Les Platanes d’orient en Turquie 1/2- Türkiye’de çınar ağaçları

(Première partie d’un article concocté par Yanick, fruit de nombreuses heures de recherches)

Lorsqu’en octobre dernier Christophe avait évoqué « L’arbre de Moïse à Hidirbey » dans un commentaire [1], j’avais immédiatement répondu en joignant un tas de liens vers des photos de cet arbre. Depuis maintenant plusieurs années je collecte et repère des arbres un partout dans le monde et là, les mots  platane et Turquie m’ont rappelé tous ce que j’avais pu trouver à ce sujet. Si il y a un pays où le platane d’orient est roi, c’est bien la Turquie !

En y réfléchissant un peu plus tard, je me suis dis que je n’avais pas forcément utilisé la bonne méthode pour faire partager tout ça et qu’il serait beaucoup plus sympathique de réunir un peu plus d’informations et d’images (en récupérant des autorisations de copyright) pour en faire un véritable reportage. Je pensais aussi que cela rendrait le blog plus attractif.

Forcément cela demandait un peu plus d’efforts, de travail de recherches et de traductions (quelle galère pour traduire le Turc). Enfin en voilà aujourd’hui en partie le résultat.

Le platane d’Inkaya, province de Bursa.

Ce n’est pas le plus gros, ni le plus vieux, mais c’est pour moi le plus beau.

Situé au cœur du village on devine que ce platane de 600 ans, 35m de haut et une circonférence de 9,20m fait partie intégrante de la vie des habitant d’Inkaya.

Merci a Kahveci pour les photos. Faites un tour son blog qui, avec toutes ses recettes, je n’en doute pas va ravir les gourmands et gourmets, c’est par ici.

Il n’a pas été facile de se faire prêter des photos de celui-ci mais j’ai trouvé une vidéo qui rattrape bien le coup et où l’on devine toute la noblesse de cet arbre exceptionnel.

Merci également à Yılmaz Uzer & Cemil pour le prêt de leurs clichés du platane.

Le Platane de Bayir (face à l’île de Rhodes).

Le platane et le cyprès sont les symboles du village de Bayir.

Des scientifiques ont estimé ces arbres à plus de 2000 ans. Une croyance locale veut que si vous faites sept fois le tour de ces arbres vous aurez alors une longue et belle vie. On aperçoit très bien la terrasse circulaire invitant les touristes à la longévité.

1880 ans pour le platane, circonférence : 8,70m, hauteur: 35m, surface de frondaison 706 m².

A 15 m du platane se trouve un Cyprès estimé à 2300 ans au cœur duquel pousse un figuier.

Merci à Bobby et Sevim qui ont accepté de nous prêter leurs photos.

Sevim m’a également prêté des photos d’un autre platane que je présenterai plus tard. Il accueille les touristes qui se rendent à Bayir dans sa villa très arborée, à voir ici.

Le Platane pleureur de Gölyazı.

Ce platane a environ 735 ans. Surnommé ağlayan çınar  « le platane pleureur », car une légende dit qu’un jour 3 guerriers y furent pendus et depuis, plusieurs fois par jour, 3 gouttes de couleur rouge s’égouttent sur une plaque de marbre en forme de feuille de platane.

Il y a une autre légende plus proche de l’histoire de Roméo et Juliette mais la traduction est tellement difficile que je préfère m’abstenir. Mais le résultat est le même le platane finit par verser des larmes de sang.

Je n’ai malheureusement pas pu obtenir les mensurations de cet arbre mais un grand merci à Cemil pour ses superbes photos.

Platane de Senköy région Çinarcik.

Un autre platane antique qui serait âgé d’environ 3000 ans  (la région grouille de platanes).

En 1921 pendant la guerre d’indépendance, le village de Senköy a subit de nombreuses exactions. C’est au cours du mois d’avril que des livres anciens auraient étés brûlés dans un creux du platane y laissant cette cavité actuelle.

Un restaurant spécialisé en boulettes de viande grillées s’y est installé pendant plusieurs années. L’intérieur de 10 m² contenait une tables 3 à 5 couverts et un congélateur ! Maintenant inoccupé, la municipalité envisage de le transformer en Musée et de mettre un éclairage de nuit.

