Les arbres remarquables dans les gravures du XIXè siècle

Voici quelques illustrations d’arbres remarquables dans la gravure du XIXème siècle. Les arbres représentés ici ont quasiment tous disparus aujourd’hui. Mais laissons la place à Fernand Depelchin et ce qu’il en dit dans son livre «  les forêts de la France » écrit en 1886 et dont les mensurations de certains arbres donnent le vertige :

« Placés dans des conditions favorables de terrain, d’exposition et de climat, certains arbres peuvent vivre pendant une longue série de siècles. C’est ainsi que, çà et là, quelques arbres des  vielles forêts de France, datant du moyen âge et peut-être même de plus loin encore dans le passé, sont parvenus à subsister jusqu’à notre époque. Entourés d’une végétation plus jeune de quelques siècles, ces représentants du vieux temps sont, pour ainsi dire, les patriarches de nos forêts. La population les connaît et les aime, tout en leur accordant une sorte de vénération superstitieuse. Dans la plupart des cas, ces sentiments ont suffi pour protéger pendant plus ou moins longtemps des atteintes de la cognée ces superbes vétérans du règne végétal. » (clic les illustrations)

« Le chêne a été par excellence l’arbre des Gaulois ; c’est presque toujours cette essence qui fournit les plus remarquables exemples de longévité et de dimensions colossales. Dans la plupart des anciennes forêts de la couronne, les paysans montraient encore, il n’y a pas cinquante ans, des « chênes royaux », auxquels se rattachaient des souvenirs historiques et dont l’aspect extraordinaire certifiait le grand âge. L’habitude de n’exploiter les futaies qu’à des révolutions très longues favorisait la multiplication de ces arbres magnifiques dans le domaine forestier de la couronne. Les futaies royales étaient généralement aménagées à cent cinquante et même à deux cent ans. Les arbres remarquables ainsi conservés servaient, dans les chasses royales, à marquer les repères, les quêtes ou les relais. »

« Beaucoup de gens ont connu le chêne de saint Louis dans la forêt de Vincennes ; la tradition assurait que le bon roi s’était souvent assis sous son ombrage pour rendre la justice à tout venant, au plus humble manant comme au fier baron. »

« Dans la forêt de Compiègne, le chêne de Saint-Jean passe pour remonter à une haute antiquité. »

« Sur la colline Sainte-Anne, près de Châtillon-sur-Seine, on trouve un chêne âgé de huit siècles ; il passe pour avoir été planté en l’an 1070, du temps des premiers comtes de Champagne. »

« Les futaies de la Grande-Tillaie et du Gros-Fouteau, dans la forêt de Fontainebleau, sont plantées d’arbres gigantesques, dont quelques-uns portaient des noms significatifs : le Goliath, le Pharamond, le Majestueux. »

Une forêt de pin en basse provence- dessin d'apres nature

« On peut citer encore bon nombre d’autres chênes non moins respectables : le chêne d’Allouville  (voir photo) , près d’Yvetot, présentait douze mètres de circonférence, et on lui attribuait neuf cents ans. Dans le tronc creusé par le travail des siècles, le curé d’Allouville avait fait disposer, il y a deux cents ans, une chapelle consacrée à la sainte Vierge ; cette chapelle, soigneusement lambrissée, avait sept pieds de diamètre. Au-dessus d’elle se trouvait un petit ermitage auquel on accédait par un escalier qui contournait le tronc. Cet édicule se terminait par un toit en pointe surmonté d’une croix qui s’élevait au-dessus du feuillage, comme pour sanctifier le vénérable débris des anciennes forêts normandes. Le chêne des Vendeurs, dans la forêt de Montfort, mesurait treize mètres de circonférence et était haut à proportion ; le chêne Soret, dans la forêt de Belleyme, remonte à huit cents ans ; le chêne des sept Frères, dans la forêt de Charmes (Vosges), est ainsi nommé à cause des sept tiges énormes nées de la souche. »

« Autres géants : le chêne de Henri IV, dans la forêt de Roumare ; le chêne surnommé « la Cuve », dans la forêt de Brotonne ; le chêne des Partisans, dans la forêt de Saint-Ouen-lez-Parez (Vosges), qui servait de point de ralliement, au commencement du XVIème siècle, aux partisans lorrains qui ravageaient la frontière française. »

« Le chêne d’Autrage, dans le Haut-Rhin, abattu en  1860, présentait quatorze mètres de circonférence à sa base ; certains de ses rameaux avaient jusqu’à trois et quatre mètres de tour. Au débit, ce chêne a fourni cent soixante-dix stères de bois. »

« Le chêne de la Chair-au-Point, dans la forêt de Saint-Benoît-du-Sault (Indre), mesurait dix-sept mètres de circonférence, à une hauteur de trois mètres au-dessus du sol. A cinq mètres de hauteur, le tronc se divisait en quatre branches, qui eussent pu fournir chacune une poutre longue de vingt mètres. Les jeunes filles du pays avaient fait une salle de danse dans la cavité de cet énorme tronc. Trois chevaux chargés s’y mettaient facilement à l’abri. Ce chêne colossal, placé sur la lisière de la forêt, a été abattu en 1835. »

« Le chêne de la Mothe, près de Neufchâteau, atteint neuf mètre de circonférence et date probablement du XIIIème siècle. »

