Accueil > Cyprès, Ifs, Séquoias > Le cimetière de Joué, Valanjou (Maine-et-Loire)

Le cimetière de Joué, Valanjou (Maine-et-Loire)

« Frappons le fer tant qu’il est chaud, chronique du jour en forme de discours funèbre. »

« Avis à tous les maires de France, il y a là quelques arbres à liquider. »

« En hommage au séquoia du cimetière de Martigné-Briand [1], j’aimerais vous présenter deux de ses frères qui poussent à moins de 15 kilomètres de là. Leur implantation n’est pas sans rappeler ceux du cimetière de Saumur [2]… Tiens donc encore un cimetière… »

« On a voulu nous faire croire que la présence de celui de Martigné était une erreur, alors étudions de près, l’architecture paysagère que l’on peut observer à Valanjou. »

« On y trouve dès l’entrée les deux fringants séquoias géants qui mesurent 5m10 et 5m20 (pour le plus haut) à 1m30 du sol. Vous noterez la similitude morphologique extraordinaire entre tous ces séquoias que je viens de citer (un pur hasard, bien sûr, pas du tout l’engouement qu’à suscité cette espèce au 19e siècle, ben voyons…). »

« Ils encadrent le portail d’entrée et démarrent toute une allée centrale bordée de cyprès dont le plus gros présente une circonférence de 1m90. Cette allée se termine par deux ifs. Il s’agit donc là d’un ensemble homogène encadré aux extrémités par deux essences différentes : la plus imposante, voire royale au départ et la plus discrète à l’arrivée… Un autre hasard sans doute. »

« Les ifs de ce cimetière, au nombre de 11 ont clairement le même âge et se posent avec environ 2m de circonférence (difficile à évaluer, car leurs troncs régulièrement élagués foisonnent de repousses : quelle force de vie tout de même ces ifs !). En plus des deux premiers de l’allée centrale, on en trouve un alignement de 4 spécimens sur le côté droit et un autre esseulé de l’autre côté (il ne devait pas être seul au départ mais les aléas de la vie lui ont ôté ses camarades). Les 4 derniers encadrent un caveau sur lequel ont distingue des dates aux alentour de 1830. »

« Ainsi, tous ces arbres d’environ 100-150 ans ont clairement été plantés à la même période selon un agencement très précis : deux alignements latéraux, une allée centrale et un bosquet central (vraisemblablement pour marquer le caveau familial de mécènes qui financèrent cet aménagement paysagé). »

« Chacun sait qu’un arbre croît sans arrêt au cours de son existence. Ne pensez-vous pas que ceux qui ont ainsi entouré leur caveau familial n’y ont pas songé ? Je pense même que l’idée était d’offrir des compagnons pour l’éternité aux disparus. »

« Les cyprès semblent plus fragiles et moins longévifs que leurs collègues ifs et séquoias aussi ont ils visiblement été remplacés à leur mort par des sujets jeunes et plein d’avenir. Le principe d’organisation du cimetière est donc de fait validé par nos contemporains. »

« Le sol du cimetière est en sable. Un aménagement est sans doute nécessaire. Mais se fera-t-il au détriment de ces arbres qui rendent l’atmosphère du lieu plus vivante et moins austère ? Respectera-t-on la volonté de nos anciens qui jugèrent que ce décor était ce qui conviendrait à leurs propres funérailles ? »

L’abattage du vaillant séquoia du cimetière de Martigné-Briand m’avait anéanti, et je n’arrivais pas à trouver de mots pour exprimer ma colère et ma tristesse, merci pour cet article Gilles. Même si le ton est funèbre, je souhaite que beaucoup réalisent que les arbres plantés dans les cimetières sont bien plus que de simples éléments du paysage, certes ils participent à l’harmonie du lieu, mais avant tout ils ont été plantés pour veiller sur les âmes de nos proches disparus.

« Beaucoup plus répandue est la conviction que les âmes des morts viennent hanter les arbres (…) il faudrait rajouter les nombreuses histoires de revenants peuplant les arbres des cimetières qui sont, en Bretagne, le noyau vital de la bourgade. En Armor, on croyait naguère que les Ifs, qui sont les arbres de la mort, ne doivent figurer qu’en un seul exemplaire dans les cimetières, car ils poussent leurs racines dans la bouche de tous les morts qui y sont enterrés. » (Jacques Brosse – Dictionnaire des arbres)

Catégories :Cyprès, Ifs, Séquoias
  1. 28 février 2011 à 18:12

    Bonjour Krapo ,
    Tu peux en Faire un Lien vers notre ami le Maire ,
    Qu’il sache qu’en Bon Gardien il à n’à pas sût le Faire.
    NéO~

