Accueil > Chênes multitroncs > La forêt de Brissac, Brissac-Quincé,Vauchrétien, Faye-d’Anjou, Notre-Dame-D’Allençon (Maine-et-Loire)

La forêt de Brissac, Brissac-Quincé,Vauchrétien, Faye-d’Anjou, Notre-Dame-D’Allençon (Maine-et-Loire)

Marchons dans les pas de Gilles à la rencontre des plus beaux chênes de Brissac.

« Bienvenue sur le domaine de Brissac ! C’est une bien jolie forêt que voici. Peuplée majoritairement de chênes et de Pins, elle accueille aussi des sapins, et bon nombre d’autres espèces disséminés au cœur de son peuplement principal (hêtres, tilleuls, merisier, houx, bouleaux, trembles…). Je vous avais déjà emmené dans cette unité sylvicole pour découvrir tantôt des houx [1] ou même le roi chenu incontesté avec ses six brins vertigineux [2]. »

« Il m’aura fallu maintes ballades, tantôt petites, en famille, ou même deux ou trois raids d’une journée avec sac à dos et pique-nique, le tout étalé sur une année complète de Mars 2009 à Mai 2010, pour découvrir que finalement, il ne sera pas détrôné. J’ai parcouru tous les sentiers, du plus gros au plus petit, du plus droit au plus sinueux sans trouver mieux, mais j’ai tout de même trouvé du beau. »

« Comme je l’avais pressenti, la forêt possède un peuplement relativement jeune car son mode d’exploitation en taillis sous-futaie pour les feuillus et en coupes rases sur les résineux exclut de tomber nez-à-nez avec une parcelle homogène vieille de 150 ans. Pour autant, une ou deux parcelles semblent prendre petit à petit ce chemin. »

« En conséquence, on ne trouve de gros spécimens que çà et là tels des pieds corniers ce qui rend la rencontre d’autan plus impressionnante. Et il n’est pas étonnant de constater que la palme revient une fois encore aux sujets multi-troncs… Les tricheurs…. ! »

• « Commençons par le dauphin. Un Chêne double aux proportions généreuses, digne représentant des arbres forestiers. A 1m30 du sol, c’est-à-dire à peu de chose près au niveau de la fourche, sa circonférence honorable s’étale sur 5m60. Guère plus haut, donc, mon ruban m’a indiqué 3m et 3m10 pour les deux troncs. » (clic les photos)

« Une belle impression de puissance émane de cet ensemble qui se situe presque à l’orée du bois tout au nord de la forêt mais qui cependant demeure caché du public car éloigné des chemins et entouré de buissons épineux. »

« Il peut très bien avoir 200 ans mais à mon avis, il est pratiquement en limite d’âge car une cicatrice béante siège à la commissure des deux troncs, ce qui d’ailleurs le rend plus impressionnant. Dans un avenir plus ou moins proche, je ne serai pas étonné outre mesure de constater la chute naturelle de l’un ou même des deux troncs. »

• « Sur cette même frontière entre monde sylvicole et monde vinicole en descendant vers le sud, face au village de Vauchrétien on peut découvrir un chêne, triple cette fois, à la conformation pour le moins spéciale. »

« En le voyant de loin, si tassé, ramassé sur lui-même avec des branches tortueuses, je l’avais tout d’abord pris pour un châtaignier. Mais de près, à la vue des feuilles, pas de doute, c’est bien un chêne dont les origines remontent bien avant la plantation de cette partie de la forêt car il n’a en rien les caractéristiques d’un chêne forestier. »

« Je parlais de chêne triple, mais n’étais-ce pas plus initialement ? En effet, de chaque côté de sa base, on constate des renflements qui m’ont servit de marche pied pour grimper dedans et qui m’ont tout l’air d’être des bourrelets de cicatrisation recouvrant d’anciens troncs. De plus, le tronc le plus gros semble être le résultat de la fusion de deux troncs qui auraient poussé trop près l’un de l’autre. »

« Ainsi, si l’on compte bien, il devait plutôt s’agir d’un chêne à 6 troncs lui aussi. En attendant, les dimensions constatées sont les suivantes. Au dessus des bourrelets, 5m10, et pour les branches, 1m60, 2m50 et 3m10. »

« Donner une estimation de son âge me semble une mission très ardue. En effet, si ses dimensions évoquent une cépée située entre 100 et 150 ans, son aspect tourmenté et les rides de son écorce sembleraient m’indiquer encore plus… En tout cas, c’est vraiment l’une des attractions principales de cette forêt. » + de photos [3][4][5]

• « Il faut maintenant retourner dans la partie sud de la forêt et traverser la route qui relie Notre Dame d’Allençon à Vauchrétien au niveau de l’ancien passage à niveau pour se sentir petit à côté du benjamin de cette bande de bouquets duraminisés et bicentenaires. Un très très beau chêne double de 4m80 de circonférence à 1m30. Ne me demandez pas celle des branches, elles étaient trop hautes ! »

