Accueil > Y'a de l'espoir ! > David sans frontières – Web reportages

David sans frontières – Web reportages

Les explorateurs canadiens David Aimé (environnementaliste & conteur) et David Fabrega (photographe & cameraman) voyagent autour du monde avec une caméra haute définition afin de recueillir des informations les plus actuelles des entrepreneurs locaux, des scientifiques et des communautés sur la biodiversité et les sujets de développement durable.

Ce tour du monde éco-responsable pour rencontrer les héros de la biodiversité est raconté en plusieurs reportages vidéos et/ou des récits avec photos mis sur leur site internet. De tous ces docs, j’en ai choisis deux directement liés aux forêts et à la déforestation.

Les Nav’is de l’Amazonie

En Équateur, nous sommes allés à la rencontre de la communauté de Sarayaku : la seule tribu de l’Amazonie septentrionale qui a résisté à l’intrusion des compagnies pétrolières et minières. Comme dans le film Avatar, ils sont persécutés sans relâche. Les multinationales utilisent toutes sortes de stratégies pour pénétrer sur leur territoire et exploiter leurs ressources naturelles.

Cette histoire poignante, qui se joue sous nos yeux en Amazonie, est similaire à celle du peuple Na’vi d’Avatar excepté que les Kichwas de Sarayaku ne sont pas violents. Découvrez leur “Frontière de Vie” : le nouveau symbole de la protection de l’Amazonie et de ses peuples.
____

Sénégal – 100 millions de palétuviers plantés

S’apitoyer sur la dégradation de la mangrove, les villageois sénégalais ne pouvaient l’accepter. Pour rétablir l’équilibre de leur forêt de palétuviers, une vague de reboisement a submergé les deltas du Saloum et de Casamance.

Encadrés par une ONG Sénégalaise, l’Océanium, 100.000 sénégalais ont accompli un exploit : planter 100 millions de palétuviers afin de reconstituer les mangroves.

Quand les consciences sont éveillées, la biodiversité reprend ses droits.
___

Découvrez plein d’autres reportages et des liens sur leur site, c’est par ici.

Catégories :Y'a de l'espoir !
  1. martine
    21 février 2011 à 20:56

    Pour en savoir un tout petit peu plus sur ce grand monsieur, directeur de l´Oceanium de Dakar:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Haïdar_El_Ali

    Merci de parler de cette merveilleuse entreprise.

  2. 21 février 2011 à 21:22

    Bonsoir Martine,

    merci pour le lien vers la bio de ce grand personnage, il fait un travail fantastique en collaboration avec les populations locales, quelle énergie !

  3. Sisley
    22 février 2011 à 20:21

    Espérons que ce joyau de verdure perdure face aux outrages de l’empreinte cupide des individus sans vergogne.
    – – –
    Que de plantations en ce moment, j’aimerai bien y participer, quoi de plus enrichissant de que redonner vie à tous ces milieux !
    – – –

    J’en profite juste pour placer un passage que j’apprécie tant il décrit bien ce que l’on peut ressentir pour ce qui est de la mémoire des choses et la déformation de certains aspects que l’on croit pourtant bien connaître.

    « On se rend compte à quel point la nature est vivifiante, uniquement quand on y est, quand on y vit. Même si on y est déjà allé, à la campagne et qu’on imagine ce que serait d’y retourner, l’image qu’on en a est imparfaite. L’image mentale est toujours imparfaite. »

    Windom Earl (Twin peaks – saison 2)

  1. No trackbacks yet.

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s