  2. 28 février 2011 à 19:23

    Salut NéO,

    je ne manquerai pas de signaler à ce maire déraciné, qu’ailleurs en ce monde et même tout près de chez lui, l’harmonie et la paix existent dans des lieux de sépultures où les arbres toujours verts tiennent compagnie aux hommes pour leur dernier voyage…

  3. 28 février 2011 à 19:45

    C’est Là un Bel Exemple en Effets ,
    Quand l’Homme et l’Arbre vivent Cyprès🙂
    Bon Vent Krapo et à Bientôt .
    NéO~

  4. Yanick
    28 février 2011 à 20:38

    Comme toi Christophe, je n’avais su trouver les mots et je remercie Gilles de nous apporter la preuve par ce reportage que l’abattage scandaleux du séquoia de Martigné-Briand était une imbécillité sans pareille.
    Aujourd’hui, j’ai envie de réagir pour que les choses changent, regardons ce qui se passe ailleurs. Pourquoi ne disposons nous pas sur notre territoire de lois semblables à celles qui existent en Belgique par exemple. Ne sommes nous pas Européens comme eux. Ils serait temps que l’Europe uniformise à l’ensemble de ses pays ce qu’il y a de bon en chacun d’eux.
    Mais pour cela il faudrait secouer un peu notre gouvernement poussiéreux.
    Pour le faire réagir, j’ai bien une petite idée, en ce moment on nous propose d’élire l’arbre de l’année !!!
    Moi je vous propose à tous d’élire le séquoia de Martigné-Briand. Ah oui, il faut justifier son choix ? Ce n’est pas les arguments qui manquent. En premier celui de martyre, apparemment notre gouvernement est très sensible aux martyres de tous pays en ce moment.Si cela n’est pas un sentiment de circonstance, il devrait être sensible à cet appel.
    Alors à nous de jouer, votons pour l’arbre de l’année en notre âme et conscience, voici le site:
    http://www.arbredelannee.com/
    Et n’oubliez pas qu’un des rejetons du gagnant sera planté dans le jardin de l’Elizée. Quel pied ce serait si ce pouvait être un séquoia !!!

    • 28 février 2011 à 20:45

      C’est Dommage , je ne peux pas Voter depuis l’étranger ,
      Mais je trouves plutôt bonne cette Idée😉
      NéO~

    • 28 février 2011 à 22:46

      Bonsoir Yanick,

      Oui, il y aurait à faire en matière de législation « les cimetières sont le noyaux vital » des villages, et à ce titre les arbres qui y ont été plantés devraient être protégés de fait. Mais on a oublié la Tradition et nos croyances anciennes face à la mort ; dans ce monde pressé où l’apparence compte tellement, certains voudraient tout raser et refaire en neuf, même dans nos lieux de sépultures.

      S’inspirer du modèle belge serait vraiment une bonne chose en matière de protection des arbres, les lois en vigueur confèrent vraiment aux arbres une place dans le monde des humains, et ils sont du coup bien plus respectés.

      Pas encore fait mon choix pour l’arbre de l’année, ton idée est séduisante mais j’ai peur que les dossiers soient écartés par les jurys. Mais ce serait chouette de voir un séquoia monter fièrement au ciel depuis les jardins de l’Élysée !

  5. 28 février 2011 à 20:47

    Le monde est petit mon ami arboriste Syvlain de ce village, me les avait montré la semaine dernière, lorsque que Géronimo se faisait abattre ! Je ne les ai pas photographié mais bien sur que je trouve cet ensemble exceptionnel et on ne peut plus sacré.
    Peut être pourrions nous montrer un gros gros gros dossier avec la DREAL pour faire classer tous ces cimetières arborés en tant que Monuments Naturels…Car ce qui me fait bien peur, ce sont ces maires fourbes…
    La Société de Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France, http://sppef.free.fr/index.php/les-cimetieres a créé un groupe de travail « cimetières » et à ma demande ont déjà écrit au ministre de l’écologie pour demander de faire classer Martigné Briand. Et bien j’espère que cela se fera très vite, car il y a urgence !
    Affaire à suivre de près.
    Jérôme

  6. martine
    28 février 2011 à 20:50

    Il était une feuille

    Il était une feuille avec ses lignes
    Ligne de vie
    Ligne de chance
    Ligne de coeur
    Il était une branche au bout de la feuille
    Ligne fourchue signe de vie
    Signe de chance
    Signe de coeur
    Il était un arbre au bout de la branche
    Un arbre digne de vie
    Digne de chance
    Digne de coeur
    Coeur gravé, percé, transpercé,
    Un arbre que nul jamais ne vit.
    Il était des racines au bout de l´arbre
    Racines vignes de vie.
    Vignes de chance
    Vignes de coeur
    Au bout des racines il était la terre
    La terre tout court
    La terre toute ronde
    La terre toute seule au travers du ciel
    La terre.

