Accueil > Chênes colosses > Le chêne de Fombédoire, Sepvret (Deux-Sèvres)

Le chêne de Fombédoire, Sepvret (Deux-Sèvres)

« Quel plaisir un dimanche matin de septembre de se lever en même temps que le soleil et de voir sa lumière généreuse se répandre sur la campagne. Je ne sais pas pour vous, mais moi ça me donne toujours envie de partir à la rencontre de nos vieux amis. »

« J’étais en train de déjeuner en réfléchissant à quel arbre rendre visite, quand j’entendis mon Lutin descendre l’escalier. Quelle chance pour moi lui aussi était d’humeur matutinale et ne tarda pas à accepter de m’accompagner. Ne restait plus qu’à choisir notre destination. »

« Un chêne dont je ne sais plus comment j’appris l’existence, me revint alors en mémoire. Direction le sud-est du département et la région Melloise. Une région de châtaigniers, de cimetières protestants avec leurs pins parasol ou buis, et bien sûr de chênes. »

« Ne connaissant pas le coin comme ma poche, on s’est un peu égaré. En abordant une descente, sous une voute d’arbres, vers une petite vallée, Yann me dit que ce lieu lui plait beaucoup. Et là, il aperçoit en bordure d’un pré quelques beaux chênes têtards et un peu plus haut, une belle chênaie. Nous nous sommes donc arrêtés pour qu’il fasse un reportage [1]. »

« Nous reprîmes alors la route vers Sepvret puis le lieu-dit Fombédoire où la Sèvre Niortaise prend sa source. Mon chêne ne fût pas trop difficile à découvrir au fond d’une cour de ferme. »

« C’est donc le charmant Mr Sapin, son propriétaire, qui nous accueillit pour nous le présenter. Immédiatement, je vis que l’ancêtre avait un bon tour de taille. »

« Mesure prise au plus creux à 7,45m pour une hauteur de 10-12m. »

« Ce vieux têtard complètement creux possède encore énormément de charme malgré le fait qu’une de ses deux grosse charpentière se soit brisée dans les années 60. »

« La ferme de Mr Sapin cache encore un autre trésor avec un chêne en pleine force de l’âge,

5,21m au plus étroit, il en faisait 4,80m en 1986 mesurés au même endroit. Cet arbre a été étêté pour la dernière fois en 1900 ou 1902. La grosse branche verticale qui pousse en son centre fait elle 2,45m à son départ. Toutes ces indications fournies par Mr Sapin me permettent d’évaluer l’âge de celui-ci à 250-300 ans et à au moins 500 ans pour l’ancêtre. »

Et bien voilà deux beaux quercus : un vieux têtard impressionnant de plus de 7 mètres de tour, un colosse qui me rappelle un peu le chêne de la Casse [2] ; et un autre en pleine force de l’âge, vigoureux avec une très belle ramure, qui augure bon pour les décennies à venir.

Merci pour ce reportage Yanick, et merci également à Yann pour le reportage sur la chênaie de la Lussaudière [1], c’est vraiment chouette de vous suivre dans vos pérégrinations au cœur de votre département si richement arboré. Et puis, il faut l’avouer, ça me réjouit de voir que la nouvelle génération reprend ainsi le flambeau ; je me plais à espérer que la base de données du blog servira aux « chasseurs » d’arbres qui nous suivront dans les décennies à venir…

Catégories :Chênes colosses
  1. princessederyasan
    5 octobre 2010 à 12:53

    Je suis des Deux-Sèvres et j’ai beaucoup apprécié cet article.
    merci
    bonne journée
    Marie

    • Yanick
      5 octobre 2010 à 18:03

      Merci Marie Princesse de Ryasan.
      De vieilles origines Russes ?
      Au plaisir de nous croiser sur les chemins Deux Sévriens.
      Et bonne journée à toi aussi.

      Yanick

  2. 5 octobre 2010 à 12:58

    Bonjour et bienvenue dans la forêt Marie,

    si tu es des Deux-Sèvres, il y a une foule d’articles à consulter sur le blog ; Yanick & Yann ont bien arpenté ce département, et il y a quantité d’arbres fantastiques à y découvrir :
    https://krapooarboricole.wordpress.com/?s=%28Deux-S%C3%A8vres%29

    à bientôt

    • Yanick
      5 octobre 2010 à 13:14

      Hé tu vois que tu les attires maintenant les princesses.

      Trêve de plaisanteries, ce brave Mr Sapin, je n’ai même pas eu besoin de lui poser la question-clé de François, il m’a de lui même mis sur la piste d’un autre trésor insoupçonné du département. On y est allés dimanche matin Yann et moi, et on est vraiment pas déçus.

      T’inquiète pas pour la relève du flambeau, ils vont devenir meilleurs que nous. Regarde déjà Vincent comme il commence à être mordu par le virus lui aussi.