« Un chêne élancé d’une trentaine de mètres qui se paye le luxe de posséder deux brins pratiquement symétriques. Une véritable beauté sylvicole qui ne possède aucun défaut et peut donc envisager de parcourir le  siècle sans encombre si l’homme lui prête vie. »

« Bien sûr, la forêt accueille en son sein de très beaux spécimens à tronc unique dont les plus imposants vont de 3m50 à 4m de circonférence. Je vous les laisse les découvrir sur la google map qui localise de façon exhaustive, je pense, les sujets de plus de 3m et me parait également assez complète pour ceux de plus de 2m50. En visitant la forêt, je me suis focalisé sur les « gros » arbres, il n’y a donc dans mon inventaire que quelques espèces secondaires. »

« J’y ai fait figurer un parcours d’environ 15 km qui permet de faire le tour de la forêt tout en y rencontrant les principaux spécimens. Pour se garer, trois options : tout au sud depuis la route de Faye d’Anjou, tout au nord depuis l’étang de Montayer ou au milieu, depuis la route déjà indiquée dans ce texte. Alors, à vos pique-niques et baskets, car dans l’ensemble, les chemins sont très bien entretenus et il est facile et très plaisant de s’y promener. »

« Et voilà le résultat de l’arpentage ! »

Merci pour cette superbe balade en forêt Gilles ! Je me doutais bien que tu retournerais explorer cette sylve après ta rencontre avec ce chêne à six brins. Trois beaux chênes forestiers, des multi-troncs comme les aime. Le premier chêne double-brin bien qu’en en limite d’âge en impose encore par une forte présence. Le second double-brin semble lui dans la pleine force de l’âge, élégant et équilibré, il s’imposera comme le digne hôte de ces bois dans le siècle à venir… Mais sacré coup de cœur pour ce chêne triple, quelle allure au bord de ce chemin ! Vigoureux et en pleine santé,  une ramure remarquable, un très beau chêne forestier qui promet aussi de se montrer fabuleux dans quelques décennies.

Et merci aussi pour la carte, ça invite à la balade en forêt de tels reportages !

Catégories :Chênes multitroncs
  1. Sisley
    25 septembre 2010 à 02:55

    Belle brochette enchaînée !!
    Tu as du en faire des km dans ce massif !!

    En tous cas tu as réalisé un super travail d’inventaire !
    Même un pied de cormier. Pour le merisier encore non présent sur le blog, je pourrais y remédier d’ici peu..
    Merci pour cette balade !
    – – – –

    Bon dimanche à tous !

    http://maps.google.com/?ie=UTF8&ll=38.1824,-119.833439&spn=1.668823,3.56781&z=9&layer=c&cbll=38.1824,-119.833439&cbp=12,0,,0,5&photoid=po-14504895

    http://maps.google.com/?ie=UTF8&ll=38.058229,-119.751148&spn=1.67164,3.56781&z=9&layer=c&cbll=38.058229,-119.751148&cbp=12,0,,0,5&photoid=po-7494386

    (Yosemite park )

    Je me rend compte petit à petit à quel point le monde est vaste et grandiose !!

  2. Sisley
    25 septembre 2010 à 03:18

    Régalez-vous avec cette galerie, certaines photos me donnent même des frissons :

    http://www.panoramio.com/user/395804?comment_page=1&photo_page=8

    On a beau dire des choses sur les Etats-unis, néanmoins ils possèdent des territoires sans qualificatifs !!

  3. François Lannes
    25 septembre 2010 à 22:24

    Bonsoir Gilles,

    Bravo pour le remarquable reportage sur cette forêt de Brissac !
    On sent que tu as mis du travail, là dedans…

    Pour ce qui est ma préférence, et sans copter le chêne à six troncs bien sûr, je suis (comme Christophe) orienté sur le chêne triple. Je le trouve vraiment « solide » et il me rassure.
    J’aime beaucoup la photo sur laquelle on voit les branches vers le haut, avec leurs formes tortueuses.

    Mais ta remarque sur la symétrie du troisième chêne est très judicieuse, et met en avant une caractéristique qui serait probablement passée inaperçue sinon. Je trouve que cela rend cet arbre vraiment particulier, et même sympathique.

    Reportage on ne peut plus complet !

  4. 26 septembre 2010 à 13:19

    Merci pour ton analyse François.
    Je vois que vous êtes tous fans des arbres qui ont une « gueule ».
    En effet, je l’aime bien aussi ce chêne biscornu.
    Il y en a un autre de 3m80 au bord de l’allée principale de la forêt que j’aime beaucoup. Je le trouve très solide, avec un fût droit mais pas vertigineux et un houppier en boule très bien développé.

  1. 9 juin 2012 à 11:44

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s