Accueil > Z'autres... > L’araucaria de Canteleu (Seine-Maritime)

L’araucaria de Canteleu (Seine-Maritime)

Évoqué par le passé dans un portrait [1] l’araucaria est un arbre qui m’épate depuis que je suis tout petit, et pourtant jusqu’à présent aucun « désespoir du singe » ne s’était montré sur le blog, mais c’était sans compter sur l’œil aiguisé de Sébastien !

« Il y a un arbre qui m’a toujours intrigué par sa forme et son allure étrange : l’araucaria. C’est pourquoi, à chaque fois que j’en croise, je ne peux me retenir de les observer. »

« C’est à Canteleu que j’ai pu voir l’un des plus gros. Du coup, il y a quelques jours, j’ai pris contact avec le propriétaire du parc où il se trouve. Génial, il me laisse rentrer pour prendre des photos et me donne des renseignements passionnant sur les arbres remarquables et plus particulièrement sur ce Désespoir des Singes qui à fière allure devant son manoir. (J’espère qu’il deviendra reporter à son tour !) »

« Cet exotique n’atteint pas encore chez nous la taille des géants des Andes et de Patagonie. Les plus vieux de France doivent avoir environ 200 ans. L’âge de ce spécimen correspond probablement à la première vague d’introduction car une photo du début du siècle montre le tronc déjà assez gros. En vieillissant l’arbre a pris petit à petit l’allure d’un parasol. »

« Il y a 12 ans, l’arbre se tenait bien droit, alors qu’aujourd’hui il penche de plus en plus. De profondes fissures sont apparues sur l’écorce à la base du tronc. On peut se demander si en retirant une grosse branche morte, le phénomène ne s’est pas accéléré. En tous cas, l’arbre ne sera pas abattu car le propriétaire souhaite le garder le plus longtemps possible. »

« Au niveau du sol, sa circonférence est de 4,90 m, ce qui est tout à fait respectable, alors qu’à 1,30 m il mesure 2,67 m. Les graines vides sur le sol permettent de déterminer que c’est un arbre femelle. Bien souvent les araucarias étaient plantés par deux, mais ici le second n’a pas survécu, il ne reste que la souche en terre. »

« L’araucaria se trouve dans un parc privé non accessible au public. L’araucaria est néanmoins visible depuis la rue Raymond Botté. Non loin de là il y a un vieux tilleul, un beau cèdre bleu de l’Atlas et de grands hêtres dominent le fond du parc. »

Merci pour la découverte de ce beau spécimen Sébastien, j’espère que cela ouvrira bientôt une catégorie en araucaria, ce sont de très beaux conifères ayant une grande longévité dans leurs contrées d’origine et atteignant des dimensions plus qu’honorables.

Afin de donner quelques précisions sur l’espèce, ainsi que quelques pistes pour retrouver les plus vieux spécimens, je citerai des extraits de l’ouvrage de F. Lesourd & E. Le Graverend [2]:

Tribu des Araucariées : genre Araucaria

En France, trois espèces sont représentées par des exemplaires de forte taille : l’Araucaria imbricata Pav. que l’on observe aussi bien en Normandie, Bretagne que dans le Sud-Est ; Araucaria bidwillii Hook. et Araucaria excelsa R. Br. ; ces deux dernières ne résistant en pleine terre que dans les régions les plus chaudes.

• Araucaria imbricata Pav. Syn. Araucaria araucana K. Koch.

L’Araucaria imbricata, le plus rustique des trois, est originaire du Chili, en particulier des montagnes du Sud ; on l’observe également dans les montagnes du Brésil et du Nord de l’Argentine, au Nord de la Patagonie et à la Terre de Feu. Il fut introduit en France en 1795.

Selon le botaniste F. Lesourd, A. Pouchet, dans son Traité de Botanique (Rouen, 1835), Araucaria imbricata acquiert au Chili jusqu’à deux cent soixante pieds de hauteur (soit près de quatre-vingts mètres). La plupart des auteurs citent une hauteur maximum de quarante mètres, en France rarement au-dessus de trente mètres.

