Accueil > Cormiers, Europe > Cormiers, Kronberg im Taunus – Hessen (Allemagne)

Cormiers, Kronberg im Taunus – Hessen (Allemagne)

Sisley – le chasseur de fruitiers rares & anciens – a encore frappé, et de bien belle façon !

« De retour sur un article, et comme je vous avais présenté le temps des prunes, je réitère avec cette fois le temps des cormes (grises rugueuses, jaune rouge pomiforme, pyriforme, ronde, petite…). Rien qu’avec ça, j’en connais qui font déjà des grands yeux ! »

« Comme à notre habitude, quand nous partons en Allemagne mon frère et moi, on a toujours tendance à donner du piquant à l’excursion en allant visiter quelques arbres de choix et comme le veut la tradition, j’en suis revenu avec une belle série d’arbres fabuleux ! Alors qu’on se rendait dans la Banlieue de Francfort on continua un peu plus au nord-ouest pour gagner la ville de Kronberg im Taunus, j’avais au préalable enquêté sur le fort potentiel fruitier des lieux et grâce à un contact pris avec un arboriculteur local, nous avons réussi à localiser notre objectif. Mais d’abord, je vais vous décrire l’endroit et pourquoi, je suis arrivé par là. »

« Dans le Land d’Hessen, vivent 400 à 500 cormiers ayant un âge supérieur ou égal à 80 ans et à Kronberg vivent 47 vieux et 100 jeunes cormiers qui sont répartis entre les anciens vergers en périphérie, près des jardins potagers où bien encore dans les jeunes vergers et chez des particuliers. Tout ça pour dire, que par ici, le cormier c’est pas une légende mais bel et bien, une façon de faire. Il fut désigné arbre de l’année en 1993 et depuis, des centaines de milliers ont été plantés dans le pays, en effet il fait parti d’un vaste programme de dissémination, afin d’obtenir des quantités suffisamment viables pour qu’il se stabilise. On utilise beaucoup ces fruits pour faire du vin, lequel et mélangé avec de la pomme, mais aussi des confitures et de l’eau de vie, fortement apprécier pour son arôme unique. »

• « Il nous fallut peu de temps pour aboutir chez l’un des barons de ce vaste domaine, il se tenait avec hauteur et prestance non loin d’un bâtiment moderne, le vieux cormier face à la modernité galopante, mais l’emplacement est soigné et délimité de manière à laissé une intimité à ce sage fruitier. » (clic les photos)

« Me rapprochant pas à pas, une forte impression m’envahit, quelle merveille que cet arbre devant moi ! Combien de générations sont venus ramasser ses fruits, dans l’herbe grasse en profitant de l’ombrage du houppier. »

« Les dimensions parlent d’elles mêmes, 3,89 m de tour, une quinzaine de hauteur et quelques 200 années d’existence ! Un spécimen hors du commun et dans un état relativement bon, pour un fruitier bicentenaire, le gros problème qu’on rencontre des fois, c’est la rupture de branches, quand elles filent trop droites et éloignées du tronc ainsi que des faiblesses aux insertions des charpentières. »

• « Je m’en vais à regret et rejoint la parcelle voisine, seulement 300 m le séparent d’un duo de sorbiers, eux sont moins visibles mais tout aussi impressionnants. »

« Ils ont respectivement 2,88 et 2,70 m de circonférence pour une taille de 12 m, des mesures peu anodines en si peu de temps. En estimation, 120-160 ans coïnciderait avec leur âge. »

« Deux sujet aux branches serpentantes qui délimitent un bosquet à moitié en friche et où la vie sauvage peut aisément s’épanouir, que de vie dans les vieux vergers ! »

• « Et étant sur la bonne voie, nous nous dirigeâmes plus loin et plus haut dans la parcelle, je n’aurais pour rien loupé ce moment, car paisiblement posé dans le près, le roi des cormiers nous toisait de sa position élevée. »

« Malgré qu’il est dans la même catégorie que le premier décrit, cet individu m’a littéralement ébahit. Que de magnificence dans cet être ligneux, en regardant la forme de son tronc, celles de ses branches et sa silhouette, sans aucun doute, un arbre d’exception ! »

« Les chiffres explosèrent la vue quand le ruban finit par s’immobiliser : 3,95 m à 0,85 m et 4,06 à 0,55 m du sol/ plus de 14 m et tout comme le gros, au minimum deux siècles. »

