Accueil > Erables, Hêtres pourpres > Hêtre pourpre du parc municipal de Montville (Seine-Maritime)

Hêtre pourpre du parc municipal de Montville (Seine-Maritime)

Suivons Sébastien en Normandie à la rencontre d’un autre prodige normand.

« Après avoir présenté quelques photos de hêtres pourpres à un ami, il m’évoqua l’existence d’un autre, encore plus gros. Après vérification de l’envergure de son houppier sur photo aérienne, je me suis dit qu’une visite s’imposait. »

« Combien d’arbres majestueux ne sont ni classés ni même mentionnés dans les livres ? »

« Pourtant, un peu d’attention et de respect ne leur feraient pas de mal. »

« Témoin, ce hêtre pourpre de Montville qui à traversé les siècles, résisté au tempêtes… Même la tornade du 19 aout 1845 [1] ne l’avait pas déraciné. Et pourtant, il a perdu la tête il y a peu de temps, victime non pas des intempéries mais de la tronçonneuse. »

« Trop peu de renseignements sont disponibles en mairie : l’arbre fut probablement ‘soigné’ de la sorte à cause d’une analyse révélant une attaque par des champignons… Plutôt déconcertant et draconien comme mesure ! [2] »

« D’autant plus qu’estimé tricentenaire par certains, il pourrait bien être encore plus vieux. »

« Du coup, ce hêtre semble lutter pour se refaire une santé. Combien d’année pourra-t-il tenir dans ces conditions ? Rien ne semble être installé pour empêcher les infiltrations d’eau. »

« Lors de ma première visite dans ce parc de Montville cet automne, j’ai rencontré un ancien garde de chasse en retraite lui aussi passionné par les arbres. Ayant connu ce hêtre au meilleur de sa forme, il le décrit comme étant auparavant à la fois élancé (il devait atteindre 30 m) et à la fois pleureur car sous le poids des feuilles, les branches ployaient largement. »

« Le tronc est vraiment colossal à sa base (17,35 m de tour), et ces racines tressées sont une vraie œuvre d’art. On ose à peine marcher dessus pour prendre des mesures. »

« À 1,30 m la circonférence reste exceptionnelle pour un hêtre pourpre dont le tronc n’est pas gonflé par les traces d’une greffe. 6,65 m à 1,30 m / 5,60 m à 1,80 m. »

« Chaque bois, chaque forêt avait son doyen, mais ici, c’est le doyen des doyens. En effet, pour lui aucun arbre n’est plus vieux dans les environs. »

« Autrefois l’arbre recevait sous son ombre le marché du village, aujourd’hui, il a retrouvé le calme au sein d’un grand parc aménagé pour le loisir. »

Encore une fois tu nous régales avec un arbre d’exception normand, merci pour la découverte de ce superbe hêtre pourpre Sébastien. Un individu tricentenaire, non greffé, avec un tronc et un système racinaire vraiment somptueux, un patrimoine remarquable. Quel dommage que l’arbre ait été élagué de la sorte avec des coupes à l’horizontale… du gâchis. J’essaie d’obtenir des clichés qui nous le présenteraient avant les « soins », en pleine gloire de toute sa hauteur, et dans le même temps j’ai contacté la ville pour en savoir plus.
____

« Au fait, le hêtre de Montville n’est pas le seul arbre du parc qui vaut le détour. »

« Deux beaux érables sycomores ne laissent pas indifférent. Leur hauteur est largement réduite par la taille qu’ils ont eux aussi subit. Heureusement, ils semblent bien réagir car de nombreuses branches vigoureuses sont apparues. »

« Voici leurs circonférences à 1,30 m : 4,57 m et 3,58 m. »

Deux très beaux érables sycomores, une nouvelle catégorie va voir le jour…

Catégories :Erables, Hêtres pourpres
  1. damien
    3 mars 2011 à 13:13

    Wahou ça c’est de l’arbre !
    Il ressemble fortement au celui du jardin des plantes de rouen, avec je dirais pour la première photo une taille légèrement supérieure.
    Mais quel carnage sur les suivantes😦
    Le principal est qu’il soit sauvé malgré tout, mais à quel prix…
    Souhaitons-lui de se rétablir au plus vite, et que les hommes l’aideront en prenant des mesures pour éviter une fin qu’il n’aurait pas mérité.

    • Seb
      5 mars 2011 à 13:54

      C’est vrai que la ressemblance avec celui du jardin des plantes est frappante. Sa circonférence à 1,30 m est de 3,90 m. On pourrait peut-être présenter quelques arbres de ce jardin dans un autre article… (J’ai déjà quelques photos)

  2. 3 mars 2011 à 15:01

    je me suis toujours posé la question si ceux qui coupent n’importe comment les arbres n’étaient pas plutôt des bouchers ?

    puisqu’il fallait absolument decoupe la cime pourquoi n’avoir pas fait un élagage correcte pour lui donner une fière allure ?

