En tous cas les Pinus canariensis peuvent atteindre des dimensions hors norme.
    Un voici des exemples :

    http://www.monumentaltrees.com/fr/esp/canarias/vilaflor/2288_ctrageneralvilaflor/

  6. 19 novembre 2011 à 17:33

    Merci pour cette découverte, je tombe des nues en voyant ces pins et dire que mes parents étaient aux Canaries il y a 7 ans !!!

    Je pensais que c’était quasiment impossible de dépasser les 6-7 m sur ces essences !…

    J’aimerai bien retourner en Corse, j’ai oublié tellement de pins laricio plus beaux les uns que les autres…

  7. Damien
    20 novembre 2011 à 00:24

    Un sacré gros pin avec une balafre énorme !
    Étonnant en effet qu’il se soit si bien remis d’une pareille entaille.
    Magnifique spécimen fourchu

  8. Yannick
    20 novembre 2011 à 19:02

    Magnifique spécimen! Notre champion breton mesure 4,95 m, mais il est un peu fatigué!

    http://www.mce-info.org/arbres-remarquables/fiche_arbres.php?cd_arbre=134

    • 20 novembre 2011 à 20:52

      Bel arbre en effet !
      Il n’est pas si loin, en dimensions, du pin des sorcières.

  1. No trackbacks yet.

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s