« Je repense encore à ce moment où j’ai pu faire ces rencontres végétales, presque surnaturelles mais pourtant bien réelles. Comment ne pas tomber sous le charme de cette espèce si rustique, capable de s’acclimater n’importe où et de devenir un arbre à caractère ornemental, fruitier et de survivre à bien des espèces. »

« Le genre des sorbiers n’en finira pas de m’étonner, vous le verrez d’ici peu… ?! »

« Bien de cormiers sont encore à visiter, mais une bonne partie se trouve dans des terrains privés et comme l’endroit dévoilé recèle des plus gros, vous ne serez pas en reste. J’ignore si des exemplaires avoisinent avec les dimensions du 1 et 4, mais beaucoup se situent dans les 1,5 – 2 m, ce qui en passant n’est pas mal du tout. Et n’oubliez pas, la saison des cormes à débutée et se tire jusqu’aux premières gelées, cependant, la faune ne laissera pas pour les retardataires. »

« Celui qui aura été atteint de morsure de chien enragé, ou autrement, ne doit dormir ou reposer sous l’ombre d’un cormier, autrement il sera en danger de retourner en la première rage : telle vertu a le cormier d’exciter et renouveler une rage assoupie. »

« Si on mange une corme on ne peut plus siffler, si vous mangez sept cormes vertes vous changez de sexe ! C’est vous dire qu’il ne vaut mieux pas précipiter la dégustation : Ou alors prévoyez de disposer de quatorze cormes… »

( Extrait « Le traité du cormier » – Sepenes )

• « Et pour finir en beauté, nous passâmes par le centre ville et comme de coutume je fis une dernière découverte pour boucler la boucle, un élégant séquoia géant à haute fourche d’environ 5,5-6 m de périphérie et 25 m de haut. »

« Bien des propriétés abritent ici des sujets du même genre mais peu sont accessibles, alors en guise de témoin, j’ai pensé que celui-ci illustrerait bien la situation. »

Ce coup-ci, je suis époustouflé ! Merci pour ces découvertes hallucinantes en cormiers Sisley ! Quatre arbres hors-normes, tous de belles stature et présentant des circonférences plus qu’honorables. Décidément, je vais de surprises en surprises avec tes présentations de vieux fruitiers, lorsque tu m’avais proposé ton premier reportage en cormier [1] j’avais été vraiment admiratif devant ces spécimens forestiers, et quand tu t’es mis à dévoiler des individus isolés, je n’aurais jamais cru qu’il soit possible d’en trouver de plus vieux que ceux de Théding [2] et de Sarre-Union [3] ; c’est alors que Gilles en a déniché un superbe en Maine-et-Loire [5]…

Félicitation également aux allemands, quelle belle idée de disséminer des milliers de plants de cormiers afin de réussir à ré-implanter l’espèce de façon durable, un exemple à suivre ! Mais également une leçon à apprendre pour la conservation et l’entretien d’un tel patrimoine.

Catégories :Cormiers, Europe
  1. Yanick
    20 septembre 2010 à 20:12

    Depuis que j’ai découvert mon premier cormier, je comprends mieux la passion de Sisley pour cette essence. Mais là ça dépasse de beaucoup les limites de ce que je peux espérer trouver en Deux-Sèvres. Et en plus tu parles de plus gros encore.
    Je désespère de pouvoir en présenter un un jour sur le blog. Mais ça n’enlève rien au plaisir de découvrir ces merveilles d’outre Rhin.

    • 21 septembre 2010 à 12:29

      Un vrai joyau ces cormiers d’outre-Rhin !

      Ah si je pouvais dénicher un beau cormier par ici… mais je n’en ai encore jamais croisé, peut-être à la frontière de la Corrèze ? A la place j’espère bien bien vous dévoiler un cornouiller de belle taille, et je suis également sur la piste de gros noyer (après tout on les cultive par ici..)

  2. Sisley
    20 septembre 2010 à 23:15

    Faut bien dire, que ce n’est pas tous les jours, qu’on peut voir un spectacle pareil, à moins d’habiter à côté.(lol)

    Pour correctement clôturer l’article, je vais vous présenter l’ex détenteur du premier prix d’Allemagne, je dit bien ex, car aujourd’hui il est hélas hors concours, vous verrez par vous même.
    Avec 4,20 m de tour à 1 m du sol, il venait se placer devant le gros cormier d’Oackstadt (15 km de Francfort), que je n’ai malheureusement pas pu voir et était officiellement le spécimen au plus gros tronc. La photo du lien montre bien à quel point il était magnifique !!

    http://picasaweb.google.com/filipendula9550/CormierOlbronnBadenWurtemberg#

    Voilà.