  3. 3 mars 2011 à 20:06

    effectivement, quel carnage. C’est vraiment rageant de voir cette méconnaissance des techniques de taille.. d’ailleurs je suis plongé dans un bouquin de Drénou, sur la taille des arbres d’ornement. Chaudement recommandé par le département Ecologie de l’Ecole du Paysage !

  4. 3 mars 2011 à 23:34

    Salut à tous,

    c’est chouette, pour une fois ce ne sont pas les reporters qui laissent leurs mots sous un article. Un très bel arbre, élagué de façon drastique, mais avant de trop critiquer j’attends d’en apprendre plus sur les raisons qui ont poussé la municipalité à intervenir sur ce hêtre pourpre.

    Souhaitons qu’il ait la force nécessaire pour s’en remettre,

    Longue vie au hêtre !

  5. Sisley
    5 mars 2011 à 20:40

    Superbe !!
    Enfin l’arbre, pas la taille..

    C’est en fait un cas se figure assez banal ce hêtre tronçonné, dans beaucoup de communes, on préfère enlever les parties hautes d’un arbre de peur qu’elles tombent sur une personne plutôt que de réfléchir à des alternatives par une pose de haubans, d’étayages ou d’un périmètre de sécurité.
    Le bois de hêtre est malheureusement peu résistant une fois exposé de la sorte à l’air libre, de plus son grand âge ne favorisera pas les choses, espérons justes que les pathogènes tarderont à se frayer un chemin dans son houppier.

    Il existe certaines villes où des gestions sont prévues afin qu’un arbre affecté puisse mourir sans l’intervention de l’homme, c’est à dire pertes de branches, de parties du tronc, jusqu’à l’écroulement au sol. Comme dans une forêt laissée à elle même.

    La greffe n’est pas visible, cependant il y a pourtant en avoir une au pied où vers 1,50 m, quand elle est bien faite, le temps efface peu à peu les traces, car le cultivar ‘purpurea’ ne peut que se faire par greffe.

  6. Seb
    6 mars 2011 à 19:05

    Je suis d’accord pour dire que les cultivars ‘Spaethiana’, ‘Riversi’, ‘Darwyck Purple’… sont toujours obtenus par greffage. En revanche, les hêtres violets ou cuivrés nés de graines font partie du groupe Purpurea. Les hêtres pourpres obtenus par semis ne conservent généralement pas une aussi belle teinte que leur géniteur, en particulier en situation ombrégé. Pour le hêtre de Montville les photos montrent que les feuilles les moins exposées au soleil ont une coloration plutot verte. J’ai hate de retourner le voir au primtemps au moment ou sa coloration devrait être le plus intense. Il semble que les hetres pourpres gréffés gardent une coloration plus vive jusqu’à la chute des feuilles.

  7. Sisley
    6 mars 2011 à 20:02

    Dans ce cas, il faudrait voir, mais je pense que la détermination ne sera pas évidente sur un aussi vieux sujet.
    C’est le pied qui m’a interpellé, car soit le collet était recouvert à l’époque par plus de terre, soit une greffe à pu être opérée au niveau du pied, ce qui expliquerait cette forme.

    Oui en effet, la production par greffage met en avant des couleurs plus vivent, mais comme aujourd’hui on vend de plus en plus de plants greffés et moins en moins de francs de semis, j’ai des fois du mal à m’y retrouver.

    Je cherchais à l’époque un cormier franc, mais tous ce que j’ai retrouvé s’en est un greffé sur du sorbier des oiseleurs, de plus la greffe était très grossière.

  8. Sisley
    20 mars 2011 à 16:10

     » Un semis de hêtre pourpre authentique donne 5% de plants typiques rouge foncé, 25% de plants rouge clair, 60% de plants rouge sale et 10% de plants entièrement verts. Seuls les plants typiques conservent leur couleur toute l’année. »

    (source :  » Les plus beaux arbres de Mulhouse/ JP Reduron ; V.Scius /Services espaces verts de la ville.)

    • Seb
      20 mars 2011 à 19:05

      Je souhaitais justement prélever un échantillon de graines sous ce hêtre pourpre pour faire cette expérience, mais il n’y en avait pas une seule. Sinon il y avait au printemps dernier quelques semis spontanés au pied du hêtre pourpre de Beautôt : la plupart avaient conservé une belle coloration, les plants rouge sale ou vert faisant plutôt l’exception.

  1. No trackbacks yet.

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s