Les peuples de langue anglaise le dénomment « Monkey-puzzle » (Énigme du Singe), sans doute du fait de l’aisance observée chez les singes pour atteindre la cime des arbres en s’aidant des branches verticillées réalisant des cordages feuilles et de leur difficulté d’en descendre en raison de l’inclinaison des feuilles qui offrent un caractère piquant.

La première plantation d’Araucaria imbricata en France fut réalisée en 1825 et ce, dans le parc du château de Penandreff, à Lanrivoaré (Finistère), propriété de M. Nouvel, de La Flèche. Voici les dimensions des plus gros exemplaires (relevé de 1954) :

circonférence 3,20m à 1,30m ; 20m hauteur sujet femelle / 28m hauteur sujet mâle.

Les six plus gros Araucaria imbricata de France peuvent être classés comme suit :

Un Araucaria imbricata situé dans le parc du château de Nacelle, à Yèvre-le-Chatel, Pithiviers (Loiret) : circonférence du tronc à un mètre du sol 2 m 70 et en base 3 m 50, fût jusqu’aux premières branches trois mètres, hauteur approximative trente-cinq mètres, âge cent cinquante ans. Ce sujet se classe dans notre étude le 4e de France.

• Araucaria bidwillii Hook.

L’Araucaria bidwillii, que les Australiens appellent « Bunya-Bunaya » et les Anglais « Bunya Fine » et « Moreton Fine », est originaire d’Australie. En France, on ne le rencontre que sur le littoral méditerranéen, en des points chauds et abrités. À Moreton Bay, on y observe des exemplaires de 45 mètres de hauteur ; sur la Côte d’Azur, au plus 25-27 mètres.

Les cônes, subglobuleux, ont de vingt-cinq à trente centimètres dans leur plus grand diamètre, vingt-deux à vingt-cinq centimètres dans le plus petit. Certains atteignent le poids de trois kilogrammes et présentent des écailles terminées par une longue pointe. Les feuilles sont légèrement convexes en-dessus, coriaces, vert foncé brillant, disposées en deux rangs presque horizontaux. Le port de l’arbre est symétrique et très régulier.

D’Antibes à Menton on observe quelques exemplaires, deux à ma connaissance, méritent par leur grosseur, une citation. Le plus gros est situé au jardin Thuret, à Antibes. Dimensions :
– 1938 : 3 mètres de circ (à 1m de haut) 23,50m hauteur ;
– 1956 : 3,11 mètres de circ (à 1m de haut) 27m de hauteur.

Le 2e se trouve à Menton, dans le jardin de la Maison des Sœurs missionnaires, rue de Cabrolles, jardin dominant au nord la station S. N. C. F. de Menton. Ses dimensions, relevées en février 1959, étaient : circonférence à un mètre du sol 2 m 85, circonférence à la base trois mètres, diamètre de frondaison quatorze mètres. Les premières branches débutent à deux mètres du sol ; quelques branches ayant été coupées jusqu’à sept mètres du sol, de jeunes branches se sont développées abondamment sur les coupes.

• Araucaria excelsa R. Br.

L’Auracaria excelsa, originaire de l’île de Norfolk, en Océanie, ne se rencontre en France que sur la Côte d’Azur. Cette espèce à cime pyramidale, aux branches étalées, à verticilles très réguliers, aux feuilles aciculaires sur les jeunes sujets et élargies à la base sur les adultes, aux cônes de douze à quinze centimètres, donne aux espaces verts en bordure de la Méditerranée un caractère très spécial et très décoratif. Si en Océanie les plus gros exemplaires atteignent quarante à cinquante mètres de hauteur, il est fréquent d’observer, de Cannes à Menton, des sujets de vingt-cinq à trente mètres.