  3. 21 septembre 2010 à 12:52

    Pfiou un cormier de 4,20m ! Je ne pensais même pas que ça puisse exister !
    Merci pour la série de photos, vraiment magnifique en robe d’automne !
    (et ta série de clichés montrant ses restes l’est tout autant)

    ça me donne vraiment envie d’en rencontrer un de la sorte…
    un jour peut-être ? qui sait ?

    A part ça on a repris le rythme de croisière avec le blog
    entre 920 et 1245 visiteurs par jour (avec un pic le dimanche soir)
    mais bon ça ne commente pas… ça me saoule un peu !

  4. Yanick
    21 septembre 2010 à 13:32

    C’est pas grave, on commente entre nous, c’est déjà pas mal.
    Et puis sur ces 1000 visiteurs, y’a combien d’étrangers qui comprennent pas forcément le Français ?
    Avant on avait un p’tit compteur qui permettait de savoir d’où venaient les visites.
    Et puis: « Ne te demande pas ce que le blog peut pour toi, mais ……….
    Be cool, zen, allez on expire ….

  5. 21 septembre 2010 à 13:36

    C’est parce que je suis toujours malade et fatigué, l’automne est là avec sa grisaille, faut pas que je me laisse contaminer. N’empêche qu’il y a eu de belles découvertes en quelques semaines, pas sûr que les « novices » s’en rendent compte ??

    Mais tu as raison, l’important c’est que nous on s’éclate, et le matin lorsque je vais à ma boite mail, je suis aussi excité qu’un enfant le matin de Noël !!

    • Yanick
      21 septembre 2010 à 13:52

      Et ben tu vois, ça va déjà mieux !!!
      Et si ça peux te rassurer, ça m’étonnerait qu’il n’y ait que des novices qui nous rendent visite.
      Y’a qu’à lancer n’importe quelle recherche sur n’importe quelle essence dans google pour s’en rendre compte. T’a toujours un lien plutôt bien placé qui renvoie chez nous !!!!
      Aller, on continue notre petit inventaire peinard; et on verra bien pour le reste.
      Et t’en es où pour l’assos ?

  6. 21 septembre 2010 à 18:02

    Ça avance, mais restrictions budgétaires alors nouvelles règles pour l’embauche d’un salarié dans une association (2 ans de chômage…), du coup ça tombe à l’eau pour un p’tit emploi… dommage.

  7. Sisley
    21 septembre 2010 à 19:05

    Salut les collègues !

    C’est vrai que malgré les com, les articles vont bon train et de beaux spécimens ont été mis en avant sur cette scène.
    De plus nous sommes maintenant quelques réguliers à fournir de la matière pour l’écriture textes.
    Comme dit Yanick, continuons notre bout de chemin et on verra bien ce qui arrive au prochain carrefour !
    ——-

    Dommage pour l’emploi en assoc !
    J’espère qu’on pourra tout de même profiter de ce statut afin de faire évoluer l’ensemble.
    Mais y a pas à dire, on se porte bien dans l’ensemble. Pourvu que ça dure.

    A +

    (p.s : un cormier de 5,09 en slovaquie !
    http://www.corminaria.de/content/aktuelles/05_2009.php )

  8. Richet sébastien
    21 septembre 2010 à 22:39

    Ces cormiers sont fantastiques. Ca donne envie de voyager !
    Dommage qu’il n’y en a pas en Seine Maritime. Du moins je n’en ai toujours pas trouvé malgré mes recherches. Est-ce qu’ils ont disparus ou est-ce qu’ils n’ont jamais existé dans cette région ?
    Par contre, il reste encore quelques vieux spécimens dans le centre de la France. Je ne pense pas qu’il y en ai qui rivalisent par leur dimension avec ces cormiers étrangers et pourtant je reste convaincu qu’il sont très vieux aussi.