Je n’ai pas de mensuration précises mais vu la configuration de cet arbre, ce ne doit pas être évident. Mais apparemment ce platane se situe entre 15 et 20 mètres de circonférence.

Merci à Cemil Seyis et Mehmet Balli de nous faire partager leurs photos.

« L’arbre de Moïse », Hidirbey.

L’arbre qui m’a entrainé dans toutes ces recherches, et tu avais bien raison Christophe, c’est probablement le plus gros de Turquie et certainement au monde.

Selon la légende, Moïse en revenant du mont Sinaï se serait arrêter à cet emplacement pour y boire l’eau de la rivière. Il serait reparti en oubliant sa canne plantée dans le sol. Celle ci se serait enracinée pour devenir cet incroyable platane. Depuis, cet arbre est vénéré et les gens y attachent de petit bouts de tissus afin que leurs vœux soient exhaussés [2].

Et des chiffres hallucinants : un âge compris entre 1500-1600 ans une circonférence de 20m, un diamètre extérieur de 7,50m, intérieur de 5,40m et une hauteur de 16,50m !

La première photo connue du platane d’Hidirbey (1923) :

Et un grand merci à Soner pour toutes les photos.

Le Platane de Kaynaklar.

A Kaynaklar (15km au sud-est d’Izmir)  découvrons un autre platane oriental impressionnant.

Une première étude attribuait 4500 ans à cet arbre. En 1994 le Comité de conservation du patrimoine culturel, après enquête lui attribuait 980 ce qui parait beaucoup plus réaliste.

Hauteur : 30m ; diamètre : 4m ; circonférence : 15m ; et encore une fois un tronc bien creux.

Deux autres platanes poussent sur la place à côté, un peu plus petits que leur aîné mais qui rendraient jaloux nos platanes Français !

Tous mes remerciements à H.Murat Alici & à Kaynaklar  pour le partage des photos.
____

Voila pour la première partie de ce voyage en Turquie. Une autre suivra très bientôt avec toujours de superbes platanes d’orient. Ça sera du même tonneau avec des arbres aussi beaux, aussi gros que ceux-ci, car mes choix pour cette première étape dépendaient surtout de la disposition des photographies.

La plupart de ces arbres sont suivis par le Comité de conservation du patrimoine culturel et les communes y sont très attachées. Il faut dire qu’ils représentent un attrait touristique non négligeable pour celles-ci.

Je tiens donc à remercier encore mille fois tous les Turcs qui ont répondu généreusement à mon appel et qui, aujourd’hui permettent au Krapo de nous faire voyager virtuellement dans ce si beau pays.
____

Crédits photographiques utilisés par Yanick pour la réalisation de l’article.

Platane d’Hinkaya :

– Kahveci : http://kahveci-sihirlitencere.blogspot.com/
– Yılmaz Uzer : http://www.panoramio.com/user/1226683
– Cemil Seyis : http://www.panoramio.com/user/3397665
– BobbyU : http://www.panoramio.com/user/217062

Platane de Bayir :
– Sevim : http://www.villa-amber.de/homepageenglisch/willkommenengl.html

Platane de Gölyazı :
– Cemil Seyis : http://www.panoramio.com/user/3397665

Platane de Senköy :
– Cemil Seyis : http://www.panoramio.com/user/3397665
– Mehmet Balli : http://site.mynet.com/senkoy77

Platane d’Hidirbey :
– Soner Eker : http://www.panoramio.com/user/1343112

• Platane de Kaynaklar :
– H.Murat Alici : http://www.panoramio.com/user/484937
– Kaynaklar : http://www.panoramio.com/user/561554

52 réflexions sur “Les Platanes d’orient en Turquie 1/2- Türkiye’de çınar ağaçları

  1. gael56

    slt,

    Vraiment magnifique le premier, nettement plus imposant que Lamanon malgres une diff de 2m de cir. Des platanes hors normes, 15m c’est fou!! merci encore d’avoir partagé. Pour revenir au partage, j’ai toujours un paquet de photos d’arbres non repertorié sur le site que j’ai depuis jan 2010, donc j’y travail pour qu’on puisse les decouvrir avant 2011.

    a+

  2. Yanick

    Merci pour ton commentaire Gaël,
    je le prends comme un encouragement pour la deuxième partie de ces platanes d’orient hors du commun. En espérant que ce genre d’article plaise et intéresse un maximum de lecteurs du Krapo arboricole.