  3. 5 octobre 2010 à 13:30

    rires…
    oui j’ai bien noté qu’une princesse est passée sur le blog, et en explorant son blog, j’ai découvert des photos du palais du facteur Cheval que François avait évoqué dans l’article sur le cèdre de Hauterives :
    https://krapooarboricole.wordpress.com/2010/07/01/le-cedre-du-chateau-communal-de-hauterives-drome/

    De jeunes reporters arboricoles marchent dans nos pas,
    et ça me remplit de joie & d’espoir pour les vieux arbres.

  4. 5 octobre 2010 à 14:43

    Au fait : 1573 visiteurs dimanche !

  5. Sisley
    5 octobre 2010 à 18:49

    Beaux portraits !!

    La vieille trogne est assez singulière, je veux bien croire quelle a de la bouteille ! Et la plus jeune est devenue un arbre dont on s’imaginerait presque plus son passé têtard.

    C’est quand même plus pratique d’avoir des dates à la clé.

    • Yanick
      5 octobre 2010 à 20:13

      Ce qui est vraiment intéressant dans ce cas là, c’est que l’on a des relevés de dimensions avec les dates. Chose que l’on pourra faire dans 2 ou 3 ans en retournant voir les premiers arbres présentés sur le blog. On pourra enfin affiner nos estimations d’âge. C’est pour cela que l’on doit toujours porter le plus grand soin à nos méthode de mesures.
      Pou rappel:
      https://krapooarboricole.wordpress.com/2008/01/26/comment-mesurer-un-arbre/

  6. 5 octobre 2010 à 20:02

    C’est clair, tellement instructif d’avoir des dates précises.

  7. 5 octobre 2010 à 20:54

    à venir :

    – du gros chêne (il y en aura plusieurs),
    – un vernis du Japon centenaire,
    – les tilleuls de Gottingen,
    – châtaignier du massif des Maures,
    – châtaignier breton,
    – séquoia….

    ma chérie est partie quelques jours, je vais faire chauffer l’ordi !

  8. vincent
    5 octobre 2010 à 21:00

    Eh oui, mordu par le virus.
    Au fait, j’ai plusieurs pistes: un très vieux figuier,un énorme cèdre
    et des vieux chênes
    A bientôt
    vincent.

  9. 5 octobre 2010 à 21:06

    Bonsoir Vincent,

    tu as éveillé ma curiosité… à très bientôt !

  10. vincent
    5 octobre 2010 à 21:14

    Bonsoir,
    Pour le vieux figuier Samedi très probablement, les autres
    on verra. J’irai dans quelques semaines prendre des photos du
    vieux chêne de flayosc avec ses couleurs automnales.
    A bientôt, je ne vais pas trainer demain j’ai cours.

  11. 5 octobre 2010 à 21:17

    Génial, ce sera le deuxième figuier présenté sur le blog :
    https://krapooarboricole.wordpress.com/2008/07/13/derniere-balade-a-paris/

    j’adore les figuiers (et ne parlons pas des fruits), mais pour l’instant pas de vieux spécimens présentés, pourtant je suis certain que le Sud de la France nous réserve bien des surprises !

  12. 5 octobre 2010 à 21:32

    ok je vais demander de l’aide…

  13. Richet sébastien
    5 octobre 2010 à 21:39

    Au fait, pourquoi ce chêne n’est-il pas classé dans la catégorie « colosse » ? Est-ce à partir de 7 m de circonférence ?
    Le figuier disparu de Roscoff prouve aussi qu’on pourrait trouver des figuiers remarquables en Bretagne.

  14. 5 octobre 2010 à 22:52

    Salut Sébastien,

    ça vrai tiens pourquoi ? une erreur d’inattention…

    le figuier de Roscoff avait été évoqué sur le blog :
    https://krapooarboricole.wordpress.com/category/droits-de-larbre/

    • Yanick
      5 octobre 2010 à 23:10

      Ouhai c’est vrai ça hein Sebastien !!!
      Bon moi, j’avais même pas vu ça, mais merci !!!
      J’suis tout fier maintenant avec mon chêne colosse, ça doit être mon deuxième de chêne colosse.
      Non mais quand même, tu crois que c’est si facile que ça toi Christophe d’en trouver des chênes colosse. Je dis rien pour cette fois, mais attention aux erreurs d’inattention.

  15. 6 octobre 2010 à 02:03

    Toutes mes confuses Yanick…

  16. L'Hospitalier
    7 octobre 2010 à 11:36

    merci au petit lutin pour ce joli reportage.

  17. Yanick
    7 octobre 2010 à 12:20

    Ah non là c’est le grand Lutin, mais merci quand même,
    Pour le petit Lutin c’est par ici:
    http://yaly.unblog.fr/2010/09/28/chenaie-de-la-lussaudiere-sepvret-deux-sevres/

  18. 8 octobre 2010 à 23:35

    Cré vingt Diousse !
    V’la du bon cheugne!

    Oups, pardon, v’là ti pas mon berrichon natal qui m’reprendons.
    Belles photos, arbres exceptionnels : merci mille fois les deux Y !

  1. 13 janvier 2011 à 19:11
  2. 11 mars 2011 à 13:17
  3. 17 avril 2016 à 15:55

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s