    • Sisley
      21 septembre 2010 à 22:58

      En Seine maritime j’ignore si il y en a. Par contre dans la Sarthe il existe au moins une douzaine de très vieux spécimens, qui pour certains rivalisent presque avec ceux présentés dans l’article. Notamment un vieux de 3,50 m de tour qui est le plus recensé. Mais il est quasi certain qu’on ne retrouvera pas des exemplaires aussi volumineux que les pays de l’est, ce qui est étrange, peut-être que le sol y est plus favorable à donnée du gros bois (lol).

  9. 22 septembre 2010 à 16:11

    C’est dommage que je n’aie plus trop de temps car il en reste au moins deux ou trois presque aussi volumineux que celui du Martreil en Anjou.
    Peut-être Patrick de Romans peut-il s’y intéresser?
    Ce serait pas mal de créer un club des propriétaires de cormiers?

    • Sisley
      22 septembre 2010 à 19:24

      C’est vrai que quelques beautés séjournent en Anjou, notamment ceux figurant dans le livre ‘Des racines et des cimes’. Et je compte pas ceux qui sont encore dans l’ombre à l’heure actuelle, je pense qu’il y en a au moins deux, trois au fond d’une propriété ou d’un parc privé.
      D’où ton club de propriétaires, j’en possède deux dans mon jardin, (C: 3,5 cm chacun), ça compte ?! (lol).

      Ouvrons un club de discussion des propriétaires de parc arboré, bois et jardins.
      Des surprises tomberont peut-être dans nos filets..

  10. 22 septembre 2010 à 19:32

    Ce gendre de « club » doit déjà exister, non ?
    Faudrait se renseigner et entrer en contact avec eux,
    je suis sûr qu’ils seraient fiers de présenter leur patrimoine arboricole !

  11. 23 septembre 2010 à 15:49

    Oui, ça compte Sisley !
    Dans cent ans on pensera encore à toi!
    PTDR

  12. Titi
    14 décembre 2010 à 18:34

    Bonjour,
    J’habite dans un village nommé les Landes Fleuries à Andrezé 49. Je suis en location dans une ancienne longère et j’ai sur mon terrain deux superbes cormiers dont un qui figure dans le livre « des racines et des cimes » (le plus gros des 2 mentionnés).
    Je vient de remesurer la circonférence à 1,30 m du sol et il fait 3,60 m, (à 1 m du sol il mesure 3,85 m). Le livre des racines et des cimes le donne pour 26 m de hauteur, je n’ai pas pris le temps de vérifier personnellement. J’ai également un autre exemplaire qui ne mesure « que 2,20 m » de circonférence, mais il est beaucoup moins beau!!

    • Sisley
      14 décembre 2010 à 20:07

      Bonjour,

      J’ai pu voir l’exemplaire dans ce fameux livre, un bien beau cormier.
      On serait ravi de le voir exposé sur le blog !
      D’ailleurs tout cormier sera le bienvenu, je dirai qu’a partir de 2,20 m de tour de tronc, c’est déjà un bel arbre, même si son allure n’est peut-être pas aussi princière que celui dont vous parlez.
      Un autre spécimen de 3 m de circonférence est indiqué dans la propriété de M.Barré et est visible de la route ?

  13. 15 décembre 2010 à 17:02

    Bonjour Titi,

    je viens de scanner les pages du livre où les cormiers sont évoqués :

    ainsi que la page du livret où il est question des cormiers :

    Je me joins à Sisley pour exprimer mon envie de voir un reportage présentant ces deux jolis spécimens de cormiers, je t’envoie mes coordonnées par mail pour voir comment on peut s’organiser, j’espère à bientôt !

    • Titi
      15 décembre 2010 à 18:01

      OK , pas de problème.

      Je vient de faire quelques photos des 2 spécimens, j’espère juste qu’elles ne seront pas trop sombre!!!

  14. 9 septembre 2011 à 14:08

    Un fabuleux livre très détaillé sur les cormiers d’après un allemand W. Kausch-Blecken von Schmelling,  » Der Speierling / 2000 ) :

    http://www.corminaria.de/download/Speierling_Buch.pdf

    Le livre est en allemand, mais vous pouvez néanmoins apprécier les nombreux documents et photos.