– Jardin du Casino de Monte Carlo : 1,98m circ (à 1m) / 28m de hauteur ;
– Nice square Alsace-Lorraine : 1,95m circ (à 1m) 28m de hauteur.

Un cliché pris en 2010 à Caviahue, Neuquén, Patagonia (Argentine) – crédit photo Eye Fetch.

Catégories :Z'autres...
  1. Sisley
    4 décembre 2010 à 17:53

    Fort sympathique découverte !!

    Sa base présentant un contrefort plus important à l’opposé du côté penché, fait penser à un arbre ayant dès le départ eut une trajectoire déviée et plus tard est arrivé un coup de vent déstabilisateur. Espérons que son ancrage soit bien constitué !

    En voici un autre que certains reconnaîtront :

    http://picasaweb.google.com/filipendula9550/Arau#

    Je pense qu’un article verra le jour dans les mois à venir, n’est-ce pas Yanick ?!

    • rffilms
      25 juin 2015 à 20:23

      Je tiens à vous contacter. Je suis directeur de la recherche « Arbres Chiliens à travers le Monde ». S’il vous plaît écrivez-moi à rodrigo@rffilms.cl

  2. 4 décembre 2010 à 18:08

    Reconnu celui des Deux-Sèvres !

    • Yanick
      4 décembre 2010 à 18:19

      Et encore à Saint Pardoux !!!
      Après un chêne et un érable tout les 2 remarquables, il y a même un araucaria.
      Je ne sais pas qui était ce Saint Pardoux, mais on me dirait que c’était un protecteur des arbres ou un genre de Saint Dendrite que je ne serai pas surpris.

    • rffilms
      25 juin 2015 à 20:27

      Krapo: Votre article L’araucaria de Canteleu est très intéressant. Je tiens à vous contacter. Je suis directeur de la recherche « Arbres Chiliens à travers le Monde ». S’il vous plaît écrivez-moi à rodrigo@rffilms.cl

  3. 4 décembre 2010 à 18:27

    J’lai reconnu aussi!
    J’avais pas pu rester ce jour là, mais effectivement, il se remarque bien devant l’église

    • Yanick
      4 décembre 2010 à 20:42

      Salut Gilles, il ne manquait plus que toi, quel plaisir de se retrouver tous les quatre !!!

  4. 4 décembre 2010 à 18:34

    Coucou Gilles, content de te lire !

    Allez zou, on file à la campagne !!

  5. Yanick
    4 décembre 2010 à 20:41

    Demain soir sur France 5 soirée spéciale Green à 20h35 pour ceux qui veulent revoir cet excellent documentaire déjà proposé sur cet excellent blog:
    https://krapooarboricole.wordpress.com/2010/10/23/green-deforestation-en-indonesie/

  6. Richet sébastien
    5 décembre 2010 à 13:10

    Il est toujours difficile de connaitre la date exacte de l’introduction d’une espèce.
    Selon le Larousse des Arbres et Arbustes, « En France, le premier araucaria du Chili fut planté au jardin des Plantes, à Paris, par Neumann, en 1837. »
    Le livre : Arbres remarquables de Haute-Normandie, Editions des Falaises, 2010 mentionne bien les 2 araucarias disparus de Bouquetot. Cependant, comme le montre ce bel ouvrage, un bel alignement de 11 araucarias est encore visible dans cette propriété. « La tempête de 1999 a abattu le géniteur qui dominait à 40 mètres de hauteur, le sujet femelle avait disparu quelques années avant. »
    Peut être que des Pins de Paraná remarquables pourraient aussi être présentés. En tous cas, je ne sais pas du tout quels sont les plus vieux de France. En voici un non loin de Lanrivoaré au Jardin de Kerbonne à Brest.

