Accueil > Sapins Gogants > Sapin gogant, la Fréterette, Arzier (Suisse)

Sapin gogant, la Fréterette, Arzier (Suisse)

Allez hop, petite virée dans les montagnes suisses avec Agnès !

« Les sapins séculaires de ma région qu’on appelle les Gogants, se trouvent presque sans exception isolés sur les pâturages du Jura. Dès l’âge d’adulte ils s’attirent la foudre avec leurs hautes cimes pouvant aller jusqu’à 60 m grâce à leurs racines pivotantes qui sont quelque part en contact avec l’eau dans les profondeurs du sous-sol calcaire jurassien. »

« Un Gogant qui affiche 5,80 à 1 m de hauteur. Il montre fièrement ses 3 siècles malgré les traces des nombreux impacts de foudre qui seraient mortels pour la plupart des autres arbres. C’est un véritable maître pour moi. Comment ferait-il donc autrement pour vivre avec une si grande vigueur bien que la moitié de son tronc soit mort ? Il m’impressionne à chacune de mes visites ! Je me demande comment il fait pour porter une si grande branche qui monte après environ 10 m à la verticale, en parallèle du tronc malgré ses blessures. À 1025 m d’altitude il doit fréquemment supporter des vents assez violents. »

« Parfois il me fait penser aux Ents, les esprits de la forêt parmi les peuples les plus anciens de la Terre du Milieu, lorsque je le vois du côté où les branches mortes pointent le ciel. »

Ce « Gogant-Ent » se situe sur le terrain de la commune d’Arzier, coordonnées : 503669/145567. La Fréterette veut dire dans le patois vaudois, maison isolée, trouvé dans Termes régionaux et noms de lieux de Suisse romande et environs [1].

Dans les archives du journal « 24 heures » un article raconte le dernier entretien du patrimoine communal en 2008 lors duquel plusieurs vieux sapins et épicéas ont été coupés en bordure du pâturage de la Fréterette. On peut y lire une réaction d’un garçon qui disait « Mais les arbres, il faut les laisser vivre ! ». Qui sait, peut-être le vieux Gogant lui doit la vie ? [2]
____

A 37 m de ce « Gogant-Ent » se trouve un Gogant bien plus jeune que lui (environ 100 ans) mais qui offre un spectacle unique : on peut observer le développement des branches qui montent à la verticale de l’arbre. On dirait de jeunes sapins qui poussent sur des branches…

Et pour finir un peu d’histoire : les terres de la Fréterette appartenaient à l’époque à l’ancienne chartreuse du diocèse de Genève. La Notre-Dame d’Oujon, fondée en 1146 qui est la plus ancienne chartreuse de la Suisse, se situe dans un clairière sur le territoire de la commune d’Arzier à 1,2 km du Gogant, dans la direction nord/nord-ouest. Cette chartreuse fut supprimée en 1537, lors de la Réforme [3].

Catégories :Sapins Gogants
  1. 11 décembre 2010 à 23:18

    Comme une Fléche est Lancée,
    Le Goguant porte ses Peines
    Veines de Lances ,
    Maux Fléchées,
    Grise est l’Antre d’une Reine
    Le Sapin reste aux Pieds,
    En dormeur , attends l’Hors.
    Sa moitié dénudée,
    Par le Temps d’inconforts.
    Par le Vent délaissé,
    Le Goguant Garde la Plaine ,
    Sur le Seuil d’un Passé.
    Qui lui parle quand Même.
    D’un Beau Roi des Forêt.
    NéO~
    http://drenagoram4444.wordpress.com/

  2. Arellano Colette
    12 décembre 2010 à 10:51

    Grâce à vous, j’apprends avec grand plaisir la vie des arbres, c’est une véritable leçon de vie bien loin des actualités de la plupart des médias.
    La vie des arbres mériterait bien un grand film.

    • Sisley
      12 décembre 2010 à 14:10

      Episodes de la vie souvent méconnus, le cycle des arbres pourrait être un film en temps réel à lui tout seul, dans lequel nous tenons tous une petite part du scénario, si petit soit le rôle.

    • 12 décembre 2010 à 18:28

      Bienvenue dans la forêt Colette,

      c’est avec le plus grand plaisir que je diffuse tout ça !

  3. yanick
    12 décembre 2010 à 12:34

    Merci Agnès pour la découverte de tous ces Gogants indéracinables.

    Petit aparté ce soir sur Arté à0h05 « J’ai acheté une forêt tropicale »
     » Jacob Andrén part à la recherche d’un « bout » de forêt tropicale acheté il y a plus de vingt ans avec les autres élèves de son école primaire, en Suède.

    Comme des milliers d’autres enfants suédois désireux de sauver la forêt tropicale dans les années 1980, Jacob Andrén a organisé des kermesses dans son école et récolté de l’argent pour acheter un morceau de forêt. Ils ont même reçu un acte de propriété. Mais qu’en est-il réellement à présent ? Sur les indications de la fondatrice de l’organisation suédoise à l’origine du projet, il décide de se rendre au Costa Rica pour voir « son » bout de forêt dont il ne sait s’il existe encore. Sur le chemin, au Honduras, au Nicaragua puis enfin au Costa Rica, il constate les dégâts provoqués par la déforestation et le commerce du bois, rencontre des hommes et des femmes impliqués dans la préservation de la forêt, pour enfin arriver à destination… »

  4. Sisley
    12 décembre 2010 à 14:07

    Fameux, pour sûr qu’il en a connu des intempéries.
    Un reliquat de vie, maître avéré de l’existence en ces prairies d’altitude.

    – – – – –

    Merci Yanick pour le programme Arte !

  5. François Lannes
    12 décembre 2010 à 14:26

    Merci Agnès de nous faire mieux connaître ces sapins Gogants.
    Ils sont vraiment si particuliers…

    Heureusement qu’il y a, dans ton reportage, une photo qui montre bien cette particularité des branches, celles qui se redressent à la verticale et parallèles au tronc.
    D’ailleurs, j’aurais bien aimé en voir d’autres photos, de cette branche-là !
    A suivre, donc.

    Nota pour Krapo : merci à toi pour les flocons de neige !!
    Cela fait tout à fait « Fête de Noël ».
    C’est super !

  6. 12 décembre 2010 à 15:03

    tu me pique mon compliment François!😉
    J’ai trouvé ça « fun » la neige sur le blog .
    C’est d’autant plus approprié sur l’article d’Agnès qui nous dévoile encore un arbre d’exception.
    Merci à tous.

    • 12 décembre 2010 à 18:33

      C’est l’hiver, il était normal que quelques flocons tombent dans la forêt… Bien content que ça vous plaise !

  7. tyty la ficelle
    12 décembre 2010 à 17:32

    Merci de cette surprise.
    Il est rare de voir un spécimen de sapin dans cet état, conservé.
    J’ai encore appris quelque chose aujourd’hui grâce au site !
    On devrait le recommander dans les écoles. En effet, les enfants qui seront sensibilisés à la beauté des arbres apprendraient ainsi plus tôt à les protéger ou tout simplement à les regarder.

    Merci pour le programme d’Arte aussi.

  8. 12 décembre 2010 à 18:36

    Bonsoir Tity,

    Une institutrice de Dordogne m’avait écrit l’an passé pour m’expliquer qu’elle utilisait le blog pour apprendre les arbres & la forêt aux enfants. Si c’est pas une belle récompense pour notre boulot..!

  1. No trackbacks yet.

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s