  3. Moi ça me branche ! J’espère que les lecteurs réaliseront que les platanes peuvent devenir très vieux si on les traite avec respect… Les platanes ne sont pas que des arbres d’alignement destinés à être décapités chaque année..

    Ps: me manque le lien pour Mehmet Balli

  4. Sisley

    Chapeau Yanick !!

    Je m’attendais effectivement à des gros troncs, mais quand même pas d’aussi volumineux et autant de spécimens, car nous n’avons vu que la moitié et j’imagine que la Turquie abrite quantité de sujets nobles et inédits.
    Ma préférence évidemment à celui d’Inkaya, ‘la pieuvre orientale’.
    Je crois qu’il existe aussi de beau exemplaires en Grèce et Crète ?!

    Si j’ai bien compris la leçon on va fixer la limite française vers 9 m de tour de tronc ?! (lol). Nous avons bien celui de château Fervaques, de Cézy et encore quelques autres à dévoiler qui pourrait rivaliser avec les plus maigres de là-bas.

    Bel article en tous cas !

    1. Yanick

      Salut Sisley,
      Content que ça te plaise,
      C’est vrai que j’ai été moi aussi surpris de découvrir tant de « gros troncs ». Je savais qu’il y avais de superbes platanes en Turquie mais je ne pensais pas en découvrir autant pendant mes recherches. A un moment j’en découvrais pratiquement un nouveau par jour. J’ai cru halluciner.
      C’est sûr que celui d’Inkaya est très beau et dans toute sa force. Une ramure vraiment impressionnante, tentaculaire.
      Mais il ne faut pas oublier celui d’Hidirbey qui est vraiment un monument naturel.

      Effectivement la Grèce possède aussi quelques beaux exemplaires, mais j’ en ai découvert aussi de fabuleux en Bulgarie, Iran et aussi en Azerbaïdjan avec 3 arbres vraiment aussi exceptionnels que les Turcs.

      Pour les Français j’espère que celui de Pont St Esprit fera bientôt son entrée sur le blog, sur mes listes j’en ai aussi un à côté de Nevers avec 8,80m de circonférence.

    1. Yanick

      C’est que j’en ai plusieurs, et j’ai pris celle ci au hasard. Tu te souviens plus sous quel article c’était ?

      112 visites, c’est cool, mais je me rends pas bien compte. Je suis déjà à la recherche de nouvelles photos pour la seconde partie. J’ai déjà trouver les arbres, mais il me faut les copyrights. Si ça marche, il va encore y avoir du gros . Et comme le concept a l’air de plaire , je réfléchis à l’après Turquie.
      J’ai 2 ou 3 pistes je t’en ferai part par mail pour garder la surprise à nos lecteurs.J’ai trouvé notamment un site en Europe exceptionnel en chêne Châtaignier et hêtre dont je n’avais jamais entendu parler auparavant.

    1. Yanick

      Si bien sûr, je le connaissais celui-ci, en fait ils sont 2 juste à l’entrée de l’arboretum. Mais le deuxième doit être un peu moins gros.
      Par contre il y en a un autre français sur ce forum et je ne vois pas duquel il s’agit. On y parle aussi de celui de Saint Guilhem.

  5. Sisley

    Non, je crois qu’il parle de celui poussant derrière le mur présenté sur le forum. Pour lieu, on a juste Périgord noir, soit 80 km sur 40..

  6. Richet sébastien

    Magnifique tous ces platanes…
    Dans le livre sur les écorces de Cédric Pollet on voit aussi un très beau spécimen à la page 14. Il est dans une propriété privée de Provence. Est-ce que quelqu’un a plus de précision sur sa localisation exacte ?

  7. Alexis

    Bonjour, un article très sympa et des arbres magnifiques.
    D’ailleurs, à ce sujet je pars en Turquie bientôt en passant par l’Italie et la Grèce et je me régale par avance du spectacle que je vais découvrir.
    J’essaierai de publier quelques articles en cours de route.
    A bientôt.

