Tilleul, Le Coudray, Saint-Léger-de-La-Martinière (Deux-Sèvres)

« Lorsque Yann et moi étions allés voir le chêne de Fombédoire [1], ce brave Monsieur Sapin nous avait dit que tous les jeudi il allait jouer aux boules avec ses copains. Et qu’au bout du terrain il y avait un tilleul dont un de ses partenaires de jeu disait qu’il était aussi gros que son chêne ! Il n’en fallait pas plus pour nous mettre la puce à l’oreille. »

« Le samedi suivant nous voilà donc partis pour le petit village du Coudray à une dizaine de kilomètre de Melle. Nous avons demandé au premier bonhomme venu s’il ne savait pas où il y avait un gros arbre dans le village. »

– Ah, c’est vous qui cherchez le tilleul ?
– Ah, c’est vous qui jouez aux boules avec monsieur Sapin ?

« Une minute plus tard, nous étions donc tout heureux de nous retrouver face à « notre premier » tilleul Deux-Sévrien. »

« Un beau tilia cordata (ce nom vient-il du fait que l’on tirait de son écorce une fibre servant à confectionner des cordes d’amarres ?) au tronc creux et noueux avec des rejets partant en tout sens fait 5,65m de circonférence au plus creux et 8,30m à la base. »

« Certes, plus petit que le chêne de monsieur Sapin, mais pour un tilleul Deux-Sévrien non-répertorié, on va pas faire la fine bouche. »

« Surtout qu’ils se font plutôt rares dans le département. »

Hé hé le premier tilleul des Deux-Sèvres se montre enfin !

Et pas des moindres : une belle allure, un tronc cabossé et creusé laissant passer la lumière, sa circonférence est plus qu’honorable si on tient compte qu’il est le premier recensé à ce jour dans ce département (pourtant si richement arboré). Cet été tu m’avais raconté combien tu regrettais de ne pouvoir contempler de vieux tilleuls par chez toi, te voilà donc remercié pour tes nombreuses explorations, nul doute que d’autres tilleuls se montreront à l’avenir…

« Outre les fleurs, les Grecs en utilisaient le liber, situé entre l’écorce et le bois ; ils l’appelaient aussi philyra et en faisaient du papier, des nattes, des montures de couronnes et des guirlandes. L’écorce, qui reste souple pendant vingt ou trente ans, contient des fibres textiles, la « teille », qui, après avoir été immergées dans l’eau (rouissage), étaient isolées par le « teillage », opération propre d’abord au Tilleul, mais appliquée ensuite au lin et au chanvre. Le teillage procurait des tissus grossiers et surtout des cordes. Ces diverses utilisations se sont perpétuées fort longtemps dans toute l’Europe. On faisait encore des cordes de puits avec l’écorce du Tilleul en France au XIXe siècle. » (Jacques Brosse, Dictionnaire des arbres de France)

25 réflexions sur “Tilleul, Le Coudray, Saint-Léger-de-La-Martinière (Deux-Sèvres)

  1. Yanick

    Merci pour tes mots,
    NéO.
    Ils expriment exactement
    ce que j’ai pu ressentir
    en découvrant ce tilleul
    par une belle matinée
    d’Automne.

    1. Mais de Rien Yannick ,
      A chaque Arbre , un Visage ,
      Dans les veines du Bois ,
      Et l’Etrange d’une Rencontre ,
      Un instant Féerique ,
      Aux Racines sans Âges ,
      Et l’Esprit à l’encontre ,
      D’un Ancien d’autrefois.
      NéO~

  2. Sisley

    Fort singulier le tilleul penché des boulistes !
    Une belle racine aérienne et une forme noueuse qui pousse à se demander quel a été son passé.

    Merci pour l’histoire des cordes, un truc en plus d’appris.

    1. Yanick

      C’est vrai qu’aillant très peu l’occasion de voir de vieux tilleuls, j’ ai été très surpris de trouver un tronc si tourmenté. Pour l’histoire des cordes j’ai trouvé ça dans un livre que l’on m’a offert pour Noël:
      « Le Livre des Arbres, Arbustes et Arbrisseaux » de Pierre Lieutaghi. C’est une réédition d’un bouquin de 1969 mais qui est vraiment super complet; je le conseille à tous.
      Merci à Tof pour son complément du bouquin de Jacques Brosse. Celui là aussi il faut que je me le procure.

    1. Yanick

      Je sais pas si les petits virus sont revenus, mais c’est bien calme.
      Pas beaucoup de commentaires pourtant on est à + de 1400 visites ?

  3. Comme souvent, les gens visitent, prennent sans remercier…

    Faut dire aussi que je n’ai pas été très productif ces temps-ci,
    mais bon il y a ma vie aussi, et je cherche du taff et une maison…

  4. Sisley

    Tu n’as pas besoin de te justifier, avec tout le boulot fourni, tu as bien souvent su être au four et au moulin en même temps, donc la vie privée à aussi son importance.

    1. Yanick

      J’y avait pensé à posteriori.
      En fait je crois que le Coudray est un Hameau qui fait partie de la commune de Saint Léger de la Martinière.

    2. Yanick

      J’y avais pensé à posteriori.
      En fait je crois que le Coudray est un Hameau qui fait partie de la commune de Saint Léger de la Martinière.

  5. Yanick

    Merci pour la mise à jour,
    Je suis en train de préparer un nouvel article sur deux autres merveilles de taille sur la commune de St Léger qui ne vont pas te laisser indifférent.

  6. Ping : Tilleul de Fontblanche, Saint-Léger-de-la-Martinière (Deux-Sèvres) « Krapo arboricole

  7. Ping : Le lutin est dans l’arbre » L’exemplarité d’une petite commune Deux-Sévrienne ou le compte rendu d’une après-midi arboricole

  8. Ping : Le tilleul de Sully, Brux (Vienne). | Les têtards arboricoles

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s