    Robert Desnos
    Pour un séquoia « digne de vie, digne de chance, digne de coeur » mais que les hommes ont condamné à disparaître.

    • 28 février 2011 à 22:47

      Merci d’avoir déposé ces jolis vers de Desnos Martine, souhaitons que le cas du séquoia de Martigné serve d’exemple à ne pas suivre pour les générations futures.

  7. Sisley
    28 février 2011 à 21:19

    Merci Gilles, vraiment cool l’article, surtout après les derniers évènements !!

    Personnellement je n’arrive pas à concevoir un lieu sans arbre et encore moins un cimetière.

    Cet exemple est presque parfait, deux séquoias gardien du domaine devant le portail, le groupe d’ifs, remodelé façon haie à l’anglaise sous un chapeau arborescent et enfin les cyprès qui jouent aussi beaucoup dans la symbolique des cimetières, leur port en flèche facilite la montée de l’âme vers le ciel et les ifs jouent le rôle de gardiens de l’éternité.

  8. tyty la ficelle
    28 février 2011 à 22:46

    Je connais bien ce cimetière et le mérite de la municipalité de Valanjou est d’autant plus grand que cette commune est le regroupement de trois villages, donc trois églises et trois cimetières.
    De quoi rendre un peu plus fou le bourgmestre de M Bd !!!! Imaginez le mes amis devant cet ensemble…. IL nous pète un cable l’affreux….

    Dans ce cimetière, c’est peut être idiot à dire, mais on n’est pas dans le « funèbre ».

    Au printemps ou en début d’été, il est agréable de passer un moment à admirer les arbres qui poussent EUX en toute tranquillité et même parfois si on passe en semaine on peut voir les agents communaux qui ne saccagent pas les IFS, mais qui les dorlotent.

    Pourquoi à si peu de kilomètres de M Bd les arbres sont- ils RESPECTES ?

    Le Maire de pourrait – il donner des leçons à celui de M Bd ? A voir……..

    Ce soir en revenant de mon travail, j’ai cherché du regard , une fois de plus, le grand séquoia. VIDE , GRAND VIDE = GROS coup de cafard. La ficelle était au bord des larmes. C’est idiot mais il me manque . MERDE !!

    Topette

    • 1 mars 2011 à 22:23

      Les arbres ne sont plus, mais la vie doit continuer Tyty. Peut être serait-il temps de déposer les armes et de construire ?

      Se pourrait-il qu’à Martigné-Briand, plusieurs personnes s’unissent pour trouver un terrain à acheter ou à se faire donner ? Un endroit non constructible où ceux qui ont pleuré la mort de ces arbres puissent en replanter. Pour se souvenir, mais aussi pour offrir de beaux séquoias et des ifs aux générations futures ?

      Il est bien trop tard pour faire classer ce cimetière, bien des arbres sont tombés, et rien ne permet d’assurer que plus aucun arbre ne sera mis à mal vu que c’est un terrain municipal, et de fait soumis aux volontés des politiques. Du coup, je me disais que replanter des arbres sur un terrain non communal (peut-être d’une association) serait une bonne chose..?

  9. Messina
    1 mars 2011 à 01:30

    Bonsoir,
    Moi qui suis à des centaines de kilomètres et qui me suis battue, avec tant d’autres, depuis le début pour sauver le grand, le jeune et beau Géronimo. Comme je vous plains, vous qui ne voyiez que du vide quand vous passez à proximité. Ce néant dû à tant de méchanceté gratuite. Bon sang que l’imbécilité humaine est donc incommensurable… je ressens cette tristesse, heureusement que je n’ai pas assisté à son massacre  » programmé  »
    Comme le poème de Monsieur DESNOS est beau et comme ces mots là lui vont bien !!!
    ARBRE de l’Année c’est une belle idée.
    Merci aussi pour les photos qui prouvent qu’il y a des personnes responsables et intelligentes avec du coeur , sachant respecter la Nature. Elle n’est pas la propriété de quelques décideurs, mais juste  » un prêt  » pour tous les humains dignes de ce nom, et seulement pour la durée de notre passage sur la boule bleue, afin que nous la transmettions à notre tour. Ce magnifique Séquoia abattu était un cadeau, il devait faire partie du patrimoine à offrir aux générations à venir…

  10. François Lannes
    1 mars 2011 à 06:22

    Bonjour Gilles,
    et bonjour à tout le monde aussi bien sûr !

    Merci Gilles pour ton si joli reportage au sujet de ce cimetière de Joué.

    Ta façon de nous le présenter, la perception que tu en as eue, sont finalement pleines de vie, ce qui est un paradoxe quand il s’agit d’un tel lieu !
    La description attentive des emplacements respectifs de chaque arbre, l’analyse toute en finesse des idées et volontés des concepteurs de cet endroit, montrent combien ceux-ci souhaitaient faire ici un prolongement à la vie.