  8. François Lannes

    Bon, vite,
    avant que Yanick ne nous assène (ou assomme !) son platane de folie,
    je vous glisse celui-ci
    qui a l’avantage de se trouve en France (quand même)

    Pont Saint Esprit – le restaurant des Bruyères – 10 m de circonférence

      1. Yanick

        C’est quand même bizarre, un mastodonte pareil et personne n’a encore couru nous en faire le portrait. Si seulement il était un peu plus près de chez moi …..

  9. François Lannes

    Yanick,

    Excuse-moi : je n’avais pas encore réagi à ton reportage.

    Franchement, c’est du super boulot !!
    Bravo et merci de nous faire voir tous ces platanes, dont les statures sont vraiment énormes. J’ai un peu du mal à « en revenir » tellement ça sort de ce que je pouvais imaginer.
    Félicitations à toi pour toutes ces recherches et prises de contact, et pour ce voyage dans le merveilleux monde des platanes d’Orient.

    J’attends la suite avec impatience compte-tenu de la délectation éprouvée avec cette première partie.

  10. Yanick

    Salut François et merci,

    Je me dépêche de finir la deuxième partie et aussitôt après m’attaque à cette nouvelle découverte qui elle n’est pas en Turquie. Le record détenu par celui d’Hirdibey semble bien battu. Je n’en reviens pas moi même.
    Je ne pensais pas qu’en m’intéressant de plus près aux platanes orientaux je découvrirais de tels mastodontes ?
    Et encore je ne me suis pas trop penché sur l’Iran; j’y ai pourtant aperçu quelques beaux phénomènes.Mais là le gros problème c’est de trouver un traducteur.
    Bonne soirée à tous.

    En fait Tof, as-tu reçu l’article de Rachel ?

    1. François Lannes

      Oui Sisley, je confirme : ce livre d’André Vigouroux est vraiment très bien.
      Je me suis régalé à le lire et, bien sûr, j’y ai appris plein de choses. Acquisition à recommander

  11. beziat

    Bonjour,
    J’ai lu que le plus grand platane d’Orient se situerait en Turquie à Istanbul et atteindrait 60 m.
    Personnellement j’ai trouvé mieux : j’ai mesuré un platane hybride (Platanus x acerifolia) de 62 m dans le Parc du Château de Pau. Cette mesure est sûre et je l’ai vérifiée une vingtaine de fois, en toutes saisons, de façon très précise et rigoureuse. Ce pourrait être le record mondial pour cette espèce et le record de hauteur pour la France toutes espèces confondues.
    D. Béziat

    1. Sisley

      Bonjour,

      Ce que vous dites confirme ce que j’ai lu dans le livre « Le platane, portrait, botanique, maladies « /A. Vigouroux ; Edisud ).

      Avec quelle méthode l’avez-vous mesuré ?
      Et êtes vous prêt à faire à un article sur cet arbre ?

      Le record français en platane, nuls doutes, mais il existe cependant au minimum un sapin de Douglas de plus de 62 m en Alsace et deux sapins de Vancouver à l’arboretum de la Foux (Gard), qui ont franchit les 60 m (mais je ne sais de combien..)

      Je n’aurai jamais pensé qu’un tel platane existait en France, apparemment il y aurait même plusieurs exemplaires atteignant les 60 m dans cet alignement du château de Pau ?

      – – – –
      L’administrateur revient mardi.

      Voici la case pour prendre contact :

      https://krapooarboricole.wordpress.com/contact/

      En vous remerciant pour ces indications.

    1. Yanick

      Oui, il va falloir que je m’y attelle, j’ai encore de beaux Turcs orientaux dans mes valises, de quoi faire une belle deuxième partie. Mais en ce moment c’est un peu le temps qui me fait défaut. Je n’arrive mais plus à honorer les sorties arboricoles auxquelles on m’invite. Mais j’en ai une belle samedi matin que je ne veux louper pour rien au monde.

