Accueil > Europe, Frênes > Le frêne rampant des Franches-Montagnes (Suisse)

Le frêne rampant des Franches-Montagnes (Suisse)

Une fois n’est pas coutume [1] suivons Agnès pour une découverte en fraxinus

« Je viens de passer quelques jours dans le district des Franches-Montagnes du canton Jura, réputé pour ses chevaux semi sauvages, la seule race chevaline d’origine suisse, et qui possède de vastes pâturages boisés. J’y ai découvert un frêne assez particulier… »

« Ce frêne centenaire se trouve dans la Franche-Conté au Lajoux et indique encore 4 mètres de circonférence sur le double décamètre à 1m25, bien que le tronc soit plaqué sur le sol sur presque 2m. Une des branches s’allonge encore sur 1 m avant de se lever à son tour. »

« Les géobiologistes pensent qu’il a poussé sur une zone pathologique qui ne lui convient pas et qu’il essaie de fuir. Le tronc de cet incroyable frêne stimule l’imaginaire… »

Merci pour la découverte Agnès, un frêne rampant bien singulier !

« Plus singulier encore était le pouvoir du Frêne sur les serpents. Selon Dioscoride, le suc exprimé de ses feuilles, bu ou appliqué sur la plaie, est d’une efficacité sans égale contre leurs morsures. Pline ajoute : « Telle est leur vertu qu’un serpent ne passe pas sous leur ombre, même le matin ou le soir quand elle est la plus longue, et même se tient loin de l’arbre. Notre expérience nous permet de dire que, si l’on enferme un serpent auprès d’un feu dans un cercle de feuillage de Frêne, il se jette pour s’enfuir dans les flammes plutôt que dans le Frêne. Par une merveilleuse bonté de la nature, le Frêne fleurit avant la sortie des serpents et ne perd ses feuilles qu’après leur retraite. » Cette réaction des serpents au Frêne et au feu est encore mentionnée au XVIe siècle dans La Maison rustique de Liébaut, et l’emploi des feuilles de Frêne contre leurs morsures subsista dans les campagnes jusque vers 1900. Rappelons que si, au pied du Frêne cosmique, se tient Nioggrh, le Serpent géant, créature chtonienne, qui ronge la troisième racine de l’arbre, il ne parvient pas à l’ébranler; Yggdrasill est plus fort que lui. » (Jacques Brosse, Dictionnaire des arbres de France)

Catégories :Europe, Frênes
  1. 6 novembre 2010 à 12:25

    Un frêne-fauteuil singulier.
    On a envie d’aller s’y reposer contrairement au serpent.
    Tout cela couvert de mousse et au milieu d’une pelouse grasse.
    C’est vraiment une contrée propice aux colosses!
    Et félicitation Krapo pour ce commentaire très intéressant sur les vertus mythologiques du frêne!

  2. 6 novembre 2010 à 12:39

    Son tronc rampant m’a rappelé l’histoire avec le serpent…

    Vivement qu’Agnès nous dévoile de nouveaux Gogants suisses !

  3. Sisley
    6 novembre 2010 à 13:07

    Fort étrange l’arbre limace !!
    Ainsi le frêne ne fait pas bon ménage avec le serpent, ils ont toutefois trouvé un compromis.

    A quand les frênes gogants ?!! (lol)

  4. 6 novembre 2010 à 14:52

    Ah ce serait géant de découvrir des frênes gogants helvètes !!

  5. 7 novembre 2010 à 16:34

    ;=) Non pas de frênes gogants mais je t’enverrai un petit article concernant un sapin Gogant bien particulier, promis !

  1. No trackbacks yet.

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s