Le noyer noir d’Augé (Deux-Sèvres)

Et si on retournait en Deux-Sèvres dans les pas de Yanick ?

« J’ai bien senti ton appel du pied lors de la publication de ton article « Arbres remarquables des Deux-Sèvres » [1] que tu avais envie de découvrir quelques-unes de ces célébrités locales. C’est vrai que j’ai un peu tendance à les délaisser préférant présenter des découvertes personnelles. Mais bon il ne faut pas cracher dans la soupe et savoir aussi aller piocher dans des inventaires qui ont le mérite d’exister. »

« Ce qui n’est pas toujours plus simple comme vous allez voir. »

« En page 22 du pdf « Arbres remarquables des Deux-Sèvres » [2] on découvre un noyer noir qui m’a donné pas mal de fil à retordre pour le trouver. Je connaissais son existence depuis longtemps et, je traversais toujours la commune d’Augé (et j’y passe souvent) avec de grands yeux écarquillés sans jamais arriver à mettre la main dessus. »

« Puis un beau jour n’y pensant plus, je me suis arrêté pour voir de plus près ce que je pensais être un frêne devant lequel j’étais passé au moins 10 fois, sans y prêter trop d’attention ne le trouvant pas très gros. Une fois devant, je me suis tout de suite rendu compte de ma bourde, je le tenais enfin ce fichu noyer noir d’Augé. Un fût droit sans branches sur 8-10 m et une écorce particulière, fissurée, n’ayant rien à voir avec un frêne. »

« Bon, sur la feuille, de loin on pouvait confondre, et encore.  »

« De près pas de doute les fruits étaient là, c’était bien un noyer. [3] »

« Je dus dégager le tronc des orties qui l’entouraient pour pouvoir le mesurer (3,90m à 1,30m de haut) et faire une photo. Et c’est quand j’ai voulu le prendre de pied en cap et que j’ai dû reculer que je me suis rendu compte qu’il était vraiment haut. (33 mètres à la croix de bûcheron). Quand on pense que dans leur milieu naturel cette essence peut atteindre 45m et plus de 6m de circonférence, ça laisse rêveur. »

Tu as su lire entre les lignes… effectivement il y a des arbres dans ce dossier qui ont attiré mon attention et que j’avais envie de découvrir. Merci donc pour la présentation de beau noyer noir : un fût bien droit avec une écorce intéressante, un houppier harmonieux et dense, le tout sur une hauteur de plus de 30 mètres. Si tu repasses devant dans l’hiver, ce serait chouette de le prendre en photo sans ses feuilles pour mieux percevoir ses charpentières.

14 réflexions sur “Le noyer noir d’Augé (Deux-Sèvres)

  1. Yanick

    Salut à tous, je suis en pleine bourre, je viens de dégoter un chêne têtard encore plus gros que celui de la Pierre au diable.
    Désolé Christophe pour ceux du dossier « Arbres remarquables des Deux-Sèvres », mais celui-ci n’y figure pas,c’est encore une découverte inédite, et il est tellement beau que je lui accorde la priorité.Je te prépare ça dans le semaine.

  2. Sisley

    Fort élégant ce noyer des Amériques !!
    Un haut fut dépouillé de branches et un port élégant, il contraste bien avec celui de l’Abbaye de Sablonceaux.

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s