  7. Guilbaud Serge
    17 janvier 2011 à 21:46

    Bonjour,

    Je suis du Finistère et fait partie d’une association : « Présence de Charles Flahault », qui fut directeur de l’Institut de botanique de Montpellier, dans les années 1900 et qui contribua avec George Fabre, Conservateur des Eaux et Forêts du Gard à la même époque, au reboisement du Mont Aigoual.
    Cette association qui constitue actuellement un fond documentaire sur l’oeuvre de charles Flahault à l’université de Montpellier, en lien avec le fonds documentaire des photos prises par George fabre, prépare une exposition pour le printemps prochain.
    Dans ce cadre nous avons une photo de « l’araucaria imbricata Pavon du Chili austral » planté au chateau de Penandreff qui a été prise en 1893 par Philippe de Vilmorin. Nous cherchons aà savoir si cet arbre existe toujours et s’il est possible d’en avoir une photo, pour notre exposition.
    Grace à votre article, j’ai pu retrouver le lieu où est situé ce chateau.
    Vous parlez d’un propriétaire au nom de « Mr Nouvel »
    Pouvez vous me renseigner sur la possibilité de contacter ce monsieur où si vous avez la possibilité d’avoir des renseignement suceptible de répondre à nos questions.

    Merci d’avance.

    Serge Guilbaud.

    P.S.Si le travail de notre association vous intéresse, je serai en mesure de vous renseigner plus complètement.

    • Sisley
      17 janvier 2011 à 22:33

      Bonsoir,

      Les relevés de 1954, sortent tout droit d’un livre « Les plus gros arbres de France – ed.CGH-B/ F.Lesourd; E. Le Graverend/ révision et réédition sous la direction de D.Lejeune

      Je ne saurais dire si cet exemplaire existe toujours, j’ai essayé le localiser par vue aérienne via geoportail, mais la densité d’arbres du parc ne permet pas une observation correcte.

      Pour la possibilité de contact avec M.Nouvel, il se pourrait que le domaine appartiennent à d’autres personnes, car ces infos datent de 1954.

      L’administrateur du blog, saura peut-être mieux vous renseigner.

      Bien à vous.

    • 18 janvier 2011 à 19:26

      Bonsoir Serge,

      deux articles sur le blog ont évoqué l’œuvre de reboisement effectuée par Charles Flahaut à la fin du XIXè siècle :
      Hêtre vénérable du Suquet, forêt de l’Aigoual, Saint Sauveur Camprieu (Gard)
      Festival international du film écologique

      Pour avoir des nouvelles de cet araucaria, le mieux serait de se déplacer au château de Penandreff, ou alors en contactant la mairie de Lanrivoaré : info@lanrivoare.fr

      Si jamais vous le retrouvez, je serai ravi de publier un article !

      • Sisley
        19 janvier 2011 à 23:29

        Mme Nouvel de la Flèche, Brest.
        Peut-être, est-ce une parente de la famille ?!

        le numéro est dans les pages blanches.

  8. emeric
    21 juin 2012 à 00:22

    Voilà un autre araucaria situé à Caumont l’éventé dans le Calvados, je ne l’ai pas mesuré mais sa hauteur impose le respect.

    Araucaria Caumont l'éventé

    • rffilms
      25 juin 2015 à 20:51

      Emeric Je tiens à vous contacter. Je suis directeur de la recherche « Arbres Chiliens à travers le Monde ». S’il vous plaît écrivez-moi à rodrigo@rffilms.cl

  9. Loïc Vannson
    6 octobre 2012 à 01:13

    En 2000, j’ai pu remarquer d’assez remarquables araucaria en Haute Vienne entre le lac de Vassivières et Limoges ; sans doute une étute prospective sur le secteur serait elle interessante ( sans compter sur les nombreux et remarquables arborétums du massif de l’Aigoual dans le Gard ) . bien cordialement ; Loïc

  10. FIL
    21 mai 2013 à 20:32

    bonjour, je possède un araucaria d’environ 8m et c’est avec déchirement que je dois m’en séparer pour cause d’extension; ( connaissez vous quelqu’un d’interressé (lieu : illkirch en alsace) tel : 0663550256? MERCI

  1. No trackbacks yet.

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s