    Tes phrases nous montrent aussi combien tu es sur cette même longueur d’onde que ces mécènes que tu évoques, tout cela grâce à ces arbres…
    Ce fut un bel apprentissage que de lire tes paragraphes.
    Et ces explications méritent, sans aucun doute, d’être transmises à bien des responsables de nos collectivités.

  11. Pat
    1 mars 2011 à 06:48

    Bonjour,
    Je me demandais pourquoi j’aimais bien de temps en temps faire un tour au cimetière.
    Pour moi ce n’est pas un lieu funèbre.
    Plutôt agréable même puisque j’y « retrouve » bon nombre de villageois qui ont tant fait pour la vie de notre petit patelin (de plus en plus hélas au fil du temps).
    Je n’avais jamais vraiment réalisé que c’était parce qu’il y avait beaucoup d’arbres à cet endroit.
    Cela doit contribuer sans conteste à mon attrait pour ces lieux.
    Et j’espère bien qu’on y touchera pas de toute éternité….

  12. jean-noel
    1 mars 2011 à 20:15

    Auprés de mon arbre,
    Je vivais heureux
    J’aurais jamais dû m’éloigner de mon arbre.

    Auprés de mon arbre,
    Je vivais heureux
    J’aurais jamais dû le quitter des yeux.

    Georges Brassens.

    Le Maire en question n’est malheureusement ni l’ami des arbres ni celui de la poésie.

  13. 1 mars 2011 à 22:28

    Bonsoir Jean-Noël,

    merci de me remettre l’air de cette chanson en tête,
    quel monsieur ce Brassens, des paroles pleines de sagesse…

  14. 1 mars 2011 à 22:28

  15. tyty la ficelle
    2 mars 2011 à 00:09

    Merci Krapo pour ce coup de pied aux fesses « moral »

    Ton idée est à creuser et quel plaisir un jour de partir au paradis des arbres en en laissant plein qui pousseraient pour plein de petits qui viendraient les voir.

    Il y a quelques années, une bonne idée avait germée dans la tête de la future communauté de communes des Coteaux du Layon au sein d’un groupe appelé le SIPALLA. Il s’agissait de demander aux maires qui le souhaitait de donner le nombre d’enfants qui étaient nés dans leur commune. Un arbre était attribué à un enfant . Une petite pancarte en bois noble portait le prénom et la date de naissance et, au printemps d’après, les parents étaient conviés à la plantation de l’arbre.

    Je connais des enfants qui ont déménagés sont revenus il y a peu de temps pou voir si « leur » arbre avait bien grandi.

    Il n’y a pas que des maires stupides dans le Maine et Loire et dans les coteaux du Layon.

    L’initiative est reprise un peu partout en France et,, donner un arbre à un enfant me semble être un très beau geste.

    Je vais essayer de regarder à nouveau le paysage sans avoir de vide.

    Je repense à ton idée et cherche le terrain.

    Topette à bientôt

    TyTy

  16. 6 mars 2011 à 00:34

    Bonjour tout le monde et merci pour ces commentaires chaleureux.
    J’étais comme vous, anéanti par la triste nouvelle. La seule différence c’est que j’étais malade et au lit, j’ai donc eu le temps de réfléchir. J’ai repensé à cette visite de cimetière que j’avais effectuée pendant l’hiver 2009-2010 et que je ne m’étais pas encore décidé à présenter sur l’un ou l’autre blog. L’actualité m’a poussé à les ressortir de ma besace et j’avais le temps de trouver les mots qui traduisaient le mieux mon ressenti.

    Concernant « l’arbre de l’année », pour pousser un peu plus loin votre idée, je proposerais un duo : les tilleuls de Villiers sous Chalamont ( https://krapooarboricole.wordpress.com/2009/04/01/chronique-dune-mort-annoncee/ )
    En effet, j’aimerais beaucoup avoir des nouvelles de ces deux rescapés et en cas de bonne nouvelle, ils seraint vraiment le symbole positif de la réussite et de l’utilité d’une mobilisation populaire en faveur de l’environnement. Je pense qu’il ont tout pour porter haut l’étendard de la bonne intelligence : arbres aimés par leurs voisins, compagnons de toujours dont la cohabitation avec les lieux et bâtiments publics est possible!

    • Sisley
      6 mars 2011 à 02:17

      Gilles,

      J’ai essayé d’avoir plus de nouvelles y a quelques semaines, mais je ressayerai par un autre biais, en effet cette histoire nous a tous soulevé vers le possibilité d’un arrangement mais en vain, j’espère que ces deux tilleuls repartiront avec grâce !!

  1. No trackbacks yet.

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s