Accueil > Chênes de parcs, Pins > Parc municipal de Sarreguemines (Moselle)

Parc municipal de Sarreguemines (Moselle)

Retour en Moselle avec Sisley, direction le parc de Sarreguemines qu’il connait depuis de nombreuses années, mais c’est en y travaillant quelques mois qu’il a appris à l’apprécier.

« C’est dans les années faïencières de la ville, époque de gloire où Sarreguemines était alors un vaste pôle de la fabrication de vaisselles & objets précieux [1], l’endroit où se situe maintenant le parc servait de carrière d’extraction d’argile, matière première pour la faïence. Puis vint la fin du XIXe siècle et vers 1890 on aménagea à la place un parc de promenade d’une superficie d’environ 4 hectares, c’est cette topographie particulière en forme de cuvette qu’on retrouve encore aujourd’hui et qui nous indique l’ancienne activité du lieu. »

« L’espace fut planté de diverses essences indigènes et exotiques, comme par exemples : pins noirs d’Autriche, ifs, chênes rouges, mélèzes, épicéas, chênes pédonculés, hêtres, orme pleureur, tilleuls, frênes, alisier… Parmi eux deux arbres ont attiré mon attention. »

• « Tout d’abord un magnifique chêne rouge d’Amérique de 4,65 m de tour pour plus de 24 m. Des dimensions peu courantes car malgré le fait qu’on l’ai utilisé en foresterie, il est cependant rare de le trouver en isolé avec un tronc aussi volumineux. »

« L’espèce est très reconnue pour ses qualités ornementales avec une feuille très découpée qui vire à un intense rouge l’automne venu. Il a un peu souffert de la tempête ayant marqué le nouveau millénaire, mais son houppier n’en a pas trop souffert. »

• « Non loin, se tient le deuxième spécimen remarqué, il s’agit d’un pin noir d’Autriche (pinus nigra austriaca) à la forme fourchue. Il atteint 3,16 m de circonférence pour 20m de haut. »

« Un exemplaire à l’esthétique très marquée. »

« Je fais encore mention d’un autre arbre, beaucoup plus discret mais mérite d’être dénoté, c’est un alisier torminal de 1,39 m en périphérie, essence beaucoup plus utilisée autrefois et cela à cause de sa grande qualité à ornementer les parcs et jardins, mais qui malheureusement ne fait plus guère la tendance actuelle. »

« Ce sont donc trois sujets datant probablement de l’époque de la construction du parc et pouvant être estimés entre 100 et 120 ans, au minimum 120 pour le chêne qui est déjà gros pour seulement un siècle et quelques. »

« Le parc est très agréable à visiter, il comprend deux enclos à lamas, chèvres et un âne, des parcelles à moutons qui entretiennent les pelouses, une volière ainsi qu’un bassin central avec des canards asiatiques. Depuis peu un circuit a été mis en place avec des panonceaux explicatifs pour la plupart des essences présentes. »

« En somme un endroit fort sympathique bien qu’il fut longtemps délaissé, en effet c’est depuis environ une dizaine d’années, que beaucoup de choses ont évolué, car avant cela on voyait beaucoup plus de zones en friches et un aménagement beaucoup plus sommaire. »

Quelques aperçus d’ensemble : photo 1, photo 2, photo 3, photo 4.

Merci pour la balade Sisley, un beau chêne rouge d’Amérique qui impressionne fortement avec de belles dimensions à peine plus d’un siècle d’existence ; le pin noir d’Autriche présente un port vraiment singulier et affiche également des dimensions fort honorables  (les deux spécimens que tu nous as dévoilé dépassent largement ceux recensé par F. Lesourd).

Catégories :Chênes de parcs, Pins
  1. 16 novembre 2010 à 14:49

    Merci Sisley, ca me fait toujours plaisir de voir de si beaux arbres dans les espaces publics qui peuvent s’épanouir à leur gré.

  2. 16 novembre 2010 à 15:49

    Une belle promenade certainement !
    Par ici, le village de Mondonville propose un petit espace de repos au bord d’une rivière, avec espace de jeu pour les enfants, tables de pique-nique et… pleins de jeunes arbres d’essences locales et exotiques, identifiés par un panonceau. Je trouve que c’est une excellente idée, très pédagogique. Qui sait si ne se trouve pas là un futur vénérable ?

  3. Sisley
    16 novembre 2010 à 19:21

    Je suis toujours un peu nerveux quand je visite de nouveaux parcs, qu’est-ce que je vais bien découvrir sur cette place et par ici dans le bosquet, non ce sera surement près du belvédère (lol).
    – – – – –

    En pin noir d’Autriche, c’est le deuxième après le trident de la forêt du Buchholz que je trouve au-delà de 3 m de tour, pourtant avec une telle croissance, si on en découvre des années 1830, ça pourrait être impressionnant.

  4. 16 novembre 2010 à 20:46

    Salut Sisley,

    ton article m’a donné l’idée de créer la catégorie « chênes de parc », histoire de rassembler tous ces chênes de parcs, parfois exotiques. Tellement d’articles que j’en avais oublié le pin du Buccholz… merci encore pour toutes ces découvertes l’ami.

  5. 21 novembre 2010 à 19:32

    Hé ! Belle idée que cette catégorie « chênes de parcs » !
    Comme ça on explore encore mieux la grande famille des chênes!

  6. 22 novembre 2010 à 11:41

    Une branche de plus à l’arborescence…

  7. Sisley
    17 mars 2011 à 17:23

    Un apport indirect aux spécimens présentés, mais montrant un peu l’allure du parc au début du siècle dernier :

    https://picasaweb.google.com/filipendula9550/ParcMunicipalDeSarreguemines19001920#

    (sources : « Mémoire en images/ Sarreguemines et environs ; Joel Beck; ed Alan Sutton »
     » Sarreguemines hier et avant hier ; JM Uhl-R.Kraemer ; ed Pierron  » )

  1. No trackbacks yet.

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s