La fuite en Égypte – le miracle du palmier

Symbole de la fertilité en Égypte, le palmier dattier constitue l’arbre miracle des régions désertiques. Le palmier-dattier semble être à l’origine de l’iconographie de l’arbre de vie depuis l’époque sumérienne, associé au Phénix l’oiseau légendaire qui renait de ses cendres, le palmier était aussi une représentation du Saint-Esprit.

La fuite en Égypte.

Le roi Hérode Ier, qui tenait le pouvoir en Palestine, ayant appris des mages venus d’Orient la naissance à Bethléem du roi des Juifs, envoya tuer tous les enfants de moins de deux ans qui se trouvaient dans la ville. Joseph, prévenu par un songe, s’enfuit avec l’enfant Jésus et sa mère en Égypte où ils resteront jusqu’à la mort d’Hérode.

Quand ils se furent retirés, voilà qu’un ange du Seigneur apparut en songe à Joseph et dit : Lève-toi, prends l’enfant et sa mère, fuis en Égypte et restes-y jusqu’à ce que je te parle. Car Hérode va chercher l’enfant pour le perdre.
Et lui se leva, prit de nuit l’enfant et sa mère et se retira en Égypte, et il y fut jusqu’à la mort d’Hérode, pour remplir cette parole du Seigneur qui dit par le prophète : J’ai rappelé d’Égypte mon fils. (Évangile selon Matthieu, II, 13-15)

Comment la palme s’inclina jusqu’aux pieds de Marie.

Mais, deux jours après leur départ, il advint que Marie, dans le désert, souffrit de l’excessive chaleur du soleil, et, voyant un palmier, elle désira se reposer un peu à son ombre. Joseph s’empressa de la conduire près du palmier et la fit descendre de sa monture. Et, après que Marie se fut assise, levant les yeux vers le feuillage du palmier, elle vit qu’il était chargé de fruits, et elle dit : « Oh, s’il était possible que je puisse goûter des fruits de ce palmier. » Et Joseph lui dit : «Je m’étonne que tu dises cela, alors que tu vois combien ce palmier est haut. Toi, tu songes aux fruits du palmier, mais moi je songe à l’eau qui manque déjà dans nos outres, et nous n’avons pas de quoi les remplir et nous désaltérer. »

Alors, le petit enfant Jésus, assis sur les genoux de sa mère la vierge, s’écria et dit au palmier : «Arbre, incline-toi, et restaure ma mère de tes fruits. » Et aussitôt, à cette parole, le palmier inclina sa tête jusqu’aux pieds de Marie, et, après avoir cueilli les fruits qu’il portait, tous se restaurèrent. Mais, après que tous ses fruits eurent été cueillis, l’arbre restait incliné, attendant pour se redresser l’ordre de celui qui lui avait ordonné de s’incliner. Alors, Jésus lui dit : « Redresse-toi, palmier, fortifie-toi et sois le compagnon des arbres que je possède dans le paradis de mon père. Fais jaillir de tes racines les sources cachées et que de l’eau à notre satiété en coule. » Et aussitôt le palmier se redressa et d’entre ses racines des sources d’eau limpide, fraîche et très douce se mirent à couler. Voyant couler ces sources d’eau, ils se réjouirent d’une grande joie, et ils burent avec leurs bêtes et leurs serviteurs en rendant grâces à Dieu.

Ils partirent le lendemain. Au moment où ils se mettaient en route, Jésus se tournant vers le palmier dit : «Je t’accorde ce privilège, palmier, qu’un de tes rameaux soit transporté par mes anges et planté dans le paradis de mon père. Et voici ma bénédiction : à qui aura vaincu dans une lutte quelconque on dira :  » Tu as obtenu la palme.  » » Pendant qu’il parlait ainsi, voici qu’un ange du Seigneur apparut, se tenant debout au-dessus du palmier, et il s’envola emportant un des rameaux du palmier. En voyant cela, tous tombèrent face contre terre et devinrent comme morts. Alors, Jésus leur adressant la parole dit : « Pourquoi la peur s’est-elle emparée de votre cœur ? Ou bien, ignorez-vous que ce palmier que j’ai fait transporter sera à la disposition de tous les saints dans le lieu des délices, comme il a été à votre disposition dans ce désert ? » (Évangile du pseudo-Matthieu, 20-21)

L’épisode est conté dans le Coran.