« Un chêne abattu en 1825 à Treignac, dans la Corrèze, ombrageait une surface de dix ares ; son tronc présentait une circonférence de dix-huit mètres, et chacune de ses maîtresses branches avait un mètre vingt centimètres de diamètre. Cet arbre datait certainement du XIIème et peut-être du XIème siècle. »

« Il faudrait encore citer le chêne du comte Thibaut, dans la forêt de Marchenoir, le chêne du Druide, dans la forêt de la Pommeyrade (Maine-et-Loire), le chêne au Duc, dans la forêt de Gavre (Loire-Inférieure), etc. etc. d’autres non moins anciens, tels que les superbes arbres de la forêt de Nouvion (Aisne) ou de la forêt de Der (Haute-Marne), sont toutefois moins connus. »

« Tous ces arbres, auxquels se rattachent le plus souvent des traditions historiques, ont été contemporains de moyen âge . Combien, hélas ! ont disparu après avoir fait, pendant de longs siècles, l’admiration de ceux qui profitait de leur magnifique ombrage. La disparition de ces merveilles végétales inspire un sincère et mélancolique regret. Telle a toujours été l’impression de ceux qui prisent les beautés de la nature. Ce sentiment est exprimé d’une façon naïve et poétique dans la Philippide de Guillaume le Breton, à propos de la destruction de l’orme de Gisors qui était resté, au XIIème siècle, un des derniers survivants des forêts druidiques. »

« Mais plus les exigences de l’industrie se multiplient, plus les vieux arbres se font rares ; les forêts, en général, ne sont plus exploitées à d’assez longues révolutions. Les futaies de l’État ne représentent qu’une minime partie de la propriété boisée en France. Et puis, dans beaucoup de cas maintenant, les essences résineuses tendent à prendre la place des amentacées et des cupulifères qui produisaient la plupart des vétérans de la forêt. »

« Cependant d’autres arbres que des chênes ont été ou sont encore renommées pour leur grand âge et leurs majestueuses proportions. On peut citer notamment : les deux ifs de la Haie de Routot, près de Pont-Audemer, qui datent du XIIème siècle, et dont le tronc creux ne mesure pas moins de neuf mètres de circonférence ; deux tilleuls de Fresne-Saint-Mamès, qui remontent à l’année 1340, s’il faut en croire la tradition ; le tilleul d’Oricourt, placé au centre du village ; son tronc mesure sept mètres de circonférence et sa masse feuillue ombrage un espace de soixante mètres de circonférence ; le tilleul énorme du château de Chaillé, dans le département des Deux-Sèvres ; le hêtre des Beauremonts, dans la forêt de Compiègne ; le « châtaignier brulé », dans la forêt de Montmorency ; enfin un genévrier, dans les environs d’Amiens, qui passe, d’après la tradition populaire, pour avoir été planté par saint Firmin, le premier évêque de cette ville (IIIème siècle). »
____

Fernand Depelchin, « Les forêts de la France », 1886, pp.387-391.

15 réflexions sur “Les arbres remarquables dans les gravures du XIXè siècle

  1. Yanick

    Ça y est, tu t’es décidé, tu ouvres une section « Ces Chers Disparus ».
    Il est vrai que cette année entre un des 2 peupliers de Montpellier de Médillans, l’orme de Biscarosse, le chêne du Pouldu qui ne vaut guère mieux, il va malheureusement y avoir de quoi l’étoffer cette rubrique.
    J’espère qu’elle fera prendre conscience au plus grand nombre que tous ces magnifiques arbres que nous découvrons jour après jour sur le blog ne sont pas éternels. Et qu’il est urgent de les protéger.

  2. Coucou Yanick,

    oui je vais bientôt créer cette catégorie, faut juste que je trouve un titre qui se positionnerait entre « arbres coup de cœur » et « avis de recherche », parfois le classement alphabétique m’ennuie…

    Bien reçu les timbres en mail ce matin, ça promet de beaux articles !

  3. Le dossier de ma boite mail est devenu trop volumineux (12 Go)
    je ne peux plus lancer Thunderbird, ni ouvrir les mails
    rien n’est perdu, faut que je convertisse tout pour les lire…

    Je devais publier des séquoias découverts par Sisley, mais ce ne sera que ce soir, je vais surement publier une illustration « symbole » ce matin.

  4. Yanick

    L’arbre « mort » ça fait un peu lugubre non ?
    Surtout que ça grouille de vie là dedans.
    Pas simple de trouver un titre à ce sujet.
    Mais je suis content que le Krapo n’y soit plus aussi réticent.
    Ils font parti de notre histoire et sont nos « racines ». Savoir d’où on vient pour savoir où on va.
    Il y a aussi tout un tas de cartes postales anciennes vraiment magnifiques sur le sujet.
    http://picasaweb.google.com/yanick.1664/CartesAnciennes#slideshow/5511836409771382402

  5. Julien

    Et bien en lisant ceci on se rend compte que l’arbre remarquable n’avait pas la même valeur qu’aujourd’hui, avant c’était surtout un formidable trésor pour le chauffage ou la menuiserie, heureusement que les besoins et les mentalités des Hommes ont un peu changées.

Laissez vos mots...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s