Le Frêne du Parc, Pirmil (Sarthe)

Suivons Gilles pour une rencontre inopinée sur les petits chemins de la Sarthe.

« Ma vie professionnelle m’a emmené sur Paname au cours des deux derniers mois. Et j’ai fait tous les week-end l’aller-retour entre l’Anjou et la capitale. Alors, quoi de plus naturel pour moi que d’occuper ce long et fastidieux voyage en scrutant les abords de l’autoroute en quête de vénérables ? Bonne pioche ! Juste avant Le Mans en direction de Paris, je n’ai pas manqué ce joli frêne situé sur la commune de Pirmil. » (clic les photos)


« Du haut de sa colline, il domine fièrement ce long cordon noir qui relie les grandes villes de l’Ouest sur lequel les gens filent à toute allure oubliant le monde qui les entoure. »

« En revenant le vendredi soir, comme il faisait encore bien jour, j’ai pris la sortie N°9 en quittant Le Mans et j’ai donc suivi les petites routes qui se présentaient à moi et qui semblaient suivre le tracé de l’A11. Miracle (ou talent !), j’ai retrouvé très facilement ce vénérable dont la silhouette, aperçue à 130Km/h semblait si prometteuse. »

« Court sur pied, il s’agit d’un têtard sans aucun doute. Il y a un réel contraste entre le tronc massif et les branches élancées qui paraissent bien fines en comparaison. »

« Ce frêne respire la santé même si un de ses flans est largement « écorché » ce qui entrainera inéluctablement le creusement profond de son fût dans les décennies à venir. »


« J’ai été particulièrement content de lire sur mon double décamètre la mesure de 5m70 pour la circonférence à 1m30. Cette cote rapprochée avec l’implantation en haut d’une côte et la taille répétée en têtard (facteurs de ralentissement de croissance [1] me poussent à estimer son âge à environ 200 ans. »

« Depuis ma rencontre avec celui de l’île Coton à Drain [2], c’est le plus gros frêne qu’il m’ait été donné de voir. Et peut-être le plus beau. »

Ainsi toi aussi tu scrutes les paysages en voiture à la recherche de silhouettes ligneuses qui se distingueraient ? Sur ce coup-ci, tu as bien fait de sortir de la voie rapide pour emprunter les petites routes, quel beau frêne ! Merci pour ce reportage Gilles, non seulement parce que peu d’arbres sarthois se sont montrés sur le blog jusqu’à présent, mais surtout parce qu’il s’agit d’un très beau spécimen de fraxinus. Un bicentenaire élevé en pleine forme, son tronc au gabarit imposant et son port distingué font de lui un individu vraiment remarquable.

21 réflexions sur “Le Frêne du Parc, Pirmil (Sarthe)

  1. L’arbre de Moïse à Hidirbey (village arménien en Turquie)

    un platane creux (diamètre extérieur de 7,50 m, et diamètre intérieur de 5,40 m, envisager la majesté de l’espace à l’intérieur), un arbre multi séculaire qui serait né lorsque Moïse a planté son bâton à cet endroit, il y a fort longtemps… J’aimerai bien réussir à obtenir des photos…

  2. Yanick

    Salut Christophe,
    Attention, ce que les Turcs appellent sycomore n’est en fait que le platane oriental!!! Mais je me suis fait avoir moi aussi au début.
    Il y en a beaucoup de bien plus gros en Turquie.
    Voici quand même d’autres photos de celui-ci:


    1. Yanick

      Non surtout pas, je l’oublie pas, il est superbe, mais que Gilles fasse attention en conduisant, c’est pas prudent.
      Mais j’avoue que j’ai le même petit défaut. Tant que je suis tout seul ça va mais si maman Lutin est à coté, alors là, je me fais rappeler à l’ordre.
      Pour en revenir au frêne, c’est finalement pas si évident d’en dénicher des gros. Souvent, les têtards ont une taille très étroite et ont plutôt tendance à grossir de la tête.

  3. Sisley

    Sûr que c’est l’un des plus gros et plus beau présenté sur le blog !!

    Une trogne affranchi de la taille qui s’est reconstitué un superbe houppier.

    J’aime bien le passage  » Miracle (ou talent !), j’ai retrouvé très facilement ce vénérable dont la silhouette, aperçue à 130Km/h semblait si prometteuse. »
    Un traqueur de vieux bois qui emprunte les routes express, tel un aigle survolant son aire de chasse ! (lol)

  4. vincent

    Il est superbe ce frêne! Bravo pour la découverte gilles.
    Je ne sais pas se que vous en pensez, mais moi personnellement
    je n’aime pas la taille en têtard. De plus Les tailles repétées ne sont généralement pas bénéfique pour les arbres.

    1. Sisley

      Tout dépend ce qu’on appel têtard, dans la plupart des cas, ce mode de taille commence tôt dans la vie de l’arbre et de ce fait il est accompagné et réagit bien à ce traitement.
      Mais il est vrai que quand on modifie radicalement l’architecture d’un arbre plus âgé, des dommages à plus ou moins courts délais, se font ressentir.
      Diminution des réserves nutritionnelles dans les racines, coupes multiples de grosses sections et stress multiples.

      Des essences s’y prêtent mieux que d’autres : saules blancs, peupliers noirs, ormes champêtres, frênes élevés, chênes pédonculés, ….

  5. Bonjour et bienvenu Mezzo,

    j’ai visité ton chouette blog et j’ai vu que tu es aussi un passionné arboricole… le blog est collaboratif, alors si jamais tu souhaites nous faire découvrir des arbres remarquables croisés au cours de tes promenades…

  6. Merci pour l’invitation. Je vais déjà faire un lien vers ton site… Si ce n’est déjà fait… puisque je te suis depuis un petit moment déjà. +

  7. Ping : Chêne de la Grande Brandinière, Pirmil, Sarthe | Les têtards arboricoles

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s