Pour les musulmans Marie n’a pas accouché dans une étable à Bethléem, mais seule auprès du tronc d’un palmier élevé, dans cet épisode si l’eau jaillit par la volonté du Seigneur, c’est Marie qui fera tomber les dattes de l’arbre (il n’y a plus de miracle).

Nous ferons de lui
un Signe pour les hommes ;
une miséricorde venue de nous.Nativité dans le désert – Neyshâburi Qesas al-anbiyâ
Le décret est irrévocable. »

Elle devint enceinte de l’enfant
puis elle se retira avec lui dans un lieu éloigné.

Les douleurs la surprirent
auprès du tronc du palmier.

Elle dit :
« Malheur à moi !
Que ne suis-je déjà morte,
totalement oubliée ! »

L’enfant qui se trouvait à ses pieds l’appela :
« Ne t’attriste pas !
Ton Seigneur a fait jaillir un ruisseau à tes pieds.

Secoue vers toi le tronc du palmier ;
il fera tomber sur toi des dattes fraîches et mûres.
Mange, bois et cesse de pleurer. (Coran, XIX, 21-26)

____

La Bible : Nouveau Testament, Évangile selon Matthieu, édition La Pléiade.
Écrits apocryphes chrétiens, Tome 1, Évangile de l’Enfance, édition La Pléiade.
Le Coran, Sourate XIX Marie, édition La Pléiade.

• La fuite en Égypte, Enluminure du Psautier-Heures (1330-1340).
• Fuite en Égypte au palmier (feuille en hauteur), Sébastien Bourdon 17e siècle,  musée des Beaux-Arts Nancy.
• Nativité dans le désert – Neyshâburi, Qesas al-anbiyâ (Histoires de prophètes), Iran, vers 1595.

7 réflexions sur “La fuite en Égypte – le miracle du palmier

  1. Nativité dans le désert – Neyshâburi, Qesas al-anbiyâ (Histoires de prophètes)
    [Qazvîn] (Iran), vers 1595. Papier, 192 f., 29,5 × 20,5 cm
    BnF, département des Manuscrits, supplément persan 1313, f. 174
    Bibliothèque nationale de France

    Exécuté pour un personnage de haut rang, ce magnifique manuscrit des Histoires de prophètes met en scène, en vingt miniatures, les épisodes bibliques retenus par la tradition islamique. Celle-ci reconnaît Jésus en tant que prophète, mais nie sa filiation divine. La scène reproduite ici pourrait être attribuée à Sâdeq Bêg (1533-1610), l’un des grands peintres de l’atelier royal safavide de Qazvîn. Reprenant plusieurs légendes musulmanes, elle représente l’enfant Jésus assis sur les genoux de sa mère, au pied d’un palmier qui s’est couvert de dattes à son contact et près d’une source d’eau fraîche qui a jailli là miraculeusement.
    La Vierge Marie, qui a fui dans le désert pour accoucher, porte une robe dont les couleurs sont d’inspiration chrétienne, mais dont le style est typiquement persan. Les visages de Marie et de Jésus sont entourés de nimbes flammés d’or caractérisant l’état spirituel des prophètes. À l’arrière plan, de derrière les rochers, émerge la figure sombre d’un homme barbu, aux cheveux longs, qui pourrait être Satan.

    https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84271768

  2. Ce passage de la Bible a inspiré la légende de « L’arbre de Marie » à Mataryia près du Caire

    Cet arbre tombé plusieurs fois, a rejailli de sa souche à trois reprises

    Victime d’un acte de folie, l’arbre a été scié à priori par des islamistes en 2011

    Sources :
    http://www.photorientalist.org/exhibitions/egypts-virgin-tree-story-survival/
    https://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Actualite/Monde/Au-Caire-l-arbre-de-la-Vierge-Marie-aurait-ete-scie-2013-10-14-1041643

  3. Ping : Index : symboles, mythes, textes divers – Krapo arboricole

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s