  12. Ping : Le platane d’orient du château le Kinnor, Fervaques (Calvados) « Krapo arboricole

  13. Ping : Le platane d’orient de Skhtorashen (République du Haut-Karabagh) « Krapo arboricole

  14. Alexis

    Bonsoir à tous,
    Ce petit message pour répondre à l’invitation de François de laisser ces commentaires sur le blog afin qu’il continue à vivre en attendant le retour de Christophe.
    Je choisis pour ma part de vous écrire depuis l’ombre apaisante du platane d’Inkaya, que j’ai eu l’occasion d’aller visiter gràce à l’article de Yanick, que je remercie encore au passage.
    Et je vais profiter de l’occasion pour me présenter un peu, car je me suis fait dernièrement la réflexion que si j’ai souvent eu l’occasion de lire vos mots, ceux de Christophe ainsi que ceux de tous les Krapo-reporters, ce n’est pas pour autant que je vous connais.
    Alors je fais le premier pas et je vais essayer de dire en quelques mots qui je suis.
    Je m’appelle Alexis, j’ai 31 ans et je suis originaire de Haute Normandie, près de Rouen.
    J’ai fait mes études en horticulture et en maraichage, avec une spécialisation dans l’agriculture biologique.
    Je suis depuis peu installé dans le Finistère, chez une cousine qui me met un petit bout de terrain où je vais essayer de faire pousser de jolies plantes, pour le plaisir du ventre et des papilles comme pour celui des yeux.
    En attendant que les choses prennent forme et que je vive peut etre un jour de ce qui sortira de mon jardin, je bosse pour la saison dans un jardinerie du coin.
    Je suis venu aux vieux arbres un peu par hasard, par un ami, Bertrand, qui m’a fait découvrir l’oeuvre de Henri Gadeau de Kerville sur les vieux arbres de Normandie, puis des auteurs comme Jerome Hutin, Thomas Peckenham, Robert Bourdu ou encore Georges Feterman, dont les livres m’ont conquis, et je suis petit à petit parti sur leurs traces pour aller rendre visite à tous ces patriarches à l’ombre toujours accueillante pour qui vient s’y abriter.
    C’est Bertrand aussi qui ma f’ait connaitre le site du Krapo arboricole et qui a pris concact avec Christophe et c’est ainsi qu’a commencé mon chemin à vos cotés.

    Voilà, c’est bref mais c’est à peu près ça.
    Mais il y a aussi d’autres choses que je voudrais dire ce soir, la plus importante sans doutes étant que l’aventure de ce site, que tu as initié et porté Christophe, et que beaucoup de ceux qui liront ces lignes ont nourris de leurs articles ou de leurs commentaires, a été pour moi l’une des plus belles aventures que j’ai vécue, au sens ou j’ai vu se former devant mes yeux et rayonner au dela de ce que je croyais possible une communauté qui s’est batie sur des valeurs que je trouve magnifiques.
    Alors à tous je vous tire mon chapeau et je vous remercie, car ce fut vraiment un plaisir de me sentir évoluer parmi vous, meme si nos contact ne se firent que par écrans interposés.

    Mais tout de meme ce soir une chose me chagrine et cette chose c’est ton silence Christophe.
    Que je sois clair, je ne discute absolument pas ton droit à prendre du recul par rapport au blog ou à faire ce qui te semble bon, mais simplement je m’interroge sur le sens de ce silence.
    J’ai répondu à l’invitation de François en postant ce commentaire car je trouvais l’idée jolie et aussi empreinte d’une profonde gentillesse.
    Je vais rester dans la métaphore arboricole et je trouve que l’idée de voir les reporter comme des feuilles d’un arbre dont tu serais, par ton travail et ton implication dans la vie de ce site, le tronc, est bonne et je me permet de la reprendre ici à mon compte.
    Je m’inquiète simplement qu’entre les deux en ce moment la communication soit coupée, car quand j’essaye d’imaginer ce qui arriverait à un arbre qui ne parlerait plus à ses feuilles cela me fait froid dans le dos.
    Pour l’arbre autant que pour ses feuilles.

    Alors je te le demande, si tu le veux bien et si tu le peux, écris un petit message, au dela d’etre rassurant cela me fera plaisir, et si ces paroles n’engagent que moi, je suis sur en revanche que ce plaisir serait partagé par de nombreuses personnes.
    J’espère que tu vas bien et je te salue, ainsi que vous tous qui lirez ces lignes.

    Alexis

  15. Ping : Le Théier (camellia sinensis) de Lincang, Yunnan, Chine | Les têtards arboricoles

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s