  15. Schneider André
    13 janvier 2012 à 18:58

    Bonjour à tous,
    Je découvre votre site et tout l’intérêt que vous portez comme nous aux arbres vénérables, au cormier en particulier. Je vous confirme qu’il en reste au centre de la France, par ex. à Châtel-Guyon en Auvergne où j’en ai identifié deux autres en plus de celui de notre jardin. L’un d’eux est un jeune sujet (~ 50-60 ans) isolé et l’autre se situe au milieu d’une friche devenue une futaie.
    Le nôtre doit avoir 150 ans environ, mais il est bien malade. Il a perdu de grosses charpentières il y a des décennies de cela, de sorte que l’humidité rentre dans le tronc qui est creux sur environ 80cm de profondeur, un logis extra pour les écureuils et même les frelons certaines années. Le bois, même mort est extrêmement dur et lourd au point que la tronçonneuse a de la peine à mordre. De plus il a souffert de la proximité de frênes qui ont poussé plus vite que lui.
    Nous avons mis plus de 20 ans à identifier cet arbre que même les anciens ne connaissaient plus. J’ai quelques photos argentiques et des numériques qu’il va falloir trier pour les mettre à disposition.
    Le conservatoire des espaces naturels d’Auvergne déterminé sa position géographique, sa hauteur: 13.5m et Sa circonférence: 2.15m

    Alsacien d’origine, bilingue de naissance, je vous donnerai volontiers un coup de main pour lire et traduire des passages dans des documents en allemand. Nous profiterons éaglement d’un prochain voyage dans la famille à Diemerigen pour aller voir le spécimen de Sarre-Union présenté plus haut.

    N’étant pas un habitué de la tchatch sur la toile, je me laisserai volontiers guider sur la procédure.

    A plus tard, pour peu que je recueille des réactions à ces quelques lignes.

    André

  16. 13 janvier 2012 à 19:16

    Bonjour,

    Je m’occupe du quart nord-est de la France et tous les cormiers présentés dans ce secteur, je les ai repérés ces dernières années.

    Si vous avez des données sur l’Alsace bossue, je suis preneur.

    A titre d’infos il existe à Oermingen un vieux sujet d’environ 55 cm de diamètre, au bout du chemin des bois après la rue de la montée.
    Sa position en coordonnées Lambert II : 950,953 / 2454,230 (+/- 20 m )

    Le livre de Von Schmelling est très intéressant et le site de Corminaria.de peut aussi vous apporter des tas de données.

    Pour la France il existe le Traité du cormier ; ed.Sepenes

  17. 11 mars 2012 à 15:43

    Bonjour,

    Juste une petite précision sur le cormier qui se trouve chez moi, je l’ai mesuré avec la croix du bucheron, il fait environ 20 m de hauteur et non pas 26 comme écrit dans le livre des racines et des cimes.

    Titi

  18. 11 mars 2012 à 16:02

    et 20 m de diamètre…

  19. BERNHARD
    11 janvier 2013 à 09:37

    bonjour

    je connais quelques cormiers de belle dimension en Alsace si cela vous intéresse faite moi signe

  20. 12 janvier 2013 à 23:58

    Bonjour, nous sommes toujours prneurs de telles informations.
    Laissez un message sur mon blog perso et ainsi je pourrais transmettre vos coordonnées à notre camarade Sisley qui est notre grand spécialiste des régions de l’est et des cormiers.

  21. martinez patrick
    23 janvier 2015 à 08:54

    bonjour je découvre le site je possède un sorbier commun ou cormier sur les hauteurs de Nice me faisant beaucoup de fruits l’été pour les frelons !!!!!! je voudrais savoir si je peux tailler les branches et a qu’elle période ?????? je n’ai pas de photos mais je vais prévoir cet été a bientot

    • Les têtards arboricoles
      17 octobre 2015 à 19:44

      Pas facile de donner un avis sans voir l’arbre! D’une manière général il ne faut pas tailler de gros diamètres…
      Vous pouvez lancer un sujet sur le site des arboristes grimpeurs, il y a une partie réservée au questions techniques des particuliers (vers le bas de la page)
      http://www.allo-olivier.com/Forums/index.php

      Toutefois, concernant les frelons une taille ne changera pas grand chose puisqu’il y aura toujours des fruits, s’il n’y en a plus c’est que vous avez mutilé votre arbre et ce n’est pas souhaitable!
      D’autre part, les frelons européens (pas les asiatiques), loin de leur nid, ne sont pas particulièrement agressifs, sauf bien sur si vous les embêtez! J’en ai toujours eu sur un chêne en train de prélever de la cellulose pour construire leur nid à proximité du passage sans avoir aucun problème…

  1. 8 avril 2016 à 21:13

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :